Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

 ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Maud
    Maud

    Féminin Messages : 9342
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Maud le Mer 26 Juil - 9:25


    Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel, la paroisse de Saint-Étienne-du-Rouvray toujours dans le temps du deuil


     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Eglise10


    (RV) Entretien - La France va rendre hommage au père Jacques Hamel assassiné le 26 juillet 2016 dans l’église Saint-Etienne du Rouvray en Normandie par deux jeunes se revendiquant de l’État islamique. L’émotion est toujours forte pour la communauté catholique, mais aussi bien au-delà.

    Ce mercredi, un an après l’assassinat du père Jacques, l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun célébrera une messe à 9h pour rendre hommage au prêtre assassiné, à l'heure exacte et au lieu de son assassinat. Une messe à laquelle se joindront de nombreuses personnalités politiques et religieuses. Le président Emmanuel Macron notamment a annoncé sa participation.

    Une stèle «pour la paix et la fraternité et à la mémoire du père Jacques Hamel» sera ensuite érigée, place de l’église, par la commune de Saint-Etienne-du-Rouvray, administrée par un maire communiste qui avait été profondément bouleversé par ce drame.

    Le père Jacques Hamel, dont le procès en béatification a été ouvert laisse une empreinte indélébile et un héritage spirituel particulièrement vivant nous confie Mgr Lebrun, interrogé par Olivier Bonnel.

    Je constate que l’émotion est encore très vive, et que, pour beaucoup, c’est encore le chemin du deuil, qui est ce qui apparaît le plus. Et je pense en particulier à la famille, je pense à la paroisse, à la communauté musulmane toute proche… Un peu paradoxalement, depuis sa mort, le père Jacques Hamel est plus que jamais vivant. Et nous sommes encore dans ce moment où nous réalisons qu’il n’est plus parmi nous, que sa vie a été ordinaire, exemplaire, mais que sa mort est encore très douloureuse.

    La mort du père Jacques a créé une grande blessure dans la communauté catholique et même au-delà, vous venez de le dire. Quel sens peut-on donner à cette émotion un an après ?

    Je ne sais pas si on peut lui donner un autre sens que celui que Jésus a donné à toute blessure : sur la Croix, l’occasion, le lieu, du plus grand amour. Je suis frappé qu’avec les personnes les plus blessées autour du père Jacques Hamel, dont j’ai parlé, mais aussi parmi les représentants des pouvoirs publics, la mairie, si nous avons de temps en temps des opinions contraires, différentes, cela ne se transforme pas en conflit. Et le premier fruit que je vois de la mort du père Jacques Hamel, de cette blessure, c’est la paix. La paix entre des personnes qui ont visiblement des opinions différentes. Vous savez que le maire de Saint-Étienne-du-Rouvray est communiste. La communauté musulmane évidemment ne partage pas notre foi en Jésus Fils de Dieu. Mais nous vivons, avec la famille, ce moment où nous pouvons nous dire les choses pour lesquelles nous ne sommes pas d’accord.

    Et en même temps, nous sommes liés. Liés dans une aventure humaine qui est une aventure spirituelle.

    C’est-à-dire que la mort du père Jacques a créé de nouveaux liens entre les gens de toutes les communautés, à Saint-Étienne-du-Rouvray en particulier ?

    Je crois que la mort du père Jacques les a transformés, et transforme petit à petit les cœurs. Vous savez, ce qui se passe dans le cœur de l’homme, c’est difficile de le juger, de le jauger. Mais ce que je peux percevoir, c’est que ces relations - qui existaient d’ailleurs en partie grâce au père Jacques Hamel, qui était, comme je le disais, vraiment un prêtre ordinaire, c’est-à-dire très bien inséré dans son quartier, dans sa ville - , ces relations s’approfondissent. Par exemple, le président de la mosquée a pu nous dire il n’y pas très longtemps, comme un ami ouvre son cœur à un ami : «Vous savez, on avait juste peur que les catholiques ne nous aiment plus, après l’attentat.» Et je crois que c’est une très belle expression pleine de sincérité. À la fois ils avaient bien conscience que nous les aimions, mais il ne nous l’avaient jamais dit avec ces mots-là. Et à la fois ils voyaient que ce traumatisme pouvait engendrer de la violence, voire de la vengeance. Et nous leur avons dit que nous continuerions à vouloir les aimer.

    Est-ce que la mort du père Jacques a été un tournant pour le dialogue avec l’islam ?

    Un approfondissement plus qu’un tournant. Cela, évidemment, localement. Après nous voyons bien, aujourd’hui, que la communauté musulmane se débat. Il est incontestable que Daech et ceux qui justifient aussi l’action de Daech se réclament de l’islam. Et donc, des croyants musulmans s’affairent, s’interrogent et à la fois se démarquent. La très grande majorité des musulmans de France et tous les responsables disent : ce n’est pas l’islam, ce terrorisme. Mais en même temps ils voient bien que les terroristes, eux, se réclament de l’islam. Donc c’est peut-être de ce point de vue un tournant, avec des prises de position plus fortes, et aussi, des décisions prises dans les communautés musulmanes pour éradiquer le radicalisme.
    Le père Jacques, on s’en souvient, était une personne simple, une personne humble… Un vieux prêtre qui ne faisait pas de bruit, d’une certaine manière. Est-ce que son héritage se vit aujourd’hui aussi dans cette simplicité, qui peut rejoindre tant de personnes, au-delà des catholiques ?

    Ce qui touche dans la personne du père Jacques Hamel, c’est sa simplicité, et le ministère qu’il vivait, c’est le cœur du ministère du prêtre diocésain. Que peut-on dire du père Jacques Hamel, sinon qu’il célébrait la messe chaque jour, qu’il était fidèle à son bréviaire, qu’il baptisait, mariait, célébrait des obsèques, et allait voir les enfants chaque semaine au catéchisme… Et puis, il était dans son quartier. Il faisait ses courses. Il vivait très pauvrement. Je pense qu’aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de familles qui accepteraient de vivre dans ce petit espace qui était le sien, qui depuis 20 ans n’avait pas connu de coup de peinture. J’ai même parfois un peu honte de voir dans quel genre de lieu le père Jacques Hamel vivait.

    Et je pense que ça touche tous ceux qui ont eu un jour affaire à un prêtre dans ces circonstances, pour une première communion, pour un baptême, pour des obsèques. Ils peuvent voir et revivre ce moment de consolation, ce moment d’écoute en vérité, que leur ont offert tant de prêtres à travers le monde.

