Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Victoire de la miséricorde sur la justice Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Victoire de la miséricorde sur la justice

    avatar
    etienne lorant

    Masculin Messages : 535
    Date d'inscription : 05/04/2016

    Victoire de la miséricorde sur la justice Empty Victoire de la miséricorde sur la justice

    Message par etienne lorant le Sam 23 Mar - 11:52

    Lecture du livre du prophète Michée
    Seigneur, avec ta houlette, sois le pasteur de ton peuple, du troupeau qui t’appartient, qui demeure isolé dans le maquis, entouré de vergers. Qu’il retrouve son pâturage à Bashane et Galaad, comme aux jours d’autrefois ! Comme aux jours où tu sortis d’Égypte, tu lui feras voir des merveilles ! Qui est Dieu comme toi, pour enlever le crime, pour passer sur la révolte comme tu le fais à l’égard du reste, ton héritage:un Dieu qui ne s’obstine pas pour toujours dans sa colère mais se plaît à manifester sa faveur?  De nouveau, tu nous montreras ta miséricorde, tu fouleras aux pieds nos crimes, tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés ! Ainsi tu accordes à Jacob ta fidélité,
    à Abraham ta faveur, comme tu l’as juré à nos pères
    depuis les jours d’autrefois.




    PSAUME
    (102 (103),
    R/ Le Seigneur est tendresse et pitié. (102, 8a)
    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    bénis son nom très saint, tout mon être !
    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    n’oublie aucun de ses bienfaits !

    Car il pardonne toutes tes offenses
    et te guérit de toute maladie ;
    il réclame ta vie à la tombe
    et te couronne d’amour et de tendresse !

    Il n’est pas pour toujours en procès,
    ne maintient pas sans fin ses reproches ;
    il n’agit pas envers nous selon nos fautes,
    ne nous rend pas selon nos offenses.

    Comme le ciel domine la terre,
    fort est son amour pour qui le craint ;
    aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
    il met loin de nous nos péchés.


    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
    En ce temps-là, les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs,
    et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole :
    « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père :
    “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite- moi comme l’un de tes ouvriers.” Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou
    et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.”
    Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le,  mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort,
    et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer.

    Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait.Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.”  Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !”
    Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi,
    et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ;
    car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ;
    il était perdu, et il est retrouvé !” »


    – Cy Aelf, Paris

    Cette parabole est extraordinaire tant elle prend la justice des hommes à défaut de la miséricorde.  En effet, quel est le chef d'entreprise qui , ayant découvert des malversations d'un  comptable, le reprendrait dans son entreprise simplement  parce qu'il reconnaît sa mauvaise conduite en ayant dépensé en débauches l'argent qu'on lui avait confié pour le faire fructifier ?
    Et, cependant...  il existe bien le cas réel du brigand Vidock  qui , envoyé au bagne, revenu en France, devint préfet de police ?

    Et de même on se fait vacciner contre la grippe en se faisant  injecter une une dose  affaiblie du virus, afin que le corps se mettent à produire les anticorps adéquations. Si l'on transpose ce paradoxe au niveau de la conscience, on trouvera que les pécheurs repentis s'efforcent de vivre de plus en plus en cette forme de justice qu'est la miséricorde envers tous.

    Et pour les fidèles, s’efforcent de vivre vraiment leur l'absolution
    qu'ils ont reçue,  deviendront comme comme le bon grain semé dans la bonne terre. Si l'on peut bien saisir la splendeur  de absolution, on vivra dans une joie qui dépasse toute l'expérience strictement humaine.  C'est par la chute suivie du relèvement que l'homme accède pleinement à la joie parfaite qui illumine toute vie...




    .

      La date/heure actuelle est Mer 24 Juil - 7:37