Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Comment atteindre la Sainteté ? Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Comment atteindre la Sainteté ?

    mariejesus
    mariejesus

    Féminin Messages : 1059
    Date d'inscription : 14/02/2016
    Age : 33

    Comment atteindre la Sainteté ? Empty Comment atteindre la Sainteté ?

    Message par mariejesus le Mar 1 Oct - 17:12

    Bonjour à tous,

    J'ai une question, si je le pouvais j'essayerais d'atteindre la Sainteté mais est ce que je peux y arriver.
    Je suis envieuse des gens chanceux, ceux qui ont tout alors que moi j'use de malchance.
    Pourquoi ?

    Qu'est ce que Dieu a prévu pour moi ?

    Quelle vie ?

    Comment devenir une sainte ?

    Fraternellement


    _________________

    Mariejesus


    Progresse dans la joie d'un coeur sincère et grand ouvert, et s'il t'es impossible de garder cette allégresse au moins ne perd pas courage et garde toute ta confiance en Dieu:
    Gwendalina
    Gwendalina

    Féminin Messages : 766
    Date d'inscription : 31/01/2016
    Age : 43
    Localisation : Quelque part au Québec
    Idéal : Devenir une meilleure personne de jour en jour
    Saint intercesseur : Saint Joseph

    Comment atteindre la Sainteté ? Empty Re: Comment atteindre la Sainteté ?

    Message par Gwendalina le Mar 1 Oct - 19:31

    Devenir une sainte est un but de chaque jour pour ne pas dire de chaque seconde. Tout appartient à Dieu donc tout lui revient de droit, tout en nous doit avoir le parfum de Dieu, et de par nos péchés nos imperfections , nous abimons ce parfum. Il y a une prière que je dis quotidiennement de ste Gretrude qui dit: Vous savez très bien ô mon bon Jésus combien je suis faible et chancelante et pleine d'infirmités, je le suis hélas au point que je ne pourrais pas une seule heure entière persévérer dans le bien sans le secours de votre sainte grâce, ni même résister par mes propres forces à aucune tentation...) c'est à chaque instant de notre vie que nous devons nous surveiller pour ne pas entrer en tentation et si nous tombons se relever aussitôt. Avoir à l'esprit que nous sommes plus que faibles , essayer de se tenir toujours en présence de Dieu tout le temps , c'est par beaucoup d'efforts et de pratique que nous y arrivons . Dieu a un plan d'amour pour chacun de nous ainsi que pour toi, n'envie personne car on ne connaît que le visible Dieu seul sonde les cœurs. C'est en te laissant guider par Dieu au jour le jour qu'il réalise son plan d'amour pour toi, et le degré de perfection qu'il a prévu pour chacun est différent. Tu as le désir d'être sainte , c'est le premier pas et ce désir que tu as dis toi bien que c'est Dieu qui l'a mis en toi , remercie le pour ce beau cadeau et rends toi digne de lui, chaque jour fais un pas de plus vers la sainteté , plus on se détache de ce qui est terrestre plus on se rapproche de Dieu , plus tu mettras Dieu dans ta vie plus il sera présent en toi et ainsi de jour en jour tu t'achemineras vers la sainteté. Le chemin de la sainteté. n'est pas facile car le diable n'aime pas la sainteté ,mais avec Dieu il est réalisable.
    Bon courage je prierai pour toi.
    avatar
    Invité
    Invité

    Comment atteindre la Sainteté ? Empty Re: Comment atteindre la Sainteté ?

    Message par Invité le Mar 1 Oct - 22:21

    Bonsoir @mariejesus

    Voulez-vous atteindre la Sainteté ? alors ne la recherchez pas d'abord !
    Vous risqueriez de vous regarder dans un miroir, c'est à dire de vous regarder vous-même.

    Ce n'est pas cela le bon job !

    Désirez Jésus dans L'eucharistie ! recevez le, adorez le ! méditez sa parole (évangile) !
    Aimez Marie, offrez tout votre être à son Coeur Immaculé chaque matin !
    Fixez souvent votre attention vers Jésus et Marie (tiens tiens, c'est votre pseudo !) souvent dans votre journée !
    Vivez d'amour ! Aimez Dieu et votre prochain plus que vous même !
    Priez avec amour, travaillez avec amour, mangez avec reconnaissance, que chacune de vos paroles soit amour, chacun de vos gestes...

    Car c'est lorsqu'on cherche Dieu en toute chose que l'on trouve la sainteté.

    Prenez la main de la petite Thérèse, elle s'y connait un rayon en amour :


    https://youtu.be/BkSRNDM4Z7E


    M+
    avatar
    h5673

    Masculin Messages : 45
    Date d'inscription : 18/05/2019

    Comment atteindre la Sainteté ? Empty Re: Comment atteindre la Sainteté ?

    Message par h5673 le Mar 1 Oct - 22:38

    Bonjour,

    Je pense que pour devenir Saint il faut respecter les deux commandements de la Bible: Aimer Dieu et aimer son prochain.