    Aujourd’hui le procès en béatification du père Jacques est ouvert. Comment définir cet héritage
    spirituel que nous laisse le père Jacques ?


    C’est le procès en béatification qui va commencer des éléments de cet héritage spirituel. Et puis, c’est l’opinion publique, comme nous disons, le peuple de Dieu, qui lui-même va accueillir cette grâce. Moi je suis là pour orienter, pour m’assurer que la première partie de l’enquête diocésaine du procès se déroule bien, et précisément que les personnes qui recueillent par les homélies en particulier, qui seront appelés à dessiner un peu la figure spirituelle. Mais le plus important aussi c’est ce que l’Esprit Saint fait de manière un peu inattendue dans le Peuple de Dieu. Et je ne veux pas dire à l’Esprit Saint quel est son travail.

    http://www.news.va/fr/news/un-an-apres-lassassinat-du-pere-jacques-hamel-la-p

    ***

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Pere_j10
    Père Jacques Hamel    sunny  puisse sa béatification être signée bien vite

    Jésus, j'ai confianc      Gloire à toi Seigneu



    _________________
     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Signat12

    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Mer 26 Juil - 15:05

    L’homélie de Mgr Lebrun : « Le Père Jacques Hamel n’est pas mort seul »

    Mélinée Le Priol, le 26/07/2017 à 10h02

    Un an après l’assassinat du Père Jacques Hamel par deux djihadistes, près de Rouen, une messe de commémoration a été célébrée à 9 heures du matin le mercredi 26 juillet, en l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).
    Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, qui présidait la célébration, a prononcé une homélie sur l’Évangile du semeur.


     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Portrait-Pere-Jacques-Hamel-assassine-26-juillet-2016-Saint-Etienne-Rouvray-Seine-Maritime_0_728_485 ZOOM
    Portrait du Père Jacques Hamel, assassiné le 26 juillet 2016 à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). / Marco Zeppetella/AFP


    « Chers amis, il y a un an, jour pour jour, heure pour heure, le Père Jacques Hamel célébrait la messe. » Le ton est grave, le débit, lent. C’est par cette évocation que Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, a ouvert à 9 heures du matin ce mercredi 26 juillet la messe de commémoration de l’assassinat de l’année précédente, en l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).


    « Dans cette église, le Père Jacques Hamel parlait le langage de l’amour »



    Faisant aussi bien mention des « cinq fidèles présents » à la messe tragique du 26 juillet 2016 que de l’ensemble des paroissiens, des fidèles du diocèse et « de plus loin », il a également salué les nombreux officiels présents à cette célébration : le président Emmanuel Macron, le premier ministre, le ministre de l’intérieur, la préfète, les parlementaires, le maire de Saint-Étienne-du-Rouvray ou encore le représentant de la communauté musulmane locale, Mohamed Karabila.

    Après la lecture de l’Évangile du semeur (Mt 13,1-9), choisie pour l’occasion, Mgr Lebrun a prononcé une homélie reprenant les derniers mots de ce texte biblique :


    « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » « Dans cette église, le Père Jacques Hamel parlait le langage de l’amour. Dans cette église, le Père Jacques Hamel a été réduit au silence. Il ne parle plus. Or, le Père Hamel parle encore. »

    DOCUMENT : L’homélie de Mgr Dominique Lebrun

    Mgr Lebrun a alors mentionné ces personnes que la vie simple et la mort tragique du Père Jacques ont inspirées, ainsi que les artistes qui lui ont rendu hommage par leurs œuvres, ces derniers mois : poèmes, livres, objets d’art.


    « Le Père Jacques n’est pas mort seul. Il est mort avec Jésus dont il venait de prononcer les paroles sur l’autel : " Ceci est mon corps, livré pour vous ". »



    Si la vie et la mort de ce vieux prêtre parlent, « elles parlent même doucement », a précisé l’archevêque. « La Parole, dit Jésus, est comme une semence, des grains qui tombent sur le sol. Cela ne fait guère de bruit. Le Père Jacques Hamel parle doucement quand apparaissent dans notre cœur non plus des images atroces mais sa discrétion, sa persévérance, sa fidélité, sa générosité, sa vie donnée, quand, dans notre cœur, nous apercevons les premiers fruits du drame : l’amitié, la concorde, le dialogue, en somme l’amour vainqueur, bien au-delà de ce que nous aurions pu imaginer. »

    VIDEO : Où en est le procès en béatification du P. Jacques Hamel?

    Puis, s’adressant à chaque participant à la messe, Mgr Lebrun les a invités à s’interroger, avec Jésus : « Sommes-nous la bonne terre ? » Ni le bord du chemin où les moineaux font disparaître la semence, ni le sol pierreux, ni une terre étouffée par les ronces.

    À la fin de son homélie, en transition pour la suite de l’eucharistie, l’archevêque a affirmé que « le Père Jacques n’est pas mort seul. Il est mort avec Jésus dont il venait de prononcer les paroles sur l’autel : " Ceci est mon corps, livré pour vous ". »

    Enfin, Mgr Lebrun a conclu : « Que notre eucharistie ce matin, comme celle que chaque prêtre célèbre avec un seul ou cinq fidèles, ou bien avec des milliers, que cette eucharistie nous entraîne à accueillir l’amour, l’amour qui résiste aux ronces, l’amour qui s’enfouit au plus profond de nos cœurs pour donner les fruits tant attendus par notre prochain, qui est parfois lointain. »


    Revivez la messe filmée par KTO :


    Retrouvez toute la programmation spéciale autour du Père Hamel sur www.ktotv.com/pere-hamel .

    Mélinée Le Priol
    http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Mgr-Lebrun-Le-Pere-Jacques-nest-pas-mort-seul-2017-07-26-1200865580


    Dernière édition par Véronique1 le Mer 26 Juil - 15:32, édité 1 fois
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Mer 26 Juil - 15:30

    Hommage au Père Hamel : le merci d’Emmanuel Macron à l’Église de France

    La Croix, le 26/07/2017 à 12h24
    Mis à jour le 26/07/2017 à 12h34

    Dans une brève mais forte allocution, le président Emmanuel Macron a rendu hommage au Père Hamel, assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray il y a un an, le 26 juillet 2016.

    Il a remercié les catholiques d’avoir trouvé la force du pardon.

    Ses premiers mots ont d’abord été pour l’Église de France, remerciée d’avoir su « trouver la force du pardon » sans céder « à la soif de vengeance et de représailles ».

