Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Partagez
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Ven 23 Nov - 17:29


    Noël en Novembre...

    Le grand rush de Noël a déjà commencé : dès le début du mois de Novembre, les supermarchés arborent les décorations de Noël... guirlandes, éclairages, pères Noël, lutins, sapins, couleurs chatoyantes...

    A l'entrée du magasin, sont installées toutes les friandises de cette fête désormais incontournable : chocolats, nougats, papillotes, marrons glacés, truffes... une profusion et une débauche de produits qui attirent le regard.

    Le rayon des jouets déborde également : c'est un luxe de jouets électroniques, clinquants, c'est une abondance de jeux éducatifs, de jeux de société, de peluches, de poupées de toutes sortes.

    Et déjà, les gens achètent et font des provisions pour la Noël.

    Peut-on désormais échapper à cette débauche de consommation, à ces orgies de dépenses, à cette recherche frénétique des cadeaux de Noël ?

    Il est vrai que Noël représente l'enfance : nous avons tous des souvenirs souvent enchanteurs de cette fête...

    Les enfants ne sont-ils pas les rois de cette fête et de nos jours, l'enfance n'est-elle pas sacralisée ?

    Noël est partout : sur internet, dans les rues qui s'illuminent de décorations, dans les magasins...

    Comment résister à cette frénésie d'achats ? Comment ne pas céder aux injonctions de la société de consommation ?

    Il faut fêter Noël ! Tout nous incite à consommer, les publicités, la croissance qu'il convient d'entretenir et de doper, les magasins qui regorgent de produits...

    Il n'est pas rare que certains achètent des cadeaux inutiles, qui seront même revendus sur internet.

    Mais ne pourrait-on pas fêter ce jour plus sobrement ? Retrouver, ainsi, l'esprit originel de la Noël... une certaine simplicité...

    Mais, non, nous nous laissons tous aller à la frénésie de Noël.

    Les enfants sont saturés de cadeaux, des jouets qui sont souvent bien vite oubliés, remisés, délaissés. Les enfants sont submergés de cadeaux, à tel point que les parents ne savent plus quel jouet leur offrir une année après l'autre.

    Les adultes échangent aussi des cadeaux, le plus souvent des objets superflus, luxueux, inutiles.

    Quelle gabegie !

    Comme l'écrit Stéphane Floccari, dans son ouvrage intitulé Survivre à Noël, "nous sommes tous d'accord, à un moment ou à un autre, pour dénoncer cet état de fait que pourtant nous perpétuons..."

    Cette surconsommation est d'autant plus indécente que ce luxe côtoie la misère la plus grande.

    Des sans abris vivent dans des conditions déplorables et sont exclus de cette fête de Noël.

    Ainsi, Noël devient le révélateur des inégalités criantes qui traversent nos sociétés.



    Source : noel - - Rosemar - Overblog rosemar.over-blog.com/tag/noel/



    Dernière édition par Gilles le Lun 26 Nov - 14:48, édité 1 fois


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Thierry

    Masculin Messages : 1728
    Date d'inscription : 25/01/2016
    Localisation : France - diocèse de Rouen
    Saint intercesseur : Ste Thérèse de Lisieux - Marcel Van - Padre Pio - Ste Faustine

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Thierry le Ven 23 Nov - 17:42

    C'est certes un réel constat à faire, mais aussi à prier pour qu'il puisse en être autrement dans les années à venir, en ayant une réelle foi à la Parole divine, quand Elle nous dit en Romain 5;20 :


    "... mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé."


    _________________
    Plus tu t'effaceras et te dépouilleras intérieurement vis-à-vis de tes saints ressentis intérieurs, plus tu porteras de fruits dans tes actes, et plus cette dévotion portera de fruits célestes.

    .
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Sam 24 Nov - 1:06



    D'où l'utilité de faire connaître le calendrier de l'Avent inversé :




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Sam 24 Nov - 18:47


    Noël en quête de sens

    On voudrait y échapper, mais on y revient toujours. Pourquoi ? Parce qu’on tient à cette fête, nous dit le jeune théologien Xavier Gravend-Tirole.

    Fin décembre. Dans les commerces, les files s’étirent jusqu’en Patagonie, une version party mix abrutissante de Frosty the Snowman use les nerfs, on pense en soupirant au marathon de visites à venir, et là, au milieu d’un stationnement bondé, survient la question à 100 piastres : ça rime à quoi, fêter Noël ? Le petit Jésus dans sa crèche et les grandes tablées chez grand-mère, c’était hier. Comment redonner un sens à cette fête dans un Québec où les valeurs ont viré de bord ? Réflexions qui font du bien avec le jeune théologien québécois Xavier Gravend-Tirole.

    Chaque année, sondages et études indiquent qu’une bonne partie des Québécois sont frustrés, stressés et déprimés à cause, entre autres, de la course aux cadeaux et de la carte de crédit qui surchauffe. A-t-on perdu le sens de Noël ?

    On a beau être nostalgique, je ne suis pas sûr que lorsque les églises étaient pleines et que nos familles se réunissaient chez l’aïeul, Noël avait forcément plus de sens. Que les gens le vivaient avec plus d’authenticité.

    Que pensez-vous alors de la façon dont on vit cette fête aujourd’hui ?

    On se cherche. Les traditions évoluent tout le temps – on ne fêtait pas Noël au 16e siècle comme au Moyen Âge, ni au 19e siècle comme au 16e. C’est difficile à accepter car on est rassurés à l’idée que certaines choses traversent le temps, qu’on s’inscrit dans une lignée. Sauf que le changement s’opère quand même, petit à petit. Jusqu’au jour où les rites des générations précédentes ne nous font plus vibrer. On ne ressent plus rien en les observant. Alors voilà : la crise de sens actuelle vient en partie de notre difficulté à replonger dans nos lieux de mémoire. Pensons à la messe de minuit, par exemple. Beaucoup y assistent encore, même s’ils ne sont plus pratiquants. Ils s’accrochent à ce morceau du passé, bien que cette cérémonie n’ait plus vraiment de sens pour eux et qu’ils aient un peu le sentiment d’entrer dans un musée. La mémoire est là, mais elle n’est plus vivante.

    Qu’est-ce qui explique ce changement ?

    C’est en partie attribuable au fait que, depuis des décennies, nos repères traditionnels sont bousculés par le contact avec de nombreuses cultures et religions. Comment célèbre-t-on Noël dans une société où se côtoient des gens de croyances diverses et d’autres qui ne croient en rien ? Avec la laïcisation, la fête finira peut-être par disparaître de nos calendriers mais, pour le moment et pour longtemps enc­ore, on continuera de vouloir la souligner parce qu’elle fait partie de notre histoire depuis des siècles. On ne peut pas faire semblant que c’est un jour comme un autre. De toute façon, les humains ont besoin de rituels pour structurer leurs jours, leurs semaines, leurs années. Partant de ça, chacun peut se demander comment s’y prendre pour que cette fête enrichisse sa vie. C’est positif que les Québécois souhaitent toujours trouver des manières de célébrer Noël qui leur parlent vraiment.

    Les Québécois dépensent en moyenne près de 500 $ pour faire des présents à leurs proches… C’est trop ?

    Évidemment. C’est devenu obscène, démesuré. Ne serait-ce que sur le plan écolo­gique : la planète suffoque, on consomme trop. Mais de là à les éliminer… Je pense que les cadeaux peuvent avoir un sens. C’est un moyen de dire autrement qu’avec des mots l’affection que l’on porte aux autres. En autant que ça n’éclipse pas ce qui pour moi est au cœur des célébrations de Noël, qu’on soit croyant ou athée : les relations humaines. C’est un moment privilégié pour retrouver ceux qui nous sont chers.

    À ce propos, l’an passé, j’ai décidé de passer Noël seul chez moi. Je voulais comprendre ce qu’on éprouve. Je l’ai vécu assez sereinement parce que c’était mon choix. Mais j’ai quand même goûté à l’amertume, à la nostalgie, à la tristesse. Je ne le referai pas cette année ! Noël est le soir de l’amour par excellence : il révèle l’envie d’aimer et d’être aimé, l’espoir d’un bonheur familial retrouvé. On a beaucoup d’attentes envers les gens qui nous sont chers ce jour-là. Et c’est particulièrement souffrant pour ceux dont le cocon s’est effrité. Leur solitude est encore plus aiguë.

    Même si vous êtes croyant, cherchez-vous aussi un sens à Noël ? On serait porté à croire que votre foi vous en préserve…

    Pas du tout ! Avoir la foi ne signifie pas que tout est réglé. Au contraire, croire, c’est chercher, douter, être en quête. Oui, on entre dans une fidélité à un dieu. Mais ça ne signifie pas qu’on cesse de se poser des questions. C’est la même chose que dans une relation amoureuse. Un moine m’a déjà dit, pour illustrer qu’il n’était pas moins tourmenté qu’un autre : « Un moine, c’est quelqu’un qui se pose tous les jours la question “Qu’est-ce que c’est qu’un moine ?” »

    Pour ma part, j’ai exploré toutes sortes de façons de vivre Noël. Fils de parents divorcés, j’ai connu les va-et-vient d’une famille à l’autre pendant les fêtes, la frénésie de la consommation, Noël avec des amis, Noël à servir la soupe populaire, Noël à faire du bénévolat auprès de travailleurs du sexe. Et encore aujourd’hui, j’ai besoin de me redemander : « Qu’est-ce que ça veut dire pour moi, ce moment de l’année ? » Je pense qu’on peut y trouver un sens dans le fait de s’entourer de ceux qu’on aime et d’aider ceux qui manquent d’amour.

    Qui est Xavier Gravend-Tirole ?



    Il rit souvent pendant l’entrevue – un rire qui résonne dans le monastère italien d’où il me parle via Skype. Chemise entrouverte, yeux clairs, teint basané, le Québécois de 36 ans a la beauté d’un jeune premier. Rien d’austère chez celui qui voulait se faire curé à 20 ans et qui se définit comme un « nouveau chrétien ». Le goût du sacerdoce lui a « complètement passé », dit-il en riant. Il achève maintenant un doctorat sur le métissage religieux en Inde. Il enseigne aussi à l’Institut religions, cultures, modernité de l’Université de Lausanne, en Suisse. Son parcours singulier a fait l’objet de plusieurs reportages depuis 15 ans à l’émission Second Regard (R.-C.). Les jeunes prêchant l’amour de Jésus ne courent pas les rues.



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Fleur

    Féminin Messages : 758
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Saint intercesseur : N.D Guadalupe , St Joseph , Sts Anne&Jochim,Sts Louis & Jehane d'Arc , St Maurice Duault

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Fleur le Sam 24 Nov - 21:22

    Bonsoir @ tous et merci @ Gilles pour ce fil ..
    C'est vrai chaque année la question se pose , mais c'est à chacun dans sa famille de voir ce qu'il y a à faire , et en réfléchissant , les idées viennent ( j'ai une très grande fratrie) ,pour éviter la gabegie de cadeaux , tirer au sort le nom de LA personne à qui on offrira un cadeau , cela permet d'éviter les cadeaux inutiles et de vraiment essayer de faire plaisir tout en étant pas bridé par le budget .( garder lorsque les emballages cadeaux qui sont très beaux d'une année sur l'autre !) .Mettre devant la crèche des bonbons pour les petits en leur parlant de la joie de recevoir Jésus à la maison .dans ma famille on a toujours mis un couvert le soir de Noel pour le "pauvre" qui passerait ? Cela marque .

    J'aime beaucoup l'idée du calendrier de l'Avent inversé : je vais faire circuler …
    Fleur
    avatar
    Anayel
    Modératrice

    Féminin Messages : 590
    Date d'inscription : 22/01/2016

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Anayel le Dim 25 Nov - 14:28

    J'ai aussi découvert cette idée de "calendrier inversé" et elle me plait beaucoup, je vais voir si je ne peux pas faire quelque chose en ce sens, même un tout petit geste...

    C'est vrai que Noël est devenue, pour la grande majorité des peuples occidentaux, une fête matérielle. C'est une fête de famille aussi, certes, mais elle reste matérielle quand même. Et on n'apprend plus aux enfants que ce n'est pas recevoir le principal... Mais que c'est l'amour qui compte et uniquement lui.