    Ce qui peut selon moi se traduire par:

    1-Ne pas commettre le péché (Si on le commet on doit se confesser)

    2-Faire le bien, ce qui est vaste (évangéliser, prier pour soi et les autres, prendre soin des autres notamment de sa famille, donner la dîme et l'aumône ...)
    Gwendalina
    Gwendalina

    Féminin Messages : 766
    Date d'inscription : 31/01/2016
    Age : 43
    Localisation : Quelque part au Québec
    Idéal : Devenir une meilleure personne de jour en jour
    Saint intercesseur : Saint Joseph

    Comment atteindre la Sainteté ? Empty Re: Comment atteindre la Sainteté ?

    Message par Gwendalina le Mar 1 Oct - 22:52

    @Michel Garicoïts vous avez entièrement raison .
    La petite voie de Ste Thérèse est pour nous la meilleure à suivre, et accessible à tous.


    J'ai tout de même trouvé sur ::

    http://news.catholique.org/affiche/8172-7-conseils-pour-devenir-un-saint



    7 conseils pour devenir un saint

    On imagine parfois que la sainteté est un idéal lointain, inaccessible, bien au-delà de nos petites vies ordinaires. Pourtant rien ne pourrait être plus faux. La preuve : le premier saint connu de l’histoire était un vulgaire bandit, crucifié aux côtés de Jésus, et que quelques textes apocryphes décrivent comme un criminel notoire. Comment est-il devenu saint ? Sur la croix, il s’est repenti de ses crimes :« Pour nous, c’est justice, nous payons nos actes ; mais lui n’a rien fait de mal » (Lc 23,41 ) et, peu de temps avant de mourir, il s’est tourné avec un dernier geste d’espérance vers le Christ « Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume » (Lc 23,42 ). Jésus lui répondit alors : « En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Lc 23,43 ).

    Le larron que la tradition a qualifié de bon est donc le premier saint de l’histoire de l’Eglise. Notez bien : Le Paradis a été ouvert par un bandit ! Cela pour nous rappeler que l’Eglise du Christ n’est pas une Eglise de purs et que la justice des hommes est bien différente de celle de ce Dieu qui veut être appelé « Notre Père » (Mt 6,9 ).

    Car la sainteté ne s’obtient pas par les biceps. Fondamentalement, elle dépend même plus de Dieu que de nous. C’est un cadeau qui nous est donné, gratuitement. Il ne s’agit pas de se convaincre d’une doctrine ou de réaliser des œuvres caritatives en abondance, mais tout simplement d’aimer Dieu, parce qu’il nous a aimés le premier.

    Alors, comment peux-tu devenir un saint ? Voici une réponse concrète en sept points, inspirée des plus grands maîtres de vie spirituelle :

     1- Ne doute jamais de l’amour de Dieu !

    Le récit de la Genèse raconte que nos premiers parents, après avoir croqué du fruit défendu, eurent « peur » (Gn 3, 10). Voilà la pire conséquence du péché : croire que Dieu nous juge et ne nous pardonnera pas. Cependant, cette peur est complètement irrationnelle : la foi nous enseigne en effet que Dieu n’est qu’amour. Quand bien même tu aurais fait des crimes très graves, souviens-toi toujours que l’amour de Dieu n’a pas de limites et qu’il n’est jamais trop tard pour se tourner vers lui.

    Il faut savoir rester ferme devant le doute : comme pour le vertige en montagne, l’existence du mal dans le monde ne doit pas te faire trembler. On t’enseignera comme des vérités absolues des choses qui pourront semer le doute dans ton coeur : que l’évolution est dûe au hasard, que le péché originel est un mythe et rien de plus, que la religion est la source de toute intolérance, etc.

    Devant ces affirmations, garde courage et fais confiance à l’enseignement de l’Eglise : Dieu a créé l’homme bon. C’est par le péché du premier couple humain que la mort, la souffrance et le mal se sont introduits dans le monde. Quant aux crimes soi-disant si nombreux commis par les religions, rappelle-toi que les ennemis de l’Eglise prennent plaisir à déformer à volonté l’histoire, afin de faire rougir les chrétiens de leur passé alors qu’ils devraient en être les plus fiers. Si tu regardes de trop près un point noir sur un tableau blanc, tu peux finir par ne plus voir que ce point noir. Mais ce n’est pas un regard très juste...

    De même, prends garde à toute la presse à sensation qui se complait dans la peinture des dépravations les plus vulgaires des hommes. Le regard du saint est avant tout un regard positif, plein d’amour et d’admiration, qui sait voir en chaque créature le reflet du Créateur. En vingt minutes d’information quotidienne, tu peux croire que le monde n’est que guerre et désolation. Ne t’enferme pas dans un piège que tu te construis toi-même : le monde est beaucoup plus beau que tu ne le crois : sors de chez toi et pars à sa rencontre !

     2- Mets-toi à l’écoute de Dieu !

