Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Mer 13 Mai - 13:40

    C'est une citation de Président...
    Je connais des gens qui réussissent , des croyants très pratiquants, très "évangélisateurs", engagés dans leur paroisse, à l'école, dans plein d'assocs, actifs, dynamqiues, relevant tous les défis...très "y a pas de problèmes mais seulement des solutions"...
    Jusqu'ici je pensais pouvoir me confier à eux en toute sécurité, en tant que catholiques ils avaient des réponses de catholiques.
    Mais il me semble que leur succés leur "monte à la tête".
    Maintenant ils me donnent de mauvais conseils, du copié collé de ce qu'on lit et entend partout ( surtout chez les psys), des conseils
    1inadaptés à ma situation réelle, relevant de l'idéologie plus que de la réalité
    2inapplicables dans ma situation
    3 Qui déplairaient à Dieu, L'offenseraient si je les appliquais et que je ne souhaite pas appliquer!
    Donc, très discrètement, je ne les applique pas.

    Mais je suis étonnée de leur ton péremptoire qui semble dire "nous savons mieux que toi" ,
    je suis encore plus étonnée  de voir que des catholiques peuvent donner des conseils contredisant ce qu'enseigne l'Eglise ( en plus d'être complètement inadaptés) et ceci avec autant d'aplomb.
    Leur succès nous a en faits éloignés les uns des autres.
    Auprès d'eux je ferais figure de personne "qui n'est rien" et c'est sur cette réussite qu'ils s'appuient pour conseiller.
    Mais il n'empêche qu'ils ont tout de même tort.La prudence est une vertu.
    Emmanuel
    Emmanuel
    Administrateur

    Masculin Messages : 2766
    Date d'inscription : 16/01/2016

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par Emmanuel le Mer 13 Mai - 23:52

    Je suis encore plus étonnée  de voir que des catholiques peuvent donner des conseils contredisant ce qu'enseigne l'Eglise ( en plus d'être complètement inadaptés) et ceci avec autant d'aplomb.
    C'est une dure réalité que tant de gens qui se disent "catholiques", de nos jours, ne comprennent plus leur religion et rejettent tant de ses enseignements.

    C'est une sorte d'adhésion "à la carte" aux enseignements catholiques, chacun se faisant d'une certaine façon sa propre "religion personnelle".

    Je suis d'accord avec toi, @Angela, qu'il faut se faire prudent et prendre beaucoup de recul face à ces conseils.

    Prie

    Amicalement,

    Emmanuel
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Jeu 14 Mai - 8:53

    Merci Emmanuel ! Gloire à toi Seigneu Chapelet Very Happy Marie Heureusement il y a le modèle de mes tantes et de mes aieules, certaine sont enduré des choses très semblables dans leur ménage et pourtant à cette époque ( plus croyante que la notre), eh bien ! On ne se séparait pas pour cela. J'ai oui dire que l'Eglise moderne avait  mis en priorité l'amour des conjoints tandis que l'Eglise d'avant Vatican 2 mettait en premier la procréation/l'éducation des enfants. Est-ce vrai ?
     Si oui, cela expliquerait aussi la patience de mes aieules, de ma bisaieule, qui, loin de se séparer, sont sans doute restées "pour les enfants". Cela nous parait "idiot" à nous, à notre époque, mais au fond....ce n'était pas si bête.  On avait du chagrin, on se sentait humiliée par les frasques du mari, bon. Mais on se disait "eh, il n'y a pas que moi, il y a les enfants, alors tenons ferme, faisons notre devoir tout  de même".
    Et je constate ( en le vivant) que d'avoir cette tache à faire ( rester, elever ses  gosses, essayer de pardonner à son conjoint..) cela vous donne du courage. Au contraire les discours modernes vous enlèvent le courage. Ils vous disent "tu n'es pas obligée de supporter cela, il y a une porte de sortie." Et je connais des gens  dont un couple d'amis dans la même situation ont divorcé et le mariage a été "annulé" par le Pape ( déclaré non valide) !
    Si mon arrière-grand'mère ( trompée et retrompée) était partie, que serait devenue ma grand'mère petite et ado ensuite ? Ma grand'mère a été un modèle de mère catholique en pleine Occupation allemande (et à son époque c'était encore l'Eglise ancienne), endurant vaillamment la souffrance mais ne la cherchant pas, dévouée, bonne ménagère, modeste, ne se faisant jamais de "pub", féminine avec décence, laissant "briller" les autres ( son mari), obéissant au Seigneur. Elle n'a même pas cafté quand la Gestapo lui a demandé si ses voisins étaient agents de renseignement dans la Résistance ! Mais c'était tout sauf une superwoman qui se débrouille seule, active sur tous les fronts, réussissant partout etc comme on est aujourd'hui. C'était une petite bonne femme effacée, mère au foyer, rien d'autre. Macron aurait dit "ces gens qui ne sont rien" !
    Grace à elle il y a eu pour moi le modèle de mes tantes ( ses filles), et du coup j'ai pu en tant que nièce avoir sous les yeux un tel modèle, ce qui est une bénédiction ( autant qu'un document historique vivant ).
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Jeu 14 Mai - 12:08