    J'ai vu deux vidéos à cet effet qui m'ont toutes fait sourire. La première, c'était un petit enfant qui était tout heureux de recevoir une banane, une banane, j'insiste, mais sa joie et son sourire enfantin étaient tous les deux sincères, et irradiait tout autour de lui, il avait hâte de l'amener à la maison.

    La seconde vidéo était liée à un jeune garçon, probablement de 12-14 ans, je ne sais pas trop, qui était issu d'une famille pauvre. Il avait deux cadeaux. Le premier, il le déballe tranquillement et puis il constate que c'est une planche à découper en bois. Alors il sourit humblement et il sourit à ses parents en disant qu'il a hâte d'apprendre à découper ses légumes avec, etc. etc. Puis vient le second cadeau. Et là, il fond en larmes en le déballant, car il s'aperçoit que c'est un téléphone et que ses parents ont dû travailler comme des fous pour lui obtenir un objet de cette valeur. Et il répète "merci merci merci" tout en pleurant parce que ça comblait toutes ses espérances, et en même temps, il se rendait sans doute compte que tout ce que ses parents avaient dû faire pour lui payer un tel cadeau.

    Quand on regarde de telles vidéos, on apprend de bonnes leçons.

    Je pense que c'est dans cet état d'esprit qu'on devrait vivre Noël... En étant humble, en se rendant compte que tout n'est pas donné, qu'on doit avant tout aimer. Pour certains parents, cela signifiera se plier en quatre pour offrir un beau cadeau, même un seul à ses enfants, simplement pour leur montrer de l'amour. Pour d'autres, par exemple des enfants, ce sera un petit dessin tout simple, mais fait avec le coeur. C'est ça le véritable don de se donner à l'autre... Mais combien se perdront à vouloir acheter de gros cadeaux parce qu'il faut offrir à tout le monde en suffisance ?

    Quand bien même nous n'aurions rien pour Noël, rien matériellement, nous aurons l'amour du Christ, la joie des Anges, et le chant du Ciel qui exalte la naissance de son Sauveur. L'amour de Dieu, c'est tout... Et il faut essayer de bien essayer lever son regard là-haut avant de se projeter dans la fête humaine de Noël, pour bien rester connecté à notre Seigneur.
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Lun 26 Nov - 14:52



    JÉSUS NOUS DEMANDE : TE SOUVIENS-TU QU’À NOËL C’EST MON ANNIVERSAIRE ?

    Je suis sûr que vous ne l’avez pas oublié : c’est mon anniversaire ! Tous les ans, il y a une grande célébration en mon honneur, et cette année encore cette célébration va avoir lieu. C’est une période au cours de laquelle tout le monde va faire des courses, acheter des cadeaux, et il y a plein de publicités à la radio, à la télé et dans les magasins, et cette fièvre augmente au fur et à mesure que mon anniversaire se rapproche.   

    C’est vraiment bien de savoir qu’au moins une fois par an, certaines personnes pensent à moi. Pourtant je remarque que si au début les gens paraissaient comprendre et semblaient reconnaissants de tout ce que j’ai fait pour eux, plus le temps passe, et moins ils semblent se rappeler la raison d’être de cette célébration. Les familles et les amis se rassemblent pour s’amuser, mais ils ont oublié le sens de cette si belle fête.

    Je me souviens d’un grand banquet en mon honneur organisé l’an dernier. La table de la salle à manger était garnie de plats succulents, de gâteaux et de chocolats. Les décorations étaient magnifiques et il y avait plein de cadeaux emballés dans des papiers multicolores.



    Mais vous savez quoi ?
    Je n’étais pas invité…
     J’étais en théorie l’invité d’honneur, mais personne ne s’en était souvenu, et ils ne m’avaient pas envoyé d’invitation.
    La fête était en mon honneur, mais quand le grand jour est arrivé, on m’a laissé dehors, et ils m’ont fermé la porte à la figure… et pourtant moi je voulais être avec eux et partager leur repas !
    En réalité, je n’étais pas surpris, car depuis quelques années, toutes les portes se referment devant moi.
    Comme je n’étais pas invité, j’ai décidé de me joindre à la fête sans faire de bruit, sans me faire remarquer. Je me suis mis dans un coin, et j’ai observé.






    Tout le monde s’amusait, quelques-uns qui avaient bu plus que de raison étaient ivres, ils faisaient des farces, ils riaient à propos de tout. Ils passaient visiblement un bon moment. Pour couronner le tout, un gros bonhomme à la barbe blanche est arrivé, vêtu d’une longue robe rouge. Il s’est assis sur le canapé et tous les enfants ont couru vers lui en criant :  » Père Noël ! Père Noël ! « , comme si la fête était en son honneur !

    A minuit, ils se sont tous embrassés… J’ai ouvert les bras et j’ai attendu que quelqu’un vienne me serrer dans ses bras, mais… personne n’est venu vers moi…
    Puis ils se sont offerts les cadeaux. Ils les ont ouverts un par un, très excités.
     Quand tout a été déballé, j’ai regardé pour voir si, peut-être, un cadeau était resté pour moi.


    Qu’auriez-vous ressenti si, le jour de votre anniversaire, tout le monde s’échangeait des cadeaux et que vous n’en receviez aucun ?
    J’ai enfin compris que je n’étais pas désiré à cette soirée et je suis parti silencieusement.




    Et tous les ans ça empire !
     Les gens se rappellent seulement de ce qu’ils ont bu, de ce qu’ils ont mangé, des cadeaux qu’ils ont reçus, et plus personne ne pense à moi.
    J’aurais voulu que pour la fête de Noël cette année, vous me laissiez entrer dans votre vie…
     J’aurai souhaité que vous vous rappeliez qu’il y a plus de 2000 ans, je suis venu au monde pour donner ma vie pour vous, et pour vous sauver. Ce n’est pas pour rire que je vous ai aimés… Je souhaite que vous le croyiez de tout votre coeur !
    Voulez-vous vraiment célébrer mon anniversaire ? Je vous attends à l’église, ce soir, demain… toujours ! Par la Communion Eucharistique, dans la petite crèche de votre cœur, je viendrai à vous, et nous ne ferons plus qu’un, vous et moi…



    M’offrirez-vous cette joie ? Alors ce sera Noël à chacune de vos Communions, Noël dans votre cœur, Noël pour tous ceux qui vous entourent, Noël chaque jour un peu plus sur la terre ! Je vous attends, ne tardez pas…
    Je vous aime !

    Jésus



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mar 27 Nov - 17:19



    Le sens de NOËL aujourd'hui ?



    Oh quand j'entends chanter Noël, j'aime revoir mes joies d'enfance...



    Comme ce magnifique chant connu, la fête de Noël invoque chez moi les souvenirs de mon enfance et jeunesse.  Que j’aimais cette fête !

    Une ambiance tellement chaleureuse, magique, lumineuse au sein même des jours les plus sombres et des plus longs de l’hiver. Et quand par chance nous avions un Noël blanc, quelle féerie !

    Une réunion de famille où chacun, revêtu de ses plus beaux habits arrivait chez mes parents le 24 décembre en début de soirée, le cœur joyeux.  Chacun déposait alors les cadeaux sous le sapin, en s’attardant un peu sur les décorations et la petite crèche qui visiblement prenait de l’âge d’année en année. 


    Puis les femmes et enfants se dirigeaient vers la cuisine pour garnir les toasts, moment de grande créativité.  En attendant minuit pour entamer le repas, nous discutions, les blagues fusaient, nous regardions la TV d’un œil distrait..  Puis nous nous mettions à table à la lueur des bougies avec, en fond, les fameux chants traditionnels de Noël.  Et à minuit sonnante, nous nous précipitions vers le sapin pour découvrir nos cadeaux, laissant derrière nous une montagne de papier cadeau multicolore…

    Nous n’allions pas à la messe de minuit pour célébrer le Sauveur du monde car ma famille n’étant pas spécialement pratiquante, choisissait de rester dans la douceur et chaleur du foyer, où l’âtre laissait crépiter le bois du chêne coupé quelques années précédentes.   La soirée continuait, luttant de plus en plus contre la fatigue : tenir le plus longtemps possible jusqu’aux petites heures du matin était notre défi.
     

    Noël une fête très populaire à échelle mondiale
    Au moins deux milliards de personnes dans le monde célèbrent la fête de Noël, mais un certain nombre d'entre elles ne savent pas, ou plus, ce que cela signifie vraiment.

    En Europe, Noël est une fête très populaire. En effet, presque tous les magasins arborent des décorations diverses: mannequins à l'effigie du Père Noël, sapins ou autres guirlandes électriques. Et bien qu'étant une fête chrétienne à l'origine, Noël se voit fêter d'une part par les non chrétiens et d'autre part par certains membres d'autres religions, comme l'islam ou le judaïsme.

    Quelle est l’origine de la fête de Noël ?
    L’origine du mot «  Noël » viendrait du mot latin natalas dies qui signifie " jour de naissance". .

    1) Noël était avant tout une fête religieuse pour rappeler au monde la venue de Jésus sur terre en tant que Sauveur du monde, tout en sachant cependant que :


    - Le 25 décembre n’est pas en réalité la date de naissance de Jésus. Elle n’est mentionnée nulle part dans les Ecritures, personne ne la connaît.


    - Cette fête n’a jamais été une des fêtes suivies par les premiers chrétiens : elle a été  instituée par les hommes religieux et est devenue une  tradition humaine.


    « Au ive siècle, la date du 25 décembre a été choisie comme date pour la fête de Noël, principalement dans le but de la substituer aux fêtes païennes qui étaient d'usage à l'époque, comme la fête de la renaissance du Soleil Invaincu, le solstice d'hiver et les Saturnales romaines qui avaient toutes lieu à la période du 25 décembre. « (Wikepedia).
    Explication : Au premier siècle avant Jésus-Christ, on fêtait le solstice d'hiver qui symbolisait la naissance de Mithra, culte importé de Perse par les légionnaires romains. Cet événement était fêté par le sacrifice d'un jeune taureau.

    Plus tard, en 274, L'Empereur Aurélien déclara le culte de Mithra religion d'Etat, fixant ainsi sa célébration au 25 décembre.

    Au IVe siècle, en 354 après Jésus-Christ,  l'Eglise catholique ou plus précisément l'Empereur Constantin choisit la date du 25 décembre comme jour de la célébration de la naissance du Christ, par la Nativité. Ils choisirent, entre autre, cette date dans le but de rivaliser avec la fête païenne qui célébrait à cette date la renaissance du Soleil ou culte de Mithra.
    Les premiers chrétiens ne fêtaient donc pas la naissance de Jésus-Christ comme le font les chrétiens d'aujourd'hui. Théologiquement, la royauté du Christ n'étant pas de ce monde, certains comme Origène (milieu du iiie siècle) refusent de célébrer cette naissance comme il était ainsi fait à l'époque pour un souverain temporel (roi, empereur, pharaon, reine).
    Il aura fallu attendre plus de trois siècles et demi pour que Noël devienne une fête religieuse officielle et encore deux siècles pour que cette fête soit généralisée.
    .2) Une fête culturelle :

    Avec la mondialisation des échanges culturels et la laïcisation de la société, les festivités liées à Noël prennent progressivement un caractère profane et familial et sont de plus en plus déconnectées de l''interprétation religieuse.  La plupart des gens voient Noël comme une fête de famille, où l'on en profite pour s'offrir des cadeaux, selon le « rituel ». Peut-être pas tous, mais beaucoup de gens de différentes confessions religieuses (musulmane, juive, et autres) ont accepté et y participent, notamment quand les enfants de ceux-ci demandent à leurs parents pourquoi ils n'ont pas de sapin à la maison, ou encore pas de cadeaux. C'est donc là une question d' «intégration» à la société.
     3) L’esprit de Noël :


    Pour beaucoup de gens également (les non-croyants, comme pour des croyants), la fête de Noël constitue en premier lieu une célébration de la vie (natalité) et de l’innocence. L’histoire de cet enfant né de façon humble dans une étable a un sens pour eux : lorsqu’on se réunit en famille pour fêter Noël, on accorde une place particulière aux enfants. L'enfant acquiert une place fondamentale au sein de la famille et le développement économique qui s'opère plus tard, au milieu de XXe siècle, ne fait qu'accentuer son importance.
    On rencontre aussi particulièrement pendant cette période de Noël un moment de tolérance, de solidarité, de paix et de fraternité. Pour tout individu, quels que soient sa croyance, son sexe, " sa race " ou ses opinions, les gens espèrent la paix sur la terre par les hommes de bonne volonté;.
    .4) Phénomène commercial grandissant :




    Le rituel d'offrir des cadeaux, notamment aux enfants, est apparu dans le dernier quart du XIXe siècle en Angleterre. Ce rituel fut renforcé lorsque l'entreprise Coca-Cola, en 1931, donna une nouvelle allure à Saint-Nicolas, appelé également Santa-Claus, qui prit par ailleurs le nom de Père Noël, lors d'une campagne publicitaire mondiale.







