Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9927
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Empty Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Message par Gilles le Dim 29 Mar - 17:13

     Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Mu0bdoc-Ev8goRFbgOVe5tKWx42zEi6A0UU-B4yuztWCwgWjPoWB2SEQtZ4b5SbiEovXITBYHZyBAHzS2KhXc_F7Vcw3-eu9ygGuj9YVqRR89TBMNd1AUnWJ6w

    Si vous devez vous placer en quarantaine volontaire, pas besoin de paniquer. Un peu d’organisation et de préparation suffisent. Pas besoin non plus de dévaliser l’épicerie du coin !

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Sac-c389picerie


    Isabelle Huot, docteure en nutrition et chroniqueuse au Journal, nous ouvre les portes de son garde-manger. 





    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Isabelle-huot-393fd756
    Avec ce qu’elle a dans son garde-manger, son congélateur, et son réfrigérateur, la docteure en nutrition Isabelle Huot, sans pour autant être alarmiste, se sent préparée à faire face à n’importe quelle situation.  
    L’idée n’est pas d’avoir de la nourriture pour six mois, mais bien d’être capable de s’organiser pendant 14 jours. 

    Planification 


    • Avant de faire ces commissions, il est important de savoir ce que vous avez déjà dans votre garde-manger, dans votre réfrigérateur et dans votre congélateur. Débutez votre planification en listant les produits que vous avez déjà et ceux qui vous manquent. Jetez ceux qui ont passé la date limite de conservation. 

     

    • La docteure en nutrition estime que, même si vous n’aurez pas à vous placer en quarantaine, il s’agit d’un exercice intéressant pour n’importe quel consommateur. « Voir un garde-manger bien rempli, cela permet de moins gaspiller, d’être plus autonome à la maison et d’être économe. » 

    Voici donc, dans le détail, un guide de préparation de votre garde-manger pour une possible quarantaine, en trois parties. 


    Un guide pratique signé MAPAQ 

    Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a publié il y a quelques années un guide pratique indiquant les durées d’entreposage à respecter au réfrigérateur et au congélateur pour les aliments périssables et moins périssables.

    • Intitulé « Thermoguide – Frais… c’est meilleur », cet outil nous apprend qu’il est possible de garder au réfrigérateur, à 4 °C, des saucissons secs entiers pour 2 à 3 semaines, un jambon cuit entier pour 7 à 10 jours ou encore des canneberges pour 2 semaines. Bref, un petit guide pratique à imprimer et à épingler sur la porte de son frigidaire.  





    Dans votre garde-manger 

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Thon12746314-4cdb-423c-9fcf-6e5f56f70d68_original

    Le garde-manger doit contenir une variété de produits d’alimentation non périssables, qui peuvent se garder entre un et deux ans, entreposés dans un endroit sec.   


    • Du lait et des boissons au soya, de longue conservation.   

               -Des produits céréaliers : des pâtes de blé entier, du couscous de blé entier, du riz, du quinoa ou encore des flocons d’avoine. « C’est parfait pour faire des repas rapides et on peut en faire beaucoup de portions. »   
              -Des pommes de terre, qui se conservent jusqu’à 9 mois lorsque placées dans un endroit sec et frais (autour de 10 °C). 

    • Des légumineuses, en conserves et en vrac : des lentilles corail, des haricots rouges ou encore des pois chiches. « Ce sont des protéines végétales, à mettre dans des chilis ou dans des soupes. Penser également aux pâtes aux lentilles, riches en protéines végétales.»  
    • Des tomates en conserve : « En dés ou dans le jus, c’est un aliment populaire pour faire des pâtes ou un chili. » 

             – Des fruits secs, comme des abricots et des raisins secs. « Notamment pour faire des muffins, précise Isabelle Huot.

    • Soyez sûrs d’avoir également de la farine de blé entier. »  

      –  Du thon en conserve, « pour faire des sandwichs ou encore des pâtes, plus tard ».  
     Votre garde-manger devrait également contenir des produits pour cuisiner et assaisonner, qui peuvent se garder entre six mois et deux ans à température ambiante. On pense notamment à de l’huile végétale, à du vinaigre et à des condiments. Pensez également aux épices que vous utilisez souvent, à de la moutarde de Dijon ou encore à des sauces piquantes. 


