Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Tendances homosexuelles et vie chrétienne...

    avatar
    BENEDICTE

    Féminin Messages : 244
    Date d'inscription : 24/01/2016
    Localisation : ALSACE FRANCE
    Saint intercesseur : SAINT CHARBEL et SAINT JOSEPH

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Empty Re: Tendances homosexuelles et vie chrétienne...

    Message par BENEDICTE le Dim 22 Déc - 19:47

    JESUS  a  aimé le pécheur et IL demande de nous aimer  les uns   les autres…….Mais  JESUS a dit à la pécheresse   '''va et ne pèche plus ''' IL a répété cette parole à d'autres .

    Le vrai problème ,DIEU ET SA PAROLE sont bannis de notre monde  ,traduits en quelque chose de mauvais, beaucoup de chrétiens ignorent la Parole de DIEU  ……….d'autres ,pour plaire au monde ,se rallient aux idées du monde
    On a réduit l'AMOUR ,à la sphère du sexe ….ce qui cause beaucoup de souffrances et laisse beaucoup de malheureux au bord du chemin ,et la liste est longue .
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9933
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Empty Re: Tendances homosexuelles et vie chrétienne...

    Message par Gilles le Mar 7 Jan - 19:01

    lundi 6 janvier 2020
    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Szyman10
    Victor Szymanski a été forcé à 16 ans de subir une « thérapie réparatrice » devant le « guérir » de son homosexualité et qui a plutôt été pour lui un calvaire qui l’a mené à souffrir de dépression, d’anxiété et de pensées suicidaires pendant plusieurs années.

    Le combat d’un jeune Néo-Brunswickois contre la thérapie de conversion

    Victor Szymanski était âgé de 16 ans quand sa famille l’a poussé à subir une thérapie de conversion. Il milite aujourd’hui contre cette pratique, qu’il dit préjudiciable.

    Il est le plus jeune enfant d’une famille catholique pratiquante d’origine polonaise à Saint-Jean.

    À l’école secondaire, il excellait dans le programme de baccalauréat international. Il se distinguait au théâtre, en peinture et en photographie. Ses camarades de classe l’avaient élu à titre d’étoile montante en 2013.

    Mais le jeune homme, aujourd’hui âgé de 24 ans, était tourmenté par un secret qu’il croyait être honteux. Il dit qu’il se sentait comme un agent double, que cela était épuisant et déchirant.

    Durant l’été suivant sa 11e année scolaire, il a été forcé de subir la "thérapie réparatrice" de Thomas Schmierer. Ce dernier, un thérapeute catholique américain, soutient que sa technique peut "guérir" l’homosexualité.

    L'efficacité des méthodes de ce genre a été démentie dans le milieu médical et ces méthodes ont été interdites pour les mineurs dans plusieurs États américains. Le premier ministre Justin Trudeau a promis dans une lettre de mandat, le 13 décembre dernier, de mettre fin aux thérapies de conversion au Canada.

    "Appuyer le ministre de la Justice et procureur général du Canada dans la modification du Code criminel afin d’interdire la pratique de la thérapie de conversion, et prendre d’autres mesures nécessaires avec les provinces et les territoires afin de mettre fin à la thérapie de conversion au Canada", peut-on lire dans la lettre de mandat de la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse.

    Victor Szymanski qualifie ces thérapies de pseudoscience profondément préjudiciable. Les séances qui devaient le "guérir" l’ont plutôt mené à une dépression et à des pensées suicidaires.

    Le jeune homme milite aujourd’hui pour que les thérapies de conversion soient reconnues comme une forme de violence psychologique et émotionnelle. Il raconte publiquement son histoire pour faire savoir aux gens que cette pratique peut encore se produire de nos jours au Nouveau-Brunswick.

    Victor Szymanski dit qu’il aime beaucoup sa famille malgré tout. Il croit que cette dernière ne voulait que son bien.

    D’une part, à l’école, il avait des amis et menait une vie active, mais d’autre part, à la maison, il connaissait des humiliations.

    Il a confié à sa famille à l’âge de 15 ans qu’il était attiré par les hommes. Ses parents, explique-t-il, ont alors insisté pour qu’il subisse une thérapie contre l’attirance envers le même sexe.

    Cette thérapie comprenait deux séances par semaine sur Internet avec Thomas Schmierer, qui est basé en Californie. Victor Szymanski devait aussi visionner des vidéos et participer à des discussions d’Exodus International, une association "d’ex-homosexuels" chrétiens qui disait aider les gens à se "libérer" de l’homosexualité grâce à leur relation avec Jésus Christ.

    Dans un article intitulé Unwanted Homosexual Attraction Is Treatable, Thomas Schmierer soutient que plusieurs patients LGBTQ ont réussi à surmonter leur compulsion homosexuelle et ont fait un mariage heureux avec des personnes du sexe opposé.