    Ne cherche pas à monter vers Dieu. Laisse Dieu descendre vers toi. Tu es petit : à peine une poussière devant son infinie grandeur et ta vie n’est pas plus longue qu’un battement de paupières comparée à l’éternité divine. N’aies donc pas peur du silence et considère le recueillement comme une condition nécessaire à l’épanouissement de ton âme. Dieu respecte toujours ta liberté et n’entre que dans un coeur qui s’apprête à le recevoir. Il ne s’impose pas, mais se laisse désirer. Ne dit-on pas que le verbe “aimer” ne supporte pas l’impératif ?

    Prépare ton âme à recevoir sa présence. Le prophète Elie cherchait la présence de Dieu dans les éléments. Mais il ne la trouva point : ni dans la tempête, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu. Jusqu’à ce qu’il la rencontre finalement dans une brise légère (1 R 19, 12). La présence de Dieu est discrète et silencieuse. Et c’est ainsi que Dieu se manifestera à toi, si tu sais le rechercher avec patience.

    La sainteté n’est pas une ascension, mais une descente à l’intérieur de soi. C’est là que Dieu se laisse rencontrer. Le monde attire avec ses lumières illusoires les hommes sur des chemins de traverse qui les éloignent de la véritable lumière. Mais il ne peut parvenir à étancher la soif des hommes. Il t’apportera peut-être des joies passagères, mais ne pourra jamais te combler.

    Parce qu’on n’arrose pas les plantes avec du pétrole, tu dois protéger ton âme. Veille à la pureté de ton coeur comme à la prunelle de tes yeux. Ne laisse pas le voleur pénétrer dans ta maison et te voler la paix intérieure qui est le don le plus précieux de l’Esprit Saint. Comment Dieu pourra venir à ta rencontre si ton coeur est divisé, si ton esprit est ailleurs, si ton âme est dans la tempête ?

     3- Prépare ton âme à recevoir ton Créateur

    Pour devenir un saint, tu dois d’abord faire de ton âme une terre fertile et accueillante. L’âme superbe est répugnante à Dieu car c’est une âme qui se croit déjà parfaite. Que fera Dieu avec elle ? Ainsi, la grâce de Dieu ne peut irriguer le coeur de l’orgueilleux. Comme l’eau et l’huile se touchent sans jamais se mélanger, de même Dieu ne peut pénétrer en elle. Le principe des vases communiquant si bien exprimé par Jean le Baptiste est la raison de toute démarche spirituelle profonde : « Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse » (Jn 3,30 ).

    Cultive l’humilité en ne recherchant jamais les honneurs ou les compliments. Mets toute ta vie au service des autres et considère toujours ton prochain avec admiration. Offre ton sourire aux autres, car ton visage ne t’appartient pas. Prends toujours la dernière place. A table, lorsqu’on te tend le plat, choisis le morceau qui te semble le moins bon. Laisse le meilleur pour les autres. Dans les conversations, n’impose pas tes idées. Ecoute les autres et admire avec simplicité les pensées de tes frères. Ne te mets jamais en colère. Fais attention à ne jamais blesser ou juger ton prochain.

    Apprends à pardonner à ceux qui t’ont offensé. Parle toujours en bien, évite comme la peste les médisances et les calomnies. Regarde d’abord tes propres faiblesses, avant de voir celles de tes voisins. Et si un jour on te blesse ou on t’insulte gravement, répète aussi souvent que tu le peux cette phrase dans ton coeur : « Tu as plus de valeur que le mal que tu m’as fait ». Car ainsi tu apprendras à voir tes frères avec les yeux de Dieu.

    Le meilleur remède contre l’orgueil, c’est la louange. Vois en toute chose la présence de Dieu. Remercie le sans cesse pour tous ses dons. Même dans les difficultés, rappelle-toi toujours combien l’amour de Dieu surpasse tout. Dieu est amour : Que cette simple vérité soit enracinée au plus profond de ton coeur et te serve de guide tout au long de la vie. Ainsi, regarde toujours ce que la Providence t’apporte plutôt que ce qu’elle ne t’apporte pas. Il y a des gens qui voient le verre à moitié plein, d’autres à moitié vide. Que ton cœur soit toujours dirigé vers tous les dons que Dieu ne cesse de déverser en toi !

     4- Donne la meilleure part pour le Bon Dieu !

    Sois généreux avec Dieu comme Dieu a été généreux avec toi. Ne lui laisse pas les restes... mais offre-lui toujours la meilleure part. « Dieu est un dieu jaloux » (Ex 34, 14) car Il te veut entièrement pour Lui, sans partage. N’aies donc pas peur d’être généreux avec Dieu et de l’aimer comme Il le mérite.

    « Celui qui garde sa vie la perdra. Celui qui donne sa vie la gagnera. » (Mt 10,39 ). Tu as tout à gagner à t’abandonner à la Volonté de Dieu. Dieu ne nous prend pas notre liberté, il lui donne son sens le plus profond. Rappelle-toi du jour où Pierre est sorti de sa barque et a marché sur les eaux. Contre toute logique, il a préféré croire en Jésus plutôt qu’en lui-même. Et Jésus l’a récompensé. Toi aussi tu peux faire ce pas hors du bateau. Le maître est là, devant toi, il marche sur les eaux... marcheras-tu avec lui hors du confort tranquille de ta petite vie ?