    Dans votre congélateur 

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Congelateurdbf035ee-b509-4150-bd27-67751e074871_original

    Votre congélateur contient un espace plus restreint, donc utilisez-le à bon escient.   


    • Des fruits surgelés en sac, comme des fraises, des mangues ou encore des bananes. « Pour un déjeuner, que ce soit dans un smoothie ou dans du yogourt », décrit Isabelle Huot. 
    • Des légumes surgelés en sac, comme des épinards, des petits pois, des brocolis ou des edamames.  
    • Des poitrines de poulet, pour des apports en protéines animales, et des filets de poisson. « Essayez de congeler les portions séparément », conseille Isabelle Huot. 
    • Du pain, des bagels ou encore des muffins anglais, pour n’importe quel repas de la journée.  



    Dans votre réfrigérateur :

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Refregerateur58873b09-0526-413f-a206-4a8db439dcc2_original
    En plus des aliments et des condiments ouverts que vous avez habituellement dans votre réfrigérateur et que vous utilisez régulièrement, faites de la place pour ces produits qui se gardent plus longtemps. Nous avons indiqué entre parenthèses leur durée de conservation à une température de 4 °C :  
                Des légumes racines, comme le panais (2 semaines), la carotte (3 mois) ou encore la betterave (3 semaines).  
                Des fruits, comme des agrumes (3 semaines pour le pamplemousse, l’orange et le citron), des pommes (3 à 4 semaines), des melons d’eau (2 semaines) ou encore des grenades (au moins 4 semaines). 
                Des produits laitiers, comme du beurre (3 semaines), du fromage à pâte ferme (5 semaines), du yogourt (3 semaines). Pensez à d’autres produits de lait fermenté riches en probiotiques, comme le kéfir.   
    Des œufs frais en coquille (3 à 4 semaines).   

    D’autres indispensables 

    Voici d’autres produits de première nécessité à avoir à la maison en tout temps. 


    ORDONNANCES ET MÉDICAMENTS 
    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Pilulesa4807a04-079d-41af-b414-04434a82fc63_original
                 -Assurez-vous d’avoir vos médicaments pour 14 jours. Si vous devez renouveler votre ordonnance, vous pouvez le faire auprès de votre pharmacien par téléphone ou en ligne. 

    • Songez également à avoir à la maison quelques médicaments en vente libre, pour lutter contre la fièvre, la douleur ou les symptômes de la grippe, ainsi qu’une trousse de premiers secours.  

    Soyez attentif à la quantité de médicaments réellement nécessaires. Pas besoin de prévoir pour plusieurs mois, 2 à 3 semaines suffisent. 


    DES PRODUITS HYGIÉNIQUES 

    Ne dévalisez pas la rangée de produits hygiéniques de votre magasin de proximité, mais pensez à acheter du papier toilette, des mouchoirs, des produits hygiéniques féminins, du dentifrice, des couches, si vous avez des enfants en bas âge, et autres produits de nécessité pour deux semaines, pour une utilisation normale. 


    DES PRODUITS DÉSINFECTANTS 

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Nettoyant9475c268-f129-4c32-874e-0f8edb993168_original
    Vous aurez sans doute de la difficulté à trouver du Purell.
    Tournez-vous vers un incontournable, le savon en barre ou en gel, et vers d’autres produits antiseptiques pour désinfecter poignées de porte, comptoirs de cuisine, téléphones, etc., comme des lingettes, des vaporisateurs en bouteille, de l’alcool à friction ou de l’eau de javel. Pensez également aux gants en latex. Encore une fois, une quantité normale pour 2 à 3 semaines devrait convenir. 