    Ni Thomas Schmierer ni la famille Szymanski n’ont voulu faire de commentaire pour ce reportage.

    Les enfants valorisent beaucoup l’approbation de leur famille et font tout ce qu’ils peuvent pour l’avoir, explique Victor Szymanski. Il était un mineur à ce moment, dit-il, et il sentait qu’il n’avait pas le choix d’agir autrement.

    Des « illusions narcissiques »

    Le jeune homme s’est longtemps gardé de parler à qui que soit de sa thérapie de conversion.

    Dans ce cadre, on lui disait que son homosexualité était causée par "des illusions narcissiques et des distorsions basées sur la honte", explique-t-il.

    Après ces séances, souligne-t-il, il souffrait d’insomnie, de dépression, d’anxiété et de problèmes d’estime de soi.

    Malgré tout, il a obtenu son diplôme de l’école secondaire anglophone de Saint-Jean avec haute distinction ainsi qu’une bourse d’études de l’Université de Toronto. Lorsqu’il a entrepris ses études en 2013 au collège catholique St. Michael's, associé à cette université, il n’en pouvait plus de subir la thérapie de conversion, explique-t-il.

    Victor Szymanski a fait une tentative de suicide en octobre 2013 par surdose de médicament. Lorsqu’on est convaincu qu’il y a quelque chose de mauvais en nous et qu’on ne peut rien y changer, cela nuit à tous les aspects de la vie, explique-t-il.

    "Je ne voyais plus d’espoir. Je croyais simplement que ce serait pour le mieux si je partais."

    Le jeune homme précise maintenant que ce dont il avait réellement besoin, c’était que quelqu’un lui dise qu’il était normal, qu’il n’était pas intrinsèquement désordonné.

    Après la tentative de suicide, Victor Szymanski a décroché de l’université et il n’avait ainsi plus droit à sa bourse d’études.
    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Ordinateur-therapie-conversion
    Victor Szymanski devait tenir un journal, entre autres devoirs qu’on lui demandait de faire durant la thérapie de conversion.

    Il est rentré à Saint-Jean en novembre 2013. Il dit qu’il sentait avoir encaissé un échec total parce que la thérapie de conversion n’avait pas marché. Il croyait qu’il n’avait pas fait assez d’efforts. Il ressentait aussi un échec parce qu’il avait perdu l’occasion de faire des études dans cette université qu’il dit être l’une des plus prestigieuses au Canada.

    Victor Szymanski dit qu’il a passé les six années suivantes à faire tout ce qu’il pouvait pour ne pas penser à sa réalité. Il n’était presque jamais chez lui, dit-il, il était toujours occupé à faire quelque chose.

    Il a fait un baccalauréat à l’Université du Nouveau-Brunswick à Saint-Jean. Il s’est entraîné pour faire un triathlon. Il fait des études de maîtrise tout en travaillant à plein temps.

    Victor Szymanski a maintenu ce rythme jusqu’à l’automne 2019, quand ses directeurs de thèse lui ont conseillé de ralentir, parce qu’il avait l’air épuisé.

    Il a ralenti le rythme et recommencé à penser à tout ce qu’il avait connu, notamment la honte ressentie et sa tentative de suicide. Lorsqu’une personne subit une expérience de mort imminente, c’est trop bouleversant pour y réagir sur le coup, explique le jeune homme.

    Ses pensées suicidaires étaient aussi de retour. La vie, dit-il, lui apparaissait aussi froide, sinistre et suffocante qu’une tombe. Il a alors ressenti le besoin de changer de milieu.

    Il a entassé tous ses biens dans sa voiture tandis que l’ouragan Dorian battait son plein, en septembre 2019. À ce moment, dit-il, il avait plus envie de vivre dans sa voiture que dans une maison.

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Szymanski-victor-bal-finissants
    Nadine Nzirorera et Victor Szymanski ont célébré ensemble l’obtention de leur diplôme d’études secondaires. La famille Nzirorera a accueilli sous son toit le jeune homme à l’automne 2019.

    Heureusement, ajoute-t-il, sa meilleure amie lui a offert son aide.

    Cette amie est Nadine Nzirorera. Elle décrit Victor Szymanski comme l’une des personnes les plus remarquables qu’elle a connues jusqu’à présent. Elle dit qu’il l’avait lui-même aidée auparavant et qu’elle voulait faire tout ce qu’elle pouvait pour l’aider à son tour.

    Victor Szymanski a déménagé chez la famille Nzirorera et il habite toujours chez elle aujourd’hui. Il dit avoir beaucoup de chance de pouvoir compter sur cette famille après ses expériences difficiles.

