Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Bannie11Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Sam 30 Mar - 23:47

    14 octobre 1899
    L'espérance est une mère pacifique et compatissante.


    Ce matin, je me sentais quelque peu troublée et complète-ment anéantie. J'avais l'impression que le Seigneur voulait m'éloigner de lui. Quelle souffrance! Pendant que j'étais dans cet état, mon bien-aimé Jésus vint, tenant une petite corde à la main. Il en frappa mon coeur trois fois en disant:

    «Paix, paix, paix! Ne sais-tu pas que le royaume de l'espérance est un royaume de paix et que la justice est son éthique? Quand tu vois ma justice s'armer contre les gens, entre dans le royaume de l'espérance et, t'emparant de ses plus puissantes prérogatives, monte vers mon trône et fais tout ce que tu peux pour désarmer mon bras. Fais cela avec ta voix la plus éloquente, la plus tendre et la plus compatissante, avec les arguments les plus convaincants et les prières les plus ardentes que l'espérance elle-même te dictera. Mais quand tu verras que l'espérance défend certains droits de justice absolument indispensables et que tenter de t'y opposer serait un affront pour elle, alors ajuste-toi et soumets-toi à la justice.»

    Terrifiée plus que jamais d'avoir à me soumettre à la justice, je dis à Jésus: «Ah! Seigneur, comment puis-je faire cela? Ça me paraît impossible! La seule pensée que tu dois châtier tes créatures m'est intolérable, car elles sont tes images. Si, au moins, elles ne t'appartenaient pas. Ce qui me torture le plus, c'est de te voir les châtier toi-même, car ces châtiments s'effectuent sur tes propres membres et, ainsi, tu en souffres beaucoup toi-même. Dis-moi, mon seul et unique Bien, comment mon pauvre coeur pourra-t-il te voir ainsi souffrir, frappé par toi-même? Si les créatures te font souffrir, ce ne sont que des créatures et, de ce fait, c'est un peu plus tolérable. Mais quand tes souffrances proviennent de toi-même, je trouve cela trop difficile et je ne peux le prendre. Par conséquent, je ne peux me conformer ni me soumettre.»

    Rempli de pitié et très touché par mes paroles, Jésus prit un air affligé et bienveillant et me dit: «Ma fille, tu as raison de dire que je serai frappé dans mes propres membres et, en t'écoutant parler, je me sens rempli de compassion et de miséricorde et mon coeur déborde de tendresse. Mais, crois-moi, les châtiments sont nécessaires et si tu ne veux pas que je frappe un peu les créatures maintenant, plus tard tu me verras les frapper beaucoup plus fortement, car elles vont m'offenser encore plus. N'en seras-tu pas alors beaucoup plus affligée? Par conséquent, conforme-toi, sans quoi tu m'obligeras à ne plus rien te dire pour ne pas te voir souffrir et tu me priveras de la consolation de converser avec toi. Ah! oui! tu me réduiras au silence, sans personne à qui confier mes souffrances!»

    Quelle amertume j'ai ressentie en entendant ces paroles! Voulant me distraire de mon affliction, Jésus poursuivit son exposé sur l'espérance en me disant: «Ma fille, ne sois pas troublée. L'espérance est paix. Et comme je demeure parfaitement en paix lorsque j'exerce ma justice, tu dois aussi demeurer en paix en te plongeant dans l'espérance. L'âme remplie d'espérance qui s'attriste et se trouble, ressemble à une personne qui, malgré qu'elle soit riche à millions et qu'elle soit reine de plusieurs royaumes, se lamente sans cesse en disant: "De quoi vais-je vivre? De quoi vais-je me vêtir? Ah! je meurs de faim! Je suis si malheureuse! Je deviens de plus en plus pauvre et misérable et je vais en mourir!" Supposons de plus que cette personne passe ses journées dans la malpropreté, plongée dans la plus profonde mélancolie et, qu'en voyant ses trésors et parcourant ses propriétés, elle s'afflige davantage en pensant à sa mort prochaine. Supposons encore que si elle voit de la nourriture, elle refuse de la prendre et que si quelqu'un tente de la convaincre que ce n'est pas possible qu'elle tombe dans la misère, elle ne se laisse pas convaincre et continue de se lamenter et de s'apitoyer sur son triste sort. Que diraient les gens à son sujet? Sûrement qu'elle a perdu la raison.