    BONNE RETRAITE…BON CARÊME EN COMPAGNIE DE JÉSUS, MARIE , JOSEPH, L’ESPRIT-SAINT, NOTRE ANGE GARDIEN, NOTRE SAINT PRÉFÉRÉ,
    ET LES ÂMES DU PURGATOIRE
    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Apostolat-des-coeur-unis-jc389sus-marie-saint-joseph


    https://www.journaldemontreal.com/2020/03/14/covid-19-quoi-prevoir-sil-faut-vous-isoler-pendant-14-jours

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  9k=


    Dernière édition par Gilles le Jeu 2 Avr - 20:57, édité 1 fois


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9927
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Empty Re: Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Message par Gilles le Dim 29 Mar - 21:53

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  38612100-sch%C3%B6ner-mann-in-einem-supermarkt-einkaufen

    Coronavirus : 15 aliments à avoir chez soi en cas d'isolement

    Il est possible – et souhaitable! – de manger des repas équilibrés en période de quarantaine. Voici les conseils du nutritionniste Hubert Cormier afin de mieux choisir les aliments qui constitueront vos « réserves ».

    Avec la propagation du coronavirus au Canada, plusieurs personnes ont pris d’assaut les épiceries pour faire provision de nourriture . Avant de se ruer dans les supermarchés, quelques trucs s’imposent afin de faire des achats plus avisés.

    Une bonne planification des repas de la semaine favorise tout d’abord une alimentation variée, composée de fruits et légumes, de produits à grains entiers et d’aliments protéinés.

    Il ne faut pas oublier non plus de faire l’inventaire de son réfrigérateur et de son garde-manger afin de consommer rapidement les produits frais. "Faites aussi l’inventaire de votre congélateur. Peut-être reste-t-il des plats que vous avez congelés, des repas préparés ou emballés sous vide ou encore des légumes et des fruits surgelés", conseille Hubert Cormier.

    Le nutritionniste encourage d’ailleurs les gens à se procurer un appareil d’emballage sous vide pour congeler les produits frais.

    Des conserves, mais pas n’importe lesquelles

    Les produits en conserve doivent quant à eux être choisis avec soin, car ils comprennent bien souvent beaucoup de sodium. Hubert Cormier suggère d’opter pour les produits qui contiennent peu de sel et si possible pour ceux sans sel ajouté.


    Les conserves de légumineuses sont une bonne source de protéines, renferment des fibres ainsi que plusieurs vitamines et minéraux. Les poissons en conserve sont aussi un excellent choix et permettent d’ajouter facilement des protéines à un plat de pâtes ou à un sandwich.   Hubert Cormier, nutritionniste
    Le nutritionniste met toutefois en garde contre les conserves endommagées. Celles-ci peuvent être contaminées par la bactérie Clostridium botulinum, qui peut provoquer de graves intoxications alimentaires.

    Le nutritionniste met toutefois en garde contre les conserves endommagées. Celles-ci peuvent être contaminées par la bactérie Clostridium botulinum, "qui peut provoquer de graves intoxications alimentaires".

    Les essentiels de l’alimentation au temps du coronavirus


    Santé Canada conseille à la population sur son site Internet (Nouvelle fenêtre) de se constituer des réserves progressivement afin d’éviter d’avoir à sortir de la maison au sommet de l’éclosion ou pendant que vous êtes malade, mais donne très peu d’information quant à la quantité de provisions à se procurer, hormis qu’elles devraient être achetées pour quelques jours, pas pour des mois ou des années.

    Les réserves devraient contenir plusieurs aliments de haute valeur nutritionnelle, rassasiants et sains, explique Hubert Cormier. La longue durée de conservation des aliments est aussi un facteur à considérer.

    Le nutritionniste a dressé une liste – non exhaustive – de 15 aliments essentiels qui devraient garnir les tablettes de notre réfrigérateur, de notre congélateur et de notre garde-manger.

    15 aliments essentiels

    1. Les noix

    2. Les fruits séchés ou lyophilisés (déshydratés)

    3. Les graines (citrouille, soya, chia, tournesol)

    4. Les beurres de noix (ou leur version en poudre)

    5. Les flocons d’avoine

    6. Plusieurs types de farines (farine tout usage, blé entier, à pain, à pâtisserie, etc.)

    7. Les légumineuses en conserve

    8. Les légumes et fruits surgelés

    9. Le lait évaporé ou lait UHT

    10. La boisson de soya (se conserve à la température de la pièce jusqu’à l'ouverture du contenant)

    11. La protéine végétale texturée (PVT)

    12. La levure nutritionnelle (pour son apport en protéines)

    13. Les conserves de thon, de saumon, de sardines et de moules

    14. Les viandes, volailles et poissons surgelés

    15. Les pâtes alimentaires*


    *Essayez les pâtes à base de lentilles, de haricots noirs ou même à base de grillons pour davantage de protéines.

