Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Partagez
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 1919
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - diocèse de Rouen
    Saint intercesseur : Ste Thérèse de Lisieux - Marcel Van - Padre Pio - Ste Faustine

    SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Thierry le Sam 22 Avr - 3:25

    Reconversion professionnelle !


    Quelle édification pour l'âme recevons nous des uns les autres !


    Cette phrase, ce n'est pas une interrogation, c'est une affirmation, et plus encore, un cri qui se veut être, afin de faire savoir une vérité au plus grand nombre, tel un partisan des plus féru pour son candidat à une élection présidentielle.


    Si je dis cela, c'est parce que même sans que nous en ayons conscience, une simple phrase, ou juste un mot que nous pouvons dire ou poster, peut avoir un effet grandiose insoupçonnable pour quelqu'un d'autre. Et cette phrase, dite ou postée, peut bouleverser un coeur à tout jamais, dans la situation de vie qui est la sienne.


    C'est ce qui c'est passé précisément pour moi aujourd'hui par la lecture d'un post d'un frère.
    Ce frère, c'est @etienne lorant. Mais son post ne fut pas posté ici sur l'Imitation de Jésus Christ, mais sur un autre forum catholique, bien plus petit, mais l'un des plus anciens sur le net.
    Son commentaire de l'évangile du jour à été pour mon âme comme un fer rougi au feu qui marquerait à jamais le corps d'un étalon.


    Avant de citer sa phrase qui m'a si secouer intérieurement, il me faut vous relater quelque chose:
    Jusque là, je n'ai jamais eu une grande proximité de coeur avec sainte Bernadette Soubirous.
    Je prie pourtant chaque jour le chapelet avec KTO en direct de Lourdes, mais Bernadette elle même m'est "indifférente". 
    Je n'ai jamais ressenti avec elle, cette proximité d'âme comme il y a entre Thérèse et moi, ou padre Pio ... saint Paul ... Gemma Galgani ... Elisabeth de la Trinité, sans parler de Marie et Joseph évidemment.
    Mais dimanche dernier, j'ai été comme vraiment attristé du fait que c'était le dimanche de Pâques, et que tout à été uniquement axé sur la Résurrection de Notre Seigneur au niveau de l'Eglise, alors qu'en même temps c'était sa fête, et que nulle part, il a été fait mention d'elle.


    Cela m'a tant peiné pour elle, que je me suis volontairement approché d'elle en mon coeur, lorsque je me suis couché. Et depuis dimanche, il s'est créé un véritable lien qui s'est approfondi de jour en jour entre Bernadette et moi. Jusqu'à ce matin, ce n'était pas encore au niveau de mes autres amis de l'Eglise Triomphante, mais ça s'en rapprochait. 




    Et ce matin, coup de massue ! Comme chaque jour, je vais lire le commentaire d'Etienne sur l'évangile du jour, et je lis ceci :


    " ... sainte Bernadette qui déclarait avec un humour désarmant: "Ma profession, c'est malade !..." 


    Cette phrase, elle m'a véritablement relevé à tout jamais.
    En fait je ressens que sainte Bernadette, c'est elle qui est venu m'accoster depuis dimanche, pour me préparer de plus en plus à accueillir cette phrase en mon coeur, pour la faire mienne.
    Et ce qui est encore plus merveilleux, c'est qu'elle à été missionnée par le Seigneur pour venir m'apporter elle même la Vérité au moyen du post d'Etienne.


    Car ce qu'il est concrètement, c'est que je me rabaisse de plus en plus chaque jour, au point de plus m'aimer. Ça pourrait passer pour de l'humilité, mais je sais qu'il en est tout autrement, que c'est un péché. Et surtout qu'il s'accentue de mois en mois, de semaine en semaine, de jour en jour.
    Tant que je souffrais en mon corps, mais que je pouvais néanmoins travailler comme tout le monde, ça passait. 
    Quand je fus mis à mi temps, ça allait toujours, même mieux car je pouvais prier davantage et aller à la messe bien plus souvent en semaine.