    «Cependant, c'est possible que la malédiction qui la préoccupe constamment survienne. Voici comment. Dans sa folie, elle pourrait quitter ses royaumes, abandonner toutes ses richesses et aller dans des pays étrangers au milieu de peuples barbares où personne ne daignerait lui donner un morceau de pain. Voilà comment sa fantaisie deviendrait réalité. Ce qui aurait été faux au départ serait devenu réalité. Mais où situer la cause de cette situation lamentable? Nulle part ailleurs que dans la volonté tortueuse et obstinée de cette personne. Tel est le comportement de l'âme qui se laisse aller volontairement au découragement et accueille le trouble intérieur. C'est la plus grande folie.»

    Je lui dis: «Ah! Seigneur, comment une âme peut-elle demeurer toujours en paix en vivant dans l'espérance? Si une âme commet une faute, comment peut-elle être en paix?» Il me répondit: «Si l'âme pèche, elle a déjà quitté le royaume de l'espérance, car le péché et l'espérance ne peuvent cohabiter. Le bon sens dit que nous devons préserver et développer ce qui nous appartient. Existe-t-il un homme qui se rend sur ses propriétés et brûle tout ce qu'il possède, qui ne garde pas jalousement ce qui lui appartient? Aucun, je crois. Ainsi, l'âme qui vit dans l'espérance offense cette vertu quand elle pèche et, en quelque sorte, brûle ses biens. Elle se trouve dans le même pétrin que cette personne qui abandonne ses biens et s'exile dans un pays étranger.

    «En péchant, et donc en quittant l'espérance — qui n'est autre que Jésus lui-même —, l'âme s'en va chez les barbares, c'est-à-dire chez les démons, lesquels la privent de tout rafraîchissement et la nourrissent du poison du péché. Mais que fait l'espérance, cette mère apaisante? Reste-t-elle indifférente pendant que l'âme s'éloigne d'elle? Oh! non! Elle crie, prie, appelle l'âme avec sa voix la plus tendre. Elle va au devant de l'âme et n'est satisfaite que lorsqu'elle la ramène dans son royaume.»

    Mon doux Jésus ajouta: «La nature de l'espérance, c'est la paix. Ce qu'elle est par nature, l'âme qui habite en son sein l'acquiert par grâce.» Pendant qu'il me transmettait ces paroles (par lumière intellectuelle), il m'a montré ce que l'espérance fait pour l'homme en choisissant l'image d'une mère. Quelle scène émouvante! Si tous pouvaient voir cette mère, même les coeurs les plus endurcis pleureraient de contrition et apprendraient à l'aimer au point de ne plus vouloir quitter ses genoux maternels. Du mieux que je peux, je vais tenter d'expliquer ce que j'ai compris de cette image.

    L'homme vivait enchaîné, esclave du démon et condamné à la mort éternelle sans espoir de pouvoir accéder à la vie éternelle. Tout était perdu et sa destinée était ruinée. Une "mère" vivait au ciel, unie au Père et à l'Esprit Saint, partageant avec eux un bonheur exquis. Mais elle n'était pas pleinement satisfaite. Elle voulait autour d'elle tous ses enfants, ses chères images, les plus belle créatures sorties des mains de Dieu.

    Du haut du ciel, ses yeux étaient fixés sur l'humanité perdue; elle s'ingéniait à trouver le moyen de sauver ses enfants bien-aimés et, consciente qu'ils ne pouvaient en aucune manière donner satisfaction à la Divinité par eux-mêmes, même au prix des plus grands sacrifices (à cause de leur petitesse comparée à la grandeur de Dieu), que fit cette mère? Voyant que le seul moyen de sauver ses enfants était de donner sa vie pour eux en épousant leurs souffrances et leurs misères et en faisant tout ce qu'ils auraient dû faire eux-mêmes, elle se présenta en larmes devant la Divinité et, de sa plus douce voix et avec les motifs les plus convaincants que lui dictait son coeur magnanime, elle lui dit:

    «Je demande grâce pour mes enfants perdus. Je ne puis supporter de les voir séparés de moi. Je veux les sauver à tout prix. Et puisqu'il n'y a pas d'autres moyens que de donner ma vie pour eux, je veux le faire, pourvu qu'ils retrouvent la leur. Qu'attends-tu d'eux? La réparation? Je ferai réparation pour eux. La gloire et l'honneur? Je te rendrai gloire et honneur en leur nom. Des actions de grâce? Je te rendrai grâce pour eux. Tout ce que tu attends d'eux, je te le donnerai, pourvu qu'ils soient admis à régner à mes côtés.»

    Émue par les larmes et l'amour de cette mère compatissante, la Divinité se laissa convaincre et se sentit portée à aimer ces enfants. Ensemble, les personnes divines se penchèrent sur leurs malheurs et acceptèrent le sacrifice de cette mère qui donnera pleine satisfaction pour les racheter. Dès que le décret fut signé, elle quitta aussitôt le ciel et se rendit sur la terre.

    Laissant derrière elle ses vêtements royaux, elle se revêtit des misères humaines comme une misérable esclave et elle vécut dans la plus extrême pauvreté, dans des souffrances inouïes, au milieu d'êtres souvent insupportables. Elle ne fit que supplier et intercéder pour ses enfants. Cependant, ô stupéfaction, au lieu d'accueillir à bras ouverts celle qui venait les sauver, ces enfants firent tout le contraire. Personne ne voulut l'accueillir ni la reconnaître. Au contraire, ils la laissèrent errer, la méprisèrent et complotèrent pour la faire mourir.

    Que fit cette tendre mère en se voyant ainsi rejetée par ses enfants si ingrats? A-t-elle renoncé? Nullement! Au contraire, son amour pour eux devint plus ardent et elle courut d'un endroit à l'autre pour les rassembler auprès d'elle. Que d'efforts elle déploya! Elle n'arrêtait jamais, toujours préoccupée par le salut de ses enfants. Elle pourvoyait à tous leurs besoins, remédiait à tous leurs maux passés, présents et futurs. En somme, elle faisait absolument tout concourir pour le bien de ses enfants.

    Et que firent ceux-ci? Se repentirent-ils? Pas du tout! Ils la regardèrent d'un air menaçant, la déshonorèrent par de viles calomnies, l'accablèrent d'opprobres, la flagellèrent jusqu'à ce que son corps ne soit plus qu'une plaie vive. Enfin, ils la firent mourir de la mort la plus infâme, au milieu de spasmes et de douleurs extrêmes. Et que fit cette mère au milieu de tant de souffrances? Allait-elle haïr ses enfants si indisciplinés et arrogants? Pas du tout! Elle les aima encore plus passionnément, offrit ses souffrances pour leur salut et, en rendant son dernier souffle, leur murmura un dernier mot de paix et de pardon.

    Ô mère toute belle, ô chère espérance, comme tu es admirable! Je t'aime tant! Je t'en supplie, garde-moi toujours sur tes genoux et je serai la personne la plus heureuse du monde.

    Même si je suis décidée de ne plus parler de l'espérance, une voix résonne en moi et me dit: «L'espérance contient tous les biens, présents et futurs, et l'âme qui vit et grandit sur ses genoux obtiendra tout. Que désire une âme? La gloire, les honneurs? L'espérance lui donnera la plus grande gloire et les plus grands honneurs sur cette terre et elle sera glorifiée éternellement au ciel. Désire-t-elle les richesses? Cette mère est extrêmement riche et, en donnant tous ses biens à ses enfants, ses richesses ne diminuent aucunement. De surcroît, ses richesses sont éternelles et non pas éphémères. Désire-t-elle des plaisirs, des satisfactions? L'espérance possède tous les plaisirs et toutes les satisfactions qui se trouvent au ciel et sur la terre. Toute personne qui se nourrit de son sein peut s'en délecter à satiété. De plus, comme elle est le maître des maîtres, toute âme qui se met à son école apprendra la science de la vraie sainteté.»