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Z Hubert Cormier - Nutritionniste & Diététiste

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  CvjL9BAEQRAEQRAEQRAEQRAEQRAEQRAEQRAEQRAE8bfzL1vcbRQTmFisAAAAAElFTkSuQmCC


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9927
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Empty Re: Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Message par Gilles le Lun 30 Mar - 18:19

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  22496569044_3b6618343b_b

    Les conseils d'un diététicien-nutritionniste pour surmonter le confinement

    Pour faire face à une période de confinement prolongée, une alimentation équilibrée est primordiale.

    Le diététicien-nutritionniste Charles Brumauld , invite à rester vigilant tout en s’autorisant des moments « plaisir ».

    Notre alimentation peut-elle nous aider à lutter contre un virus ?

    Aucun type d’aliments ne peut guérir du coronavirus. En revanche, une alimentation équilibrée peut aider à soutenir le système immunitaire ou alléger notre digestion (et donc, économiser un peu d’énergie !). D’un point de vue général, une alimentation saine va aider notre corps à accomplir ses fonctions. Par exemple, continuer à réfléchir, lire, écrire, maintenir sa température à 37°C ou effectuer des tâches ménagères.

    Faut-il veiller à ne pas se laisser aller ?

    S’autoriser un peu de flexibilité. La dimension «plaisir» pour se réconforter est importante, surtout en cette période stressante de confinement. Comme les câlins ou le sexe, l’alimentation a une fonction de réconfort. Manger quelque chose de gras, sucré, salé, «crousti-fondant» ou les quatre à la fois, c’est ok. Cela peut même stabiliser l’humeur. Au final, on a moins d’incidence sur la prise de poids si on arrive à s’autoriser pleinement ces moments et sans culpabilité, que si l’on est trop dans le contrôle (et dans les « dérapages »).

    Faut-il s’organiser et planifier ses repas plusieurs jours à l’avance ?


    Si ça vous occupe, et que vous prenez du plaisir à cuisiner, tout à fait. Mais c’est rare de savoir ce dont on aura envie dans trois jours. Avant un repas, s’écouter et s’interroger sur ce dont on a envie. On peut sortir faire les courses, c’est autorisé. Et puis on peut aussi cuisiner avec ce qui reste dans le réfrigérateur ou les placards. Par exemple, des lentilles, du riz, qu’on revisite en ajoutant des oignons et un peu d’imagination (les épices !). Il est possible de tenir pas mal de jours avec des fonds de tiroir.

    Les Français se sont rués sur les paquets de pâtes… Peut-on se passer des produits frais ?

    Effectivement, en cas de panique, on se dirige plus vers des aliments à forte densité énergétique. Il y a moins de place pour le frais. Pourtant les fruits et légumes frais sont riches en vitamine C, très importante pour le système immunitaire.

    Pour un apport quotidien, on pourra opter pour une orange entière, voire pour un jus d’orange pressé de temps en temps. Un bon gros kiwi couvre aussi les besoins pour la journée. C’est riche en fibres et en antioxydants.

    Pour vous donner un repère : une crudité le midi, bien mastiquée pour éviter les ballonnements : dix fois, vingt fois. Plus il y a de la bouillie, mieux c’est. Ajoutez un autre fruit de saison en collation, par exemple.

    Les légumineuses (haricots, pois, fèves…) sont-elles une alternative plus intéressante que les pâtes ?

    Ce qu’il faut c’est de la variété. Par exemple, des pâtes au beurre, c’est bon, mais ennuyeux à la longue. Mais si on y ajoute quelques pois ou des fèves, ça devient plus intéressant sur le plan nutritionnel. Les enfants, eux, préfèreront souvent une assiette de nouilles à un plat de céréales/légumineuses.

