Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    " Méditations sur les textes du Jour "

    Partagez

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Jeu 28 Juin - 18:27

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Vendredi 29 Juin 2018


    Saint Pierre et Saint Paul ; Apôtres
    Simon, frère André, reçut de JÉSUS le nom de Pierre. Paul rencontra le CHRIST sur le chemin de Damas. Ils sont appelés “colonnes de l’Église” ils moururent martyrs à Rome (vers 64).


    (Couleur liturgique : Rouge )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre des Actes des Apôtres 12 : 1 à 11


    « Vraiment, je me rends compte maintenant que le SEIGNEUR m’a arraché aux mains d’Hérode »

    À cette époque,
    le roi Hérode Agrippa
    se saisit de certains membres de l’Église pour les mettre à mal.
    Il supprima Jacques, frère de Jean,
    en le faisant décapiter.
    Voyant que cette mesure plaisait aux Juifs,
    il décida aussi d’arrêter Pierre.
    C’était les jours des Pains sans levain.
    Il le fit appréhender, emprisonner,
    et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ;
    il voulait le faire comparaître devant le peuple
    après la Pâque.
    Tandis que Pierre était ainsi détenu dans la prison,
    l’Église priait DIEU pour lui avec insistance.
    Hérode allait le faire comparaître.
    Or, Pierre dormait, cette nuit-là,
    entre deux soldats ;
    il était attaché avec deux chaînes
    et des gardes étaient en faction
    devant la porte de la prison.
    Et voici que survint l’Ange du SEIGNEUR,
    et une Lumière brilla dans la cellule.
    Il réveilla Pierre en le frappant au côté et dit :
    « Lève-toi vite. »
    Les chaînes lui tombèrent des mains.
    Alors l’Ange lui dit :
    « Mets ta ceinture et chausse tes sandales. »
    Ce que fit Pierre.
    L’Ange ajouta : « Enveloppe-toi
    de ton manteau et suis-moi.»
    Pierre sortit derrière lui,
    mais il ne savait pas que tout ce qui arrivait grâce à l’Ange
    était bien réel ;
    il pensait qu’il avait une vision.
    Passant devant un premier poste de garde,
    puis devant un second,
    ils arrivèrent au portail de fer donnant sur la ville.
    Celui-ci s’ouvrit tout seul devant eux.
    Une fois dehors, ils s’engagèrent dans une rue,
    et aussitôt l’Ange le quitta.
    Alors, se reprenant, Pierre dit :
    « Vraiment, je me rends compte maintenant
    que le SEIGNEUR a envoyé Son Ange,
    et qu’il m’a arraché aux mains d’Hérode
    et à tout ce qu’attendait le peuple juif. »



    – PAROLE du SEIGNEUR.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Le SEIGNEUR m’a délivré de toutes mes craintes


    Du recueil de David. Devant Abimélek, David s’était fait passer pour fou. Après avoir été mis à la porte par celui-ci, il prononça les paroles que voici.


    [Psaume 33 (34) ; entièrement]




    Psaume 33 (34) : 2 et 3, 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9


    R/ De toutes mes frayeurs,
    le SEIGNEUR me délivre.


    Je bénirai le SEIGNEUR en tout temps,
    Sa Louange sans cesse à mes lèvres.
    Je me glorifierai dans le SEIGNEUR :
    que les pauvres m’entendent et soient en fête !
    R/


    Magnifiez avec moi le SEIGNEUR,
    exaltons tous ensemble SON NOM.
    Je cherche le Seigneur, Il me répond :
    de toutes mes frayeurs, IL me délivre.
    R/


    Qui regarde vers LUI resplendira,
    sans ombre ni trouble au visage.
    Un pauvre crie ; le SEIGNEUR entend :
    IL le sauve de toutes ses angoisses.
    R/


    L’Ange du SEIGNEUR campe alentour,
    pour libérer ceux qui LE craignent.
    Goûtez et voyez : le SEIGNEUR EST BON !
    Heureux qui trouve en LUI son Refuge !
    R/


    [center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







    (Deuxième lecture)
    Deuxième Lettre de Saint Paul Apôtre à Timothée 4 : 6 à 8, 17 et 18


    « Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice »

    Bien-aimé,
    je suis déjà offert en sacrifice,
    le moment de mon départ est venu.
    J’ai mené le bon combat,
    j’ai achevé ma course,
    j’ai gardé la foi.
    Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice :
    le SEIGNEUR, le JUSTE JUGE, me la remettra en ce jour-là,
    et non seulement à moi,
    mais aussi à tous ceux qui auront désiré avec amour
    SA MANIFESTATION GLORIEUSE.