    L’abandon à Dieu peut exiger un certain nombre de renoncements. Cela fait partie du jeu. Dans le choix, s’expriment toute notre liberté, mais aussi notre amour envers Dieu. Il arrive souvent que nous acceptions le Christ dans notre vie, mais à la troisième ou quatrième place. Nous acceptons qu’il monte dans notre voiture. Mais s’il commence à nous demander de lui laisser le volant, nous le prions bien vite de descendre. Bienheureux es-tu si tu places Dieu à la première place dans ta vie !

     5- Fais-toi accompagner par un bon guide

    Serais-tu assez sot pour te lancer à l’assaut de l’Everest sans te faire accompagner d’un guide expert ? Je ne le crois pas. Il y a des fous qui pensent toujours pouvoir tout faire tout seul. Ils s’entraînent toute l’année, s’achètent les meilleurs équipements, etc. Mais voilà que ces jeunes écervelés découvrent la montagne et ses dangers inattendus... L’orgueil nous pousse souvent à avoir trop confiance en nous-même, à nous reposer sur nos propres capacités.

    La plus grande misère d’un homme, disait Sainte Thérèse d’Avila, est de ne pas avoir un père spirituel. Note bien : elle n’a pas dit que c’était de ne pas avoir l’Eucharistie, le baptême ou la confession... Dans la vie spirituelle, il en va de même que dans la haute montagne. Arrivé à une certaine altitude, le guide devient indispensable. Tous les sacrements ne serviraient à rien si tu n’avais pas quelqu’un pour t’apprendre à les recevoir correctement et t’aider à les rendre fructueux.

    Tes rencontres avec ton père spirituel resteraient stériles si elles n’aboutissaient pas à une résolution concrète, un désir renouvelé de conversion, un choix fondamental d’opter pour suivre le Christ de plus près. C’est pourquoi, il faut que tu établisses un plan de travail, un programme de vie... où l’objet ne consistera plus à comptabiliser tes biens et à établir un plan de carrière, mais à travailler sur ton être même. Tu te mettras alors dans une perspective très intéressante : celle d’apprendre à aimer Dieu, de plus en plus.

     6- Chemine en groupe vers la sainteté !

    Il est bon, presque nécessaire, d’avoir une attache spirituelle. Dans le monde dans lequel nous vivons, matérialiste et hédoniste jusqu’à l’extrême, nous pouvons facilement nous endormir sous l’effet du gaz soporifique que nous distille généreusement la société de consommation. C’est pourquoi, avant de te laisser hypnotiser et asphyxier par le chant des sirènes, donne-toi les moyens de persévérer. Le Christ lui-même nous a dit « Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux. » (Mt 18,20 ). Le soutien moral d’une communauté est un moyen nécessaire pour progresser dans la vie spirituelle : ne le sous-estime pas !

    Mais qu’est-ce qu’une attache spirituelle, au fait ? C’est un groupe d’amis qui désirent approfondir ensemble leur foi et s’encourager mutuellement à rechercher la sainteté. Cela peut se faire à travers une assemblée de prière, une adoration, un partage d’Evangile, un enseignement, un apostolat... Cette rencontre doit devenir pour toi un rendez-vous incontournable. C’est ton moment de respiration spirituelle qui te donnera la force de parcourir la grisaille quotidienne avec la joie propre aux enfants de Dieu.

    Ton attache spirituelle sera pour toi un point de repère lumineux dans ta vie où tu pourras exposer tes problèmes, découvrir d’autres façons de vivre la foi, partager des opinions, faire naître une saine émulation vers la sainteté. Il faut donc que tu veilles à sortir toujours de tes rencontres avec des résolutions concrètes. Car sinon, le groupe pourrait petit à petit se transformer en une simple rencontre amicale et perdre sa vocation profonde : celle de te stimuler à devenir un saint.

     7- Prends ta croix et suis Jésus !

    Ne vas pas imaginer que tout va te tomber tout cuit dans le bec ! Un amour authentique conduit tôt ou tard à la croix. Jésus est exigeant : pour le suivre, il faut passer par un chemin étroit (Mt 7,14 ). Tous les enseignements du Christ pourraient presque se résumer par cette invitation drastique : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. » (Mt 16,24 ). Alors, quand viennent les difficultés, ne te débine pas en courant : cela ne signifie pas que Dieu ne t’aime plus, mais qu’au contraire, il est plus que jamais à tes côtés.

    Ne demande pas à être consolé quand le Christ te demande d’être ouvert à plus ; ne cherche pas le repos, quand le Christ t’appelle à aller plus haut ; ne demande pas la paix, quand le Christ attend de toi d’être sur le pied de guerre. Le Seigneur permet la douleur dans la vie pour purifier l’amour, pour faire mûrir la foi, pour faire grandir l’espérance, pour t’enseigner à valoriser ce que signifie le fait de vivre à ses côtés. Dieu met à l’épreuve celui à qui il veut crier son amour, parce qu’il espère beaucoup de lui.