    En hommage au Père Hamel, assassiné « au pied de son autel » il y a tout juste un an, le chef de l’État a fait un important discours dans lequel il est revenu sur la solidarité exprimée après cet attentat, en rappelant « à tous les Français que la République n’est pas le règne du relativisme » :

    « Au cœur de nos lois et de nos codes forgés par l’Histoire, il est une part qui ne se négocie pas, une part sur laquelle on ne porte pas la main, une part, j’ose le mot, sacrée. Cette part, c’est la vie d’autrui ».

    DOCUMENT – L’hommage d’Emmanuel Macron au Père Hamel

    Chaque religion à a, mener sa part de combat

    Les assassins du père Hamel ont « échoué » à « exacerber la peur des Français » et « la soif de représailles », a-t-il encore affirmé, soulignant que « chaque religion, dont les responsables sont ici présents, a à mener sa part de combat pour que jamais la haine, le repli, la réduction de ce que nous sommes ne puisse triompher ».

    Emmanuel Macron a évoqué la figure du Père Hamel, et son insertion dans le quartier, figure qui, a-t-il noté, incarne « l’humanisme qui se tient droit face à l’obscurantisme » :

    Le « sourire » de l’octogénaire « est devenu un sourire de résistance ».

    Le chef de l’État, qui n’a pas prononcé une seule fois le mot « laïcité », a ensuite longuement exposé sa vision de la place des religions dans la République :

    la République « œuvre chaque jour à ce que chacun puisse croire ou pas, dans l’intensité et l’intimité de sa foi en homme libre », a-t-il rappelé :

    « Elle est là, la force de notre Nation, dans cette capacité à entendre et faire siennes les paroles de fraternité et de charité que l’Église de France prononça voici un an, dans cette capacité à réunir autour du corps supplicié d’un prêtre, l’imam, le pasteur et le rabbin ».

    « Le martyr du Père Hamel n’aura pas eu lieu pour rien ». Un an après, il a, en tout cas, permis d’être « plus fidèle encore à ce que nous sommes », a-t-il conclu, avec force.

    http://www.la-croix.com/France/Politique/Hommage-Pere-Hamel-merci-dEmmanuel-Macron-lEglise-France-2017-07-26-1200865621
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 2240
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - Diocèse de Rouen

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Thierry le Mer 26 Juil - 17:12

    Chers ami(e)s,
    Merci de ce fil spécial que vous avez ouvert et alimenté.

    Pour rappel et pour info à celles et ceux qui ne le savent pas, je suis devenu très très proche du père Hamel dans ma vie de prière au quotidien, depuis un an, étant moi aussi du diocèse de Rouen.

    Si vous désirez priez le Seigneur par lui, je vous offre de bon coeur la prière spécifique qui a été donné à tous les baptisés du diocèse de Rouen au début de cette année.
    Et puis si vous souhaitez vous associer avec moi pour nos prêtres, vous pouvez vous unir par cette prière que je lui ai faite et que je rajoute à la prière du diocèse lorsque je parviens aux intentions particulières, que j'ai symbolisé par la flèche rouge sur l'image ci dessous.


     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** 4498641docalatoir2


    Prière au père Jacques Hamel


    Seigneur Jésus, en union de prière avec ton prêtre martyre, Jacques Hamel, dans la communion des saints, nous désirons de tout notre coeur Te prier pour tes prêtres, par la prière que voici :        
                                                                                                                           
    Dans tes mains consacrées, nous déposons nos suppliques, père Jacques. Présente-les toi même à la Trinité Sainte, afin qu'elles soient accueillis avec un bonheur insoupçonnable par l'Amour, parce que cette précieuse requête que nous te transmettons va être faite par toi, Son prêtre martyre.                                                                                                                                                                                  
    Ainsi, nous voulons prier pour tous les prêtres du Seigneur, et particulièrement pour celui ou ceux de notre paroisse. Que le Seigneur renouvelle chaque jour leur désir de n'être que pour Lui, en gommant toutes impressions ou de ressentis d'habitudes et de répétitions. Que leur réveil à chaque nouvelle aube soit à chaque fois une jubilation à l'idée de pouvoir donner les divins sacrements, et qu'ils rayonnent de bonheur dans leur ardente attente à pouvoir renouveler à l'autel, le sacrifice parfait de l'Amour qui se donne pour le salut de tous. Amen


    _________________
    L'Amour et la Miséricorde n'ont comme seules limites 
    ... uniquement celles que l'homme souhaite y mettre.

    .
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Mer 26 Juil - 21:08

    Merci Thierry, je vais recopier la prière.

    Nos prêtres, en effet, ont besoin que l'on prie pour eux.
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 2240
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - Diocèse de Rouen

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Thierry le Mer 26 Juil - 23:36

    A l'heure même où le Père Jacques Hamel célébrait la messe, Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen a présidé un an après l'eucharistie en l'église Saint-Etienne à Saint-Etienne-du-Rouvray. Retrouvez la messe, l'homélie et les discours lors de l'inauguration de la stèle pour la paix et la fraternité et à la mémoire du Père Jacques Hamel. 
    Source KTO.








    _________________
    L'Amour et la Miséricorde n'ont comme seules limites 
    ... uniquement celles que l'homme souhaite y mettre.

    .
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 2240
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - Diocèse de Rouen

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Thierry le Jeu 26 Juil - 11:20

    En ce 26 juillet, jour de la fête des grands parents de Jésus, des parents de Marie, Ste Anne et St Joachim, 
    c'est également le jour anniversaire des deux ans du martyre du père Jacques Hamel.


    Avec eux, avec Marie, sachons nous unir pour offrir nos prières par eux, pour tous les prêtres du Seigneur.




    Prière au père Jacques Hamel

    Seigneur Jésus, en union de prière avec ton prêtre martyre, Jacques Hamel, dans la communion des saints, nous désirons de tout notre coeur Te prier pour tes prêtres, par la prière que voici :                                                                                                                           
    Dans tes mains consacrées, nous déposons nos suppliques, père Jacques. Présente-les toi même à la Trinité Sainte, afin qu'elles soient accueillis avec un bonheur insoupçonnable par l'Amour, parce que cette précieuse requête que nous te transmettons va être faite par toi, Son prêtre martyre.

    Ainsi, nous voulons prier pour tous les prêtres du Seigneur, et particulièrement pour celui ou ceux de notre paroisse. Que le Seigneur renouvelle chaque jour leur désir de n'être que pour Lui, en gommant toutes impressions ou de ressentis d'habitudes et de répétitions. Que leur réveil à chaque nouvelle aube soit à chaque fois une jubilation à l'idée de pouvoir donner les divins sacrements, et qu'ils rayonnent de bonheur dans leur ardente attente à pouvoir renouveler à l'autel, le sacrifice parfait de l'Amour qui se donne pour le salut de tous. 