    Tous m’ont abandonné.
    Le SEIGNEUR, LUI, m’a assisté.
    IL m’a rempli de FORCE
    pour que, par moi,
    la Proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout
    et que toutes les nations l’entendent.
    J’ai été arraché à la gueule du lion ;
    le SEIGNEUR m’arrachera encore
    à tout ce qu’on fait pour me nuire.
    IL me sauvera et me fera entrer dans son Royaume Céleste.
    À LUI la GLOIRE pour les siècles des siècles. Amen.



    – PAROLE du SEIGNEUR.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 16 : 13 à 19

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.

    Tu es Pierre,
    et sur cette pierre Je bâtirai Mon Église ;
    et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur Elle.

    Alléluia.
    (Mt 16, 18)




    « Tu es Pierre, et Je te donnerai les Clés du Royaume des Cieux »

    En ce temps-là,
    JÉSUS, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
    demandait à Ses Disciples :
    « Au dire des gens,
    qui est le FILS de l’Homme ? »
    Ils répondirent :
    « Pour les uns, Jean le Baptiste ;
    pour d’autres, Élie ;
    pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des Prophètes. »
    JÉSUS leur demanda :
    « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-Je? »
    Alors Simon-Pierre prit la Parole et dit :
    « TU ES LE CHRIST,
    le FILS DU DIEU VIVANT ! »
    Prenant la Parole à Son Tour, JÉSUS lui dit :
    « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
    ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
    mais MON PÈRE qui est aux Cieux.
    Et Moi, Je te le déclare :
    Tu es Pierre,
    et sur cette pierre Je bâtirai Mon Église ;
    et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur Elle.
    Je te donnerai les Clés du Royaume des Cieux :
    tout ce que tu auras lié sur la Terre
    sera lié dans les Cieux,
    et tout ce que tu auras délié sur la Terre
    sera délié dans les Cieux. »



    – Acclamons la PAROLE de DIEU.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/









    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-06-29/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Jeu 28 Juin - 19:12

    «Tu es le Christ, le Fils de Dieu vivant »

    Mgr. Jaume PUJOL i Balcells Archevêque de Tarragone et Primat de Catalogne
    (Tarragona, Espagne)

    Aujourd'hui, nous célébrons la solennité de Saint Pierre et Saint Paul, qui furent les fondements de l'Eglise primitive et, par conséquent, de notre foi chrétienne. Apôtres du Seigneur, témoins de la première heure, ils ont vécu les premiers moments de l'expansion de l'Eglise et ont scellé avec leur sang la fidélité à Jésus. Pourvu que nous, chrétiens du XXIème siècle, puissions être des témoins crédibles de l'amour de Dieu au milieu des hommes comme le furent les deux Apôtres et comme l'ont été tant de nos concitoyens.

    Dans une des premières interventions du Pape François, en s'adressant aux cardinaux, il leur a dit que nous devons "marcher, édifier et confesser". C'est-à-dire que nous devons avancer sur notre chemin de vie, en construisant l'Eglise et en nous confessant au Seigneur. Le Pape a prévenu : "Nous pouvons marcher autant que nous voulons, nous pouvons construire beaucoup de choses, mais si nous ne nous confessons pas à Jésus, quelque chose ne fonctionne pas. Nous finirons par être une ONG d'assistance, mais pas l'Eglise, épouse du Seigneur".

    Nous avons écouté dans l'Evangile de la messe un fait central pour la vie de Pierre et de l'Eglise. Jésus demande à ce pêcheur de Galilée un acte de foi dans sa condition divine et Pierre n'hésite pas à affirmer : "Tu es le Christ, le Fils de Dieu vivant" (Mt 16,16). Immédiatement, Jésus institue le Primat, en disant à Pierre qu'il sera le roc solide sur lequel se bâtira l'Eglise tout au long des temps (cf. Mt 16,18) et en lui donnant le pouvoir des clés, la puissance suprême.