    En France, le patronyme et l'apparence du "Père Noël" n'apparaîtront qu'à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En effet, la France ne sera "touchée" par le phénomène de Père Noël qu'à cette période, ce qui sera une aubaine pour les grands magasins (spécialisés ou non dans les jouets). Ils profiteront effectivement de cette occasion pour proposer un large éventail d'articles, pour enfants et adultes qui seront destinés à être offerts, échangés, le jour de Noël.C'est ainsi que la fête de Noël deviendra un argument de vente incontournable qui fera la joie de bon nombre de commerçants et entrepreneurs en tous genres pendant les derniers mois de l'année. Un phénomène commercial est né!  (Tiré du site "histoiredenoel-tpe) 

     Noël a-t-il encore un sens ?
    C'est à chacun de répondre, selon sa vision des choses.  C'est une belle fête, il me semble qu'elle est grandement appréciée par la joie qu'elle apporte au milieu du long hiver sombre de nos régions.
    Mais Noël sans Jésus, ce n'est pas Noël ("Christmas" en anglais est plus parlant)..  Ce n'est ni le Père Noël, ni les cadeaux, ni les décorations, ni le sapin, ni la bûche qui feront un véritable Noël.
    La crèche, seule représentation biblique au milieu de la décoration des foyers et villes, est encore le signe extérieur qui ne fait pas oublier le nom de Jésus. Voici la raison pour laquelle Jésus-Christ est venu, ce "petit Jésus" qui a été "cristallisé" dans les crèches aujourd'hui :
    Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux.Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur. Mais l’ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie: c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.
    Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez: vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant: Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée!"., 



    La Laïcité prend de plus en plus de terrain et devant le projet d'interdire la crèche dans les lieux publics, la population crie  « Oh scandale, de quel droit…! » ! Elle réagit tout à coup pour défendre "les racines de sa culture chrétienne"….Nous y voilà ! Les pays européens peuvent-ils se prétendre nations chrétiennes ??  La crèche de Noël qu'ils veulent garder, l'ont-ils bien comprise ou est-ce simplement une valeur décorative ? Soyons sincères : QUI  aujourd’hui veut encore vivre la véritable foi en Jésus ? Oui, nos pays occidentaux ont des racines chrétiennes. mais pourquoi tant de personnes, quand on leur parle de Jésus, s'en désintéressent-elles complètement et ne veulent pas entendre l’Evangile, la Bonne Nouvelle pour elles ?? Pourquoi ne veulent-elles pas lire la Bible, Parole de Dieu, qui pourtant est à la portée de tous afin de connaître QUI est le Dieu Créateur.  Alors, la crèche en tant qu'élément décoratif n'a pas de sens car :


    en réalité, 
    ce que désire JESUS-CHRIST, c’est de « crécher » dans les cœurs humbles[size=16] ![/size]
    De nombreux passages des écrits du Nouveau Testament, dans la Bible, nous confirme cette intention de Dieu de faire de tout vrai chrétien une habitation de Dieu en Esprit.  "En Christ, vous êtes édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit ...  - Le Christ habite dans vos coeurs par la foi" .-  "Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui ; et nous connaissons qu'Il demeure en nous par l'Esprit qu'Il nous a donné". .

    Dans ces moments qui deviennent difficiles sur le monde entier, tous, nous avons besoin de Paix, la vraie ! Celle que le monde ne peut pas donner, mais celle que Dieu seul donne par Jésus-Christ jusque dans l'Eternité !!
     CONCLUSION
     
    A moins de ne pas le célébrer comme les tout-premiers chrétiens, le vrai Noël ne peut être réduit à une simple fête en famille, entre amis, dans la joie des lumières, des légendes, cadeaux et  des décorations diverses. Certes cela réjouit le coeur des hommes et fait marcher notre société de consommation mais le vrai Noël est et doit rester l'événement sans précédent qui a ouvert toute grande la porte du salut pour l'humanité perdue. Il faut donc que chacun sache que, ce jour là, le Christ est vraiment venu dans le monde pour sauver les pécheurs que nous sommes.
     
    JOYEUX NOEL !


    Source : Le sens de NOEL aujourd'hui ? - parole jaspe.eklablog.com/le-sens-de-noel-aujourd-hui-a113929666


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mar 27 Nov - 20:31



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mer 28 Nov - 15:25


    L’anniversaire du petit Jésus

    Aujourd’hui, toute ma famille s’est réunie parce que c’était le 25 décembre et que tous les ans le 25 décembre c’est mon anniversaire. Même si certains disent que c’est pas la vraie date de ma naissance, mais ma maman elle dit qu’à cause du recensement et de toute l’histoire de la place en crèche et de la fuite qu’il a fallu aller réparer en Égypte on ne sait plus trop mais tu sais mon agneau ça n’a pas vraiment d’importance parce qu’on t’aime et qu’on n’oubliera jamais de te le souhaiter. Et c’est vrai que c’est drôlement chouette d’avoir son anniversaire parce qu’on fait un bon repas et qu’on m’offre tout plein de cadeaux.

    En plus, cette année, c’est la première fois qu’on le fête à Nazareth. Je sais plus si je vous ai déjà parlé de Nazareth, mais c’est la ville en Galilée où on est venus s’installer en revenant de l’étranger, parce que papa a rêvé de ne pas trop retourner en Judée. Et donc, pour fêter notre retour d’Égypte, tous mes cousins sont venus et même ma mamie Anne et mon papy Joachim qui passent leur temps à s’embrasser (c’est dégoutant mais je les aime bien quand même, surtout que c’est mamie Anne qui a appris toute seule à lire à maman). Il a failli manquer ma tante Élisabeth et mon oncle Zacharie, mais ils ont frappé à la porte juste quand maman et moi on terminait de mettre le couvert sur la table que papa a fabriquée exprès pour l’occasion.

    Comme j’étais drôlement content que ma marraine arrive, j’ai traversé la maison en courant pour être le premier à leur ouvrir. En passant, j’ai quand même entendu un oncle dire à papa comme il est gentil et serviable ton fils… J’avais à peine ouvert la porte que mon cousin Jean-Baptiste s’est mis à sauter de joie dans tous les sens. Je sais pas trop ce qu’il a, mais ça lui prend à chaque fois qu’il me voit et je me demande parfois s’il ne perd pas un peu la tête.

    – Vous avez fait bonne route ? papa a demandé derrière moi en arrivant.

    – M’en parle pas ! mon oncle Zacharie a répondu en faisant en même temps une tête de quelqu’un plutôt content d’en parler. Figure-toi qu’à cause de travaux ils nous ont collé une déviation par Capharnaüm, ça nous a quand même rallongé d’une journée ! C’est de pire en pire, je te jure… Les Romains et la circulation, c’est vraiment pas ça.

    Et c’est vrai qu’il avait l’air rudement embêté par cette histoire de déviation de Capharnaüm. Il paraît que cette ville c’est toujours le souk mais que je verrai bien quand j’irai à l’école là-bas.

    – Comme tu as grandi, mon petit Emmanuel ! m’a dit ma tante Élisabeth en me décoiffant complètement avec sa main.

    J’ai jamais tellement compris pourquoi, elle est la seule de mes tantes à m’avoir toujours appelé par mon deuxième prénom. Peut-être parce qu’elle veut me rappeler que comme elle est ma marraine elle n’oublie pas à quel point je suis spécial pour elle. Mais heureusement, maman est arrivée et elle a laissé mes cheveux tranquilles à la fin.

    Avec Jean-Baptiste, on s’est enfuis rapidement et on a vu papa et tous les autres faire pareil, parce que quand maman et sa cousine Élisabeth se retrouvent, elles passent toujours trois heures à se saluer et à réciter des prières. En plus, ça m’arrangeait un peu de retourner dans ma chambre pour finir de m’habiller. Jusqu’ici, comme j’aidais papa et maman à préparer le déjeuner, j’avais juste mis une tenue de service avec un linge autour de la taille. Mais là, fini de faire le guignol : il fallait que je sois tout beau. Mon cousin a bien essayé, comme à chaque fois, de m’attacher les sandales, mais je me suis pas laissé faire.

    – Et puis quoi encore ? je lui ai dit.

    Du coup, il est parti bouder dans son coin en marmonnant tout seul et en mâchonnant une sauterelle qui trainait au fond de sa poche. Il est vraiment bizarre, mon cousin Jean-Baptiste.

    Mais sa mauvaise tête n’a pas duré très longtemps, parce qu’on nous a assez vite appelés pour le déjeuner. Tout le monde s’est assis autour de la grande table toute neuve recouverte avec une nappe bleue avec des étoiles dessinées dessus.

    L’oncle Zacharie qui est un bavard terrible (on m’a dit qu’il n’a pas toujours été comme ça et qu’à une époque il ne parlait même pas du tout, mais j’ai quand même du mal à y croire) il s’est extasié devant le travail très chouette de papa. Il en a profité pour raconter qu’il venait d’acheter un modèle à un marchand venu d’assez loin, dans le Nord-Ouest je crois, une table à monter soi-même, et qu’il lui a fallu presque une journée complète pour y arriver.

    – Ces meubles venus de Scandinavie, c’est quand même pas tout à fait ça ! On dira ce qu’on veut, c’est vraiment pas dans leur culture et je doute qu’ils soient un jour doués dans le domaine…

    Maman m’a demandé de bénir le repas avant qu’on commence à manger, pendant que Jean-Baptiste faisait le guignol en posant sa tête au milieu d’un plateau ou en aspergeant tout le monde avec l’eau de son verre. Moi, j’ai pris le pain, je l’ai béni un peu et je l’ai rompu pour le distribuer à tout le monde. Les autres m’ont regardé faire en silence et c’est vrai que ça faisait une scène terrible ! Je pense que je vais m’entraîner pour le refaire de temps en temps avec les copains.

    Les grandes personnes ont raconté encore l’histoire de ma Nativité. Il faut dire que ma naissance, je ne sais plus si je vous l’ai raconté ça aussi, mais ça a dû être un sacré drôle de bazar, même si je m’en souviens pas du tout : le recensement, les auberges de la ville qui étaient pleines, l’étable, les bergers qui ont débarqué d’un seul coup… Cette histoire plait tellement que j’ai l’impression qu’on n’a pas fini de la raconter à tout le monde.

    Maman avait préparé plein de lait et de miel, et puis aussi du pain de poisson comme j’aime bien. Au début elle avait eu l’idée de faire un méchoui, mais à force qu’on m’appelle mon agneau tout le temps je finis par ne pas tellement aimer qu’on mange du mouton. Même à la Pâque, ça me fait toujours pleurer. Et puis il y avait plein de petits plats drôlement bons avec plein d’aromates et du sel qu’on pouvait rajouter dessus si on voulait (j’aime bien le sel), parce que l’homme ne se nourrit pas seulement de pain, c’est vrai quoi, zut, flûte, nom d’un chien !

    Un peu plus tard, maman m’a demandé :

    – Tiens, Jésus mon agneau, on n’a plus de vin à table, tu pourrais aller en chercher ?