    Amen


    _________________
    L'Amour et la Miséricorde n'ont comme seules limites 
    ... uniquement celles que l'homme souhaite y mettre.

    .
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Ven 27 Juil - 15:53

    À Saint-Étienne-du-Rouvray, hommage au père Jacques Hamel

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Portrait-domitille-farret-dastic3a8s Domitille Farret d'Astiès | 26 juillet 2018 

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Web-pere-jacques-hamel-c2a9twitterabbecc81-grosjean

    Jeudi 26 juillet 2018, la France s'est remémorée la figure du père Jacques Hamel, assassiné par des membres de l’État islamique voici deux ans en l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) alors qu’il célébrait l’eucharistie.




    Plusieurs cérémonies ont rendu hommage jeudi 26 juillet à Jacques Hamel, prêtre catholique assassiné il y a deux ans, dont le procès de béatification est en cours . Lors de l’hommage public à Saint-Étienne-du-Rouvray, quelques personnes ont pris la parole, dont le maire de la ville Joachim Moyse, Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur et Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. Dans son allocution, ce dernier a salué « la belle personnalité » de Jacques Hamel. Il a également présidé une messe en sa mémoire dans l’église où le père Hamel a été exécuté.


    « Voir dans notre quotidien l’essentiel de notre mission »




    « Le Père Jacques est plus vivant que jamais ! », a lancé le prélat, avant de reconnaître publiquement le courage de la famille, des autres victimes, et de la paroisse. Sa parole ne se voulait pas un panégyrique de l’homme de paix disparu mais plutôt un appel à la prise de conscience. « L’Évangile de Jésus m’apprend que le mal n’est pas vaincu en fermant les yeux. […] Ce qui sauve, ce n’est ni l’aveuglement ni la fuite, mais le courage de l’affronter avec les armes de l’amour. Et pour aimer, il faut aussi faire la vérité », a-t-il soutenu, invitant la société à s’interroger sur les messages qu’elle transmet à la jeunesse. « Notre pays veut-il simplement promouvoir des libertés individuelles jamais assouvies et sans repères ou bien voudra-t-il donner une direction à ces libertés, une supériorité à des valeurs communes, à l’égalité, à la solidarité, à la fraternité ? », a-t-il questionné avant d’affirmer : « La société s’honore quand elle prend les plus petits comme points de repères ».


    La personnalité du père Jacques Hamel, homme d’humilité et de simplicité , montre de façon exemplaire que chacun peut trouver dans sa vie quotidienne l’essentiel de sa mission. L’évêque a choisi de conclure en évoquant le pardon : « Je demande à Dieu que chacun recherche au fond de lui-même le meilleur de son humanité pour encore et encore lutter contre toute forme de mal en choisissant l’amour dont le plus beau nom est celui de “pardon” ».




    https://fr.aleteia.org/2018/07/26/a-saint-etienne-du-rouvray-hommage-au-pere-jacques-hamel/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter_magnificat&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Ven 27 Juil - 15:58

    Deux ans après, les confidences de Roselyne, la sœur du père Hamel

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Web3-roselyne-hamel-sister-father-youtube-i-ktotv

    Alors que la France commémore aujourd’hui le deuxième anniversaire de la mort du père Jacques Hamel, Roselyne Hamel, la sœur de Jacques, s’est confiée à Aleteia sur le martyr de son frère, son procès en béatification et, d’une certaine manière, son héritage.



    Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel était assassiné dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, en Seine Maritime, par deux jeunes terroristes se réclamant de l’État islamique. Homme discret mais doté d’un fort caractère, le père Hamel aura exercé fidèlement son ministère jusqu’au don de sa vie alors même qu’il célébrait la messe. Deux ans après le drame, Roselyne Hamel, 78 ans, s’est confiée à Aleteia sur l’impact qu’a eu l’assassinat de son frère sur elle-même, sa famille mais aussi « aux quatre coins de la France et du globe ». Elle revient également sur le procès en béatification de son frère qui a été ouvert le 13 avril 2017 (moins d’un an après son assassinat ndlr) ainsi que sur ce qu’il laisse et les fruits qu’une telle disparition peut porter.


    Aleteia : Cela fait deux ans que le drame s’est produit… Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ?


    Roselyne Hamel : L’annonce qui m’a été faite ce 26 juillet 2016, brutalement, après deux heures d’attente. Je pensais que toutes les personnes enfermées dans l’église allaient sortir, indemnes. J’ai vraiment cru, jusqu’au bout, que Jacques me rejoindrait. Mais au bout de deux heures de silence, on m’a annoncé que quelqu’un était blessé, qu’une autre personne était morte… et qu’il s’agissait de mon frère. Ce moment me perturbe, il me hante. Surtout quand on renouvelle sa mémoire. J’ai conscience que cet hommage doit être rendu, on ne peut passer à côté. Si sa mort a été un bouleversement pour moi, pour notre famille, ses neveux, ses nièces, elle l’a aussi été partout en France et aux quatre coins de la planète. Même s’il s’agit d’un moment particulièrement douloureux, on ne peut pas passer sous silence cet événement, c’est trop important. Beaucoup trop important.



    Quel regard portez-vous sur son procès en béatification ?
    C’est tellement hors du commun de notre vie, de la vie de mon frère avant cet événement, qu’on se sent complètement en décalage. Ce procès en béatification me dépasse et ce qui est parfois lourd à porter c’est le fait que les gens ont un autre regard sur nous alors que nous, sa famille, nous n’avons pas changé ! Nous sommes des gens simples. Après il est évident que cela me porte ; parler de fierté serait déplacé mais je suis très touchée. Quand on me demande de me déplacer dans une région pour parler de mon frère je suis toujours surprise : les gens semblent m’accorder tellement d’importance ! Mais moi, je n’ai rien fait, c’est Jacques qui a subi. Je suis uniquement là pour témoigner de sa vie. On me dit souvent : « À travers vous j’ai l’impression de le toucher lui ». Mais je me pose la question : en suis-je digne ?




    Quand le Pape confie qu’il prie pour que le père Hamel devienne saint, qu’est-ce que cela vous inspire ?

    Ce sont des mots très forts . Je pense que la mort de mon frère tout comme ce procès en béatification sont un appel nécessaire pour réveiller la foi des croyants, l’espérance des non-croyants et inviter chacun à mieux vivre ensemble. En ouvrant ce procès en béatification, je pense que le pape François a souhaité réveiller la foi. Mon frère terminait souvent ses homélies en disant : « Essayons d’être des artisans de paix, le monde a tant besoin d’espérance ». C’est exactement de cela qu’il s’agit.




