Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje

    avatar
    M8735

    Féminin Messages : 4043
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje Empty Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje

    Message par M8735 le Sam 19 Oct - 20:05



    Dernière édition par Marylin le Dim 20 Oct - 18:18, édité 1 fois
    avatar
    M8735

    Féminin Messages : 4043
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje Empty Re: Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje

    Message par M8735 le Dim 20 Oct - 18:17

    Pour ceux et celles qui ne connaissent pas bien le père Ratti, voici son témoignage et un post de @"tous artisans de paix " que j’ai retrouvé. :wink:


    https://imitationjesuschrist.forumactif.com/t4844-il-a-gueri-son-pretre-temoignage-du-pere-alain-marie-ratti


    Medjugorje Témoignage du Père Alain Ratti 




    Témoignage de guérison du père Alain Marie Ratti à Medjugorje E9e98810



    Le Père Alain Ratti, prêtre du diocèse de Melun, nous livre son témoignage de guérison reçue à Medjugorje lors d’un pèlerinage en 2014. Il anime désormais des retraites et en particulier des temps de prières : les soirées Raphaël !


      Ma découverte de Medjugorje. 


    En guise de cadeau, des paroissiens amis m’ont offert en 2005, un pèlerinage à Medjugorje, pour découvrir, m’ont-ils dit. Ce fut donc pour moi mon premier pèlerinage à Medjugorje.


     Neuf ans plus tard, en 2014, et probablement compte tenu de mon ministère de prédication, j’ai été sollicité pour y accompagner de nouveau un pèlerinage, ce que j’ai accepté avec joie, ayant constaté l’abondance des grâces reçues par les pèlerins en ce beau lieu de foi.


     Puis, en 2015, ce fut la prédication d’une retraite. Ayant depuis longtemps un souci de santé qui n’a jamais pu être véritablement diagnostiqué, celui-ci, après quelques années, m’a obligé à utiliser canne, déambulateur, et de plus en plus souvent mon fauteuil roulant. 


    Ce qui fait qu’à la question de mon évêque ou des paroissiens : « Comment allez-vous, Père ? » Je répondais, avec humour, « Ça roule ! ». Je devais célébrer et prêcher assis.


    Vers la grâce de guérison


    Le lundi 27 avril 2015 le groupe de pèlerins prend donc l’avion pour Split.


    Dans l’avion de Paris à Split, une retraitante me dit de demander ma guérison. Je lui réponds « vivement », sans diplomatie aucune et avec force, qu’il n’en est pas question.


     Bien des personnes ont besoin d’une guérison ; moi, du moment que je peux prêcher et annoncer l’Evangile, peu m’importe que ce soit debout, assis en fauteuil ou allongé (comme je l’ai déjà fait lors de mes différentes hospitalisations).


     Elle insiste et je persiste dans ma conviction et mes propos !


    Dans le car qui nous menait de Split à Ti- haljina, j’embauche un jeune, Florent, de notre groupe, pour animer le chapelet.
     Il fut mon «aide de camp»...même si je l’ai toujours appelé « Mon ange gardien ».


    Il me suivra et vivra la retraite sans cesse à mes côtés et, surtout, vivra la bonne nouvelle de la guérison.


     Il « explosera » de rire et de joie dans la foi et dans l’amour en regardant ceux qui m’avaient vu avec canne ou en fauteuil. 


    Il accueillera avec moi les interrogations bienveillantes des uns et des autres : laïcs, religieux franciscains, prêtres des différentes nationalités, religieuses de la paroisse de Medjurgorje et des Béatitudes... sans oublier les re- traitants du groupe !


    Florent a vécu, m’a-t-il dit, une année exceptionnelle: à l’issue de son catéchuménat ,baptême, Confirmation, Eucharistie et ... guérison d’un prêtre que le Seigneur et la Vierge Marie lui ont mis dans les pattes !




    Mardi 28 avril 2015 : à l’heure du dîner, notre accompagnateur nous présente le jeûne du lendemain mercredi et celui du vendredi et s’adresse à moi en me disant : 
    « Père, vous ne jeûnez pas, n’est-ce
    pas ? Avec vos soucis de santé, vous pouvez ne pas jeûner ».


    Me surprenant moi-même, comme si ce n’était pas vraiment moi qui parlais, je lui répondais : « Je crois bien que si, je vais jeûner». 
    Je lui disais cela en regardant le sol ; je n’osais pas le regarder.


    C’est alors que j’ai ressenti immédiatement quelque chose d’inhabituel, de bizarre, d’inattendu dans mon corps. Quelque chose que je ne peux tenter de décrire que maintenant - et encore !


     Non pas une chaleur comme souvent, semble- t-il, lors d’une guérison, mais une transparence, une grande paix, une lumière, un intérieur clair, blanc...


    La grâce de cette guérison, que je n’ai jamais demandée- mais demande que d’autres ont probablement faite ! - m’a été offerte ce mardi 28 avril, fête de saint Louis-Marie Grignon de Montfort, saint « marial » par excellence !


    J’ai jeûné le mercredi et le vendredi avec une facilité
    déconcertante.
     Je ne me souvenais pas vraiment d’avoir déjà jeûné.
     Une amie qui était présente à cette retraite s’est souvenue, sans en être bien assurée, que j’avais dû jeûner lors d’une retraite « fondamentale » que j’avais prêchée au Foyer de Charité à Châteauneuf de Galaure, retraite qu’elle avait suivie.


     Ce même mardi soir, de 21 heures à 22 heures, ce fut l’Adoration du Saint-Sacre- ment en l’église paroissiale - en fauteuil avec Florent, mon « Ange gardien ». Au moins, Florent « profitait »-il des bonnes places...