    Certains succomberont fascinés par les lumières d’une vie facile, commode, sans croix... Suivre le Christ est difficile, mais cela remplie l’âme de bonheur. Il n’y a pas de plus grande joie que celle de prendre la croix à la suite de Jésus. Quand on aime le Christ, alors la charge devient douce et la croix légère, parce que l’amour supporte tout.

    Ne te décourage pas quand tu tombes. Relève-toi avec humilité et renouvelle ton désir de le suivre. Dieu désire que nous connaissions la faiblesse de notre amour afin que nous sentions le besoin d’avoir recours à Lui. Il importe peu que tu tombes mille fois, si tu aimes la lutte et non la chute. C’est pour cette raison que le désespoir n’a aucun sens, car l’effort d’une lutte continuelle a plus de valeur aux yeux du Christ que la possession paisible et facile de la victoire.

    Petite conclusion pour ceux qui se découragent trop facilement


    Dieu nous choisit malgré nos défauts, et peut-être même à cause de nos défauts. Car plus le serviteur se sait inutile, moins il risque de se prendre trop au sérieux.

    La prochaine fois que tu te sens inutile pour réaliser la mission que Dieu t’a confié, souviens-toi donc que... Noé était un ivrogne, Abraham était trop vieux, Isaac était rêveur, Jacob était menteur, Léa était laide, Joseph avait été abusé, Moïse était bègue, Gédéon avait peur, Samson avait les cheveux longs et était un coureur de jupons, Rahab était une prostituée, Jérémie et Timothée étaient trop jeunes, David était un assassin, Elie était suicidaire, Isaïe a prêché nu, Jonas a fui Dieu, Naomi était une veuve, Job s’est ruiné, Jean-Baptiste mangeait des insectes, Pierre a renié le Christ, les disciples se sont endormis en priant, Marthe s’est inquiétée au sujet de tout, la Samaritaine était divorcée plus d’une fois, Zachée était trop petit, Paul était trop religieux, Timothée avait un ulcère.... Et Lazare était mort !

    Tu n’as maintenant plus aucunes excuses. Dieu saura utiliser ton potentiel. Du reste, tu n’es pas le message, tu n’es que le messager.


    _________________
    Comment atteindre la Sainteté ? Signat12
    avatar
    M8735

    Féminin Messages : 4043
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Comment atteindre la Sainteté ? Empty Re: Comment atteindre la Sainteté ?

    Message par M8735 le Mer 2 Oct - 0:41

    Chère @mariejesus: c’est très bien d’aspirer à la sainteté et d’être conscient de ses péchés mais rassure- toi: nous sommes tous pécheurs et même les grands saints....Very Happy




    Voici ce que le pape François nous dit sur la sainteté qu’il faut rechercher. En fait,c’est tout simple, un peu comme sainte Thérèse de Lisieux  avec sa petite voie! 



    Gaudete et Exsultate : tous appelés à la sainteté !
    Comment atteindre la Sainteté ? 2228e810
    Extraits:
     
    (.....)


    Les saints de la porte d’à côté

    6. Ne pensons pas uniquement à ceux qui sont déjà béatifiés ou canonisés. 



    L’Esprit Saint répand la sainteté partout, dans le saint peuple fidèle de Dieu, car « le bon vouloir de Dieu a été que les hommes ne reçoivent pas la sanctification et le salut séparément, hors de tout lien mutuel ; il a voulu en faire un peuple qui le connaîtrait selon la vérité et le servirait dans la sainteté ».


     Le Seigneur, dans l’histoire du salut, a sauvé un peuple.Il n’y a pas d’identité pleine sans l’appartenance à un peuple.


     C’est pourquoi personne n’est sauvé seul, en tant qu’individu isolé, mais Dieu nous attire en prenant en compte la trame complexe des relations interpersonnelles qui s’établissent dans la communauté humaine : Dieu a voulu entrer dans une dynamique populaire, dans la dynamique d’un peuple.


    7. J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : 


    chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. 


    Dans cette constance à aller de l’avant chaque jour, je vois la sainteté de l’Église militante. 


    C’est cela, souvent, la sainteté ‘‘de la porte d’à côté’’, de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu, ou, pour employer une autre expression, ‘‘la classe moyenne de la sainteté’’.


    8. Laissons-nous encourager par les signes de sainteté que le Seigneur nous offre à travers les membres les plus humbles de ce peuple qui « participe aussi de la fonction prophétique du Christ ;
     il répand son vivant témoignage avant tout par une vie de foi et de charité ».


     Pensons, comme nous le suggère sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, que par l’intermédiaire de beaucoup d’entre eux se construit la vraie histoire :


     « Dans la nuit la plus obscure surgissent les plus grandes figures de prophètes et de saints.


    Mais le courant de la vie mystique qui façonne les âmes reste en grande partie invisible. 