    Même si Pierre et ses successeurs sont assistés par la force de l'Esprit Saint, ils ont tout autant besoin de nos prières car leur mission est d'une grande transcendance pour la vie de l'Eglise : ils doivent être un fondement sûr pour tous les chrétiens tout au long des temps ; par conséquent, nous devons prier chaque jour pour le Saint Père, pour sa personne et pour ses intentions.
    «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!»

    + Mgr. Pere TENA i Garriga Evêque Auxiliare Emérite de Barcelone
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, est un jour consacré par le martyre des saints Apôtres Pierre et Paul! «Pierre, celui que fut le premier à confesser la foi»; «Paul, celui qui l'a mise en lumière» (Préface). Aujourd'hui est un jour de gratitude pour la foi catholique, qui est aussi la nôtre, proclamée par la prédication de ces deux piliers de l'Église. Cette foi qui a vaincu le monde, parce qu'elle croit et annonce que Jésus est le Fils de Dieu: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant!» (Mt 16,16). Les autres fêtes des apôtres saint Pierre et saint Paul envisagent d'autres aspects, mais aujourd'hui nous contemplons ce qui nous permet de les appeler les «premiers annonciateurs de la foi» (Collecte): par leur martyre ils confirmèrent leur témoignage.

    Leur foi, leur force dans la souffrance et le martyre, no provenaient pas de leurs aptitudes personnelles. Ni la chair ni le sang n'ont révélé à Pierre qui était Jésus, mais le Père qui est aux cieux (cf. Mt 16,17). De même, la découverte de Jésus comme Seigneur par “celui qui le persécutait”, fût pour Saul, vraiment l'ouvre de la grâce de Dieu. Dans les deux cas, la liberté humaine que demande l'acte de foi s'appui sur l'action de l'Esprit.

    La foi des Apôtres est la foi de l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Depuis la confession de Pierre à Césarée-de-Philippe, «chaque jour, dans toute l'Église, c'est Pierre qui dit: ‘Vous êtes le Christ, Fils du Dieu vivant’» (Saint Léon le Grand). Depuis ce moment jusqu'à nos jours, une foule de chrétiens de tout âge, de toute culture, de toute époque et de tout ce qui fait des différences parmi les hommes, proclame à l'unanimité la même foi victorieuse.

    Par le baptême et la confirmation nous sommes placés sur la voie difficile du témoignage, c'est-à-dire, sur celle du martyre. Il faut donc que désormais nous soyons attentifs au “laboratoire de la foi” que l'Esprit-Saint mène à terme en nous (Jean Paul II), en même temps que nous prions humblement pour pouvoir exprimer la joie de la foi de l'Église.
    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-06-29
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Ven 29 Juin - 7:15


    Bonjour Nicolas   Laughing                                    
    Bonjour Véronique   Laughing                                  
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                    

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière  sunny  

     Bible     Jésus     Colombe




    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Vendredi 29 Juin 2018

    "Devenus christs dans le Christ"

    Évangile selon saint Matthieu 16, 13-19

    En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples :

    « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »

    Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »

    Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »

    Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »

    Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :

    « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.

    Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.

    Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

    Prière

    « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur ! » (Lc 5, 8 ) Ainsi te pria Simon-Pierre le premier jour quand toi, ô Jésus-Christ, tu l’as appelé à te suivre. Nonobstant, tu as voulu l’élire apôtre, pour qu’il pût devenir saint et appeler des autres à la foi, à la sainteté : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras ! » (Lc 5, 10)

    Saint Paul confesse le même sentiment du cœur : ne pas être digne de sa vocation chrétienne. En dépit de lui et de ses histoires, ô Jésus, ton appel, ton don, ta miséricorde, ta grâce – toi, tu changes toujours la donne, voici sa confession de foi : « Je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu ; mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. » (1 Cor 15, 9-10)

    Me voici, Seigneur, appelé à devenir chrétien à leur suite, malgré mes péchés ! Et Simon, et Saul, tu les as appelés par ta grâce. Notre nom « chrétien/christianus » vient du tien : « Christus/le Christ ». Moi, baptisé, je suis aussi appelé à être fils de Dieu, un autre christ ! Per Regnum Christi ad gloriam Dei !