    En somme, l'espérance nous donne tout. Si quelqu'un est faible, elle le fortifie. Pour ceux qui sont en état de péché, elle a institué les sacrements parmi lesquels se trouve le bain où l'on peut laver ses péchés. Si nous avons faim ou soif, cette mère compatissante nous donne la plus alléchante et délicieuse nourriture, sa chair délicate et son sang très précieux. Que peut faire de plus cette mère pacifique? Qui d'autre lui ressemble? Ah! elle seule a pu réconcilier le ciel et la terre! L'espérance s'est unie à la foi et à la charité et a formé ce lien indissoluble entre la nature humaine et la nature divine. Mais qui est cette mère? C'est Jésus-Christ, notre Sauveur.


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Sam 30 Mar - 23:55

    16 octobre 1899
    Jésus parle de châtiments.


    Ce matin, mon doux Jésus n'arrivait pas. Je ne l'avais pas vu depuis la nuit précédente quand, soudain, il se montra sous une apparence suscitant à la fois la pitié et la peur. Il semblait vouloir se cacher afin de ne pas voir les châtiments dont il allait frapper les gens ni les moyens qu'il allait employer pour les détruire. Ô mon Dieu, quelle scène navrante!

    Pendant que, longuement, j'attendais Jésus, je me disais intérieurement: «Pourquoi ne vient-il pas? Serait-ce parce que je ne me conforme pas à la justice? Alors, comment faire? C'est presque impossible pour moi de dire: "Fiat Voluntas Tua."» Je me disais aussi: «Il ne vient pas parce que le confesseur ne l'envoie pas.» Pendant que j'entretenais de telles pensées, je l'ai aperçu comme une ombre. Il me dit: «N'aie pas peur, l'autorité des prêtres est limitée. Dans la mesure où ils sont prêts à me prier de venir à toi et à t'offrir comme victime pour que tu souffres afin que j'épargne le peuple, je vais les épargner eux-mêmes lorsque j'enverrai les châtiments. Par contre, s'ils ne se montrent nulle-ment intéressés, à mon tour, je n'aurai aucun égard pour eux.»

    Ensuite, il disparut, me laissant dans une mer d'affliction et de larmes.


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:07

    21 octobre 1899
    Les biens terrestres doivent servir à la sanctification de 
    l'homme et non pas pour qu'il s'en fasse des idoles.


    Après des jours très amers de privation, je me sentais épuisée. Cependant, j'offrais continuellement mes souffrances en disant à Jésus: «Seigneur, tu sais ce qu'il m'en coûte d'être privée de toi, mais je me résigne à ta très sainte Volonté. Je t'offre cette souffrance comme preuve de mon amour et, aussi, pour t'apaiser. Je te la présente comme messagère de louanges et de réparations pour moi et pour toutes tes créatures. C'est tout ce que je possède et je te l'offre, étant persuadée que tu acceptes les sacrifices de bonne volonté offerts sans réserve. Mais, je t'en prie, viens, car je n'en peux plus.»

    Je suis souvent tentée de me conformer à la justice, croyant que mes refus sont la cause de son absence. En fait, Jésus m'a dit dernièrement que si je ne me conformais pas, il serait obligé de ne plus venir et de ne plus rien me dire pour éviter de me faire de la peine. Mais je n'ai pas le coeur à le faire, d'autant plus que l'obéissance ne l'exige pas. Au milieu de mon amertume, une lumière attira mon regard. Ensuite, une voix me souffla à l'oreille: «Dans la mesure où les hommes se mêlent des choses du monde, ils perdent l’estime des biens éternels. Je leur ai donné des richesses pour qu’elles servent à leur sanctification, mais ils s'en sont servi pour m'offenser et pour s'en faire des idoles. Alors je vais les détruire, eux et leurs richesses.»

    Ensuite, j'ai vu mon très cher Jésus. Il était tellement souffrant et indigné à cause des hommes que c'était pénible à voir. Je lui dis: «Seigneur, je t'offre tes plaies, ton sang et l'usage très saint que tu as fait de tes sens durant ta vie mortelle en réparation des offenses qu'on te fait, plus particulièrement du mauvais usage que les créatures font de leurs sens.»