    Plaidoyer pour des mesures plus sévères

    Victor Szymanski a décroché son diplôme du programme de recherche appliquée en matière de services de santé de l’Université du Nouveau-Brunswick.

    Il dit parler publiquement de son parcours pour faire comprendre aux gens qu’il existe toujours des thérapies de conversion au Canada.

    Le jeune homme fait partie de deux groupes qui appuient les personnes qui, comme lui, ont subi une thérapie de conversion. Il espère que le Canada prenne des mesures plus sévères contre les thérapeutes en ce domaine et contre les personnes qui forcent des mineurs à subir des thérapies de conversion.

    Les familles doivent être tenues en partie responsables lorsqu’elles poussent leurs enfants dans cette voie même si elles ignorent les torts que cela peut entraîner, estime le jeune homme.

    Victor Szymanski affirme qu’on l’a forcé à nier ce qu’il est. C’est comme une blessure, comme si quelqu’un lui avait volé sa véritable identité, souligne-t-il.

    Quant à ses propres parents, il dit que ses relations avec eux ne sont pas complètement rétablies. Il espère que les relations avec sa famille seront un jour meilleures et que cette dernière l’acceptera mieux.


    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Images?q=tbn%3AANd9GcRz70PRwdmDOZ9pyIimxEZYU0lVjblSq5xuAjoXfJvGf3GP7xOSICI Nouveau-Brunswick
    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Images?q=tbn%3AANd9GcSzfjDDTEw00r6E3DfKenupTUAsoG76CULkhKN6EeZqwR0gQKs_Avec les renseignements de Julia Wright, de CBC
    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 C65a8014


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9933
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Empty Re: Tendances homosexuelles et vie chrétienne...

    Message par Gilles le Dim 8 Mar - 16:28

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Gabriel-nadeau-conversion-2
    Une photo de Gabriel Nadeau à l'adolescence, période de sa vie où il s'est tourné vers les thérapies de conversion.

    « J’avais peur d’aller en enfer » : Ottawa s'attaque aux thérapies de conversion

    Le gouvernement Trudeau déposera lundi un projet de loi pour modifier le Code criminel afin d’interdire les thérapies de conversion, une pratique controversée qui vise à changer l’orientation sexuelle d’une personne.

    Gabriel Nadeau conserve un souvenir traumatisant de sa première thérapie de conversion.

    Âgé aujourd'hui de 26 ans, il vit pleinement son homosexualité. Cependant, il en a profondément souffert pendant son adolescence. Élevé dans une famille très religieuse, il s’est inquiété à 12 ans de ressentir une attirance envers les hommes.


    Influencé par son milieu, Gabriel a lui-même demandé à sa mère de subir une thérapie de conversion pour tenter de « guérir » son homosexualité. Un religieux s’est livré à une sorte d’exorcisme.

    Il s’est mis à crier dans mes oreilles : "Au nom de Jésus, démon, sort!", raconte-t-il.

    Gabriel est resté profondément marqué par cette expérience qui a duré une trentaine de minutes.
    Je pleurais, pas tant parce qu’on me criait dans les oreilles. Je pleurais parce que je ne voulais tellement pas être comme ça, je ne voulais tellement pas être gai. J'étais tellement désespéré de changer, même à 12 ans.
    Gabriel Nadeau
    Voyant que cela ne fonctionnait pas, il s’est soumis à deux autres thérapies à 16 ans et 18 ans en payant des centaines de dollars de sa poche. J'avais peur d'aller en enfer, explique-t-il.
    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Gabriel-nadeau-conversion
    Gabriel Nadeau a subi trois thérapies de réorientation sexuelle dans sa vie.

    Avec du recul, il constate aujourd’hui à quel point cela a été dommageable pour lui. C'est un support social au rejet de soi, remarque-t-il. Aussi, dans mon cas, ç’a été la dépression, j'ai eu des pensées suicidaires, ajoute celui qui s’est éloigné de la religion depuis.

    Les thérapies de conversion ou thérapies de réorientation sexuelle sont des interventions psychologiques ou spirituelles censées changer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne, que ce soit par le biais d'une thérapie par la parole, de médicaments ou d'une combinaison des deux.

    Lire la suite : J'avais peur d'aller en enfer » : Ottawa s'attaque aux thérapies ... ici.radio-canada.ca › nouvelle › homosexualite-therapie-conversion-re...

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Xcv19fUtQcELlPoHHmMv68ex+3L6vEj9bkveH7snfwPfimpZvR+7H38LONcBAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADAUfkfFVOBwdhadrIAAAAASUVORK5CYII=


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9933
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Tendances homosexuelles et vie chrétienne... - Page 7 Empty Re: Tendances homosexuelles et vie chrétienne...

    Message par Gilles le Lun 20 Juil - 23:46



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

      La date/heure actuelle est Sam 15 Aoû - 1:02