    Demande

    La grâce de devenir un christ dans le Christ, « chrétien » : prêtre, prophète, roi.

    Réflexion

    La profession de foi de Simon fils de Yonas, « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! », aurait pu être, – l’est –, la réponse à la question, « Qui es-tu, Seigneur ? » (Ac 9, 5), de Saul de Tarse posée à Jésus sur le chemin de Damas le jour de sa conversion. Aujourd’hui nous fêtons la solennité de ces deux hommes devenus colonnes de l’Église. Et l’un et l’autre, deviendront –saint Pierre et saint Paul– apôtres du Christ, par sa grâce. Le numéro 436 du Catéchisme de l’Église catholique éclaircit cette identité messianique de notre méditation :

    « "Christ" vient de la traduction grecque du terme hébreu "Messie" qui veut dire "oint".

    Il ne devient le nom propre de Jésus que parce que celui-ci accomplit parfaitement la mission divine qu’il signifie. En effet en Israël étaient oints au nom de Dieu ceux qui lui étaient consacrés pour une mission venant de lui. C’était le cas des rois (cf. 1 S 9, 16 ; 10, 1 ; 16, 1. 12-13 ; 1 R 1, 39), des prêtres (cf. Ex 29, 7 ; Lv 8, 12) et, en de rares cas, des prophètes (cf. 1 R 19, 16).

    Ce devait être par excellence le cas du Messie que Dieu enverrait pour instaurer définitivement son Royaume (cf. Ps 2, 2 ; Ac 4, 26-27). Le Messie devait être oint par l’Esprit du Seigneur (cf. Is 11, 2) à la fois comme roi et prêtre (cf. Za 4, 14 ; 6, 13) mais aussi comme prophète (cf. Is 61, 1 ; Lc 4, 16-21). Jésus a accompli l’espérance messianique d’Israël dans sa triple fonction de prêtre, de prophète et de roi. » Cette clef de lecture est liée avec la deuxième du numéro 783 :

    « Jésus-Christ est celui que le Père a oint de l’Esprit Saint et qu’il a constitué "Prêtre, Prophète et Roi". Le Peuple de Dieu tout entier participe à ces trois fonctions du Christ et il porte les responsabilités de mission et de service qui en découlent (cf. RH 18-21). »

    Notre vie chrétienne s’inspire du Christ pour devenir configurés en lui.

    1.Prêtrise chrétienne

    Jésus, Prêtre et Victime, est « l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde »(Jn 1, 29).

    Un prêtre intercède devant Dieu pour les autres.

    Un sacrifice peut restaurer la justice selon la mesure de son acte.

    Jésus nous sauve, nous justifie, avec sa Justice parfaite devant le Père, sa Miséricorde débordante envers nous. Saint Pierre nous l’affirme :

    « Vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles, l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères ; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ. » (1 P 1, 18-19)

    Ou bien, saint Paul confesse : « Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. » (Rm 5, 8 )

    Notre chemin de conversion nous amène du « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? » (Ac 9,4) de notre vie de péché jusqu’à entreprendre une vie de grâce illimitée avec l’invitation répétée, « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » (cf. Jn 21, 15-17).

    Le péché produit des victimes. Le prêtre-et-victime doit apprendre à s’offrir en holocauste pour sauver du péché ce qui sera le fruit de la charité. Jésus veut configurer la vie, la prêtrise de Simon et de Saul à sa vie, à sa prêtrise :

    il dit à saint Pierre après sa Résurrection, « "Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller" (…)

    Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu ; sur ces mots, il lui dit : "Suis-moi." » (Jn 21, 18-19) ; il dit la même chose de saint Paul, dès le jour de son baptême,

    « Moi, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom ! »(Ac 9, 16)

    2.Prophétie chrétienne

    Jésus-Christ est le Verbe de Dieu fait chair (cf. Jn 1, 14) qui nous incarne le sens ultime de l’existence humaine : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ! » (Jn 6, 68) dira Simon-Pierre ;

    « En effet, pour moi, vivre c’est le Christ, et mourir est un avantage » (Ph 1, 21) sera le condensé offert par saint Paul de sa vie enracinée dans le Christ.