    Adhésion à la carte...c'est le mot.
    Car dans ces milieux que j'ai fréquentés sous l'influence de ces copains, on choisit à la carte.
    Il y a plein de choses qui m'ont semblé contradictoires comme :
      . Dans une même conversation affirmer que l'on doit servir Dieu le premier ET conseiller avec autorité la séparation ( de facto le premier pas vers  le divorce) et répliquer à l'objection que les divorces déplaisent au Seigneur "oui cela lui déplait mais parfois c'est nécessaire" ( cela leur semble nécessaire à eux, pas à moi qui suis l'intéressée)
    . pour certains être catholiques, respecter la chasteté , être pratiquant MAIS s'engager dans la fondation d'une école Montessori et /ou participer à un réseau organisant des retraites ignaciennes en ville tout en bossant dans une maison verte de Françoise Dolto.   Les convictions antiautoritaires de ces théoriciennes sont incompatibles avec la catholicisme puisque l'idée que l'enfant est bon "par nature" que Dolto hérite du franc maçon JJ Rousseau nie le péché originel...
    . Pour toutes les femmes de ces milieux ou presque, vivre, se vetir, se comporter à la moderne, être Superwoman active et commandeuse sur tous le sfronts, faire parler abondamment de tous ses succès, être le chef de la famille, infantiliser le mari au point de controler agenda et emploi du temps. (La femme soumise à son époux ? La priorité donnée au quotidien à sa  famille et non à l'action associative et théorique dans des psys de groupe destinées à "aider" les familles, à les conseiller?)
    .féminisation des associations familiales catholiques, de la presse catholique, du tissu associatif et donc entrisme de la psychologie qui émane de philosophies humanistes et donc anti catholiques, anthropocentrées et non théocentrées. D'où le culte du Moi répandu même dans les milieux catholiques, essentiellemet dirigées par des femmes diplomées ( Et l'humilité? La modestie ?)
    . Dans certains mouvements ( Renouveau charismatique, JMJ) on assiste à des "autoproclamations" de personnes se disant évangélisatrice mais en dehors de la hiérarchie et qui affirment avoir reçu des "charismes".( et l'obéissance ?  la prudence ?)
    . Conseils réitérés de se séparer pour des motifs qui ne méritent pas ( pas toujours) une solution aussi destructrice. Argumentaire copié collé sur les psys féministes ( "il ne changera pas, la séparation est la seule solution et vous hésitez parce que vous avez peur de l'indépendance et d ela solitude alors qu'on peut très bien servir Dieu en étant seule, en s'investissant dans sa paroisse et gnagnagna" ( juste après avoir détruit sa famille ? Et les enfants ?))