    Certaines âmes dont aucun livre d’histoire ne fait mention, ont une influence déterminante aux tournants décisifs de l’histoire universelle.


     Ce n’est qu’au jour où tout ce qui est caché sera manifesté que nous découvrirons aussi à quelles âmes nous sommes redevables des tournants décisifs de notre vie personnelle ».


    9. La sainteté est le visage le plus beau de l’Église.


     Mais même en dehors de l’Église catholique et dans des milieux très différents, l’Esprit suscite « des signes de sa présence, qui aident les disciples mêmes du Christ ».


     D’autre part, saint Jean-Paul II nous a rappelé que « le témoignage rendu au Christ jusqu’au sang est devenu un patrimoine commun aux catholiques, aux orthodoxes, aux anglicans et aux protestants ». 


    Lors de la belle commémoration œcuménique qu’il a voulu célébrer au Colisée à l’occasion du Jubilé de l’an 2000, il a affirmé que les martyrs sont un « héritage qui nous parle d’une voix plus forte que celle des fauteurs de division ».


    Le Seigneur appelle

    10. Tout cela est important.



     Cependant, ce que je voudrais rappeler par la présente Exhortation, c’est surtout l’appel à la sainteté que le Seigneur adresse à chacun d’entre nous, cet appel qu’il t’adresse à toi aussi :


    « Vous êtes devenus saints car je suis saint » (Lv 11, 44 ; cf. 1 P 1, 16). Le Concile Vatican II l’a souligné avec force : 


    « Pourvus de moyens salutaires d’une telle abondance et d’une telle grandeur, tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur condition et leur état de vie, sont appelés par Dieu, chacun dans sa route, à une sainteté dont la perfection est celle même du Père ».


    11. « Chacun dans sa route » dit le Concile.


     Il ne faut donc pas se décourager quand on contemple des modèles de sainteté qui semblent inaccessibles.


     Il y a des témoins qui sont utiles pour nous encourager et pour nous motiver, mais non pour que nous les copiions, car cela pourrait même nous éloigner de la route unique et spécifique que le Seigneur veut pour nous. 


    Ce qui importe, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière le meilleur de lui-même, ce que le Seigneur a déposé de vraiment personnel en lui (cf. 1 Co 12, 7) et qu’il ne s’épuise pas en cherchant à imiter quelque chose qui n’a pas été pensé pour lui. 


    Nous sommes tous appelés à être des témoins, mais il y a de nombreuses formes existentielles de témoignage.


     De fait, quand le grand mystique saint Jean de la Croix écrivait son Cantique spirituel, il préférait éviter des règles fixes pour tout le monde et il expliquait que ses vers étaient écrits pour que chacun en tire profit à sa manière.


     En effet, la vie divine se communique aux uns « d’une manière [et aux] autres d’une autre ».


    12. Parmi les formes variées, je voudrais souligner que le ‘‘génie féminin’’ se manifeste également dans des styles féminins de sainteté, indispensables pour refléter la sainteté de Dieu en ce monde. 




    Même à des époques où les femmes ont été plus marginalisées, l’Esprit Saint a précisément suscité des saintes dont le rayonnement a provoqué de nouveaux dynamismes spirituels et d’importantes réformes dans l’Église. 


    Nous pouvons mentionner sainte Hildegarde de Bingen, sainte Brigitte, sainte Catherine de Sienne, sainte Thérèse d’Avila ou sainte Thérèse de Lisieux. 


    Mais je tiens à évoquer tant de femmes inconnues ou oubliées qui, chacune à sa manière, ont soutenu et transformé des familles et des communautés par la puissance de leur témoignage.


    13. Cela devrait enthousiasmer chacun et l’encourager à tout donner pour progresser vers ce projet unique et inimitable que Dieu a voulu pour lui de toute éternité : 


    « Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu; avant même que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré » (Jr 1, 5).


    Pour toi aussi

    14. Pour être saint, il n’est pas nécessaire d’être évêque, prêtre, religieuse ou religieux.



    Bien des fois, nous sommes tentés de penser que la sainteté n’est réservée qu’à ceux qui ont la possibilité de prendre de la distance par rapport aux occupations ordinaires, afin de consacrer beaucoup de temps à la prière. 


    Il n’en est pas ainsi. 


    Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve.


     Es-tu une consacrée ou un consacré ? Sois saint en vivant avec joie ton engagement. 


    Es-tu marié ? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église.


     Es-tu un travailleur ? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères. 


    Es-tu père, mère, grand-père ou grand-mère ? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus.


     As-tu de l’autorité ? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels.


    15. Laisse la grâce de ton baptême porter du fruit dans un cheminement de sainteté.


    Permets que tout soit ouvert à Dieu et pour cela choisis-le, choisis Dieu sans relâche. 


    Ne te décourage pas, parce que tu as la force de l’Esprit Saint pour que ce soit possible ; et la sainteté, au fond, c’est le fruit de l’Esprit Saint dans ta vie (cf. Ga 5, 22-23). 