    Quand j'ai été mis en invalidité totale en novembre 2015, au début ça allait encore bien plus.
    Quand mon état me le permettait, je fus ravi de pouvoir aller à la messe chaque jour.
    Mes temps de prières, d'oraisons, d'intercessions, occupèrent alors la plus grandes parties de mes journées. C'était merveilleux.
    Mais peu à peu, je me suis mis à me dégoutter moi même, parce que j'avais l'impression d'être un imposteur aux yeux des autres, surtout à ceux qui souffraient réellement, bien plus que ce que je laissais paraître aux regards des gens.
    Car je côtoies  beaucoup de personnes handicapées diverses, qui ont des souffrances quotidiennes autrement plus intenses que les miennes.


    Il s'est ajouté ensuite à cela, le dégoût pour moi même de devoir être un mari qui laisse tout faire à sa femme, tant dans la maison que dehors. Je me suis hautement accusé d'être un fainéant de première catégorie au lieu d'être une personne handicapée.
    Et bien que mon corps ne peut plus effectivement rien faire, je sombrais toujours de plus en plus dans ce dégoût de mon être. 
    J'avais beau offrir ces douleurs intérieures aux Coeurs unis de Jésus et Marie pour Leurs intentions, pour les âmes du Purgatoire et la conversion de ceux qui rejettent Dieu, de la même manière que je le fais pour mes souffrances physiques, rien n'y faisait, je me mésestimais de plus en plus.


    Mercredi dernier, il s'est passé autre chose en moi. J'ai souffert atrocement en mon corps, comme rarement ça le fut, au point d'avoir été conduit aux urgences médicales et d'avoir faillit m'évanouir entre les bras de mon épouse et ceux du médecin.
    Je suis monté à une tension artérielle hors normes, avec une température de cadavres, 34°c !


    Bien que ce qu'il se passait était la confirmation qu'il m'était dorénavant impossible de prendre tout médicament quels qu'ils soient, aussi bien des antidouleurs que du sirop contre la toux, je me trouvais dans une grande paix intérieur, alors que je sentais intérieurement que mon état de santé allait en s’aggravant. Je n'avais plus ce dégoût de moi même.
    Mais étrangement, mes pensées allaient vers le Ciel comme à l'accoutumée, mais plus spécifiquement vers sainte Bernadette, sans savoir pourquoi.

    Puis ce matin, je lus les écrits d'Etienne. Et tout fut autre en mon coeur.


    Par pure grâce, le Seigneur à voulu pour moi une reconversion professionnelle, et non pas juste un arrêt maladie abusif, comme je le percevais.

    De technicien plasturgiste, il m'a voulu à présent comme fournisseur de souffrances à offrir.

    Alors Jésus, ne m'épargne pas les heures supplémentaires, et que Ste Bernadette puisse remettre elle même mon rendement à Marie !


    Dernière édition par Thierry le Mer 26 Avr - 4:06, édité 1 fois


    _________________
    Plus tu t'effaceras et te dépouilleras intérieurement vis-à-vis de tes saints ressentis intérieurs, plus tu porteras de fruits dans tes actes, et plus cette dévotion portera de fruits célestes.

    .
    Emmanuel
    Emmanuel
    Administrateur

    Masculin Messages : 1676
    Date d'inscription : 16/01/2016

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Emmanuel le Sam 22 Avr - 7:54

    Bonjour @Thierry,

    Quel beau témoignage tu offres. Merci de t'ouvrir ainsi, en toute simplicité. Cela peut faire tant de bien à des âmes qui vivent des choses qui rejoignent un peu les tiennes.

    "Fournisseur de souffrances à offrir", c'est, d'une certaine façon, le plus grand et le plus beau métier. Souffrir et offrir avec Amour, c'est quelque chose de bien peu compris, y compris dans notre belle religion catholique.

    Puisse le Seigneur te soutenir par Sa Grâce tout au long de la suite de ton chemin.

    En effet, il n'y a pas à s'avilir et à ne pas s'aimer pour une certaine inactivité apparente.

    Car souffrir et offrir, c'est une activité d'Amour spirituel de tous les instants. C'est imiter le Christ, ainsi que les saints qui ont aussi emprunté ce chemin.

    Que le Seigneur soit béni, car il t'aide à prendre la plus rude des voies qui mène à Lui, la plus rude, la plus sanglante, mais surtout la plus lumineuse et porteuse de fruits pour ton âme et pour toutes les âmes.