    D'un ton grave, il me dit: «Sais-tu ce que sont devenus les sens des créatures? Ils sont comme des rugissements d'animaux féroces qui empêchent les hommes de s'approcher. La pourriture et la multitude des péchés qui jaillissent de leurs sens m'obligent à les fuir.» Je lui dis: «Ah! Seigneur, comme tu sembles indigné! Si tu veux continuer à leur envoyer des châtiments, alors je veux me joindre à toi; autrement, je désire quitter cet état. Pourquoi y rester puisque je ne peux plus m'offrir comme victime pour sauver les hommes?»

    Alors, d'un ton irrité, il me dit: «Tu veux les deux extrêmes: soit que tu exiges que je ne fasse rien, ou que tu veuilles te joindre à moi. N'es-tu pas satisfaite que les hommes aient été épargnés en partie? Crois-tu que la ville de Corato est la meilleure et celle qui m'offense le moins? Que je l'aie épargnée de préférence à tant d'autres, est-ce là une chose insignifiante? Donc, sois contente, calme-toi et, pendant que je châtie les gens, accompagne-moi avec tes désirs et tes souffrances en priant pour que ces châtiments amènent les gens à se convertir.»


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:09

    22 octobre 1899
    Le chemin de la croix est parsemé d'étoiles.


    Jésus continue de se manifester en arborant un air affligé. En arrivant, il s'est jeté dans mes bras, complètement épuisé et en quête de consolations. Il me partagea une partie de ses souffrances et me dit: «Ma fille, le chemin de la croix est parsemé d'étoiles et, pour ceux qui l'empruntent, ces étoiles se changent en soleils très lumineux. Imagine le bonheur éternel de l'âme qui sera entourée de ces soleils. La récompense que je donne à la croix est si grande qu'on ne peut la mesurer. Cela est presque inconcevable pour l'esprit humain, car porter des croix n'a rien d'humain; tout y est divin.»


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:28

    24 octobre 1899
    Les châtiments ont pour cause l'amour
     de Dieu pour ses créatures.


    Ce matin, mon adorable Jésus est venu et m'a transportée hors de mon corps au milieu d'une foule. Il semblait regarder les créatures avec compassion et j'avais l'impression que les châtiments qu'il leur donnait découlaient de sa miséricorde infinie et jaillissaient de son Coeur. Se tournant vers moi, il me dit:

    «Ma fille, la Divinité se nourrit de l'amour pur et réciproque qui unit les trois personnes divines. L'homme, quant à lui, est un produit de cet amour. Il est, pour ainsi dire, une particule de leur nourriture. Mais cette particule est devenue amère car, en s'éloignant de Dieu, beaucoup d'hommes se sont livrés en pâture aux flammes infernales alimentées par la haine implacable des démons (qui sont les principaux ennemis de Dieu et des hommes).»

    Il ajouta: «La perte des âmes, voilà la raison principale de ma profonde tristesse, car les âmes m'appartiennent. D'autre part, ce qui m'oblige à châtier les hommes, c'est l'amour infini que j'ai pour pour eux et qui désire que tous soient sauvés.»

    Je lui dis: «Ah Seigneur il me semble que tu ne parles que de châtiments! Dans ta toute-puissance, tu as sans doute d'autres moyens pour sauver les âmes. Quoi qu'il en soit, si j'étais certaine que toutes les souffrances retomberaient sur eux et que tu n'en souffrirais pas toi-même, je m'y résignerais. Mais je vois que tu souffres beaucoup à cause de ces châtiments. Qu'arrivera-t-il si tu en déverses encore plus?»

    Il me répondit: «Même si j'en souffre, l'amour me pousse à envoyer des tribulations encore plus lourdes car, pour amener les hommes à entrer en eux-mêmes, il n'y a pas de plus puissant moyen que de les briser. Il s'avère que les autres moyens les rendent encore plus arrogants. Par conséquent, conforme-toi à ma ° justice. Je vois bien que ton amour pour moi te pousse à refuser de te conformer et que tu n'as pas le coeur de me voir souffrir.

    «Ma Mère m'aimait beaucoup plus que toutes les autres créatures. Son amour était sans égal. Cependant, pour sauver les âmes, elle s'est conformée à la justice et résignée à me voir beaucoup souffrir. Si ma Mère a fait cela, ne pourrais-tu pas le faire toi aussi?»