    Est-ce qu’avec sa mort, et l’onde de choc que cela a provoqué, vous avez l’impression d’avoir découvert de nouvelles facettes de votre frère ? 

    Oui, c’est certain ! Pour nous Jacques était un homme parmi les hommes, très simple dans les choses de la vie et exigeant seulement en ce qui concernait son sacerdoce. Mes enfants et moi-même le connaissions surtout dans le cadre d’une vie de famille ! En lisant des témoignages et en rencontrant ceux qui le côtoyaient régulièrement dans le cadre de sa mission nous l’avons aussi découvert très passionné. Un souvenir m’est d’ailleurs revenu. Alors qu’il était en vacances chez moi, je me souviens lui avoir proposé de regarder le film de Mel Gibson, La Passion du Christ . Nous l’avons donc regardé et… je m’en suis voulu ! À mesure que le film avançait, il devenait très pâle, comme s’il souffrait avec le Christ. Pour moi ce n’était pas qu’une impression, c’était réel. Mon frère était tellement maigre que je pouvais le remarquer, à chaque fois que le Christ recevait un coup j’avais l’impression qu’il le ressentait aussi dans sa chair. De même, ses dix dernières années, quand j’assistais à sa messe et qu’il célébrait l’eucharistie j’étais impressionnée, il était imprégné de cette passion du Christ. Habitant le nord je ne le voyais pas tous les jours mais quand j’assistais à ses messes, je le voyais transcendé.




    Depuis deux ans quelque chose a-t-il changé dans votre rapport à la foi, à Dieu ?

    Si rien n’a changé dans ma foi, pendant longtemps j’ai demandé des comptes à Dieu. Respectueusement, mais je les ai demandés. La souffrance et l’incompréhension étaient si grandes que l’acceptation a mis du temps à se faire. Jacques était discret et faisait tellement de bien ! Désormais, à chaque fois que je vais témoigner pour mon frère, je dis à Dieu que j’ai confiance en lui et que si Jacques est près de lui c’est qu’il a des grâces à accorder avec Son aide . Jacques parlait aussi beaucoup de Charles de Foucauld , c’était un modèle pour lui. Sa santé ne lui a malheureusement pas permis d’être missionnaire. Mon frère était à Biskra en Algérie (là ou a vécu Charles de Foucauld une partie de sa vie ndlr) pendant les événements. Alors qu’il traversait une oasis avec son unité, tout le monde a été tué sauf lui. Il ne comprenait pas pourquoi il avait été épargné. Je lui avais alors répondu qu’il était sûrement destiné à autre chose, à une autre mission. Aujourd’hui je lui répondrais qu’il a sa réponse à son « Pourquoi pas moi ? ». Cette mission c’est le réveil de toutes ces personnes qui étaient présentes par milliers à ses obsèques sur le parvis de la cathédrale. Comme le disait Jacques, le monde a tant besoin d’espérance.




    Avez-vous eu le sentiment d’être dépossédée de votre frère ou, au contraire, d’être portée par toutes ces personnes qui ont été touchées et inspirées par le témoignage du père Hamel ?

    Le sentiment de dépossession a été très fort au début : je ne comprenais pas que les médias de toute la France, et puis très rapidement de différents pays, se manifestent. De nombreuses personnes m’ont ainsi fait part de leur peine et de leur chagrin en apprenant cet acte terroriste. Ça a ému tellement de gens ! Nous avons mis quelques jours voire quelques semaines à nous y faire : qu’est-ce qui arrive ? C’est notre frère, notre oncle, notre deuil ! Il nous a été enlevé et nous devons le partager ? Pendant un an je n’ai pas réussi à faire mon deuil. Je me souviens de ses obsèques, la cathédrale de Rouen était pleine et tellement de personnes étaient rassemblées sur le parvis ! J’ai bien eu ce sentiment de dépossession mais en voyant toutes ces personnes, j’ai aussi su que quelque chose d’extraordinaire s’était passé dans le cœur et l’esprit des croyants et des non-croyants. Et c’est en égrenant cette réflexion, chaque jour, que j’ai réussi à faire mon deuil.




    On parle souvent du père Hamel comme d’un homme discret. Une telle mobilisation vous a-t-elle surprise ?

    Jacques était effectivement un homme d’une grande discrétion mais sa mort ayant été un bouleversement pour des milliers de personnes, cette mobilisation ne m’a pas surprise. Mon frère était très mal à l’aise quand il était complimenté mais je dois dire qu’une telle reconnaissance, de ce qu’il était et des circonstances de sa mort, me porte. Je crois que nous avons tous été portés par son témoignage.





    https://fr.aleteia.org/2018/07/25/deux-ans-apres-les-confidences-de-roselyne-la-soeur-du-pere-hamel/
    mariejesus
    mariejesus

    Féminin Messages : 1049
    Date d'inscription : 14/02/2016
    Age : 33

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par mariejesus le Ven 27 Juil - 16:33

    Mais où va t'on, assassinez un prêtre c'est horrible


    _________________

    Mariejesus


    Progresse dans la joie d'un coeur sincère et grand ouvert, et s'il t'es impossible de garder cette allégresse au moins ne perd pas courage et garde toute ta confiance en Dieu:
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Dim 13 Jan - 10:52

    De nouveaux éléments pour la béatification du père Hamel ?

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Web3-fr-jacques-hamel-marco-zeppetella-afp
    MARCO ZEPPETELLA | AFP



      
    La rédaction d'Aleteia | 07 janvier 2019


    Mgr Lebrun, archevêque de Rouen, sera bien partie civile dans le procès d’éventuels complices des assassins du père Jacques Hamel. Une reconnaissance qui pourra « nourrir le procès canonique en vue de la reconnaissance du martyre du père Jacques Hamel », précise le diocèse.


    Magistrate chargée de l’instruction dans le procès d’éventuels complices des assassins du Père Jacques Hamel, Emmanuelle Robinson a récemment déclaré recevable la constitution de partie civile de Mgr Dominique Lebrun. Ce dernier avait fait une demande en ce sens dès octobre 2017 auprès de la justice. « Le préjudice moral de l’archevêque tant personnel qu’en qualité de représentant de l’Association diocésaine est ainsi reconnu », souligne le diocèse.