    Quand tu sens la tentation de t’enliser dans ta fragilité, lève les yeux vers le Crucifié et dis-lui :


     ‘‘Seigneur, je suis un pauvre, mais tu peux réaliser le miracle de me rendre meilleur’’. 


    Dans l’Église, sainte et composée de pécheurs, tu trouveras tout ce dont tu as besoin pour progresser vers la sainteté.


     Le Seigneur l’a remplie de dons par sa Parole, par les sacrements, les sanctuaires, la vie des communautés, le témoignage de ses saints, et par une beauté multiforme qui provient de l’amour du Seigneur, « comme la fiancée qui se pare de ses bijoux » (Is 61, 10).


    16. Cette sainteté à laquelle le Seigneur t’appelle grandira par de petits gestes. 


    Par exemple : une dame va au marché pour faire des achats, elle rencontre une voisine et commence à parler, et les critiques arrivent. 


    Mais cette femme se dit en elle-même : « Non, je ne dirai du mal de personne ». 
    Voilà un pas dans la sainteté !


     Ensuite, à la maison, son enfant a besoin de parler de ses rêves, et, bien qu’elle soit fatiguée, elle s’assoit à côté de lui et l’écoute avec patience et affection.


     Voilà une autre offrande qui sanctifie ! 


    Ensuite, elle connaît un moment d’angoisse, mais elle se souvient de l’amour de la Vierge Marie, prend le chapelet et prie avec foi.


     Voilà une autre voie de sainteté ! 


    Elle sort après dans la rue, rencontre un pauvre et s’arrête pour échanger avec lui avec affection. Voilà un autre pas !


    23. Pour nous tous, c’est un rappel fort. 


    Toi aussi, tu as besoin de percevoir la totalité de ta vie comme une mission.


     Essaie de le faire en écoutant Dieu dans la prière et en reconnaissant les signes qu’il te donne.


     Demande toujours à l’Esprit ce que Jésus attend de toi à chaque moment de ton existence et dans chaque choix que tu dois faire, pour discerner la place que cela occupe dans ta propre mission. 


    Et permets-lui de forger en toi ce mystère personnel qui reflète Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui.


    24. Puisses-tu reconnaître quelle est cette parole, ce message de Jésus que Dieu veut délivrer au monde par ta vie !


     Laisse-toi transformer, laisse-toi renouveler par l’Esprit pour que cela soit possible, et qu’ainsi ta belle mission ne soit pas compromise. 


    Le Seigneur l’accomplira même au milieu de tes erreurs et de tes mauvaises passes, pourvu que tu n’abandonnes pas le chemin de l’amour et que tu sois toujours ouvert à son action surnaturelle qui purifie et illumine.


    L’activité qui sanctifie

    25. Comme tu ne peux pas comprendre le Christ sans le Royaume qu’il est venu apporter, ta propre mission est inséparable de la construction de ce Royaume :



     « Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît » (Mt 6, 33). 


    Ton identification avec le Christ et avec ses désirs implique l’engagement à construire, avec lui, ce Royaume d’amour, de justice et de paix pour tout le monde. 


    Le Christ lui-même veut le vivre avec toi, dans tous les efforts ou les renoncements que cela implique, et également dans les joies et dans la fécondité qu’il peut t’offrir. 


    Par conséquent, tu ne te sanctifieras pas sans te donner corps et âme pour offrir le meilleur de toi-même dans cet engagement.


    26. Il n’est pas sain d’aimer le silence et de fuir la rencontre avec l’autre, de souhaiter le repos et d’éviter l’activité, de chercher la prière et de mépriser le service. 


    Tout peut être accepté et être intégré comme faisant partie de l’existence personnelle dans ce monde, et être incorporé au cheminement de sanctification.


     Nous sommes appelés à vivre la contemplation également au sein de l’action, et nous nous sanctifions dans l’exercice responsable et généreux de notre propre mission.


    27. L’Esprit Saint peut-il nous inciter à accomplir une mission et en même temps nous demander de la fuir, ou d’éviter de nous engager totalement pour préserver la paix intérieure ? 


    Cependant, nous sommes parfois tentés de reléguer au second plan le dévouement pastoral ou l’engagement dans le monde, comme si c’étaient des ‘‘distractions’’ sur le chemin de la sanctification et de la paix intérieure. 


    On oublie que « la vie n’a pas une mission, mais qu’elle est mission ».


    28. Une tâche accomplie sous l’impulsion de l’anxiété, de l’orgueil, du besoin de paraître et de dominer, ne sera sûrement pas sanctifiante.


     Le défi, c’est de vivre son propre engagement de façon à ce que les efforts aient un sens évangélique et nous identifient toujours davantage avec Jésus-Christ. 


    C’est pourquoi on a coutume de parler, par exemple, d’une spiritualité du catéchiste, d’une spiritualité du clergé diocésain, d’une spiritualité du travail.
     
    C’est pour la même raison que, dans Evangelii gaudium, j’ai voulu conclure par une spiritualité de la mission, dans Laudato si’, par une spiritualité écologique et, dans Amoris laetitia, par une spiritualité de la vie familiale.