    Mais si vous prenez un dahl de lentilles corail avec du riz blanc vous aurez un plat bicolore, en soignant la présentation. Rajoutez une troisième couleur avec du persil pour retenir leur attention et faites-les participer ! L’important est de prendre d’un peu de tout dans les différentes familles d’aliments (viandes, poissons, céréales, légumineuses, matières grasses…) et de varier les sources de plaisir et de nutrition dans chaque famille.


    Que dire des produits surgelés ?

    Le surgelé peut être une alternative. Je pense notamment aux sachets de légumes prédécoupés. Les plats tout faits, un peu moins (exhausteurs de goût, additifs…). Mais ponctuellement, après une journée compliquée, une pizza, ça calme tout le monde. C’est convivial.

    Faut-il se méfier du grignotage surtout quand le réfrigérateur n’est jamais loin ?

    Peut-être prêter attention à ses sensations alimentaires. La faim est le reflet d’un besoin énergétique. Donc si l’on a faim, on mange. Ensuite, les temps de repas sont importants, même quand on est seul. Par exemple, y consacrer 20 minutes, sans écrans. D’autant plus que le confinement nous plonge dans les écrans. Ça fera une pause ! L’idée est de faire appel à tous ses sens, prendre le temps de mâcher, pour parvenir à une meilleure sensation de satiété, manger ce dont on a besoin et envie, et peut-être, moins grignoter.

    Y-a-il des aliments « magiques » que vous recommandez pour cette période de confinement ?

    Pour surveiller son poids, non. C’est la quantité qui compte. En revanche pour la santé et le bien-être, on peut privilégier les oléagineux, riches en protéines et en minéraux : noix, noisettes, amandes…Un creux de mains d’amandes bien mastiquées, par exemple. Les fruits secs, comme les abricots ou les raisins, se prêtent aussi à une dégustation « en conscience » puisqu’ils impliquent une mastication.

    Enfin, des matières grasses de qualité, comme les oméga 3, des acides gras plutôt cardio-protecteurs. On en trouve dans les petits poissons gras (sardines, maquereaux, anchois) et dans le végétal, comme l’huile de lin ou de colza (en assaisonnement).


    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  ZCharles Brumauld - Diététicien-nutritionniste

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Mb9wBi14TiYHjAAAAAElFTkSuQmCC


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9927
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Empty Re: Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Message par Gilles le Mer 1 Avr - 16:31

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Legumes-conserves

    Fruits et légumes: frais, surgelés, en conserve ?

    Pour bien s’alimenter, faut-il toujours manger frais? Les produits surgelés ne sont-ils pas aussi sains? Quant aux conserves, devrait-on les bannir de son menu? Faisons le point sur la valeur nutritive de ces différentes formes d’aliments.

    Croquer à belles dents dans une pomme qu’on vient tout juste de cueillir soi-même est une expérience gustative optimale, sans comparaison aucune avec le fait de mâchouiller, en février, ce qui nous semble n’être qu’une pâle imitation de ce même fruit...

    Les aliments frais

    Le mot-clé: fraîcheur. C’est une question de goût, mais aussi de valeur nutritive. De manière générale, plus un aliment est frais, plus sa valeur nutritive est élevée. La teneur en vitamines et en minéraux des fruits et des légumes commence à diminuer dès la récolte. Ces nutriments sont tout particulièrement sensibles à la lumière, à l’oxygène, à la chaleur et, bien sûr, aux procédés de transformation. Plus le temps passe, plus ces «agents agresseurs» font leur œuvre.

    Attention, toutefois: il ne sert à rien d’acheter le brocoli le plus riche qui soit en vitamine C si c’est pour le noyer ensuite dans trois litres d’eau bouillante pendant 20 minutes! Règle générale, afin de préserver les propriétés des légumes, on les mange crus ou on les cuit à la vapeur ou dans un peu d’eau, et pas très longtemps! Une cuisson au wok ou quelques minutes passées au micro-ondes sont tout aussi envisageables.