    Nourrir le procès canonique


    Concrètement, « l’archevêque de Rouen pourra être tenu au courant du dossier par l’intermédiaire de son avocat, l’instruction à ce stade restant couverte par le secret », précise encore l’évêché. Un élément d’autant plus important que « cela pourrait permettre à terme de nourrir le procès canonique en vue de la reconnaissance du martyre du Père Jacques Hamel ».
     

    En effet, cette démarche singulière ne s’inscrit pas dans un souci de réparation classique mais « essentiellement au service du procès en béatification qui doit établir les circonstances de la mort, en particulier les dialogues que les assassins ont eus avec les personnes présentes », avait indiqué Mgr Dominique Lebrun dans un entretien accordé au Figaro en mai dernier. « La justice française est plus compétente que moi pour recueillir ces éléments, a-t-il fait valoir. Or, pour avoir accès au dossier pénal, il faut se constituer partie civile ».


    Dès l’automne 2016, ému par cet assassinat d’un homme prônant la paix et le dialogue interreligieux, le pape François avait exceptionnellement accepté de raccourcir le délai avant l’ouverture du procès en béatification, habituellement fixé à cinq ans après le décès.



    https://fr.aleteia.org/2019/01/07/de-nouveaux-elements-pour-la-beatification-du-pere-hamel/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=weekly_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Dim 13 Jan - 10:58

    Le pape François « prie pour que le père Hamel devienne saint »



     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Web-pope-francis-mass-father-hamel-c2a9osservatore-romano-afp-ai



    Agnès Pinard Legry | 21 mars 2018


    Lors du pré-synode des jeunes qui se tient à Rome jusqu’au 24 mars, le pape François a confié à Eugénie Paris - l’une des trois personnes choisies pour représenter les jeunes chrétiens de France - qu'il priait pour que le père Jacques Hamel devienne saint.




    C’est un échange d’une rare émotion et d’une grande profondeur que vient de vivre Eugénie Paris, jeune rouennaise de 25 ans en 
    en charge de la pastorale étudiante du diocèse, au pré-synode des jeunes qui se tient à Rome jusqu’au 24 mars. Ce lundi, elle a pu s’entretenir quelques secondes avec le pape François. Un échange au cours duquel le souverain pontife lui aurait confié prier pour la béatification du père Jacques Hamel, rapporte Tendance Ouest . La jeune femme a confirmé à Aleteia la teneur de cet échange.




    « Nous nous sommes retrouvés au premier rang avec mes deux amis Claire et Adrien. Nous avons donc pu saluer le Pape, explique-t-elle, encore émue. Je lui ai remis la prière de béatification pour le père Jacques Hamel. […] Il a pris ma main, il m’a regardée, et puis il m’a dit en français : “Je prie pour qu’il devienne saint”. C’était un moment intense que je garde dans mon cœur et ma mémoire. Un grand moment de joie », a-t-elle expliqué.







    https://fr.aleteia.org/2018/03/21/le-pape-francois-prie-pour-que-le-pere-hamel-devienne-saint/
    Thierry
    Thierry

    Masculin Messages : 2240
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - Diocèse de Rouen

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Thierry le Dim 13 Jan - 17:09

    Seigneur Jésus, en union de prière avec ton prêtre martyre, Jacques Hamel, dans la communion des saints, nous désirons de tout notre coeur Te prier pour tes prêtres, par la     prière que voici :                                                                                                                                         
    Dans tes mains consacrées, nous déposons nos suppliques, père Jacques. 
    Présente-les toi même à la Trinité Sainte, afin qu'elles soient accueillis avec un bonheur insoupçonnable par l'Amour, parce que cette précieuse requête que nous te transmettons va être faite par toi, Son prêtre martyre.                  


    Ainsi, nous voulons prier pour tous les prêtres du Seigneur, et particulièrement pour celui ou ceux de notre paroisse. Que le Seigneur renouvelle chaque jour leur foi et leur désir de n'être que pour Lui, en gommant toute impressions d'habitudes et de répétitions. Que leur réveil à chaque nouvelle aube soit à chaque fois une jubilation à l'idée de pouvoir donner les divins sacrements, et qu'il rayonnent de bonheur dans leur ardente attente à pouvoir renouveler à l'autel, le sacrifice parfait de l'Amour qui se donne pour le salut de tous. 
    Amen



     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** JacquesHamel


     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Ob_26d7b6_priere-martyr-pere-hamel


    _________________
    L'Amour et la Miséricorde n'ont comme seules limites 
    ... uniquement celles que l'homme souhaite y mettre.

    .
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Mer 20 Fév - 19:04

    Roseline Hamel : « Jacques est devenu un frère universel »

    La sœur du P. Jacques Hamel publie un livre* : au fil des pages se dessine le portrait de l’humble prêtre assassiné à Saint-Étienne-du-Rouvray. Le 9 mars s’achève la phase diocésaine du procès en béatification du curé martyr.

    Votre frère a été assassiné il y a deux ans et demi, le 26 juillet 2016 : que ressentez-vous aujourd’hui ? 

    Ce qui est arrivé représente une telle injustice : se faire égorger au pied de l’autel, en sa qualité de prêtre, dans son habit, après avoir célébré l’eucharistie ! Et son comportement alors qu’il allait être égorgé : refuser de plier, de se mettre à genoux, trouver la force. Quand je me repasse ces images, je me dis que je dois témoigner pour que... Qu’aurait-il voulu ? Je me pose toujours la question.


    Aujourd’hui, vous publiez un livre pour retracer sa vie.

    J’avais une secrète envie de raconter notre histoire, mais nous avons eu une vie très banale. En fait, il ne s’agissait pas que de moi : il fallait dire ce que je savais de l’enfance de Jacques. Cette histoire personnelle m’a conduite à accomplir un chemin intérieur, un peu comme un pèlerinage, pour qu’il y ait des réponses à mes « pourquoi ». Pourquoi cette vie ? Pourquoi sa mort ? Et j’ai trouvé le courage de témoigner encore et d’écrire ce livre.


    Vous parlez sans colère.

    Témoigner de Jacques, c’est aussi trouver la force de pardonner.


    Vous avez même rencontré la mère d’Adel Kermiche, qui a tué votre frère…

    J’ai tenu à connaître la tourmente de cette famille. Cela a commencé par un coup de téléphone – je me suis arrangée avec des journalistes locaux pour obtenir son numéro. Elle a accepté que je la rappelle. Puis ce fut une rencontre d’un quart d’heure, une heure, puis tout un après-midi... Désormais, chaque fois que je me rends à Saint-Étienne-du-Rouvray, nous essayons de nous voir. Nous avons noué une relation qui s’approfondit et nous aide chacune à vivre avec notre douleur. Nous sommes mères toutes les deux... Nous sommes deux femmes qui nous entraidons pour surmonter cette tourmente qui ne finira jamais. Mon pardon à moi va jusque-là, jusqu’à la rencontre.


