Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres... Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres...

    Gilles
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 9932
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 65
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres... Empty Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres...

    Message par Gilles le Ven 27 Sep - 1:15

    Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres... Shutte12

    Tout le monde est gagnant à faire davantage qu’emprunter le chemin le plus simple pour aimer son prochain. Champ d’amélioration ou culpabilité ? Les occasions manquées sont en réalité ce que l’on décide d’en faire. Fr. Michael Rennier, chroniqueur de l’édition anglaise de Aleteia, en a fait l’expérience.

    Une fois, j’ai vu un accident de voiture se produire sous mes yeux. Il y avait une tempête de neige, on était sur l’autoroute et le vent s’est engouffré sous le pare-choc d’une voiture et l’a poussée à grande vitesse dans un banc de neige sur le bord de la route. Sous le choc, j’ai d’abord continué un peu, puis je suis sorti de l’autoroute et ai appelé une ambulance. J’ai repris mon chemin, satisfait d’avoir accompli mon devoir. Tandis que je continuais ma route, j’ai eu une réaction à retardement, telle une lampe qu’on venait enfin d’allumer : Pourquoi ne me suis-je pas arrêté pour aider ? À quelle distance se trouvait réellement l’ambulance ? Mon obligation envers ce conducteur n’aurait pas dû se terminer par un simple appel téléphonique. J’ai choisi la solution de facilité et laissé l’épave de la voiture s’éclipser dans mon rétroviseur. Jusqu’à ce jour, je pense à des moments comme celui-là, des moments où j’aurais pu aider davantage mais où j’ai supposé que quelqu’un d’autre s’en chargerait à ma place. »

    Il y a un certain confort à remettre quelque chose à plus tard, car on a l’impression de se tirer d’affaire sans ressentir de culpabilité. Quelqu’un d’autre nourrira les pauvres, quelqu’un d’autre se portera volontaire à l’église, quelqu’un d’autre téléphonera à cet ami qui a tant besoin de parler. Et bien sûr, pour les personnes dans le besoin, il existe toutes sortes d’organisations et de programmes gouvernementaux efficaces et dotés de ressources qu’une seule personne ne possède pas. Il est évidemment important de soutenir ces organisations inestimables et il ne s’agit pas ici de prétendre les remplacer, toutefois on doit garder à l’esprit que le simple fait de faire don à un organisme de bienfaisance ou de payer nos impôts ne signifie pas qu’on fait preuve d’une véritable compassion. Savoir qu’une ambulance arrive sur les lieux d’un accident ne veut pas dire qu’on a aucune obligation personnelle envers nos semblables.

    Il y a environ un an, je suis devenu aumônier de conférence de Saint-Vincent-de-Paul dans diverses paroisses proches de la mienne. Saint Vincent ne m’était pas très familier et la spiritualité vincentienne qui porte son nom ne faisait pas partie de mon éducation théologique. Je me suis plongé dans les écrits et les principes qui sous-tendent la sainteté de cet homme remarquable. Ordonné prêtre en 1600, saint Vincent a vécu en France. Il a été capturé et asservi pendant une courte période par des pirates, avant de s’installer à Paris où il a travaillé avec des catholiques fortunés pour créer des sociétés de bienfaisance informelles qui consistait à visiter personnellement les pauvres. Il était conscient que faire des visites en personne en apportant de la nourriture était beaucoup plus difficile que de donner de l’argent pour créer une nouvelle soupe populaire. « Vous verrez que la charité est un lourd fardeau à porter, plus lourd qu’une marmite de soupe, assurait-il. Mais vous garderez votre bonté et votre sourire. Donner de la soupe et du pain n’est pas suffisant. » En d’autres termes, les pauvres méritent non seulement notre pain, mais aussi notre amour. Leur offrir des aliments sans compassion revient à les trahir.


    Lire la suite : Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres

    Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres... Logo
    Comment vraiment éprouver de la compassion pour les autres... Gilles10


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

      La date/heure actuelle est Jeu 13 Aoû - 20:02