    La prophétie interprète soit l’avenir, soit le présent, soit le passé. La question de notre Évangile, « Et vous, que dites-vous ?

    Pour vous, qui suis-je ? » veut oindre l’intelligence des croyants de la connaissance de Dieu, fruit d’un acte de reconnaissance, acte prophétique quand Jésus fait jaillir notre profession de foi au temps présent, « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »

    Nous devenons consacrés à lui par une telle profession de foi. Jésus bénit prophétiquement le moment où nous devenons fils dans le Fils, christs dans le Christ : « Heureux es-tu, (…) ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. »

    Telle consécration recouvre notre passé, « Simon fils de Yonas », transfigure notre présent, « Tu es Pierre », et crée un héritage éternel pour l’avenir, « sur cette pierre je bâtirai mon Église ».

    Ou bien, saint Paul résume ce processus qui passe du péché à la grâce, de la mort à la vie, des temps passés à l’éternité, notre vie de christs dans le Christ :

    « Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre ; en effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu ; quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire. » (Col 3, 2-4)

    3.Royauté chrétienne

    Le Christ-Roi proclame à Simon-Pierre, son Vicaire : « Je te donnerai les clés du royaume des Cieux. »

    En bref : une prêtrise, prophétie, royauté ensemble.

    Pour sa part, saint Paul récapitule le fruit de notre vie chrétienne ainsi :

    « Voici une parole digne de foi : si nous sommes morts avec lui, avec lui nous vivrons ; si nous supportons l’épreuve, avec lui nous régnerons. » (2 T 2, 11-12) Prêtre, prophète et roi, – les clés du Royaume en main –, saint Pierre proclamera à toute personne qui sera baptisée dans le nom de Jésus,

    « Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.

    Autrefois vous n’étiez pas un peuple, mais maintenant vous êtes le peuple de Dieu ; vous n’aviez pas obtenu miséricorde, mais maintenant vous avez obtenu miséricorde. » (1 P 2, 9-10)

    Aimerai-je alors le Christ et son peuple, tant aimés par lui et son Père ?

    Dialogue avec le Christ

    Ô Christ, tu as les paroles de vie éternelle ! Tu m’appelles à ta suite : de mon péché à ta grâce ; de mon ignorance à la connaissance de Dieu ; de ma faiblesse à la puissance de mon identité chrétienne ; de ma solitude à ton peuple saint ; de ma perte à la mission de vivre et proclamer ton amour !

    Résolution

    Comme un roi, accomplir librement une responsabilité avec justice ; comme un prophète, donner un témoignage authentique par mes paroles ; comme un prêtre, servir gratuitement quelqu’un qui ne mérite pas forcément ce que l’on demande.
    Faire le bien, bénir, pardonner !

    Père Shane Lambert, LC




    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Ven 29 Juin - 18:40

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Samedi 30 Juin 2018

    Saints Premiers Martyrs de l’Église de Rome
    1er siècle. Injustement accusés par Néron d’être responsables de l’incendie de Rome en l’an 64, de très nombreux chrétiens furent crucifiés, jetés aux fauves ou brûlés vifs.


    12ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Rouge )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre des Lamentations 2 : 2, 10 à 14, 18 et 19


    « Le cœur du peuple crie vers mon SEIGNEUR, sur la muraille de la fille de Sion »