    Depuis la mort de votre frère, vous voulez faire entendre son message de paix…

    Deux ans après, je me demande où je trouve la force de poursuivre ce chemin sur les pas de Jacques. J’en suis moi-même étonnée. Quand je pensais à la fin de vie de mon frère – parce qu’il prenait de l’âge, 85 ans ! –, je me demandais comment j’allais faire sans lui. Je ne pensais pas que sa fin serait celle-ci. Et voilà que mon frère, si discret, si effacé, devient connu de tous, reçu comme un cadeau du ciel.


    Quand vous arrivez chez lui, la veille de l’assassinat, il y a ce dernier repas qui reste un souvenir très fort. Que s’est-il passé ?

    Nous devions passer quelques jours de vacances chez lui. Il m’a parlé de l’attentat de Nice, qui venait de se produire, le 14 juillet : « J’ai l’impression que ça ne s’arrêtera pas tout de suite, me disait-il. Et que faire, nous ? On ne peut que prier. » La fenêtre était ouverte, donnant sur son rosier préféré. Il a pris sa place en bout de table, a posé sa fourchette et dit solennellement : « Que je suis heureux de vous avoir à ma table ! »


    Il n’était pourtant pas très démonstratif.

    Il était facilement dans ses pensées...  Le lendemain matin, nous avions décidé de le laisser tranquille, de ne nous lever qu’après son départ pour l’église. Quand je suis descendue, il y avait du café, du pain frais... Après, tout est allé très vite. J’ai fini par décrocher le téléphone qui n’arrêtait pas de sonner. Il s’agissait d’un journaliste : « Madame, il y aurait un attentat en cours à l’église de Saint-Étienne, pouvez-vous me le confirmer ? » J’ai d’abord cru à une blague de mauvais goût. Mais j’ai filé vers l’église, pour tomber nez à nez avec les forces de police. Il a fallu attendre deux heures dans le local des pompes funèbres, près de l’église.


    Dans quel état d’esprit vous trouviez-vous durant ces minutes interminables ?

    J’étais confiante. Je me disais qu’avec tous ces policiers, ils allaient les sortir de là. C’est tout. Quand on m’a appris la mort de Jacques, j’ai hurlé, hurlé... à m’en déchirer la poitrine. Il  n’y avait plus rien à faire. On nous à transférés vers la cellule de crise. Dès le lendemain, il y a eu des réactions venues d’Angleterre, d’Allemagne, du Canada, d’Afrique...


    Comment avez-vous reçu tous ces messages ?

    Un deuil, c’est personnel, je ne voulais pas partager mon frère. Non seulement il était mort, mais j’avais l’impression qu’on nous le volait. Et puis, avec ma fille, j’ai compris petit à petit que c’était un prêtre, un homme d’Église, qu’il avait donné sa vie pour les autres. Cet assassinat touchait beaucoup de monde, il est devenu un frère universel. J’aurais préféré qu’il reste mon frère, tel qu’il était, plein d’humilité, de simplicité.


    Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, a ouvert le procès pour qu’il soit béatifié. Qu’en pensez-vous ?

    Je trouve ça tout à fait normal. C’est le pape qui a demandé d’engager la procédure sans tarder. Le diocèse constituait la deuxième famille de Jacques. Quelques mois plus tôt, Mgr Lebrun avait rendu visite à mon frère qui m’a téléphoné le soir même : « Mon archevêque est venu, sans tambour ni trompette, il a frappé à ma porte. Il est étonnant, il faudra absolument que tu le rencontres ! » Je n’imaginais pas que ce serait pour préparer l’enterrement de Jacques.


    Vous parlez souvent de votre enfance : vous vous sentiez très liés.

    C’est vrai, même s’il y avait une différence d’âge. Nous avons surtout partagé la douleur de la séparation de mes parents. Il avait 12 ans, moi 2. Je suis arrivée dans le Nord avec ma mère, puis repartie avec mon père à l’âge de 7 ans. Nous avons souffert en silence, intérieurement, de ces déchirements familiaux. Heureusement, j’avais mon frère : nous n’avions pas besoin de beaucoup parler afin de nous comprendre.


    Pourquoi avait-il choisi la prêtrise ?

    Il ne me l’a jamais expliqué. Petit, il demandait de vieux habits et partait jouer au fond du jardin : il s’était fabriqué un petit autel, avait habillé ses peluches et s’amusait à dire la messe. Il a été enfant de chœur assez jeune, et cela lui plaisait beaucoup.


    Qu’il soit devenu prêtre relevait pour vous d’une évidence ?

    Je ne l’aurais pas vu autrement. J’avais 18 ans lors de son ordination en la cathédrale de Rouen : je n’avais pas vraiment saisi la profondeur de ce vœu d’être prêtre. J’assistais parfois à ses messes ; il paraissait tout autre, lumineux. Au fur et à mesure qu’il vieillissait, tout son être vibrait dans son eucharistie.


    Aujourd’hui, Jacques apparaît comme un modèle de prêtre, reconnu de tous. Vous en êtes fière ?

    Oui ! Il s’intéressait aux autres religions qui, quelque part, partent toutes d’un même noyau, autrement dit d’un même esprit qui est le même Dieu. Pour lui, le principal de toute religion, c’était qu’elle porte son fruit de générosité, de compassion, d’équité.


    Il vous a permis de rencontrer le pape !

    Un an avant sa mort, je lui avais fait part de mon désir d’aller à Rome avec lui, en pèlerinage, et il aurait vu le pape. Il n’en saisissait pas l’intérêt, il le voyait à la télé, me disait-il ! En fait, j’ai vu le pape sans lui... Que dire ? Ce fut un jour de grande émotion !


    Avez-vous le sentiment que cela valait la peine de traverser tout ça pour que Jacques puisse être un exemple ?

    Il s’agit d’une question profonde ! Dès le lendemain de l’assassinat, toutes les nations téléphonaient, partageaient leur peine profonde alors qu’elles ne connaissaient pas l’homme. Lui, si effacé, si silencieux, à peine connu sauf de ses paroissiens... Il y a là quelque chose d’extraordinaire. En pensant à tout ce qui s’est passé depuis sa mort, oui, je pense que cela vaut la peine d’endurer cette souffrance en nous.