    Et moi, ça m’a quand même bien ennuyé qu’elle me demande ça à ce moment-là, alors je lui ai répondu :

    – Tu sais Maman, mon heure n’est vraiment pas encore venue…

    Et puis on a éteint les lumières et on a apporté le gâteau en forme de bûche que papa aime bien (c’est lui qui a eu l’idée, et je suis sûr qu’un jour tout le monde va le copier), avec des bougies qui faisaient comme des langues de feu dessus, et tous les invités se sont mis à chanter : « Joyeux a-a-a-a-a-a-a-a-a-a-a-a-a-a-a-an-niversaire ! » Je trouve ça très bête, ces voyelles répétées seize fois comme ça en milieu de mot. J’espère que ça ne va pas devenir une tradition.

    Près de la table, il y avait un sapin avec une étoile accrochée au-dessus (j’aime bien mettre des étoiles partout le jour de mon anniversaire) et plein de cadeaux déposés en dessous. Il y avait un nouveau lit construit spécialement par papa, pour remplacer la paille qui me sert de couchette depuis des années. Maman m’avait aussi fait un petit oreiller très chouette, avec un épis de blé et une grappe de raisin brodés en point de croix dessus. Elle a dit qu’il fallait que j’en profite bien parce qu’on ne sait jamais ce que la vie réserve et que tu n’auras peut-être pas toujours quelque part où reposer ta tête, mon fils. Et puis il y a aussi le cadeau de mon papy et de ma mamie : un ânon et un veau, pour réchauffer ma chambre. Mes trois parrains de l’étranger m’avaient aussi envoyé des cadeaux. Là, pas trop de surprise : c’était les mêmes que d’habitude (des petites barres d’or, des bâtons d’encens et une boîte de myrrhe). Je les range dans un coin depuis des années, mais je ne sais pas tellement quoi en faire même si je leur écris toujours pour bien les remercier.

    – C’est trop gentil, mais il ne faudrait pas qu’à la longue tous ces cadeaux nous fassent perdre le vrai sens de la fête ! a dit maman.

    Moi, je trouvais ça plutôt chouette quand même de recevoir plein de cadeaux comme ça, et même je me disais que ce serait une drôlement bonne idée d’imaginer une fête pour s’en donner encore tout plein à un autre moment de l’année, mais je n’ai rien dit parce que j’ai bien senti que ce n’était pas tellement le moment de faire le malin, c’est vrai quoi, sans blague…

    A la fin de la journée, on s’est tous drôlement embrassés en se disant plein de soyez prudents sur la route et tu nous écris tout de suite en arrivant, hein !

    Mais ce qui est rudement bien, c’est qu’on revoit tout le monde dans quinze jours pour tirer les rois tous ensemble ! C’est une autre espèce de tradition que j’aime bien dans la famille parce que c’est toujours moi qui trouve la fève et qui suis le roi. Sauf que l’année dernière un cousin avait remplacé la couronne en carton par une autre pleine d’épine, et moi je me suis fait très mal mais j’ai été très courageux et je n’ai même pas pleuré. J’espère que c’est la dernière fois que quelqu’un aura une idée pareille : j’ai trouvé ça complètement nul.


    Et pour ceux qui l’auraient manquée, la toute première aventure du Petit Jésus

    Source : L'anniversaire du petit Jésus – Edmond Prochain https://edmondprochain.wordpress.com/2010/12/27/lanniversaire-du-petit-jesus/



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mer 28 Nov - 20:32




    Une lettre de Noël de la part de Dieu

    Mes chers enfants,

    Je sais que cela dérange plusieurs d’entre vous que des gens ne veuillent pas entendre prononcer mon nom à Noël. Vous avez peut-être oublié que je ne suis pas né à ce temps-ci de l’année, et que ce sont vos prédécesseurs qui ont décidé de remplacer la célébration d’une fête païenne par une commémoration de ma naissance, bien que je me réjouisse chaque fois qu’on pense à moi.Toute personne qui a une famille peut comprendre mon optique de cette célébration. Le nom de la fête m’importe peu. Si vous voulez célébrer ma naissance, faites-le, tout simplement, en vous aimant ardemment les uns les autres.

    Cela dit, j’aimerais vous offrir ces quelques conseils.

    Si le fait que la ville interdit les crèches sur les places publiques vous déplaît, vous n’avez qu’à enlever le père Noël et les rennes de devant chez vous pour les remplacer par une scène de la Nativité. Si tous mes enfants faisaient cela, il n’y aurait aucun besoin d’une crèche à l’Hôtel de Ville parce qu’elles se trouveraient partout.

    Cessez de vous perturber du fait qu’on a changé le nom des arbres de Noël pour les appeler des arbres des Fêtes. Je suis le Créateur de tous les arbres. Vous pouvez penser à moi chaque fois que vous en voyez un. En fait, vous pouvez décorer une vigne, si vous le voulez. C’est une bonne idée, puisque j’ai utilisé la vigne pour décrire la relation qui nous lie l’un à l’autre, et pour expliquer nos tâches respectives. Si vous avez oublié cet enseignement, vous pouvez le trouver dans Jean 15.1-8, dans la Bible.

    Si vous voulez m’offrir un cadeau en rappel de mon anniversaire, voici ma liste de souhaits.

    1. Plutôt que d’écrire des lettres pour vous plaindre de la façon dont on célèbre mon anniversaire, écrivez plutôt des lettres qui expriment l’amour et l’espérance aux soldats à l’étranger. Ils se sentent très seuls à ce temps-ci de l’année et ils ont terriblement peur. Je le sais. Ils me le disent tout le temps.

    2. Rendez visite à quelqu’un dans un centre de soins prolongés. Vous n’avez pas besoin de les connaître. Ils ont tout simplement besoin de savoir que quelqu’un s’intéresse à eux.

    3. Plutôt qu’écrire à « George » pour vous plaindre du message contenu dans la carte de souhaits qu’il a envoyé à ses employés, pourquoi ne pas lui écrire pour lui dire que vous allez prier pour lui et sa famille cette année? Et faites-le… j’aimerais bien prendre de vos nouvelles.

    4. Plutôt que de donner à vos enfants des cadeaux inutiles au prix trop élevé, passez du temps avec eux. Racontez-leur l’histoire de ma naissance et expliquez-leur pourquoi je suis venu parmi vous. Serrez-les dans vos bras et dites-leur combien je les aime.

    5. Choisissez de pardonner à une personne qui vous a offensé.

    6. Savez-vous qu’un membre de votre communauté tentera le suicide ce Noël parce qu’il se sent seul et sans espoir? Comme vous ne savez pas de qui il s’agit, accueillez chaleureusement chaque personne sur votre passage. Cela pourrait tout changer!

    7. Plutôt que de critiquer le marchand qui a baptisé cette fête autrement, soyez patients avec ses employés. Offrez-leur un beau sourire et des paroles gracieuses. Même s’ils n’ont pas le droit de vous souhaiter « Joyeux Noël », rien ne vous empêche de le faire. Et cessez de vous rendre à ce magasin le dimanche. Si le magasin ne vendait rien ce jour-là, il fermerait ses portes et offrirait à ses employés une journée de congé à passer en famille.

    8. J’aime beaucoup celui-ci. Il y a des personnes et même des familles entières qui n’auront ni arbre de « Noël », ni cadeaux à offrir ou à recevoir. Si vous ne les connaissez pas (et c’est tout probablement le cas), achetez donc quelques denrées et quelques cadeaux pour les offrir à l’Armée du salut ou à la banque alimentaire. Ils se chargeront de les livrer pour vous.

    9. Finalement, si vous voulez vous afficher comme quelqu’un qui croit en moi et m’est fidèle, agissez comme un chrétien. Ne faites rien en secret que vous ne feriez pas en ma présence. Laissez les gens savoir par vos actes que vous m’appartenez.

    P.S. Rappelez-vous que je suis Dieu, et que je sais très bien me défendre. Aimez-moi, faites ce que je vous dis de faire et je m’occuperai du reste. Relisez cette liste et mettez-vous au travail. Le temps est court. Je vous aiderai, mais c’est à vous d’agir. Et passez un Noël des plus bénis avec toutes les personnes qui vous sont chères. Je vous aime. Ne l’oubliez jamais.

    Trouvé dans un fichier de Noël et soumis par Jeremy Mahood, auteur inconnu






    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Ven 30 Nov - 16:38


    Survivre à un Noël solitaire

    Vous vous sentez déprimé ce Noël? Sachez que vous n’êtes pas seul. Plusieurs personnes souffrent dans leur âme, malgré les cantiques, les fêtes, les cadeaux et les meilleurs vœux. Peut-être figurez-vous parmi eux. Je sais que j’étais des leurs.

    Une année a été particulièrement pénible. Ma femme m’avait divorcé après 20 ans de mariage, mon employeur m’avait congédié, et j’avais passé des tests pour le cancer. En retournant à mon foyer un soir, j’ai entendu une musique de Noël féérique à la radio. Le profond sentiment de mélancolie qui m’a envahi témoignait du fait que je souffrais toujours de sentiments d’abandon et de deuil. Ce n’était guère amusant.

    Noël bleu

    Les peines d’amour, les conflits familiaux ou la perte d’un être cher peuvent faire des Fêtes un temps déprimant. Blue Christmas (Noël bleu) était l’une des chansons de Noël les plus populaires d’Elvis Presley. Cette chanson, qui pleure la perte de l’amour, a été reprise par tant de chanteurs — les Beach Boys, Céline Dion, Loretta Lynn et Jon Bon Jovi, pour n’en nommer que quelques-uns.

    La seule pensée de cette chanson peut nous déprimer. Bien sûr, nous pouvons trouver sur YouTube une version comique de la chanson… Mais attendez d’avoir terminé cet article avant d’aller la trouver, d’accord ?

    Pourquoi tant de gens sont-ils tristes à Noël ?

    Un surplus d’activité ou des dépenses élevées peuvent être des causes de stress financier, émotif ou physique. Le retour sur le passé peut aussi nous attrister, surtout lorsque nous vivons le regret ou le deuil.

    Le psychologue Michael Spevack de l’université McGill dit ceci : « La suralimentation et la surconsommation, combinées à un manque de sommeil, peuvent causer des sauts d’humeur extrêmes(1). » La dépression peut entraîner des pensées de suicide, surtout chez les personnes qui vivent dans l’isolement.

    La chaise vide

    Votre famille ne se réunira pas cette année, soit par choix, soit par nécessité? Une chaise vide sert-elle de rappel de votre peine? La joie des Fêtes offre-t-elle un contraste pénible à votre angoisse profonde ?

    Une veuve a partagé ceci au sujet de son premier Noël après le décès de son mari : « Je m’intéressais à très peu. Je ne voulais pas entendre de cantiques de Noël. Je ne voulais pas qu’on me remonte le moral. Je ne voulais pas regarder les cartes de Noël. Je voulais tout simplement la même chose que je voulais depuis huit mois : la force de sortir du lit le matin, me brosser les dents et manger(2). »

    Une autre cause possible de la dépression à ce temps de l’année serait la dépression saisonnière. Selon la clinique Mayo, la génétique, l’âge et la chimie du corps seraient à la source de ce malaise. Cette clinique suggère aux personnes qui souffrent de dépression ou d’un manque de motivation persistant d’en parler avec leur médecin. Les symptômes de la dépression saisonnière sont une perturbation de sommeil ou d’appétit, des sentiments de désespoir, la contemplation du suicide, ou le désir de fuir la réalité en se tournant vers l’alcool(3).