    Pendant que Jésus parlait ainsi, j'ai senti ma volonté se rapprocher de la sienne au point que je ne pouvais presque plus m'empêcher de me conformer à sa justice. Je ne savais que dire, tellement j'étais convaincue. Mais je n'ai quand même pas manifesté mon adhésion à Jésus. Il disparut et je suis demeurée dans le doute, à savoir si j'allais, oui ou non, me conformer.


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:40

    25 octobre 1899
    L'écho de l'amour de Dieu et celui de l'ingratitude des créatures.


    Mon très doux Jésus se manifeste presque toujours de la même façon. Ce matin, il m'a dit: «Ma fille, mon amour envers les créatures est si grand qu'il résonne comme un écho dans les sphères célestes, remplit l'atmosphère et se diffuse sur toute la terre. Comment les créatures répondent-elles à cet écho d'amour? Ah! elles me répondent par un écho empoisonné, rempli de toutes sortes de péchés, un écho quasi mortel, propre à me blesser. Mais je vais réduire la population de la terre afin que cet écho empoisonné ne vienne plus me percer les oreilles.»

    Je lui dis: «Ah! que dis-tu, Seigneur?» Il reprit: «J'agis comme un médecin compatissant qui emploie des remèdes radicaux pour soigner ses enfants couverts de plaies. Que fait ce père médecin qui aime ses enfants plus que sa propre vie? Laissera-t-il ces plaies devenir gangreneuses? Laissera-t-il mourir ses enfants plutôt que de les soigner, sous prétexte qu'ils pourraient souffrir s'il utilisait le feu ou le scalpel? Jamais! Même si, pour lui, c'est comme s'il appliquait ces traitements sur son propre corps, il n'hésite pas à couper et à ouvrir les chairs, puis à y appliquer le contrepoison ou le feu afin d'empêcher qu'elles s'infectent davantage.

    «S'il arrive que certains de ses enfants meurent au cours de l'intervention, ce n'est pas ce que le père veut; il veut les guérir. Ainsi en est-il pour moi. Je blesse mes enfants afin de les guérir. Je les détruis afin de les ressusciter. Si un grand nombre d'entre eux se perdent, là n'est pas ma Volonté. C'est la conséquence de leur méchanceté et de leur volonté obstinée; c'est à cause de cet "écho empoisonné" qu'ils répandent jusqu'à ce qu'ils finissent par s'autodétruire.»

    Je repris: «Dis-moi, mon unique Bien, comment puis-je adoucir pour toi cet écho empoisonné qui t'afflige tant?» Il répondit: «La seule façon, c'est d'accomplir tes actions uniquement dans le but de me plaire, que tous tes sens et tes forces soient uniquement appliqués à m'aimer et à me glorifier. Que chacune de tes pensées, de tes paroles etc. soient remplies d'amour pour moi. Ainsi, ton écho s'élèvera jusqu'à mon trône et sera une douce musique pour mon oreille.»


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:45

    28 octobre 1899
    «Qui suis-je et qui es-tu?»
    Les péchés conduisent à l'amour.


    Ce matin, mon aimable Jésus est arrivé entouré de lumière. Il m'a regardée comme s'il me pénétrait entièrement, de sorte que je me suis sentie tout anéantie. Il m'a dit: «Qui suis-je et qui es-tu?»

    Ces mots m'ont pénétré jusqu'à la moelle des os et je vis la distance énorme qu'il y a entre l'infini et le fini, entre le tout et le rien. Je pouvais également voir la malice de ce rien et combien il était enfoncé dans la boue. Je vis que mon âme nageait au milieu de la pourriture, au milieu de vers et de bien d'autres choses horribles. Oh! mon Dieu, quel spectacle affreux! Mon âme voulait fuir le regard du Dieu trois fois saint, mais il me retint avec ces autres mots: «Quel est mon amour pour toi et comment m'aimes-tu en retour?»