    Chronologie
    30 novembre 1930 : Naissance de Jacques Hamel.
    1940 : Naissance de Roseline Hamel.
    30 juin 1958 : Ordination du P. Jacques Hamel.
    26 juillet 2016 : Assassinat du P. Hamel à Saint- Étienne-du-Rouvray.


    *Janvier 2019 :


     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Livre_small

    Sortie du livre de Roseline Hamel avec Camille Perrier, Éd. Bayard, 130 p. ; 16,90 €.

    9 mars 2019 : Clôture de l’enquête diocésaine en vue de la béatification de Jacques Hamel. 


    https://www.lepelerin.com/A-la-une/Les-grands-entretiens-Pelerin/Roseline-Hamel-Jacques-est-devenu-un-frere-universel?fbclid=IwAR0x2a6leAN8CZakp8qlxTh8FzG2hBErUAq7pzBuhP0MiL4uGyNYrEvEWRs
    Véronique1
    Véronique1

    Féminin Messages : 3808
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 73
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par Véronique1 le Mer 10 Avr - 21:54

    Le dossier en béatification du père Jacques Hamel est arrivé au Vatican

    Une nouvelle étape a été franchie ce 10 avril dans le procès en béatification du père Hamel, assassiné le 26 juillet 2016 par des islamistes dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, pendant la messe. Une délégation du diocèse de Rouen, menée par son archevêque et principalement composée de jeunes, a remis à la Congrégation pour les Causes des saints un volumineux dossier. À partir de ces documents, le dicastère va statuer sur la validité du martyre du prêtre normand, avant de présenter un avis au Pape, lequel donnera une réponse formelle.

    Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican


    Onze mille pages, plus de cent kilos de papier, dix mille heures de travail, six-cents homélies retranscrites, soixante témoins auditionnés: le dossier en béatification du père Jacques Hamel est officiellement arrivé à Rome ce matin, dans les bureaux de la Congrégation pour les Causes des saints. Il rejoindra les 1500 procès en béatification déjà en cours, mais une priorité lui a été accordée, a assuré Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. Le Pape François lui-même fait preuve d’une attention particulière vis-à-vis de la cause du père Hamel. L’assassinat du prêtre normand avait bouleversé le Souverain pontife, qui présidait les Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie lors du drame.

    Peu après, le Pape François avait accordé une dispense des cinq ans ordinairement exigés après la mort d’une personne pour ouvrir son procès en béatification. Celui-ci a commencé le 20 mai 2017. Dans le cas du père Hamel, il s’agit d’une procédure spéciale de reconnaissance du martyr, visant à déterminer si le prêtre a bel et bien été assassiné “in odium fidei” (“en haine de la foi”), motif retenu pour une éventuelle béatification. Par ailleurs, la dispense permet de recueillir rapidement le précieux témoignage des témoins oculaires de la mort du père Jacques, pour la plupart octogénaires au moment du drame.

    Des jeunes unis autour du père Hamel



    Après la clôture de la phase diocésaine du procès, le 9 mars dernier, c’est donc la phase “romaine” qui commence. Une étape encore une fois sous le signe de la jeunesse, près de trois ans après les JMJ polonaises. Ce mercredi, une quarantaine de lycéens du diocèse de Rouen étaient présents à Rome, accompagnés de leur archevêque et de plusieurs prêtres du diocèse, dont le postulateur de la cause, le père Paul Vigouroux. Le groupe ne venait pas directement de Normandie mais d’Assise, pour un pèlerinage plus long que ce passage d’une journée dans la ville éternelle.

    Parmi les pèlerins, de nombreux jeunes témoignent de leur admiration pour le père Hamel, ce prêtre qui a aimé jusqu’au bout, fidèlement, discrètement, œuvrant aussi pour des relations apaisées avec la communauté musulmane. Bien qu’ils ne l’aient pas connu personnellement, le curé de Saint-Étienne-du-Rouvray demeure pour eux un témoin de la foi proche et exemplaire.


    Un dossier porté à bout de bras



    Les lycéens les plus robustes n’ont pas hésité à porter à bout de bras les six lourds cartons parvenus jusqu’à Rome dans le coffre de leur autocar. Après avoir assisté à l’audience générale place Saint-Pierre, sous une abondante pluie, les Rouennais ont rencontré le Pape François pour un temps de prière… puis direction la place Pie XII, quelques mètres en avant, pour rejoindre la Congrégation pour les Causes des saints. Après avoir officiellement déposé le précieux chargement, Mgr Lebrun et l’ensemble du groupe  ont rencontré le cardinal Giovanni Angelo Becciu, Préfet de la Congrégation.

    Les pièces du dossier seront désormais étudiées de plus près pour mieux connaître la personnalité du père Jacques et surtout les circonstances de sa mort, afin de prouver qu’il est bien mort en martyr. Puis l’instance vaticane rendra son avis au Pape, le seul à même de déclarer formellement si le prêtre peut être béatifié. La béatification se tiendrait alors à Rouen, diocèse d’origine du père Hamel.

    Mais pour le moment, aucun préparatif n’est au programme dans le diocèse. À Rouen, rappelle dans un sourire Mgr Lebrun, Jeanne d’Arc a été canonisée cinq siècles après sa mort… Aujourd'hui, l’heure est davantage à la prière – pour les proches du père Hamel, ses assassins, ses paroissiens, pour obtenir aussi un miracle qui ouvrirait la voie à sa canonisation –, ainsi qu’à la recherche d’un postulateur de la cause de béatification chargé de poursuivre le travail, depuis Rome.


    https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2019-04/pere-jacques-hamel-proces-beatification-vatican-cause-saints.html
    sofoyal
    sofoyal

    Masculin Messages : 1590
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Localisation : gironde
    Idéal : Chrétien
    Saint intercesseur : Jésus

     ***  "  Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " *** Empty Re: *** " Un an après l'assassinat du père Jacques Hamel " ***

    Message par sofoyal le Mer 10 Avr - 22:08

    L'assassinat de ce seul prêtre en pleine célébration, 
    aura laissé sur mon esprit, plus que tout autre fait d'actualité, 
    un terrible sentiment d'horreur.
    Bien qu'il y ait eu au cours des dernières années et jusqu'à aujourd’hui 
    beaucoup de crimes odieux, tueries et attentats sanglants, 
    aucun d’entre eux ne laisse en mon esprit une peine aussi marquée 
    que celle qu'a suscité en moi la mort tragique du Père Hamel.
    Mais ma peine est adoucie par l'auréole du martyr...


    _________________
    Sofoyal Colombe

      La date/heure actuelle est Dim 9 Aoû - 1:03