    Survivre aux Fêtes

    Comment gérer sa solitude à Noël? Voici quelques suggestions :

    • Invitez des amis chez vous. Cherchez à passer du temps avec des personnes qui ont le don de vous encourager. Leur joie de vivre sera peut-être contagieuse.
    • Faites de l’exercice régulièrement. Cela peut vous changer les idées.
    • Manger comme il faut. Attention au sucre! Si la suralimentation peut donner un certain sentiment de bien-être temporaire, elle a aussi son côté négatif : le surpoids n’a rien de réjouissant.
    • Allumez les lumières! Sortez en plein soleil autant que possible. Éclairez votre maison et votre bureau. Il semble exister un lien entre la dépression saisonnière et un manque de soleil.
    • Établissez un budget, et respectez-le. Évitez à tout prix le choc des factures de janvier.
    • Exprimez vos sentiments. Lorsqu’on les étouffe, ils peuvent causer de l’anxiété, des ulcères, la mauvaise humeur et même la violence. Vous avez besoin de trouver un ami compatissant et fiable? Pourquoi ne pas remplir le formulaire ci-dessous pour communiquer avec l’un de nos bénévoles?
    • Donnez aux autres. Faites du bénévolat. Le docteur Stephen Post affirme que donner est essentiel à une santé physique et mentale optimale. Il dit que certains médecins en Californie prescrivent le bénévolat à leurs patients(4).
    • Cherchez conseil. J’hésitais à chercher conseil auprès d’un thérapeute par le passé. Mais aujourd’hui, j’encourage les gens à faire appel à ces professionnels de la santé. Nous pouvons tous profiter d’aide lorsque nous passons par des moments difficiles.
    • Approfondissez votre relation avec Dieu. Je suis si content que je connaissais Dieu avant de passer cette période sombre de ma vie. Il a été mon plus grand consolateur.


    Vous n’avez pas à souffrir en solitude ce Noël. Nous sommes là pour vous. Si vous avez besoin de parler avec quelqu’un, sachez que nos accompagnateurs bénévoles sont prêts à accueillir vos propos avec compassion, en toute confidentialité.

    Notes :

    1. “Christmas Holiday Depression,” 18 December 2005; www.medicalnewstoday.com.
    2. Mary Cartledgehayes, “Blue Christmas – Grieving Through The Holidays,” Christian Century, December 27, 2003; www.findarticles.com.
    3. “Seasonal affective disorder (SAD),” Mayo Clinic Staff, September 24, 2007; www.mayoclinic.com.
    4. Stephen Post, PhD., and Jill Neimark, Why Good Things Happen to Good People (New York: Broadway Books, 2007).


    Source : Survivre à un Noël solitaire




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Ven 30 Nov - 19:26

    Le vendredi 30 novembre

    La Guignolée des médias: pour sauver les paniers de Noël


    Les traditionnels paniers de Noël de Moisson Québec, distribués depuis 30 ans aux familles défavorisées, sont menacés par la pénurie de denrées qui frappe les comptoirs alimentaires.

    La Guignolée des médias se tiendra cette année le jeudi 6 décembre à l’heure de pointe du matin, dans plusieurs dizaines d’intersections routières de Québec et Lévis.

    À l’occasion du lancement mardi de la collecte de fonds, la directrice générale de Moisson Québec, Élaine Côté, a souligné l’urgence d’agir pour regarnir les différentes banques alimentaires de la région.

    À l’heure actuelle, Moisson Québec n’a pu recueillir qu’une faible quantité de denrées non périssables. Pas assez pour espérer donner des denrées supplémentaires aux 123 organismes locaux accrédités afin qu’ils confectionnent des paniers de Noël. La participation de la population à la Guignolée des médias est plus que jamais importante, a fait valoir Mme Côté.

    En plus de donner des sous ou des denrées aux 700 bénévoles qui seront présents dans les rues, la population pourra soutenir Moisson Québec en se procurant des pâtés à la viande signés La boucherie Le Boucan, mis en vente dans les Maxi au coût de 12 $. Tous les profits de cette vente seront remis à Moisson Québec.





    Isabelle Mathieu


    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Dim 2 Déc - 18:03


    Réflexion pour Noël

    «Joyeux Noël», voilà un souhait que nous recevrons et que nous formulerons. Il fait partie de la tradition, pour cette journée que nous voulons différente des autres.

    Cette joie est soutenue par plusieurs éléments, où les décorations, les chants et les réjouissances, créent une ambiance qui ne se retrouve pas les autres jours de l'année. Si l'on ajoute à cela l'aspect festif des liturgies, on trouve de quoi nous réjouir, extérieurement du moins.

    Malgré cet ensemble, où l'aspect festif devrait inviter à vivre la joie avec d'autres, certains ont moins le coeur à la fête. La perte d'un être cher, d'un emploi ou la situation d'une vie familiale qui s'est détériorée, viennent gâter la fête. La joie de Noël peut-elle être encore possible ? À en croire Saint Paul, qui vivait une paix et une joie intérieure au coeur de ses tribulations, il est possible de vivre non seulement une sérénité mais aussi une joie cachée. «Soyez toujours dans la joie», disait l'Apôtre aux Philippiens (4,4).

    C'est surtout ce Noël de joie intérieure que nous vous souhaitons, une joie que nous avons à découvrir, qui nous fait vivre. Nous, les chrétiens qui cultivons une spiritualité, nous croyons qu'elle vient d'en haut, qu'elle est divine, qu'elle nous a été révélée par quelqu'Un qui ne s'est pas démenti de toute sa vie.

    Jésus, né à Bethléem, que nous célébrons ce 25 décembre. Il nous a invités à entretenir cette joie par une vie intérieure complétée par des oeuvres de justice, d'amour et de partage. Très Joyeux Noël !


    Jean-Guy Paradis, prêtre



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Lun 3 Déc - 17:12


    Tout seul à la maison pour Noël

    Noël est censé être « le moment le plus merveilleux de l’année ». Mais que faire quand ce n'est pas le cas?

    Les cartes et les chants de Noël nous disent que Noël est censé se passer avec des êtres aimés, dans la paix et l’harmonie. Ah! Si seulement les problèmes de la vie se réglaient en écoutant attentivement les chansons qui passent à la radio, ce serait vraiment plus facile!

    Si vous passez la période des Fêtes seul, le mois de décembre peut être le mois le plus long de l’année. Si quelqu’un est absent de la fête cette année, si un membre de la famille est gravement malade, si un manque d’argent vous tient éveillé la nuit, il se peut fort bien que vous vous disiez, comme le Grincheux, « Je dois trouver une façon d’empêcher l’arrivée de Noël! » Parfois, il vaut mieux choisir de ne pas fêter Noël. Mais la plupart du temps, cette fête est impossible de l’ignorer. Noël arrive, qu’on le veuille ou non. Comment affronter une célébration qui n’est plus comme elle était par le passé?

    Si vos circonstances ont changé, rappelez-vous que vos plans et vos traditions peuvent aussi changer. Parfois, il est difficile d’expliquer ce besoin de changement aux membres de sa famille. Mais si vous ne vous sentez pas en mesure de participer à une célébration familiale, osez expliquer poliment que vous ne pouvez pas y assister cette année. Vous pouvez décider de la meilleure manière de célébrer cette fête pour vous. Rien n’est coulé dans le béton.

    La célébration de Noël peut prendre différentes formes. Choisissez celle qui vous convient le mieux. Peut-être déciderez-vous de prendre un repas tranquille seule à la maison ou au restaurant. Peut-être saisirez-vous l’occasion d’acheter de nouveaux ornements pour éviter les souvenirs liés aux anciens. Peut-être choisirez-vous plutôt de partir en voyage. C’est à vous de décider.

    Si ce Noël n’est pas comme les autres, si la maison est trop tranquille, voici quelques idées à essayer seul pour égayer cette saison des Fêtes :


    Décorez la maison

    Même si vous allez être seul à la voir, prenez la peine de décorer votre maison. Décorez un arbre de Noël à votre guise. Préparez des biscuits de Noël. Écoutez les cantiques de Noël en chantant à tue-tête. Une des choses les plus difficiles dans le fait de passer Noël toute seule consiste à ressentir que tout le monde sauf vous est en train de passer un bon moment. Trouvez des moyens de passer du bon temps seul.


    Prévoyez une activité inhabituelle

    Il n’y a rien de pire que d’entendre les plans enthousiastes des autres pour Noël et de n’avoir rien prévu soi-même. Si vous n’avez pas de plans solides pour les prochaines semaines, il est temps de vous y mettre maintenant. Prévoyez de vous faire plaisir de manière vraiment spéciale. Cela va non seulement améliorer vos fêtes, mais cela va aussi vous donner une bonne réponse à la question tant redoutée « Et vous, que faites-vous pour Noël? » Une journée au spa, un séjour ailleurs, ne sont que quelques idées à considérer.


    Passez la journée avec d’autres personnes

    Si l’idée de demeurer seul vous déprime, trouvez une manière de passer du temps avec d’autres personnes à Noël. Si vous avez des amis qui seront seuls pour Noël cette année, organisez un dîner chez vous pour tout le monde. Si vous voulez aider quelque part, il y a partout des organismes qui ont besoin de bénévoles pour le jour de Noël. Quel que soit votre choix, assurez-vous d’avoir quelqu’un à qui souhaiter « Joyeux Noël! »


    Accordez-vous quelques instants de calme

    La raison pour laquelle on est seule à Noël est quelquefois une raison triste. Si c’est le cas pour vous cette année, accordez-vous la permission d’être triste. Si vous n’avez pas envie de participer à certaines activités de Noël, déclinez les invitations poliment. Noël a sa manière de transformer le monde en un monde imaginaire où tout le monde est censé être heureux et où tout est merveilleux. Résistez au désir d’arborer un sourire hypocrite pendant tout le mois de décembre.

    C’est peut-être tentant d’éviter la fête complètement, mais je t’encourage à ne pas faire cela. Derrière tous les excès de la saison se trouve une célébration simple et paisible à préserver.

    Noël existe parce qu’un bébé exceptionnel est né dans une étable il y a 2000 ans. Cela a débuté avec deux parents épuisés après un long voyage, pris au dépourvu, et devant trouver un lieu tranquille pour la naissance de leur fils. Ce premier Noël était des plus simples, mais aussi des plus inouïs, car ce jour-là le Fils de Dieu a fait son entrée dans le monde.

    Quelles que soient vos circonstances, n’oubliez pas que Noël est avant tout une célébration de l’espoir, une célébration du Dieu qui promet d’être toujours avec nous.

    Vous n’avez pas à passer ce Noël seul. Dieu est là !


    Source : Mes défis, j'en parle




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mar 4 Déc - 20:53


    Transmettre les vraies valeurs de Noël aux enfants

    Ça y est, le compte à rebours est lancé, et nous commençons à voir fleurir un peu partout lumières, décorations, et pères noël en tous genres ! Période chérie des enfants et plus stressante pour les parents, nous avons parfois l’impression qu’elle a perdue de son sens… Alors, avant de vous lancer dans la course effrénée aux cadeaux et repas, posez-vous cinq minutes, et souvenez-vous des vraies valeurs de Noël…

    A la base Noël, c’est quoi ?

    Dans nos têtes, c’est parfois un peu confus : à la fois une célébration religieuse, une fête familiale, une fête communautaire et fête marchande. Explications.

    Au commencement, c’est une fête chrétienne : la naissance de Jésus. Indépendamment de ce que chacun peut penser ou croire, cette naissance a marqué notre culture occidentale. 

    Ainsi notre calendrier démarre avec la naissance de Jésus. Le 25 décembre, tous les chrétiens de la Terre célèbrent, plus que l’anniversaire d’une naissance, la venue sur terre d’un messie, ainsi que le raconte la Bible. Même si la date exacte de la naissance de Jésus n’est pas connue de façon précise, c’est le pape Julien, en 350, qui la fixa au 25 décembre.

    Puis, de fête religieuse, Noël est devenu, au fil des siècles, une fête familiale : moment privilégié pour se rassembler en famille, la plus proche et la plus éloignée, toutes générations confondues. Cette fête, par toutes ses formes d’expression, crée des souvenirs communs et entretient le sentiment d’appartenance à une famille. Au XX siècle, nouvelle évolution marquante : avec la place grandissante de l’enfant dans la famille, Noël est devenu une fête pour les enfants : nuit magique où les voeux des enfants sont exaucés. Ce qui a amené à une fête également de plus en plus commerciale, en effet l’équation entre Noël et cadeaux se fait rapidement.