    Alors qu'à la suite de la première question, je fus effrayée et voulais fuir, après la seconde ("Quel est mon amour pour toi?"), je me suis sentie immergée, entourée de tous côtés par son amour, prenant conscience que mon existence en résultait et que, si cet amour prenait fin, je n'existerais plus. J'avais l'impression que les battements de mon coeur, mon intelligence et même ma respiration étaient le produit de cet amour. Je nageais en lui et, si j'avais voulu fuir, cela m'aurait été impossible, car cet amour m'enveloppait totalement. Mon propre amour m'a semblé n'être qu'une petite goutte d'eau jetée à la mer qui disparaît et ne peut plus être distinguée. Que de choses j'ai comprises, mais il serait trop long de tout dire.

    Ensuite, Jésus disparut, me laissant bien perplexe. Je me voyais toute remplie de péchés et, dans mon for intérieur, j'implorais son pardon et sa miséricorde. Peu de temps après, il revint et me dit: «Ma fille, lorsqu'une âme est convaincue qu'elle a fait le mal en m'offensant, elle remplit déjà l'office de Marie Madeleine qui m'a lavé les pieds avec ses larmes, les a oints de son parfum et les a séchés avec ses cheveux. Quand l'âme commence à examiner sa conscience, reconnaît et regrette le mal qu'elle a fait, elle prépare un bain pour mes plaies. En voyant ses péchés, un goût d'amertume l'envahit et elle les regrette. C'est ainsi qu'elle vient oindre mes plaies avec le plus exquis des baumes. Par la suite, elle veut réparer et, en voyant son ingratitude passée, un élan d'amour pour son Dieu si bon monte en elle et elle voudrait lui donner sa vie pour lui prouver son amour. Ce sont ses cheveux qui la lient à moi comme des chaînes d'or.»


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:55

    29 octobre 1899
    La formation de la demeure de Jésus dans l'âme.


    Mon adorable Jésus continue de venir. Ce matin, dès son arrivée, il m'a prise dans ses bras et m'a transportée hors de mon corps. Dans cette étreinte, j'ai compris plusieurs choses, surtout qu'il est absolument essentiel de se dépouiller de tout si l'on veut reposer librement dans les bras du Seigneur et pouvoir entrer et sortir de son Coeur avec facilité et à volonté pour ne pas devenir un fardeau pour lui. Alors, de tout mon coeur, je lui ai dit:

    «Mon cher et unique Bien, je te demande de me dépouiller de tout, car je vois bien que pour être revêtue de toi, pour vivre en toi et pour que tu vives en moi, il ne doit pas y avoir la moindre chose en moi qui ne t'appartienne.» Plein de bienveillance, il me répondit: «Ma fille, pour que je puisse venir habiter dans une âme, l'essentiel, c'est qu'elle soit totalement détachée de toutes choses. Sans cela, non seulement je ne puis demeurer en elle, mais aucune vertu ne peut s'installer en elle.

    «Dès que l'âme s'est dépouillée de tout, j'y entre et, avec elle, nous construisons une maison. Les fondations s'appuient sur l'humilité et plus elles sont profondes, plus les murs seront solides et élevés. Ils sont faits des pierres de la mortification et cimentés avec l'or pur de la charité. Quand les murs sont érigés, moi, comme un peintre expert, j'y applique une excellente peinture constituée des mérites de ma Passion et des magnifiques couleurs fournies par mon sang. Cette peinture sert de protection contre la pluie, la neige et tout choc.

    «Ensuite, viennent les portes. Pour qu'elles soient solides comme le bois et préservées contre les termites, il faut le silence qui tue les sens extérieurs. Pour protéger cette maison, il faut un gardien qui veille sur tout, à l'intérieur et à l'extérieur; c'est la crainte de Dieu qui protège contre toute intempérie. La crainte de Dieu sera la gardienne de la maison, incitant l'âme à agir, non par crainte d'être punie, mais par crainte d'offenser le maître de la maison. Cette sainte crainte ne doit servir qu'à inciter l'âme à tout faire pour plaire à Dieu et à rien d'autre.