    Bref la nausée me monte aux lèvres.
    Je croyais avoir tourné le dos à l'esprit du monde moderne individualiste qui a le culte de 'Homme et je retrouve cet esprit chez les catholiques modernes.
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Jeu 14 Mai - 13:19

    Les Associations Familiales Catholiques ont organisé des "cours" ( seances) appelées "cycloshow" dont le rôle est d'apprendre aux mères à parler aux jeunes fillles du cycle, sous la houlette d'une psy évidemment. Au motif que sinon c'est internet et le porno qui feront l'éducation sexuelle de nos enfants....
    Des séances qui se déroulent en groupes.
    Et la pudeur féminine ? Et alors les mères ne sont pas capables d'expliquer cela discrètement dans l'intimité de leur maison à leur jeune fille, il faut une psy pour ça et un groupe ?  L'oeil du système ? Sommes-nous  des incapables ?
    Mais comment des associations qui se disent catholiques peuvent-elles laisser faire cela ? Comment des femmes qui se présentent comme de supercathos peuvent-elles le recommander ?  Car j'ai vu cela.
    Autre dérive, une chanteuse dans un groupe de pop rock chrétien qui chantait dans un cadre charismatique dans une église de ma région, tard le soir, son bébé au sein, oui , elle chantait en même temps avec le bébé au sein.
    Dans ma propre paroisse, une dame très investie qui fait la lecture ( pourquoi des laiques font-ils les lectures) , catholique "mais pour l'avortement".
    Tous ces exemples ne viennent pas de catholiques tièdes ni eloignés de la pratique religieuse mais au contraire de personnes "chefs", dames caté, présidentes d'assocs, etc.le plus souvent des femmes !
    Mais pourquoi toutes ces contradictions ?
    Cela dépend-il vraiment des individus ?
    Qu'y a-t-il dans l'église moderne pour qu'elle autorise tout cela ?
    Faut-il vraiment que l'Eglise "vive avec son temps" ( à l'heure de l'individualisme et des superwoman, des psys , de l'avortement, du divorce de masse...)?
    avatar
    BENEDICTE

    Féminin Messages : 244
    Date d'inscription : 24/01/2016
    Localisation : ALSACE FRANCE
    Saint intercesseur : SAINT CHARBEL et SAINT JOSEPH

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par BENEDICTE le Jeu 14 Mai - 14:56

    ANGELA    satan  a  investi le terrain ,il en est pratiquement  maitre  …….DIEU veille  ,IL  NOUS DEMANDE aussi  de veiller et prier…….
      SEULE  LA  PRIERE  ET  LA  PENITENCE  peuvent sortir l'Eglise de ce gouffre …….
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Ven 15 Mai - 8:53

    La question que je me pose avec mes "déformations professionnelles" est philosophique  :est-ce que par hasard on soumettrait la théologie à la philo et non l'inverse ?
    Est-ce que dans l'Eglise moderne il y aurait des courants "humanistes" qui poseraient l'homme en premier et lui subordonneraient Dieu ? Autrement dit...La Foi serait là pour combler des "besoins" de l'homme, on aurait la religion de l'homme sans oser le dire tout haut et tout en prétendant le contraire ? C'est juste des questions.
    Questions qui mériteraient d'être approfondie.
    Des cathos "jmj" et charismatiques par exemple ne s'offusquent pas de ce que la pyramide des besoins d 'A. Maslow ( du courant humaniste) soit enseignée dans des écoles ( sous contrat) catholiques. Leur commentaire "ben au moins comme cela ils apprennent comment l'humain fonctionne".
    La pyramide de Maslow ( pourquoi d'ailleurs une pyramide....là encore il faudrait s'interroger, si l'on n'est pas trop fatigué par ses journées de travail) c'est le  Notre Père inversé. Elle est largement utilisée chez les psys et dans le "développement personnel".
    C'est d'abord l'homme et ses besoins charnels ( les "passions") ensuite viennent des besoins plus relationnels, qui leurs sont subordonnés, intellectuels, "réalisation" de soi, et en tout dernier les besoins spirituels sans préciser quelle religion ( sous entendu elles s'équivaudraient toutes). C'est sans doute le "credo" de la "religion"mondialiste mais qu'est-ce que cela vient faire dans l'enseignement catholique?  Et pourquoi ces catholiques que je connais l'admettent-ils comme une chose banale et axiologiquement neutre alors que de toute évidence ça ne l'est pas ?
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Ven 15 Mai - 9:02