    Or, au-delà des messages de consommation dont nous sommes inondés, il y en a un autre à transmettre pour expliquer Noël aux enfants…

    Nous, les adultes, nous avons perdus la magie de Noël…

    Et nous ne sommes donc plus capables de la transmettre aux enfants ! Pourtant, cette magie nous concerne à tous… Mais paradoxalement, durant ce temps des fêtes qui devrait être celui du repos, du partage et de l’amour, beaucoup d’entre nous ont la formidable habileté de se créer toutes sortes d’obligations là où il n’y en a pas ! On met tant d’efforts à tout préparer comme il faut, à recevoir comme si notre vie en dépendait, à vouloir tout contrôler, à mettre toute son énergie pour que les choses, et parfois aussi les gens, soient exactement comme on voudrait qu’ils soient. On tente de se diviser en quatre pour répondre à toutes les demandes qu’on reçoit. Et toutes ces obligations de voir en une semaine tous ceux qu’on ne voit pratiquement jamais les 51 autres semaines de l’année, finissent par faire perdre toute la magie de ce moment de l’année.

    Or, si nous étions vrais avec nous-mêmes, complètement authentiques, on ferait des choix différents. On choisirait avec soin les personnes avec qui on veut vraiment passer du temps pendant cette période, des personnes qui nous rappellent la bonté et l’amour que nous avons le goût de vivre au quotidien. Si nous étions complètement vrais, on oserait plus souvent dire non à ce qui ne nous tente pas vraiment. On écouterait davantage le besoin de repos et de plein air de notre corps. On arrêterait de courir d’une place à l’autre, de faire tous les excès en 10 jours !

    Et si cette année, le meilleur cadeau était simplement notre présence ? Si, à la place de ce besoin inutile de contrôle et de perfection, on mettait plutôt nos efforts à créer de la magie dans nos actions et dans nos relations, à poser le petit geste qui fait toute la différence, à offrir un sourire gratuit, à écrire un petit mot plein de reconnaissance ou d’amour, à organiser des chasse aux trésors plutôt qu’à trouver le cadeau parfait… Si au lieu de conversations superficielles, on apprenait à mieux connaître les gens qu’on croit connaître depuis longtemps, avec des questions différentes, une écoute différente, une ambiance spontanée plutôt que planifiée au quart de tour ? Que croyez-vous que les gens vont retenir : la propreté de votre maison, le repas, les cadeaux ou la magie du moment, le plaisir, la folie des fous rires, l’amour partagé, les émotions touchantes ? Vos plus beaux souvenirs sont-ils liés à un objet ou à un moment magique ?

    Comment transmettre la magie aux enfants ?

    Ainsi, pour transmettre la vraie magie de Noël aux enfants, c’est à dire tout simplement l’amour, la simplicité, le partage, le bonheur d’être ensemble ( bien plus que les cadeaux ) il faut commencer par y croire ! Ce qu’on transmet le mieux, c’est ce qu’on vit soi-même au plus profond de soi. Si l’on n’y croit pas, l’enfant le sait. Certes, de nombreuses familles sont en conflit, sont séparées, déchirées… mais on peut toujours créer cet esprit de Noël entre soi et ses enfants. Cette période est réellement magique, et de nombreuses petites actions peuvent alimenter cette magie :

    Partager : Noël c’est le partage. On trouve donc beaucoup d’associations qui encouragent soit à donner une petite pièce soit à acheter un paquet de pâtes en plus, soit à donner un jouet. Alors, avant les fêtes, faites le tri dans les jouets de votre enfant et accompagnez-le les donner à une association, en lui expliquant qu’ils feront le sourire d’un autre enfant. Vous verrez qu’il en tirera un grand plaisir, lui montrant ainsi qu’il est parfois plus important de donner que de recevoir.

    Rêver : Le point de départ pourrait être un conte ou un film de Noël. Les histoires se ressemblent un peu : dénouement heureux d’une histoire triste, l’apparition d’un espoir inattendu, arrivée de cadeaux imprévus, le bonheur de se retrouver ensemble, et surtout la place faite aux rêves. Profitons de cette période pour réfléchir ensemble à la joie de recevoir, au bonheur de faire plaisir et aux rêves de chacun !

    Offrir avec du sens : Notre société de surconsommation a bien évidemment contribué à la perte du sens de Noël. Car oui c’est une occasion de s’offrir des cadeaux, mais des cadeaux qui ont du sens, pas des cadeaux que l’on se sent obligé d’offrir parce que “ c’est Noël “ et qu’on galère à trouver pour chaque membre de la famille. Les vrais cadeaux sont ceux fait avec le cœur. Ainsi, organisez des petits ateliers créatifs durant le mois de décembre, durant lesquels vous pourrez confectionner des cartes, des sablés, des décorations maisons… Des cadeaux qui ont du sens !

    Se réunir : Cette période est faite pour vous donner le temps de vous retrouver en famille, alors faites-le ! Mais pas en courant ou en faisant la vaisselle pour le prochain service, non, en passant de vrais moments de qualité ensemble. Asseyez-vous tous dans le salon, mettez une playlist de Noël, échangez, lisez-vous un mot, regardez un spectacle préparé par les enfants, un diaporama photo, ou encore faites un jeu tous ensemble. Sans écrans, sans stress… Juste ensemble dans le partage.

    La vie est un cadeau, savourez-là.



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mer 5 Déc - 18:11


    Noël: une vieille histoire

    Noël, c’est de l’histoire ancienne, surtout dans le Québec de l’inculture religieuse où elle est devenue aussi ignorée que l’histoire des découvreurs et des bâtisseurs du pays.

    Le sens premier de Noël est encore, pour des milliards de chrétiens sur la terre, la naissance de l’enfant Dieu, mais non pas pour toutes les générations qui n’ont pas reçu d’éducation religieuse, même pas un enseignement de l’histoire des religions.

    Noël ressemble en quelque sorte aux sacres (jurons). Le vocabulaire québécois fait la part belle à des termes tels que «crisse, câlisse, ciboire, tabarnak ou ostie», mais une majorité de ceux qui les utilisent seraient incapables d’en donner le vrai sens.

    Langage incompréhensible


    Durant cette période des Fêtes, les chants de Noël envahissent les ondes. Il est question du petit Jésus qui est né, des anges, des rois mages, de la Sainte Vierge, de la crèche et de l’homme Dieu descendu jusqu’à nous. Pour un très grand nombre, tout cela est un charabia hermétique. Or, la vie dans des sociétés d’origine chrétienne se déroule selon un calendrier liturgique qui souligne les temps forts de la vie de Jésus, comme Noël et Pâques.

    Ces fêtes sont désormais insignifiantes au sens propre du terme, sauf pour les croyants. Au Québec, les catholiques sont réduits à une peau de chagrin et si la pratique se situe autour de 15 %, c’est qu’elle bénéficie de l’apport des catholiques immigrants. Chez les moins de 35 ans, la pratique se situe autour de 6 %. Cette évolution – ce progrès, selon les antireligieux si tonitruants chez nous –, dans une société où 83 % de la population est culturellement catholique, explique aussi l’érosion de l’identité québécoise.

    Nombre de parents se gardent bien de raconter l’histoire du bébé de la crèche à leurs enfants, car ils n’y croient pas eux-mêmes. D’autres ou les mêmes refusent à leur progéniture la possibilité de rêver au père Noël. Or, Noël comporte une dimension symbolique qui incite les gens à organiser des réjouissances, à vivre ou à mimer avant tout la joie des retrouvailles familiales. En d’autres termes, à théâtraliser le temps d’une journée un repas traditionnel qui nous enracine avec ou sans dimension religieuse.

    L’histoire actuelle


    Nous sommes, au Québec, en très grande­­ majorité des catholiques socio­logiques. Notre conception de la vie, du bien et du mal, nos rites, nos valeurs humanistes­­, les préceptes «aimez-vous les uns les autres», «que celui qui est sans péché lui lance la première pierre», «malheur à celui qui scandalise un enfant» sont extraits des textes évangéliques. L’histoire de la naissance de Jésus dans une humble étable, parce que les parents Marie et Joseph, des réfugiés en fuite, n’ont trouvé personne pour les loger­­, n’est-ce pas une histoire d’une actualité­­ brûlante? Celle des Syriens d’Alep en fuite vers l’inconnu. Des bébés naîtront – ou sont déjà nés depuis quelques jours – sans feu ni lieu, tout comme Jésus. N’est-ce pas pédagogique de raconter cette histoire à nos enfants qui choisiront un jour de croire ou non que ce bébé est devenu le Messie des chrétiens?

    Noël est un archaïsme pour ceux qui croient que l’homme est son propre dieu. La spiritualité avec ou sans Dieu est une dimension essentielle qui distingue l’homme de l’animal. En ce sens, l’histoire de Noël donne un sens à notre vie.


    Denise Bombardier
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Ven 7 Déc - 17:31

    7 décembre 2018

    Au Nebraska, une directrice d’école soulève une vive polémique en essayant de censurer Noël et finit en congé administratif

    Cadeaux, chants traditionnels et sucreries : une directrice d’école primaire souhaite censurer tout ce qui est en lien direct avec Noël.

    Aux États-Unis, la directrice d’une école primaire du Nebraska a pris une décision qui a suscité une vive indignation. Dans l’objectif d’être « inclusif et sensible à la culture de tous », Jennifer Sinclair a dressé, à l’intention des enseignants, une liste des objets censurés en ces jours de préparation de Noël. Si elle se dit « mal à l’aise », elle fait tout de même preuve d’une grande précision pour différencier les pratiques acceptables ou non.

    Parmi les éléments interdits figurent les pères Noël, les chants et musiques traditionnels, les cadeaux, le rouge, le vert, les rennes ou encore les films de Noël. Un autre élément banni suscite la colère sur les réseaux sociaux, poussant les internautes à parler de « radicalisation » et d' »échec de l’école publique » et appelant au licenciement de Jennifer Sinclair : les cannes à sucre. Selon la directrice, la forme de ces sucreries évoquerait le J de Jésus, le rouge représentant son sang, et le blanc sa résurrection. Face à ces traditions de fin d’année, la directrice propose des pratiques validées : parler des vacances, du chocolat chaud et du Yéti, voire même de Olaf de la Reine des neiges.

    ©️ Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page








    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Ven 7 Déc - 20:35


    Que représente Noël pour vous ?

    Que représente Noël pour vous ? La question peut sembler si simple et si compliquée à la fois. Pour la plupart d’entre nous, Noël symbolise nos rencontres familiales, la frénésie des achats et l’angoisse de nous assurer de bien choisir les cadeaux appropriés pour nos bien-aimés ou que tout soit parfait pour le repas. Dans l’effervescence de cette période de l’année, il nous arrive tous d’oublier le sens plus profond de Noël et de reléguer ce jour particulier à un événement festif comme un autre.  Mais Noël, c’est beaucoup plus cela. Il s’agit d’un événement unique qui…

    1. …transcende l’histoire !

    La naissance de Jésus surpasse, à sa façon, les autres événements de l’Histoire comme une borne, une ligne de démarcation. La chronologie de l’histoire de l’humanité, nous le savons, possède d’un avant et d’un après Noël ou, si vous préférez, d’un avant et d’un après la « naissance de Jésus ». La naissance et la venue de Jésus n’est pas le résultat d’un hasard historique ou d’un événement fortuit. Il s’inscrit dans un plan ou, si vous voulez, dans une stratégie bien élaborée tant au niveau du but que du moment.
    « … quand les temps furent accomplis Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme… afin de racheter…. » Gal. 4/4
    Il fallait faire quelque chose pour cette humanité en détresse, en souffrance et en désarroi. Le plan de Dieu n’était pas d’envoyer une escouade évangélique pour détruire la terre et ses habitants, mais d’envoyer son fils pour une mission de paix et de réconciliation. Les hommes étant en paix avec Dieu pourraient ainsi apprendre à être en paix entre eux. Voilà pourquoi les anges se sont écriés à la naissance de Jésus : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! ». La naissance d’un enfant avec tout ce que cela comporte de fragilité et de vulnérabilité, demeure une démonstration que le chemin pour changer les hommes ne passe pas par la force et l’affrontement mais par la douceur, la générosité et l’amour.

    2. … transcrit une bonne nouvelle !


    La naissance de Jésus transcrit de façon incontestable le désir profond du cœur de Dieu pour l’humanité. Dieu n’a pas oublié l’humanité. Elie Wiesel, prix Nobel de la paix 1986, est un survivant de l’holocauste, un rescapé d’Auschwitz. Dans les moments les plus sombres de sa vie, aux prises avec la souffrance et la privation, il arriva à cette triste constatation :
    «  Ce qui a été le plus dure, c’est de découvrir que j’avais été oublié et que personne n’avait pu croire que j’avais survécu. La plus grande des blessures c’est le sentiment d’abandon, l’impression qu’on nous a laissé tomber ».