    Amicalement,

    Emmanuel
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 1919
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - diocèse de Rouen
    Saint intercesseur : Ste Thérèse de Lisieux - Marcel Van - Padre Pio - Ste Faustine

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Thierry le Sam 22 Avr - 13:12

    Oh oui Emmanuel, comme tu le dis si bien en terminant ta réponse; amicalement !

    Oui, amicalement, fraternellement, union d'âmes véritable entre nous, cher frère en Christ Ressuscité, 
    car c'est à toi en premier auquel je pensais toujours, toi qui jamais ne te plains, toi qui ne laisses jamais rien paraître, lorsque je me déjugeais au plus haut point parce que tes souffrances sont autrement plus insupportables que les miennes.

    Mais j'ai réellement compris avec le coeur, quelque chose que je connaissais qu'avec les mots:
    c'est que sans une immense grâce spécialement offerte par le Seigneur, personne ne pourrait de lui même acquiescer la plus petite souffrance qui soit pour la Lui offrir. 
    A chacun est donné le maximum de ce qu'il est capable de supporter. On n'a pas à juger et à mépriser de façon ironique quelqu'un qui semble souffrir atrocement pour quelque chose qui nous parait un petit rien du tout comparé à nous. 
    Et donc inversement ; on n'a pas à ce mépriser soit même parce qu'il nous semble que nos souffrances soient à un degré bien inférieure qu'un frère ou une sœur qui n'est pas en invalidité totale lui, elle !

    Il nous faut sans cesse savoir nous resituer dans le Corps du Christ. Si mon frère est tel un membre ou un organe près du coeur, alors que moi même suis un ongle de pied, nos charismes et nos spécificités reçues de Dieu seront différents.



    Le tout est d'agir comme Pierre dans l'évangile d'hier. S'entendre dire à notre âme que le Seigneur Jésus est là, sur le rivage et qu'il nous attend. Puis revêtir l'habit et se jeter à l'eau pour le rejoindre.

    Revêtir le vêtement, c'est faire le contraire d'Adam. 
    Car dès qu'il a péché, il s'est vu nu, c'est à dire que pour se voir nu, c'est que son regard à cessé de n'être que sur Dieu pour se porter sur lui seul.
    Pierre, lui, à justement passé son habit pour cesser de voir sa nudité afin de ne regarder que le Seigneur uniquement et s'élancer à tout jamais vers Lui seul.
    Il n'y a plus rien d'autre alors qui ne compte en dehors de l'Amour, et surtout pas nos capacités de devoir souffrir différemment en réparation et offrande. L'essentiel est d'aimer.

    En tout cas, merci sainte Bernadette !
    Sois Béni, Ô Seigneur de m'avoir confié à elle pour me relever.
    Sois pareillement Béni Ô mon Dieu, pour nous faire grandir en Toi par nos frères et sœurs, par leurs paroles, par leurs posts.

    Alléluia, je T'aime Trinité Sainte, je t'aime Maman !

    Ô mon Jésus, je T'aime à la place de ceux qui Te rejettent ou qui T'ignorent délibérément ou non !


    _________________
    Plus tu t'effaceras et te dépouilleras intérieurement vis-à-vis de tes saints ressentis intérieurs, plus tu porteras de fruits dans tes actes, et plus cette dévotion portera de fruits célestes.

    .
    Fleur
    Fleur

    Féminin Messages : 948
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Saint intercesseur : N.D de Guadalupe ,St Joseph , Ste Anne et St Joachim, St Louis , Ste Jehanne d'Arc , le St Curé d'Ars St Maurice Duault ,

    Reconversion professionnelle

    Message par Fleur le Sam 22 Avr - 16:58

    Bonjour @ tous et merci @ Thierry pour ton profond et émouvant témoignage .
    Fleur
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 1919
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - diocèse de Rouen
    Saint intercesseur : Ste Thérèse de Lisieux - Marcel Van - Padre Pio - Ste Faustine

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Thierry le Mer 26 Avr - 3:57

    A vous qui souffrez ! ► Membres ou visiteurs :


    Bonjour à tous.

    J'aimerai vous faire bénéficier à vous toutes et tous qui souffrez de quelques façons que ce soit, d'un extrait de la méditation d'hier, 16e jour de préparation à la consécration au Cœur Immaculé de Marie, le 13 mai prochain.





    ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::



    Les sacrifices demandés

    La Sainte Vierge et l’Ange ne se sont pas contentés de demander des sacrifices ; ils ont aussi donnés quelques précisions sur les sacrifices à faire.
    L’Ange définit les sacrifices (2e apparition) comme « tout ce que l’on peut offrir » ou encore «  les souffrances que le Seigneur nous envoie. » Si la première expression peut inclure des sacrifices que l’on s’impose, la deuxième expression par contre signifie clairement que les sacrifices demandés sont ceux que nous ne choisissons pas. Ce sont donc toutes les souffrances physiques dont nous sommes affectés et toutes les contrariétés ou souffrances morales que nous rencontrons.
    Notre-Dame les définit de la même façon : « toutes les souffrances que Dieu voudra vous envoyer ». Encore une fois, elle confirme donc ce qu’a dit l’Ange l’année précédente.
    Ainsi, les sacrifices demandés ne sont pas des pénitences que nous nous imposerions, mais l’acceptation des croix que nous rencontrons sur notre chemin.


    Les précisions de Notre-Seigneur

    Plus tard, Notre-Seigneur précisa Lui-même les sacrifices qu’Il désirait. Dans une lettre du 28 février 1943, sœur Lucie confia à Monseigneur Feirrera qui fut un de ses conseillers spirituels :
    Voici la pénitence que le Bon Dieu demande aujourd’hui : c’est le sacrifice que chacun doit s’imposer à soi-même pour mener une vie de justice dans l’observance de sa loi. Et Il désire que l’on fasse connaître clairement cette voie aux âmes, car beaucoup donnent au mot "pénitence" le sens de grandes austérités, et comme elles ne se sentent ni force ni générosité pour cela, elles se découragent et se laissent aller à une vie de tiédeur et de péché.
    Du jeudi au vendredi, me trouvant dans la chapelle avec la permission de mes supérieures, à minuit, Notre-Seigneur me dit : « Le sacrifice qu’exige de chacun l’accomplissement de son propre devoir et l’observance de ma loi, voilà la pénitence que je demande et que j’exige maintenant ».
    Deux mois plus tard, dans une lettre du 4 mai 1943, elle confia au père Gonçalvès, un autre de ses directeurs spirituels qui avait été envoyé au Mozambique deux ans plus tôt :
    Il désire que l’on fasse comprendre aux âmes que la véritable pénitence qu’Il veut et exige maintenant consiste avant tout dans le sacrifice que chacun doit s’imposer pour accomplir ses propres devoirs religieux et matériels.
    Les sacrifices demandés sont donc les efforts que nous devons faire pour :
          - observer la loi de Dieu, notamment la loi morale,
          - respecter les exigences de sa justice,
          - accomplir son devoir d’état quotidien.
    Il n’y a donc aucune pénitence que nous nous imposerions délibérément.

    Et sœur Lucie le confirmera de nombreuses fois, notamment à John Haffert, le fondateur de l’Armée bleue : « Par sacrifice, Notre-Dame a dit qu’elle entendait l’accomplissement loyal du devoir d’état quotidien de chacun. (…) Nous devons prier afin d’obtenir les forces pour être capables d’accomplir notre devoir quotidien. »
    Voici également ce qu’elle écrivit à Monseigneur Palha :
    La pénitence du devoir d’état accompli parfaitement, voilà ce que Notre-Dame réclame. Il y a des âmes qui pensent à de grandes mortifications extraordinaires, à des macérations, dont elles ne se sentent pas capables, si bien qu’elles perdent courage. Lorsque Notre-Dame exige la pénitence, Elle parle de l’exact accomplissement du devoir d’état : c’est cela la sainteté.
    Cela n’a ne signifie nullement qu’il ne faut pas, de temps en temps, s’imposer des pénitences. Les petits voyants ne manquaient aucune occasion de faire des sacrifices. Voici ce que rapporte Lucie dans son premier mémoire :
    Jacinthe prit tellement à cœur les sacrifices pour la conversion des pécheurs qu’elle ne laissait passer aucune occasion. Il y avait quelques enfants, fils de deux familles de Moita, qui passaient de porte en porte à mendier. Nous les rencontrâmes un jour alors que nous allions avec notre troupeau. En les voyant, Jacinthe nous dit : « Donnons notre goûter à ces pauvres enfants pour la conversion des pécheurs ! » Elle courut le leur porter.
    Lucie rapporte de nombreux épisodes analogues dans ses mémoires. Mais ces sacrifices volontaires, s’ils ont bien sûr une grande valeur pour obtenir la conversion des pécheurs, ce ne sont pas ceux qui sont demandés par Dieu. Et c’est bien comme cela que les petits voyants l’on comprit. Voici comment ils réagirent après la deuxième apparition de l’Ange : « Dès ce moment, nous avons commencé à offrir au Seigneur tout ce qui nous mortifiait, mais sans chercher à nous imposer des pénitences particulières. »