    «Cette maison devra être décorée de trésors formés de saints désirs et de larmes. Tels furent les trésors de l'Ancien Testament: dans l'accomplissent de leurs souhaits, ils trouvèrent la consolation; dans la souffrance, ils trouvèrent la force. Ils misaient tout sur l'attente du Rédempteur à venir et, à ce point de vue, ils étaient des athlètes. Une âme sans désir est presque morte. Tout l'ennuie, l'agace et la rend maussade, y compris les vertus. Elle n'aime absolument rien et marche dans la voie du bien en se traînant.
     
    «Pour l'âme remplie de désirs, c'est tout le contraire: rien ne lui pèse, tout est joie; elle a des ailes et apprécie tout, même la souffrance. Les choses désirées sont aimées. En les aimant, on y trouve ses délices. Même avant que la maison soit construite, on doit entretenir le désir. Les pierres précieuses les plus coûteuses de ma vie furent formées par la souffrance, la souffrance pure.

    «Puisque l'hôte unique de cette maison sera le Donateur de tout bien, il l'investit de toutes les vertus, il la parfume avec les plus suaves odeurs. De belles fleurs y dégagent leur fragrance. Il y fait résonner une mélodie céleste des plus agréables. On y respire un air de paradis.»

    J’ai omis de dire qu’on doit s'assurer que la paix domestique règne, c'est-à-dire qu'on y observe le recueillement et  le silence  intérieur des sens.

    Ensuite, je suis demeurée dans les bras de Notre-Seigneur et je fus entièrement dépouillée. Ayant vu que le confesseur était présent, Jésus m'a dit (mais j'ai cru qu'il s'amusait): «Ma fille, tu t'es dépouillée de tout et tu sais que lorsqu'une âme est ainsi dépouillée, elle a besoin de quelqu'un pour la revêtir, la nourrir et la loger. Où veux-tu habiter? Dans les bras du confesseur ou dans les miens?» En disant cela, il me plaça dans les bras du confesseur. J'ai commencé par résister, mais il m'a dit que c'était sa Volonté. Après une courte discussion, il m'a dit: «Ne crains pas, je te tiens dans mes bras.» Alors ce fut la paix.


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw
    Votre frère Yohann
    Votre frère Yohann
    Modérateur

    Masculin Messages : 3523
    Date d'inscription : 21/01/2016
    Age : 33
    Localisation : Laval,Québec
    Idéal : La paix de l'âme et du coeur

    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Empty Re: Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2

    Message par Votre frère Yohann le Dim 31 Mar - 0:59

    30 octobre 1899
    Menaces de châtiments pour Rome.


    Ce matin, mon bienveillant Jésus est arrivé tout affligé et les premiers mots qu'il m'a adressés furent: «Pauvre Rome, quelle destruction tu connaîtras! En te regardant, je pleure!» Il disait cela avec une telle tendresse que j'en fus tout émue, mais je ne savais pas s'il s'agissait seulement des habitants de cette ville ou de ses édifices aussi.

    Comme j'avais reçu l'ordre de ne pas me conformer à la justice, mais de prier, je dis à Jésus: «Mon bien-aimé Jésus, lorsqu'il s'agit de châtiments, ce n'est pas le temps de discuter, mais uniquement de prier.» Alors je me suis mise à prier, à baiser ses plaies et à faire des actes de réparation. Pendant que je priais, il me disait de temps à autre: «Ma fille, ne me violente pas. En faisant comme ça, tu emploies la violence contre moi. Donc, calme-toi.»

    Je lui répondis: «Seigneur, c'est l'obéissance qui le veut ainsi, et non pas moi.» Il ajouta: «La rivière d'iniquités est tellement grande qu'elle fait sérieusement obstacle au salut des âmes. Seules la prière et mes plaies peuvent empêcher cette rivière impétueuse de les engloutir tous.»


    ***
    Fin du Tome 2


    _________________
    EucharistieLuisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 4229db10

                             Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Petite10
    Luisa Piccarreta - Le livre du ciel Tome 2 - Page 4 Xsmall10



    Bible Yohann
    Pour de l'aide spirituelle, vous pouvez discuter avec moi par Skype (contactez-moi par mon profil ou en MP). 

    Chaîne spiritualité Catholique  
    https://www.youtube.com/channel/UCKd8NvAnorZs2p3w5wYr9Fw

      La date/heure actuelle est Dim 9 Aoû - 2:18