    Autre chose encore : il existe dans le monde moderne , même catho, une "pression" pour divorcer/se séparer tout comme il existe de manière générale dans l'occident moderne une "pression" pour avorter, à l'exclusion des autres issues.
    Si vous faites savoir que vous êtes enceinte involontairement, vous êtes confrontée à la mentalité abortive de nos sociétés ( CF le témoignage de Lucie Choffey et de Marion Sigaut l'historienne, en ligne).
    Je témoigne que si vous faites savoir qu'il y a un problème grave, des péchés, dans votre ménage, une fois constaté l'inefficacité du conseil conjugal et des psychothérapeutiques , vous êtes de la même manière confrontée à l'idéologie divorceuse. "Séparation" pour les croyants, mais c'est hypocrite car c'est le plus souvent l'étape précédant le divorce légal.
    Et cette pression peut même venir de catholiques !
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Lun 25 Mai - 20:49

    Rien à faire, je ne "peux" pas faire un truc comme ça ( séparation, divorce, etc.).
    Cela déplairait au Seigneur, première raison, à elle seule suffisante.

    Cela ferait 4 personnes malheureuses au lieu d'une seule, dont deux innocentes ( les enfants),

    le "bonheur" ou l'amélioration ne seront pas au rendez-vous : au contraire l' experience de terrain ( pas l'ideologie psychoféministe) montre que les conflits entre conjoints et les problèmes des enfants sont surtout décuplés.
    Il n'est pas bon que l'homme soit seul. La femme non plus. Les années de célibat me l'ont montré; que je sois confrontée à des problèmes conjugaux n'enlève rien au fait que la solitude sera bien pire, je la connais bien et je veux l'éviter. On n'ampute pas une jambe cassée, on la plâtre !
    Et je suis très étonnée que des femmes qui se disent catholiques viennent me faire "la morale moderniste", le duplicata du discours féministe, en tentant de me faire croire (et de se le faire croire) qu'on "peut être heureuse seule, qu'il ne faut pas  être dépendante" etc. etc ;  Bien sur elles ont toujours telle ou telle divorcée à citer qui semble hyperheureuse, très investie dans sa paroisse, etc. Bien sur elles ont plein d'activités pour oublier leur solitude, des tonnes  de relations  et d'amis. Moi c'est différent, je n'aurais même pas cet "antidouleur" de l'hyperactivité, ni des amis,  je suis  un tempérament introverti et je déplais trop aux modernes (surtout aux femmes, je ne sais pas pourquoi) pour avoir de vrais amis parmi eux. Ayant un tempérament introverti limite mélancholique ( limite), c'est logique que je préfère les tâches d'intérieur aux relations sociales et activités associatives ou pire, militantes. Une maison à tenir, la cuisine, préparer des plats et des confitures, la famille le soir sous la lampe, mes habitudes et les prières, cela me suffit ( j'ai peut-être tort mais c'est vrai).
    Mais voilà, les tâches d'intérieur sont les grandes sacrifiées de notre époque où l'on n'emploie que des termes de pathologie pour les désigner, " TOC" et autres gentillesses. Donc pour elles , pour ces femmes engagées, modèles de combativité et de courage, je ne suis qu'une pauvre fille "responsable" de sa souffrance ( si j'ai le droit de divorcer et que je ne le fais pas...) et "tOCquée".
    Comme par hasard ces femmes libérées qui surmontent la solitude et l'apprivoisent et se présentent comme "fortes" ont toutes un point commun : faire passer les taches domestiques en dernier. Et se présenter comme des modèles à suivre. Telle une responsable dans une asso catho de ma région qui s'est en plus moquée de moi et de mes "manies", insinuant que c'est la cause des pb conjugaux chez moi, ben voyons, alors qu'elle n'en sait rien au fond. Une catholique moderne très investie, elle aussi.