    Cette pratique est donc simple et accessible à tout le monde. Il ne s’agit pas de s’imposer des mortifications ou de réciter de nombreuses prières. Non ! Ce que le Ciel nous demande, c’est d’accomplir honnêtement notre devoir d’état, de respecter la loi divine, d’accepter avec humilité tous les efforts que cela demande et d’offrir ces efforts pour obtenir la conversion des pécheurs et pour réparer les outrages commis envers les cœurs de Jésus et de Marie. Pour cela, nul n’est besoin d’une compétence particulière ou d’une volonté surhumaine, même si cela demande une volonté solide. 



    Une dévotion parfaitement évangélique

    Cette pratique d’offrir des sacrifices pour obtenir le salut des pécheurs est parfaitement conforme à l’esprit de l’Évangile. Car Dieu s’est incarné pour sauver les pécheurs et le Christ a souffert pour sauver les pécheurs. Le message de Notre-Dame n’est donc qu’un rappel de l’enseignement de l’Église depuis toujours.
    Il n’y a d’ailleurs pas qu’à Fatima que le Ciel rappela cet enseignement. À peu près à la même époque, le 23 mars 1921, à Poitiers, Notre-Seigneur confia à sœur Josefa Ménendez :
    Écoute, Josefa Il y a des âmes chrétiennes et même pieuses qu’une attache suffit parfois à ralentir dans le chemin de la perfection. Mais l’offrande qu’une autre Me fait de ses actions, unies à mes Mérites infinis, leur obtient de sortir de cet état et de reprendre leur course en avant.
    Beaucoup d’autres aussi vivent dans l’indifférence et même le péché. Aidées de la même manière, elles retrouvent la grâce et se sauveront un jour.
    D’autres encore, et bien nombreuses, sont obstinées dans le mal et aveuglées par l’erreur. Elles se damneraient, si les supplications d’une âme fidèle n’obtenaient que la grâce touche enfin leur cœur. (Tiré de Un appel à l’amour)
    Alors, comprenons bien le sens des efforts que nous demande le Ciel. Et chaque fois que nous sommes devant une souffrance de la vie quotidienne, offrons-la pour la conversion des pécheurs si possible en récitant la première prière enseignée par Notre-Dame. Et si nous ne pensons pas à la dire sur le moment disons-la au moment de notre prière du soir pour offrir toutes les souffrances de la journée à cette intention.



    Source : " contact@fatima100.fr "


    _________________
    Plus tu t'effaceras et te dépouilleras intérieurement vis-à-vis de tes saints ressentis intérieurs, plus tu porteras de fruits dans tes actes, et plus cette dévotion portera de fruits célestes.

    .
    Yohann
    Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 2407
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 31
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Yohann le Mer 26 Avr - 5:08

    Merci Thierry pour ton très beau témoignage. Je t'encourage à persévérer dans l'Amour qui nous porte.
    Rendu au ciel toutes ces souffrances tu ne t'en souviendra plus ou presque tellement tu seras heureux plonger dans l'Amour de Dieu. Bon courage mon frère.  Colombe

    En UDP  Prie


    _________________
    Eucharistie

                             




    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Françoise
    Françoise

    Féminin Messages : 656
    Date d'inscription : 17/02/2017
    Age : 47
    Localisation : Bourgogne
    Saint intercesseur : Saint Jean Marie Vianney-Sainte Thérèse de Lisieux et Saint Joseph,

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Françoise le Mer 26 Avr - 20:50

    Merci Thierry pour votre témoignage très touchant ,et merci aussi pour cet enseignement sur les sacrifices,c'est très intéressant et cela fait réfléchir!!
    Myriam85
    Myriam85