    Le lendemain, mercredi 29, à 6h30, départ pour la colline des apparitions (jusqu’à la statue de la Vierge en haut de la colline) au bas de laquelle il y a la « Croix bleue ».


     Nous nous y sommes rendus, avec Florent, en taxi, et mon fauteuil dans le coffre. J’ai préféré le laisser en garde chez une commerçante , stupéfaite, au bas de la colline en me disant que je monterais à pieds et récupérerais mon bolide une fois que je serais redescendu et avant d’aller à la paroisse pour la messe en Français de midi.


     J’allais tellement vite que j’en ai même oublié de récupérer mon fauteuil ! Avec Florent , je suis donc passé le reprendre et, toujours dans l’étonnement de ce qui m’arrivait, je n’ai même pas eu la présence d’esprit d’acheter au moins un chapelet à la commerçante ! J’étais probablement un peu sur une autre planète ...


    Compte tenu de la météo, nous avons fait le chemin de Croix du Krizevak le jeudi 30 et non le vendredi, comme prévu initialement.


    « Mais il court comme un lapin, le Père ! » ...me dirent les retraitants qui vivaient ce Chemin de Croix avec moi. 


    Je les dépassais sans cesse tout en gardant auprès de moi Florent, mon Ange gardien, en cas de besoin. Humour de Dieu, c’est lui que j’ai retenu pour qu’il ne tombe pas, et à sept reprises !


    Puis ce fut la messe concélébrée de midi, en Français, debout, et à la stupéfaction des sœurs des Béatitudes. 


    Vendredi 1er mai, à la demande des sœurs des Béati- tudes chargées de l’animation de la messe en Français, j’ai présidé debout et prêché trois minutes seulement : premier « miracle » diront certains. Après l’homélie ,j’ai guidé, pendant une dizaine de minutes , une méditation « eucharistique » en étant à genoux !
      




    Père Alain Ratti : Dans l’après-midi, une des amies du groupe, ayant elle-même été guérie quelques années auparavant, me donne de judicieux conseils pour l’accueil de la guérison, notamment à propos des attaques du Malin en ces circonstances et pour trois raisons : 


    « Vous êtes guéri,
    -vous êtes prêtre
     - vous êtes délégué à l’œcuménisme et guéri lors d’un pèlerinage marial ...»


    Je téléphone alors à mon évêque pour lui parler de ce qui m’arrivait ; mais je n’ai eu que sur sa messagerie téléphonique. Il me recevra longuement, en tête à tête, peu de temps après mon retour.


    Le samedi 2 mai, je profite du déjeuner pour demander « fermement » au groupe de ne pas parler de cette guérison sans en avoir reçu mon autorisation, c’est-à-dire
    pas avant que je n’en aie parlé à mon évêque et n’aie reçu son accord pour témoigner. Mais nous connaissons la nature humaine.




    Dans l’avion du retour, le dimanche 3 mai, un pèlerin me dit : 
    « Père, tout ce que vous avez lâché pour donner votre vie, vous l’avez reçu déjà au centuple ! » ...
    A mon retour, mon évêque me dit : « Alain, le Seigneur a guéri SON PRÊTRE : mais pour quelle mission ? »


    La naissance des « soirées Raphaël ».


    C’est alors que sont nées, en communion avec mon évêque, des confrères prêtres et diacres et après près d’un an de prière, de travail et de rencontres, les « soirées Ra- phaël » (Dieu guérit) qui ont lieu tous les mois à Melun (77) et au service desquelles une équipe d’une vingtaine de « Serviteurs» dévoués s’est constituée. 


    L’animation musicale est assurée par un groupe de jeunes remarquables !


    Nous avons composé affiches et affichettes avec la parole de Marthe Robin : « L’Amour infini nous réserve des surprises miséricordieuses ».


     Je n’avais pas fait attention à la particularité de la date de la première des Soirées Raphaël ! 


    Celle-ci eu lieu le 13 mars 2016 ... date anniversaire de la naissance de Marthe Robin ! 


    Dans la foi, je suis certain qu’elle intercède pour l’équipe et surtout pour les personnes qui viennent.
    C’est aussi la date de l’élection du pape François !


    Moi qui prêchais depuis plus de dix ans sur la Miséricorde à partir du Petit Journal de sainte Faustine, des écrits de saint Jean-Paul II sur ce sujet et de l’Ecriture ... me voici « miséricordié » à l’aube de l’Année sainte de la Miséricorde proclamée par le pape François !


    La première Soirée Raphaël a eu lieu pendant le Carême 2016, au début d’une semaine de jeûne proposée à la paroisse par les confrères prêtres pour préparer la Semaine Sainte !


    Que de grâces ! Des guérisons de toutes sortes : 


    physiques, spirituelles, psychiques, relationnelles, affectives, sociales ... 


    Le déroulement de ces soirées est simple: nous demandons l’intercession de notre Mère du Ciel, car rien ne se fait sans elle, puis louange, Bible et
     petit enseignement, témoignage(s) et surtout adoration de Jésus Hostie et laissons l’Esprit-Saint agir.


     Et l’inattendu de Dieu nous rejoint ! 


    P. Alain RATTI.


      
    https://www.polefontainebleau.fr/medias/2019/02/Medj-Père-Ratti-Témoignage.pdf


    Gloire à toi Seigneu Gloire à toi Seigneu Gloire à toi Seigneu Amen

      La date/heure actuelle est Sam 26 Sep - 1:05