    Eh ben eh ben eh ben, ousqu'on est là, chez le Malin ?
    Je me demande si je ne vais pas tout bonnement faire 1 jour jeune et prières, voilà, au moins ce sera ça de pris sur l'Ennemi.
    Je vois mal ce que je pourrais faire d'autre;
    Stéphane
    Stéphane

    Masculin Messages : 711
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Localisation : Lorraine
    Idéal : Le bonheur pour tous
    Saint intercesseur : Saint-Etienne

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par Stéphane le Lun 25 Mai - 21:41

    Définition de Larousse :

    N'être rien :

    N'avoir aucune valeur, aucune importance personnelle; être insignifiant.

    Insignifiant :

    Qui manque de personnalité, de qualités.

    Nul ne peut donner une valeur à une vie d'homme si ce n'est le Créateur Lui-même, sans quoi le reste n'est que supposition et que repères humains.
    Sur un repère terrestre, la valeur est purement matérielle, tout comme le Président est un homme d'affaires.
    Il ne prend que les repères économiques en compte et donc son jugement est faussé dès le départ puisqu'il donne une valeur aux hommes qui font des choses qui apportent de l'ajout.

    C'est réduire l'homme à peu de choses au final, à un mouton pour la masse et à un faiseur pour le reste.
    Faut-il lui rappeler que sans les qualités de certaines personnes qui ne sont rien justement, il serait alors sans doute dans une panade bien plus grave probablement ?

    Chacun a ses qualités et ses défauts. Mais ils ne se voient que dans le domaine où l'on exerce le plus souvent, et pas forcément à la vue de tous.

    La vie en société est une jungle où vous devez vous conformer un minimum pour ne pas subir tant de discriminations et de honte et bien d'autre encore, mais où vous apprenez beaucoup et où la force de la foi grandi justement par toutes ces petites phrases insignifiantes de ces hommes qui réussissent.

    Mais ne les jalousez pas car cette place est sans doute bien puante.

    Continuez à aimer et à croire à ce que vous pensez. Gardez courage et ferveur pour vous et essayez de servir au mieux les autres, dès l'instant qu'ils sont réceptifs. Ne perdez pas votre énergie si ce n'est pas le cas.

    Bonne soirée.


    _________________
    Dans la vie, il y a du bon et du mauvais. Je garde le bon pour améliorer le mauvais et le mauvais pour le transformer en bon.
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Mar 26 Mai - 9:12

    Merci Stéphane !
    Le Président ( l'actuel et bien de ses prédécesseurs) n'est pas catholique !
    Le monde moderne ne l'est plus ou encore l'est "à la carte" ( catholicisme soumis au monde et à la religiosité mondialiste ).
    Ceci explique bien des choses...
    Quant à la réduction psychologiste qui explique tout par le psychisme, lointaine héritière du "cogito" de Descartes ( qui fut mis à l'index par l'Eglise et n'habitait pas en France), elle suppose un
    MONISME métaphysique
    incompatible avec le DUALISME métaphysique catholique.
    Dans le monisme il n'y a que la création ( le Monde, le Cosmos, donc aujourd'hui on n'est pas seulement matérialiste , on est surtout cosmopolite, mondialiste...), la création ET RIEN D' AUTRE, pas de surnaturel. Dans cette optique Dieu existe bien, oui, dans la tête des hommes, découlant de la pensée des hommes, "inventé " par l'homme ( merci Ludwig  Feuerbach), comblant des "besoins" humains ( merci Abraham Maslow) . Donc toute action humaine, si mystérieuse soit -elle, trouvera une explication humaine et IL N Y EN A PAS d' AUTRE.
    D'où la tendance moderne à tout expliquer par la psychologie(ou par la raison humaine , par notre intelligence), qui, hélas, est loin, très loin, de tout expliquer...
    Il y a bien des choses qui nous dépassent !
    Tout expliquer humainement revient à nier l'Etre de Dieu, c'est pourquoi l'hégémonie du "psychologique" dans le monde moderne et la surpuissance du mouvement humaniste dit de "développement personnel" ( pour l'"épanouissement" de l'individu et non pour le salut de l'âme de la personne) ont un tel succès de nos jours.
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Mar 26 Mai - 16:29