    Féminin Messages : 76
    Date d'inscription : 25/01/2016

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Myriam85 le Mer 26 Avr - 22:06

    C'est une belle réflexion Thierry et un beau témoignage.
    Il nous faut bien essayer de le mettre en pratique.
    Cela me rappelle aussi un enseignement de Léandre Lachance qui disait que ce qui plait le plus au Seigneur c'est le sacrifice de notre volonté, pour accepter totalement la Sienne.
    Gloire à toi Seigneu
    Emmanuel
    Emmanuel
    Administrateur

    Masculin Messages : 1676
    Date d'inscription : 16/01/2016

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Emmanuel le Sam 29 Avr - 6:00

    Bonjour @Thierry,

    En parcourant les très beaux enseignements de l'Esprit-Saint à Maria Valtorta dans "Leçons sur l'Épitre de Saint-Paul aux romains", j'ai lu ce passage que je te partage.

    J'espère que tu aimeras cela. Ça m'a fait penser à ta mission.

    Que le Seigneur te bénisse.

    Amicalement,

    Emmanuel

    Leçon n° 25

    7-11 juin 1948.
    Rm 7.

    Le Doux Hôte dit: (...)

    Le martyre de la douleur est toujours présent dans la vie des élus. Leur justice se manifeste, entre autres, dans leur ardeur à souffrir. Non seulement ils supportent avec résignation la douleur, mais ils la demandent comme huitième sacrement et comme neuvième béatitude, afin d'être unis à Jésus-Victime et en devenir l'image.

    C'est le sacrement non institué, c'est la béatitude qui n'a pas été proposée ouvertement par le Maître divin et Prêtre éternel. Mais ceux qui savent lire et comprendre l’Évangile, pas dans sa lettre mais dans son esprit, trouvent cette béatitude comme étant toujours proposée par les actions de Jésus, l'Homme du Sacrifice et de la Douleur. Ils trouvent ce sacrement-là qui n'a pas besoin de matière, ni de forme, ni de ministre, pour devenir un signe sensible et efficace de la grâce. Il est lui-même matière et forme de grâce, soit lorsqu'il transforme l'homme en victime résignée, soit lorsqu'il atteint un plus haut degré d'identification avec le divin Maître, le Très-Saint Rédempteur. Comment cela? C'est quand l'homme devient victime volontaire et agréée de Dieu, par où il est constitué ministre de sa propre immolation: un petit christ: le continuateur du sacrifice de Jésus-Christ.

    C'est par la douleur et la mort que Jésus a été "Jésus", c'est-à-dire Sauveur. C'est par la douleur et la mort que Jésus a atteint le but pour lequel il s'était fait Homme. C'est par la douleur et la mort qu'il a réalisé le dessein de Dieu dont le but était: faire de son Fils Unique, de son Verbe, l'Homme-Dieu, pour qu'il puisse être Donateur de la Grâce et Rédempteur pour les fils d'Adam, déshérités d'un don si sublime par la faute d'Adam.

    Et c'est encore ainsi, aujourd'hui et toujours: C'est par la douleur et le sacrifice d'holocauste que l'homme sauve, poursuivant ainsi l'oeuvre de salut initiée par le Christ. La douleur méditée, comprise, contemplée d'un regard surnaturel, n'est pas un châtiment dû à la rigueur divine, mais une grâce de l'amour divin. C'est une grâce que Dieu accorde à ses meilleurs fils pour qu'ils deviennent d'autres christs, par coparticipation.

    Oui, par coparticipation au calice amer, à la douloureuse passion qui a été le joug du Christ; joug très lourd, écrasant, à partir du Gethsémani, jusqu'au Golgotha et à la Croix. Ce joug est au-delà de vos forces si l'amour envers Dieu et envers le prochain n'est pas présent en vous pour le rendre "suave et léger". Suave et léger: s'il n'est pas tel pour la chair, il l'est sûrement pour le cœur, l'âme et l'esprit. C'est le parfait amour que le Verbe de Dieu nourrissait pour son Père et pour son prochain qui l'a fait avancer à la rencontre de sa Croix avec une sainte anxiété d'avoir "tout achevé".