    Cela est vrai pour tous ceux qui souffrent ou qui ont vécu des tragédies personnelles. L’impression d’être seul au monde, isolé, oublié. Néanmoins, la bonne nouvelle est que Dieu n’a pas abandonné, ni laissé tomber les hommes. Cela est vrai globalement et l’est tout autant individuellement pour chacun de nous. La vie n’est pas facile. Les gens nous oublient et nous déçoivent. La naissance de Jésus est la transcription vivante de la promesse de Dieu : je ne vous abandonnerai pas. Mais qu’est-ce que Dieu peut faire pour chacun de nous ? La réponse est donnée par Jésus lui-même lorsque, prenant le rouleau du livre du prophète Esaïe, il s’attribua ces paroles du prophète :

    L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. (Luc 4:18-19)

    Les problèmes de cette planète ne viennent pas de Dieu mais des hommes. La solution ne vient pas des hommes mais de Dieu. Cette bonne nouvelle est que Jésus est le Christ, le Sauveur de l’humanité. Il est venu afin de guérir ceux qui ont le cœur brisé, apporter la liberté et la délivrance et ouvrir les yeux de notre entendement afin que nous puissions voir et avoir la Vie qu’il désire pour nous.

    3. … transporte avec lui un message d’espoir !


    Cet événement de la naissance de Jésus est porteur d’espoir et de possibilité. Les bergers ont attendu la bonne nouvelle annoncée par les anges. Ils partent voir ce qui est arrivé! Ils deviennent des témoins de ce que Dieu avait promis.
    « Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres: Allons jusqu’à Bethlehem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. » Luc 2:15-16
    Il est étonnant en lisant l’histoire du récit de Noël de réaliser comment un acte aussi puissant a pris place dans le courant normal de la vie de tous les jours. En ces jours-là, les gens travaillent, vendent, achètent, transigent. La vie suit son cours et d’une façon totalement inattendue le miraculeux se produit au cœur des événements et des scènes de la vie quotidienne. Là, dans une crèche, un enfant nouveau-né devient l’espoir du monde. L’espoir d’un bonheur accessible ou d’un pardon possible. L’espoir d’une vie changée, d’une réconciliation qui pourrait se produire. L’espoir d’un dénouement merveilleux au cœur d’un scénario désespérant.

    Le message de Noël est que tout devient possible. Que tout peut arriver. Que Jésus rend les choses possibles. Maintenant, pour que tout cela soit possible, il faut que cet événement devienne pour vous PLUS QU’UN ÉVÉNEMENT ou un fait historique mais une EXPÉRIENCE personnelle qui vient transcender votre propre histoire et en changer le cours.


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Sam 8 Déc - 1:44

    Voici un poème du Père Noël à Jésus et une belle vidéo sur le même sujet :

    Mon cher et précieux Jésus, je ne voulais pas prendre ta place,
    je n'apporte que des jouets et des objets et tu apportes l'amour et la grâce.
    Les gens me donnent des listes de souhaits et espèrent qu’ils se réalisent;
    mais tu entends les prières qui viennent du cœur et tu promets que tu veux les exaucer.  
    Les enfants essaient d'être bons et de ne pas pleurer quand je viens en ville;
    mais tu les aimes inconditionnellement et cet amour sera toujours abondant.
    Je ne laisse qu'un sac de jouets et une joie temporaire pour une saison;
    mais tu laisses un cœur d'amour, plein de finalité et de raisons.
    J'ai beaucoup de gens qui croient en moi et ce que l'on pourrait appeler de la gloire;
    mais je n'ai jamais guéri d’aveugles ni essayé d'aider les boiteux.
    J'ai les joues roses et une voix pleine de rires;
    mais pas de mains percées de clous, ni de promesse pour l’au-delà.
    Tu pourras trouver plusieurs de mes semblables en ville ou dans un centre commercial;
    mais il n'y a qu’une seule Personne Toute-Puissante, qui puisse répondre à l'appel d’un pécheur.
    C’est pour cela, mon cher et précieux, que je m'agenouille ici pour prier;
    pour te vénérer et t'adorer en ce jour de ton saint anniversaire.

    (auteur inconnu)




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Sam 8 Déc - 18:35

    8 décembre 2018

    Noël, tout simplement

    Il n’y aura pas des tonnes de cadeaux sous le sapin à Noël chez Laure Caillot. « Mon conjoint et moi, on va probablement s’offrir plutôt un chalet en famille. Ce sera ça, notre cadeau », prévoit la consultante en « zéro déchet » et auteure du site Lauraki.

    « Il m’est arrivé, certains Noëls, de voir une multitude de cadeaux et des enfants qui ne sont même plus intéressés à les ouvrir. Ça fait que maintenant, on ne s’offre presque plus de cadeaux. On passe du temps ensemble », dit-elle.

    Pour leur fille de 6 ans, les choses seront un peu différentes, père Noël oblige. « On respecte le fait qu’elle est une enfant et qu’elle a envie de déballer un cadeau le matin de Noël. Elle va recevoir un livre ou un objet dont elle a vraiment envie, dit sa mère, mais on insiste beaucoup sur le temps passé ensemble. Elle commence à comprendre un peu le pourquoi de nos habitudes. On les lui explique clairement. »

    L’année dernière, ses parents l’ont accompagnée dans l’élaboration de sa liste de souhaits et dans la recherche de jouets durables. Le choix était judicieux : elle joue encore avec ! Pour son anniversaire, qui coïncidait avec un voyage à New York, elle est aussi montée tout en haut de l’Empire State Building : un cadeau qui n’est pas matériel, mais qui ne s’oublie pas.

    Les envies de l’entourage et des grands-parents ont parfois dû être tempérées, affirme Laure Caillot. « Nous, dès qu’on a annoncé qu’on attendait un enfant, on a dit : stop, ne vous ruez pas pour faire des cadeaux. On n’a pas besoin de beaucoup de choses. On a passé quelques petits messages et les grands-parents, de chaque côté, respectent ça. Il ne faut pas hésiter à verbaliser ses attentes et à en parler. » La magie de Noël, croit-elle, c’est dans les petits gestes que ça se passe, beaucoup plus que dans la décoration ou les cadeaux.


    Conseils pour un Noël plus simple

    Des rituels personnalisés

    Laure a confectionné un calendrier de l’avent qu’elle remplit en fonction de ses envies. Une année, ce fut un casse-tête d’occasion réparti dans les petites pochettes, qui a fini par prendre forme à Noël. « Ça peut aussi être un bonbon, un chocolat, une activité spéciale comme de se faire un ciné popcorn sur le canapé en semaine, alors que ce n’était pas prévu », suggère-t-elle.

    Un sapin sur mesure

    L’arbre de Noël naturel est un incontournable. « Mais c’est notre limite et on n’y met pas une multitude de décorations », précise la jeune maman. Celles qu’elle a sont durables et, dans certains cas, sentimentales. « Je pense qu’il faut regarder ce qu’on a déjà. A-t-on vraiment besoin de racheter une nouvelle couronne ? Et qui a dit qu’il fallait accrocher des boules de Noël du commerce dans le sapin ? », demande Laure. Pourquoi pas des pelures d’orange, des cartes, des dessins, des objets de toutes sortes  ?

    Emballer sans s’emballer

    Les cadeaux sont emballés dans les sacs à vrac en tissu que Laure utilise pour faire les courses et qu’elle décore pour l’occasion avec des rubans et des boucles pigés dans sa trousse de couture. « Les sacs sont récupérés une fois l’objet offert et personne ne s’en est plaint jusqu’à maintenant », dit-elle en riant. On peut aussi utiliser du papier journal ou magazine, réutiliser de vieux emballages ou mettre les enfants à contribution avec leurs dessins, suggère-t-elle encore.

    La vaisselle :  une responsabilité collective


    Même lors des réceptions, la famille utilise des serviettes et de la vaisselle réutilisables. « Si on est nombreux, on peut demander à s’en faire prêter ou que nos convives en apportent. » Le bonus : ils seront plus motivés à faire la vaisselle pour repartir avec leurs morceaux ! Si on fait affaire avec un traiteur, on peut s’assurer qu’il apporte ses assiettes, ses serviettes en tissu, et qu’il est sensible aux questions du gaspillage.


    UN DOSSIER D’ISABELLE MORIN


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Lun 10 Déc - 17:10



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mar 11 Déc - 20:21

    06 décembre 2018

    "Elle est où la magie de Noël quand il n'y a plus d'argent ?"

    TÉMOIGNAGES - Alors que la fronde des Gilets jaunes se poursuit, vous serez nombreux cette année à ne pas pouvoir fêter Noël, faute de moyens. Et que dire quand il n'est même plus possible d'offrir un cadeau à ses enfants ? On a recueilli vos témoignages sur la page Facebook de LCI. Édifiant...

    Noël, sa course aux cadeaux et ses repas de famille interminables... STOP !  Cette année, l'humeur n'est pas à la fête. La fièvre des grands magasins a laissé place à l'amertume car il n'y a plus rien à célébrer. Vraiment rien. "Alors c'est très simple, on est le 5 décembre, mon frigo est complètement vide, j'ai payé mon loyer et les factures, il me reste 117 euros pour finir le mois.  Alors le soir de Noël, ce sera une soupe et au lit, comme l'année dernière", explique sur la page Facebook de LCI Jean, un habitant de Poitou-Charentes.

    Un témoignage, parmi les dizaines d'autres que nous avons reçus, et qui en dit long sur le malaise qui étreint bon nombre de familles. A l'image du mouvement des Gilets jaunes, né au départ pour dénoncer la hausse des carburants, mais qui exprime désormais une colère sociale beaucoup plus large. Alors qu'une étude Kantar TNS pour eBay dévoile que les Français  dépenseront pour Noël en moyenne 246 € - un chiffre en baisse par rapport à l'année dernière (261 €) - et offriront 9 cadeaux, que dire à ceux qui ne pourront même pas déposer sous le sapin un jouet pour leurs enfants ? Que le Père Noël subit lui aussi la crise.

    Pour offrir un Noël à nos gosses, on fait un crédit à la consommation qu’on paye le reste de l’année. - Céline, une habitante d'Ajaccio

    Ainsi, Murielle, originaire de Brignoles, témoigne à LCI : "Pour la première année, il n'y aura pas de Noël chez moi par manque de moyens et mon fils est triste de cette situation. Moi aussi de le voir comme ça." Et alors qu'un internaute lui conseille de faire quand même "un petit quelque chose s'il est triste, de lui acheter un jouet pas trop cher et de le payer en plusieurs fois", cette dernière lui répond, écœurée : "A peine la paye tombée, avec le loyer et les factures à payer, je suis déjà dans le rouge. On a déjà du mal à manger deux repas par jour, alors si je pouvais, croyez-moi je ferai en sorte que mon fils ait quelque chose pour Noël !"

    Martine, qui habite Paris, explique de son côté : "Pas compliqué, pas de cadeau pour Noël... Comme les autres mois, on est dans le rouge le 20... On ira à l'église le 24 au soir, puis... Rien..." Ou encore Patricia qui se demande : "Comment expliquer à un enfant de 3 ans qui a fait sa lettre au père Noël qu il ne pourra pas avoir tout ça ?" Mais pour certains cette idée, trop inconcevable, les pousse à trouver coûte que coûte des solutions, comme Céline, une habitante d'Ajaccio : "Pour offrir un Noël à nos gosses, on fait un crédit à la consommation qu’on paye le reste de l’année... sans ça ils n’auraient rien". Ou Cécile, une Nantaise, qui cumule plusieurs boulots depuis 6 mois : "Je suis à bout, fatiguée, mais pour rien au monde j'enlèverai Noël à mes filles. Cette année encore elles auront des étoiles pleins les yeux".