    Les aliments surgelés

    Lorsqu’on ne peut avoir accès à des produits vraiment frais, comme en plein hiver, on peut aisément se tourner vers les fruits et légumes surgelés. Si leur texture est parfois moins intéressante, leur valeur nutritive est comparable. Ces aliments sont traités immédiatement après la cueillette, ce qui réduit au maximum la perte des nutriments. Le procédé de surgélation lui-même aide aussi à leur préservation. Les aliments sont lavés, blanchis, souvent coupés (pratique!), puis amenés très rapidement à basse température.

    Important: la vitamine C est particulièrement sensible à la chaleur. Le procédé de blanchiment qui précède la surgélation entraînerait une perte d’environ 35 % de la teneur en vitamine C du brocoli, par exemple. À l’inverse, ce même procédé peut augmenter la concentration de certains antioxydants, comme le bêtacarotène de la carotte et le lycopène de la tomate.

    Les aliments en conserve

    Le traitement thermique appliqué aux aliments avant leur mise en conserve détruit de 30 à 50 % des vitamines, selon l’aliment. Quant aux minéraux, s’ils résistent mieux à la chaleur, ils se «perdent» littéralement dans l’eau de dissolution des conserves.


    À cette règle de base, une exception notable: les légumineuses, une source exceptionnelle de protéines et de fibres. Lentilles , haricots rouges, pois chiches et autres de la même famille tolèrent fort bien la mise en conserve. La valeur nutritive des légumineuses en boîte est comparable à celle des légumineuses sèches.

    Cela dit, malgré la perte en nutriments, la consommation de fruits et de légumes en conserve n’est pas, en soi, un «mauvais» choix. Mieux vaut manger des fruits et légumes sous cette forme que ne pas en manger du tout. Surveillez les étiquettes, notamment le sucre ou le sel selon le cas. En effet, le plus gros défaut des légumes et fruits en conserve demeure leur teneur en sel ou en sucre. C’est pourquoi on recommande de les rincer avant de les manger (oui, même les fruits!).

    Faire de même avec les légumineuses, qui baignent aussi dans un liquide riche en sodium. Qui plus est, le fait de rincer les légumineuses élimine certains sucres responsables de la formation des gaz. Dans de rares cas, il est même préférable de consommer des produits en conserve plutôt que des produits frais.


    Source : Fruits et légumes: frais, surgelés, en conserve? - Protégez-Vous www.protegez-vous.ca

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Logo


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9927
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Empty Re: Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Message par Gilles le Mer 1 Avr - 21:47

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Untitled-design65

    Faire de la santé et de la nutrition une priorité pendant la pandémie de coronavirus (COVID-19)

    Il ne fait aucun doute que la pandémie de coronavirus (COVID-19) affecte tous les aspects de notre vie, des salles de classe virtuelles au télétravail, en passant par les premières heures de fermeture des restaurants et les quarantaines. L'observation des mesures de santé publique et la réduction de l'exposition au virus sont nécessaires pour ralentir la propagation de cette maladie. Personne ne sait combien de temps ces mesures de sécurité contre les virus devront rester en place, mais cela représente un moment idéal pour protéger et améliorer votre santé tout en pratiquant la distanciation sociale. Une alimentation saine est particulièrement importante pour maintenir votre système immunitaire en parfait état. Voici quelques étapes à suivre pour manger sainement en période de COVID.

    3 étapes à suivre pour rester en bonne santé pendant la pandémie de coronavirus (COVID-19)

    1. Minimisez les déplacements au supermarché pendant la pandémie et mangez sainement.


    Avant d'acheter des préparations contre le coronavirus…

    Planifier à l'avance.  Visualisez le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner pendant au moins 5 jours.  Que servirez-vous?  De quoi avez-vous besoin?  Tenez compte des aliments que votre famille aime, de vos méthodes de préparation des aliments, de vos intérêts et de vos compétences, ainsi que du temps et de l'énergie dont vous disposerez pour préparer vos repas.  Le travail à domicile peut ne pas signifier qu'il y a plus de temps pour cuisiner, surtout si vous êtes maintenant responsable d'enseigner à vos enfants et de faire le travail que votre employeur attend.

    Lire la suite : Traduire cette page

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  9k=
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9927
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Empty Re: Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?