    29. Cela n’implique pas de déprécier les moments de quiétude, de solitude et de silence devant Dieu. 


    Bien au contraire ! 


    Car les nouveautés constantes des moyens technologiques, l’attraction des voyages, les innombrables offres de consommation, ne laissent pas parfois d’espaces libres où la voix de Dieu puisse résonner.


     Tout se remplit de paroles, de jouissances épidermiques et de bruit à une vitesse toujours croissante.


     Il n’y règne pas la joie mais plutôt l’insatisfaction de celui qui ne sait pas pourquoi il vit. 


    Comment donc ne pas reconnaître que nous avons besoin d’arrêter cette course fébrile pour retrouver un espace personnel, parfois douloureux mais toujours fécond, où s’établit le dialogue sincère avec Dieu ? 


    À un certain moment, nous devrons regarder en face notre propre vérité, pour la laisser envahir par le Seigneur, et on n’y parvient pas toujours si « on ne se sent pas au bord de l’abîme de la tentation la plus étouffante, si on ne sent pas le vertige du précipice de l’abandon le plus désespéré, si on ne se trouve pas absolument seul, au faîte de la solitude la plus radicale ».


     C’est ainsi que nous trouvons les grandes motivations qui nous incitent à vivre à fond les devoirs personnels.


    30. Les mêmes moyens de distraction qui envahissent la vie actuelle nous conduisent aussi à absolutiser le temps libre au cours duquel nous pouvons utiliser sans limites ces dispositifs qui nous offrent du divertissement ou des plaisirs éphémères.


    Par voie de conséquence, c’est la mission elle-même qui s’en ressent, c’est l’engagement quoi s’affaiblit, c’est le service généreux et disponible qui commence à en pâtir. 


    Cela dénature l’expérience spirituelle.Une ferveur spirituelle peut-elle cohabiter avec une lassitude dans l’œuvre d’évangélisation ou dans le service des autres ?


    31. Il nous faut un esprit de sainteté qui imprègne aussi bien la solitude que le service, aussi bien l’intimité que l’œuvre d’évangélisation, en sorte que chaque instant soit l’expression d’un amour dévoué sous le regard du Seigneur.


     Ainsi, tous les moments seront des marches sur notre chemin de sanctification.


    Plus vivants, plus frères

    32. N’aie pas peur de la sainteté. Elle ne t’enlèvera pas les forces, ni la vie ni la joie.
     



    C’est tout le contraire, car tu arriveras à être ce que le Père a pensé quand il t’a créé et tu seras fidèle à ton propre être.


     Dépendre de lui nous libère des esclavages et nous conduit à reconnaître notre propre dignité. 


    Cela se reflète en sainte Joséphine Bakhita qui « enlevée et vendue en esclavage à l’âge de 7 ans, […] endura de nombreuses souffrances entre les mains de maîtres cruels.


     Mais elle comprit que la vérité profonde est que Dieu, et non pas l’homme, est le véritable Maître de chaque être humain, de toute vie humaine. 


    L’expérience devint une source de profonde sagesse pour cette humble fille d'Afrique ».


    33. Dans la mesure où il se sanctifie, chaque chrétien devient plus fécond pour le monde. 


    Les évêques de l’Afrique occidentale nous ont enseigné : 


    « Nous sommes appelés dans l’esprit de la Nouvelle Évangélisation à nous laisser évangéliser et à évangéliser à travers les responsabilités confiées à tous les baptisés. 


    Nous devons jouer notre rôle en tant que sel de la terre et lumière du monde où que nous nous trouvions ».


    34. N’aie pas peur de viser plus haut, de te laisser aimer et libérer par Dieu. N’aie pas peur de te laisser guider par l’Esprit Saint.


    La sainteté ne te rend pas moins humain, car c’est la rencontre de ta faiblesse avec la force de la grâce. 


    Au fond, comme disait Léon Bloy, dans la vie « il n’y a qu’une tristesse, c’est de n’être pas des saints ».

     https://rcf.fr/spiritualite/vie-de-l-eglise/gaudete-et-exsultate-le-bonheur-est-dans-la-saintete

    Voilà , c’est déjà une partie car c’est vraiment touffu. Il faut le lire et bien y réfléchir pour sa propre mission. Embarassed


    J’ai mis cela car je n’ai pas le temps de développer ( on part ce matin) chaque partie.


    En résumé, soyons des saints qui ont une vie ordinaire et font des choses ordinaires de façon extraordinaire. (cf. Histoire d’une âme de sainte Thérèse de Lisieux. )Wink


    La petite voie est facile à suivre. 


    Ne te décourage pas si tu tombes ,( Le saint pèche 7 fois par jour!)  il faut se relever et continuer quitte à retomber. 
    La Miséricorde de Dieu est plus grande que nos fautes. cheers


    Jésus, j'ai confianc
    Que l’Esprit Saint t’éclaire dans ta vie de tous les jours! sunny

      La date/heure actuelle est Jeu 13 Aoû - 20:04