    Toute sa Vie, c'est-à-dire son Éternité de Verbe, a été un élan orienté vers ce but à achever. Sa vie entière est animée de cet élan, que ce soit encore au temps où il était avec son Père dans le Ciel, ou au moment où il est descendu dans le sein de Marie pour son incarnation; depuis sa première respiration, aux années qui l'ont vu grandir en âge, grâce, sagesse, soumis à Marie et Joseph, et de la même façon, plus tard, il s'est soumis à la Loi et aux Volontés suprêmes de son Père Très-Saint, jusqu'à s'être consumé, où, en exhalant son esprit il dit: "Tout est achevé". Il avait enseigné que si le grain ne meurt pas, il ne donne pas de fruit. Il est mort, lui, le Vivant, l’Éternel, pour que les grains de son épi virginal deviennent le Pain de Vie destiné aux hommes.

    La douleur et l'holocauste sont une co-participation au sort du grain Très-Saint, Jésus, né de l’Épi immaculé et virginal. Elle est co-participation à l'amour parfait du Fils de l'homme pour ses frères, au point qu'il donne sa vie pour eux. Elle est co-participation à la sainteté du Christ, une sainteté que l'on atteint grâce aux renonciations, grâce au sacrifice, et grâce à la mort elle-même.

    Après s'être humilié jusqu'à la mort de la croix, Jésus a été exalté par le Père, et a reçu un Nom supérieur à tout autre nom. Un Nom si haut que tout doit se prosterner en adoration devant lui, soit sur la Terre, soit au Ciel.

    Ainsi, donc, celui qui par amour de son âme veut lui donner la vie éternelle et bienheureuse doit haïr sa chair et aimer même les persécutions et les infirmités qui détruisent la matière. Il doit pousser son amour jusqu'à aimer la croix de n'importe quel genre de martyre, matériel ou spirituel; il doit aimer la croix qui détache de la Terre et qui soulève vers le Ciel dans une élévation mystique, dans une "messe" du chrétien vraiment formé, "messe" qui transforme l'homme en hostie, une petite hostie désireuse d'être consumée avec la grande Hostie, Jésus-Eucharistie; "messe" qui transforme l'homme en un sacrifice eucharistique, de propitiation, d'imploration, de latrie. (...)
    M. Valtorta, Leçons sur l'Épitre de Saint-Paul aux romains, pp. 184-186.
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 1919
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - diocèse de Rouen
    Saint intercesseur : Ste Thérèse de Lisieux - Marcel Van - Padre Pio - Ste Faustine

    Re: SON plan, ou, la reconversion professionnelle ... voulue par Dieu !

    Message par Thierry le Dim 30 Avr - 16:57

    Oh, de tout coeur merci Emmanuel !

    Je ne fais que de lire seulement maintenant ton message. Ô merci Seigneur, en ce jour ou outre que l'Eglise fête de nombreux saints, dont certains me sont proches ( st Joseph-Benoit Cottolengo, ste Marie de l'Incarnation) c'est également la journée du souvenir des victimes des déportations nazis.

    Je vous rend grâce, Cœurs unis de Jésus et de Marie, de mettre ce document à ma disposition pour pouvoir prier pour vos enfants qui au Purgatoire, se purifient encore d'avoir été leur tortionnaires et leurs exterminateurs parce que l'ordre vous a été donné de le faire.

    Je n'ai pas pour habitude de pratiquer le "donnant donnant" avec vous, mes frères de l'Eglise souffrante, mais pour une fois, je vous demande qu'en retour, vous puissiez vous unir à ma prière, pour que le Seigneur et Sa Sainte Mère, qui est la notre aussi, viennent apporter eux même le réconfort et l'Amour à tous les déportés et prisonniers politico-religieux d'aujourd'hui. Que ce soit en Amérique centrale ou du sud, en Corée du nord, en Syrie et tout le moyen orient, en Afrique et dans le monde entier. 
    Et que le Seigneur et Marie puissent apporter la lumière de la Vérité au coeur de leur tortionnaires.

    Merci Emmanuel !
    En UDP


    _________________
    Plus tu t'effaceras et te dépouilleras intérieurement vis-à-vis de tes saints ressentis intérieurs, plus tu porteras de fruits dans tes actes, et plus cette dévotion portera de fruits célestes.

    .

      La date/heure actuelle est Lun 18 Mar - 14:30