    N'être rien, d'après vos définition n'avoir aucune valeur personnelle...
    justement dans nos sociétés c'est le contraire qui séduit tout le monde, il FAUT  "prendre conscience de sa valeur", "devenir quelqu'un", "développer sa personnalité"etc.
    Dans nos sociétés déchristianisées !
    Dans une société chrétienne cela se passera autrement, on sera incité au contraire à être modeste, à s'abaisser devant les plus  grands et à accepter la place qui est la vôtre parce qu'elle vous est donnée par la Providence ( et non conquise de haute lutte contre les autres).
    Cela me fait penser à René Girard, un immense philosophe chrétien de la seconde moitié du XXème siècle, qui a beaucoup écrit sur le mimétisme, la rivalité et la violence qui en découlent.
    Emmanuel
    Emmanuel
    Administrateur

    Masculin Messages : 2766
    Date d'inscription : 16/01/2016

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par Emmanuel le Mar 26 Mai - 21:49

    Dans une société chrétienne cela se passera autrement, on sera incité au contraire à être modeste, à s'abaisser devant les plus grands et à accepter la place qui est la vôtre
    Oui, et les plus grands devront aussi se faire petits, car nul n'est grand outre Dieu, et tout nous a été donné par Lui.
    avatar
    A5372

    Féminin Messages : 526
    Date d'inscription : 10/01/2018

    Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien Empty Re: Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

    Message par A5372 le Ven 5 Juin - 14:13

    Il y a aussi autre chose qui est présent dans les discours de "ceux qui réussissent", c'est l'importance de la "com", de faire parler se de soi...même dans les milieux catholiques !
    Pour eux, pour les mentalités modernes, 'pour les psys, (du côté du développement personnel aussi) l'amélioration de soi( Jung dirait l'"individuation"...) est un passage obligé, amélioration qui, on s'en doute, n'est pas selon les ideaux chrétiens de dévouement et de sacrifice, bien au contraire.
    Il y a toujours cette idée qu'on ne peut pas se réaliser autrement qu'en dehors de chez soi, sur la scène publique ( agora, réseaux, associations, bénévolat, monde du travail, etc)

    que la réalisation de soi doit être autonome, ne dépendre de personne d'autre que soi, pas d'une famille, ni d'un conjoint,
     et surtout que les relations familiales doivent être contractuelles et donc résiliables, si elles gênent ou entravent cette "réalisation de soi".

    On trouve donc, même dans les milieux cathos, bon nombre de femmes "battantes" qui correspondent à ce profil ( le monde extérieur d'abord) et qui prodiguent des conseils inadaptés, convaincues qu'un femme va mieux se réaliser en dehors de la famille, qu'il Faut pour servir Dieu avoir des activités extérieures et même n'avoir que cela ( quitte au passage à détruire sa famille puis à vivre seule en s'investissant dans sa paroisse...)
    Et ces femmes ont un certain mépris pour celles qui n'ont pas ce profil, le vocabulaire "psy" ( surtout américain) en parle d'ailleurs avec le jargon de la pathologie.

      La date/heure actuelle est Sam 15 Aoû - 1:49