    Message par Gilles le Jeu 2 Avr - 21:09

    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Depositphotos_33982881-stock-photo-woman-with-grocery-shopping-in

    Coronavirus : que manger pendant la quatorzaine selon trois nutritionnistes

    Face à l’épidémie de coronavirus bien installée en France, on peut être tenté de faire quelques stocks de nourriture en cas de “quatorzaine”. Trois nutritionnistes américaines ont dévoilé leurs conseils pour continuer à s’alimenter sainement.

    L'épidémie de coronavirus Covid-19 continue sa progression en France. Sachant que tout le monde peut être touché et qu’une quatorzaine (ou isolement de 14 jours) fait partie des mesures pour freiner la propagation du virus, il peut être tentant de faire quelques stocks de nourriture.  Dès lors, qu’acheter pour bien vivre cette période d’isolement sans se priver ?

    Interviewées par le média Business Insider, trois nutritionnistes américaines ont divulgué quelques astuces pour éviter que cette “quatorzaine” forcée ne soit faite que de soupes lyophilisées, de pâtes et de riz. Le mot d’ordre : la planification.

    “Commencez par analyser rapidement votre garde-manger et votre congélateur et jetez tout ce qui a dépassé sa date d'expiration. Cela prend juste l'espace dont nous avons besoin pour de bonnes choses”, a suggéré Brigitte Zeitlin, diététicienne professionnelle et auteure du blog BZ Nutrition.


    Ensuite, il est conseillé d’élaborer une liste de courses de base, contenant les principaux groupes alimentaires et macronutriments  (protéines, fruits et légumes, sauces, céréales, lipides sains comme de l’huile d’olive…).

    “Lorsque vous n'êtes pas mis en quarantaine et que vous avez accès à tous les achats de nourriture que vous souhaitez, préparer certaines choses à mettre au congélateur ajoutera une certaine diversité à vos repas, diversité dont vous aurez besoin pour éviter de manger les mêmes choses pendant deux semaines”, a souligné Brigitte Zeitlin.

    Évidemment, avant de se jeter sur les denrées non périssables (pâtes, riz, conserves), les nutritionnistes conseillent de faire le plein et d’utiliser des aliments frais, notamment pour éviter le gaspillage. D’autant que certains fruits et légumes, tels que les racines (pommes de terre, patate douce, oignons) ou les agrumes peuvent se conserver tels quels assez longtemps, souligne ainsi Caroline West Passerrello , diététicienne et porte-parole de l’Academy of Nutrition and Dietetics.

    Il faut également avoir à l'esprit que de nombreux produits sont comestibles après la date d'expiration, comme le rappelle Bonnie Taub-Dix, diététicienne-nutritionniste : “Nous sommes un peu paranoïaques au sujet des dates d'expiration. Une boîte de céréales périmée, ce n'est peut-être pas aussi croquant ou aussi frais, mais ce ne sera pas mauvais pour vous”, rassure-t-elle. Gare cependant aux boîtes de conserves bombées, bosselées ou endommagées.

    La diététicienne Brigitte Zeitlin conseille aussi de faire attention à la teneur en sel des produits préparés ou non périssables, le sel y étant souvent ajouté en guise de conservateur. Mieux vaut parfois bien rincer ses haricots verts achetés en conserve ou bocal, quitte à resaler soi-même ensuite. Et si l’on cuisine un peu, on évitera de resaler un plat préparé affichant déjà une teneur en sodium élevée, et privilégiera les épices et aromates pour ajouter de la saveur.

    Enfin, les nutritionnistes conseillent de prioriser ce que l’on sait que l’on aime cuisiner et manger, et de ne pas se perdre dans des plats compliqués ou que l’on apprécie peu. Car si l’on est malade, on n’aura pas forcément la motivation et l’énergie nécessaires à l’élaboration d’un repas complexe. Et évidemment, on n’oublie pas l’ouvre-boîte, sans quoi la “quatorzaine” risque de se compliquer !


    Comment s’alimenter pendant cette « Quatorzaine » forcée ?  Logo-santemagazine.dd620e31


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

      La date/heure actuelle est Dim 9 Aoû - 2:33