    Ce Noël va-t-il aussi perdre son caractère chaleureux et familial ? Cela se pourrait bien, à lire tous les témoignages reçus sur notre page Facebook. Ainsi, dans les Alpes-Maritimes, Sylvie n'y croît plus du tout : "Une fois que tout sera payé, je n'ai rien à mettre sous le sapin pour mes proches. Même le sapin est mort depuis le temps qu'on le traîne. Alors Noël et sa magie pour moi ça sera au boulot". Même son de cloche pour Myriam : "Elle est où la magie de Noël quand il n'y a plus d'argent ?", interroge-t-elle.

    "J'ai 5 enfants, mon budget Noël, habituellement de 100 € par enfant, sera de 70 € cette année, et les repas de fêtes seront limités. Le 24, je ne ferais qu'un apéro dînatoire. Il en sera de même pour la fin d'année", avance quant à elle Christelle. Passant en revue ses soucis, Eloïse explique : "Nous vivons avec 1230€ pour 3, nous sommes déjà dans le rouge le 5 de ce mois. Nous venons de recevoir la taxe d’habitation, résultat, nous ne savons pas comment offrir son premier Noël à notre bébé de 6 mois. Nous n’avons même pas fini de payer toutes les charges mensuelles obligatoires". 

    De son côté, Josselin avance : "Ma femme et moi avons tous les deux un CDI mais quand tout est prélevé (crédit, assurance, nounou, charges...) il ne reste pas grand chose. Du coup on fait juste un petit cadeau pour notre fille, mais pour ma femme et moi, c'est fini. Pareil pour mes  frères et soeurs et mes parents ! Et pour le soir de Noël, tout le monde participe au repas pour que ça revienne moins cher". Et de conclure, fataliste : "Mais je relativise en me disant qu'il y a pire que moi. Voilà, merci de m'avoir lu".

            Seigneur prends piti


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles le Mer 12 Déc - 19:27

    décembre 9, 2018

    Les parents chrétiens et le Père Noël

    En tant que parent chrétien, dire de but en blanc que le Père Noël n’existe pas à son enfant de 3 ans est quelque chose de compliqué, qui peut s’avérer douloureux pour l’enfant et qui peut inutilement susciter dans son cœur de la colère et de la frustration. Dans cette période de fêtes, nous devons rester dans la vérité de la Parole de Dieu, mais aussi dans l’équilibre car si nous ne sommes plus de ce monde, nous vivons dans ce monde. Nous devons protéger nos enfants des mensonges et des choses mauvaises qui sont dans le monde, mais cela ne doit pas être au prix du rêve et de la joie que peuvent procurer les fêtes de Noël.

    Alors, comment présenter à son enfant, l’histoire du Père Noël ?

    L’origine de la légende de Noël

    La tradition du père Noël semble avoir ses origines en Europe du Nord. Il est le Father Christmas britannique et le Santa Claus américain, qui est une déformation du Saint Nicolas (Sinterklaas) neerlendais. Son apparence est inspirée d’un lutin nordique qui apportait des cadeaux lors des fêtes du milieu de l’hiver.

    Au fil des siècles, l’apparence du Père Noël a évolué. L’Imagerie française le montre à la fin des années 1800 en vieil homme vêtu d’un manteau vert et parfois bleu et c’est aux environs de 1914 qu’il apparaît habillé de rouge.

    Sa vocation :  Récompenser les enfants sages. Son origine peut aussi venir de l’histoire de Saint-Nicolas, ce personnage qui allait de maison en maison offrir des jouets aux enfants sages.

    Marcher dans la vérité


    Une des grandes qualités du christianisme est de vivre dans la vérité et de la dire dans notre communication, notamment à l’égard de nos enfants. Nous sommes en tant que parents, pour nos enfants, l’image du Père céleste, nous qui sommes les parents terrestres. Nous devons communiquer à nos enfants une image de Dieu, basée sur la vérité.

    Les enfants sont naïfs et prêts à croire tout ce qu’on leur dit. C’est à nous d’exploiter cet aspect de l’enfance en choisissant de toujours dire la vérité, afin de ne pas ouvrir une brèche dans la confiance qu’ils nous accordent. Lorsqu’un enfant réalise qu’il a été berné, sa confiance à l’égard de ses parents va être ébranlée. Il ne lui restera plus qu’un pas à faire à ce moment-là pour conclure que si ses parents peuvent mentir, pourquoi Dieu ne le ferait-Il pas aussi ? Nous devons établir une relation de confiance basée sur la vérité avec nos enfants.

    Ne pas tuer le rêve


    Lorsque nous prenons la peine de donner des explications simples et sensées aux enfants, tout en ménageant leur sensibilité, ils vont aisément recevoir ce que nous allons leur dire. L’enfant a besoin de comprendre qu’il existe différents points de vue à propos du Père Noël. Lui dire que c’est papa et maman qui offrent les cadeaux, mais qu’il faut respecter ce que les autres pensent à ce sujet, en utilisant des mots simples que l’enfant peut comprendre.

    Le Père Noël est un conte, une belle histoire que l’on raconte aux enfants, comme on peut raconter d’autres histoires. C’est la meilleure façon de leur présenter cette légende. En grandissant, ils ne seront pas déçus d’apprendre qu’au final ce n’était qu’une histoire.

    Être chrétien ne veut pas dire être ascète. Il faut savoir profiter des bonnes choses qui sont dans ce monde et enseigner nos enfants dans ce sens, tout en respectant notre foi chrétienne et l’intégrité qui doit en découler par la vérité.


     Fréquence Chrétienne Le site de référence de notre vie chrétienne



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 5915
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 63
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !
    Saint intercesseur : La Sainte Trinité et mon ange-gardien

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par Gilles Hier à 15:51


    Que devons-nous faire pour obtenir la joie de Noël ?

    Que devons-nous faire pour obtenir la joie de Noël ? Pour obtenir la joie de Noël, il nous faut convertir notre cœur à l’Amour de Dieu afin de pouvoir partager ce que nous avons avec nos frères qui souffrent.

    Croyez-vous pouvoir commander la joie de Noël avec vos achats ?


    Depuis plusieurs semaines, tous les médias nous bombardent de publicités diverses pour nous convaincre que nous devons acheter de nombreux cadeaux à Noël. Les agents de publicité nous disent sur tous les tons: « Fais-toi plaisir: achète cela! » « Faites plaisir à votre femme: achetez-lui une bague à diamant! » Ou « Si vous aimez vos enfants, vous devez leur acheter tous les jouets qu’ils demandent! » Une chose est certaine: on peut dire que les cadeaux de Noël sont un peu comme de la joie: tout le monde en veut car beaucoup pensent que la joie vient des cadeaux.

    Il est très important de distinguer le plaisir et la joie

    Aujourd’hui, la Parole de Dieu nous invite à la joie. Mais nous pouvons nous demander: quelle est la joie que devrait nous apporter la fête de Noël? Tout d’abord, il me semble très important de faire la distinction entre la joie et le plaisir car les gens confondent souvent les deux. Par exemple, si nous demandons aux gens: «Quelle est la joie de Noël pour vous? » Beaucoup diront: « Je ressens la joie de Noël lorsque je mange avec mes proches un bon repas de fête avec du bon vin. » Il faut dire que ces plaisirs de la table (comme tous les plaisirs d’ailleurs) passent vite. Et cela, c’est sans compter les risques d’indigestion dus à des excès de table qui ne sont pas très joyeux. Alors, quelle est la joie de Noël? Certains diront: « C’est lorsque je rencontre ma parenté et mes amis. » Mais nous savons par expérience que souvent ces « joies de rencontres avec la parenté et les amis » peuvent s’obscurcir à cause des paroles ou des gestes désobligeants d’un oncle ou d’une cousine qui ont trop bu. Alors la joie de Noël se transforme en tristesse et en conflits familiaux.

    La joie de Noël est un don de Dieu

    Après tout, la vraie joie que nous sommes appelés à vivre à Noël est la joie spirituelle qui nous vient du Seigneur. La prophète Sophonie dit:  » Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie, fille de Jérusalem ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il exultera pour toi et se réjouira, comme aux jours de fête. » Et Saint Paul insiste en disant dans la deuxième lecture:  « Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie. Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. »

    Que devons-nous faire pour obtenir la joie de Noël? Jean le Baptiste nous répond

    Vous posez peut-être la même question que les foules ont posée à Jean-Baptiste: « Que devons-nous faire?« , À savoir: « Que devons-nous faire pour obtenir cette joie de Noël? » La réponse de Jean-Baptiste est simple:  » Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! » En d’autres mots, Jean nous dit: « Voulez-vous la joie d’être sauvé, alors partagez ce que vous avez avec ceux qui en ont moins! » Nous devons partager avec les autres dans la foi que le pauvre homme est en fait le Seigneur Jésus. Par conséquent, lorsque nous donnons généreusement au Seigneur Jésus dans l’amour, alors la joie qui ne passe pas naît en nous. Ainsi, nous aurons eu la grâce de pouvoir renoncer à nous-mêmes pour accueillir l’amour du Seigneur qui s’est présenté à nous.

    Le film : « La liste de Schindler » nous montre un bel exemple de la joie

    Cela me fait penser à un beau film: « La liste de Schindler ». Ce film raconte l’histoire vécue d’un homme sans scrupules qui ne vivait que pour lui-même dans un égoïsme parfait. Il ne cherchait que la richesse matérielle en profitant de la faiblesse des pauvres et des petits. Dans le film, il est clair que Schindler a profité de tous les plaisirs que donne l’argent, mais il était profondément triste au fond de son cœur. Un jour, une dame demande grâce en faveur de son père qui a été condamné à mort par les nazis. En ce moment, pour la première fois de sa vie, Schindler laissera son cœur être touché. Il fera un geste gratuit de bonté. Ensuite, il ressentira au fond de son cœur la joie spirituelle qui vient de Dieu et l’expérience de la joie spirituelle sera pour lui le début de sa conversion. Puis, voyant que les nazis ont arrêté ses employés juifs, Schindler, poussé par l’Esprit d’Amour de Dieu, utilisera toute sa fortune pour racheter tous ses employés condamnés à mort par les nazis. Schindler n’aura qu’une seule peine, celle de ne pas pouvoir faire plus, car il avait dépensé toute sa fortune.

    La joie de Dieu peut naître en toutes situations même les plus difficiles

    Cet exemple de Schindler nous montre deux choses à mon avis: premièrement, il nous montre que la conversion du cœur qui transmet la joie de Dieu est possible pour tous même pour ceux qui semblent être insensibles à Dieu et aux choses spirituelles (comme c’était le cas pour Schindler). Par conséquent, nous ne devons jamais désespérer du salut de quiconque. Ensuite, l’exemple de Schindler nous montre que la joie de Dieu peut naître dans toutes les situations de la vie humaine, même dans celles qui semblent les plus difficiles. Parce que la joie de Dieu naît lorsque nous accueillons l’amour de Dieu et que nous le redonnons librement aux autres. Jésus nous en donne un bel exemple car durant sa Passion, il a éprouvé une joie spirituelle dans son cœur au milieu de souffrances atroces, car il savait que son sacrifice d’amour donnerait la vie éternelle à l’humanité.

    L’Avent nous invite donc à nous laisser toucher par l’Esprit d’Amour

    L’Avent nous invite donc à nous laisser toucher par l’Esprit d’Amour qui veut que nous naissions à la joie spirituelle. Cela peut se faire lors de la réconciliation avec un frère. Ou à travers une bonne action, un service gratuit ou le don généreux de nous-mêmes à un pauvre. Chaque fois que nous aurons pu renoncer à notre égoïsme pour nous donner généreusement aux autres, participerons à la joie de Dieu.


    Père Gérald Lajeunesse



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    florence_yvonne

    Féminin Messages : 202
    Date d'inscription : 06/09/2018
    Age : 58
    Localisation : Languedoc (France)
    Idéal : trouver ma voie
    Saint intercesseur : Saint Antoine de Padoue

    Re: La Fête de Noël a-t-elle perdu son vrai sens ?

    Message par florence_yvonne Hier à 18:53

    Pour Noël, nous allons déjeuner chez ma mère qui vit seule et j'amène le dîner.

    J'en profiterais pour aller au cimetière afin de souhaiter Joyeux Noël à ma soeur.

      La date/heure actuelle est Sam 15 Déc - 6:04