    Le SEIGNEUR a englouti sans pitié
    tous les pâturages de Jacob ;
    dans son emportement, IL a détruit les forteresses
    de la fille de Juda ;
    IL a jeté à terre et profané
    le royaume et ses princes.
    Les anciens de la fille de Sion,
    assis par terre, se taisent,
    ils ont couvert leur tête de poussière
    et revêtu des toiles à sac ;
    elles inclinent la tête vers la terre,
    les vierges de Jérusalem.
    Mes yeux sont usés par les larmes,
    mes entrailles frémissent ;
    je vomis par terre ma bile
    face au malheur de la fille de mon peuple,
    alors que défaillent petits enfants et nourrissons
    sur les places de la cité.
    À leur mère ils demandent :
    « Où sont le froment et le vin ? »
    alors qu’ils défaillent comme des blessés
    sur les places de la ville
    et qu’ils rendent l’âme
    sur le sein de leur mère.
    Que dire de toi ? À quoi te comparer,
    fille de Jérusalem ?
    À quoi te rendre égale pour te consoler,
    vierge, fille de Sion ?
    Car ton malheur est grand comme la mer !
    Qui donc te guérira ?
    Tes Prophètes ont de toi des visions
    vides et sans valeur ;
    ils n’ont pas dévoilé ta faute,
    ce qui aurait ramené tes captifs ;
    ils ont de toi des visions,
    proclamations vides et illusoires.
    Le cœur du peuple crie vers le SEIGNEUR.

    Laisse couler le torrent de tes larmes,
    de jour comme de nuit,
    muraille de la fille de Sion ;
    ne t’accorde aucun répit,
    que tes pleurs ne tarissent pas !

    Lève-toi ! Pousse un cri dans la nuit
    au début de chaque veille ;
    déverse ton cœur comme l’eau
    devant la FACE DU SEIGNEUR ;
    élève les mains vers LUI
    pour la vie de tes petits enfants
    qui défaillent de faim
    à tous les coins de rue.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Appel à DIEU devant les ruines du Temple


    Poème chanté appartenant au recueil d’Assaf.

    Psaume 73 (74) , entièrement




    Psaume 73 (74) : 1 et 2abd, 3 et 4, 5 à 7, 20 et 21


    R/ N’oublie pas sans fin
    la vie de tes pauvres.


    Pourquoi, DIEU, nous rejeter sans fin ?
    Pourquoi cette colère sur les brebis de ton troupeau ?
    Rappelle-TOI la communauté que TU acquis dès l’origine,
    la montagne de Sion où TU fis ta demeure.
    R/

    Dirige TES PAS vers ces ruines sans fin,
    l’ennemi dans le sanctuaire a tout saccagé ;
    dans le lieu de tes assemblées, l’adversaire a rugi
    et là, il a planté ses insignes.
    R/

    On les a vus brandir la cognée, comme en pleine forêt,
    quand ils brisaient les portails à coups de masse et de hache.
    Ils ont livré au feu Ton Sanctuaire,
    profané et rasé la demeure de TON NOM.
    R/

    Regarde vers l’Alliance : la guerre est partout ;
    on se cache dans les cavernes du pays.
    Que l’opprimé échappe à la honte,
    que le pauvre et le malheureux chantent TON NOM !
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 8 : 5 à 17

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Le CHRIST a pris nos souffrances,
    IL a porté nos maladies.
    Alléluia.

    (Mt 8, 17)




    « Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob »

    En ce temps-là,
    comme JÉSUS était entré à Capharnaüm,
    un centurion s’approcha de LUI et LE supplia :
    « SEIGNEUR, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé,
    et il souffre terriblement. »
    JÉSUS lui dit :
    « Je vais aller MOI-MÊME le guérir. »
    Le centurion reprit :
    « SEIGNEUR, je ne suis pas digne
    que TU entres sous mon toit,
    mais dis seulement une PAROLE
    et mon serviteur sera guéri.
    Moi-même qui suis soumis à une autorité,
    j’ai des soldats sous mes ordres ;
    à l’un, je dis : “Va”, et il va ;
    à un autre : “Viens”, et il vient,
    et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. »
    À ces mots, JÉSUS fut dans l’admiration
    et dit à ceux qui LE suivaient :
    « AMEN, Je vous le déclare,
    chez personne en Israël, Je n’ai trouvé une telle foi.
    Aussi Je vous le dis :
    Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident
    et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob
    au festin du Royaume des Cieux,
    mais les fils du Royaume seront jetés
    dans les ténèbres du dehors ;
    là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »
    Et JÉSUS dit au centurion :
    « Rentre chez toi,
    que tout se passe pour toi selon ta foi. »
    Et, à l’heure même, le serviteur fut guéri.

    Comme JÉSUS entrait chez Pierre, dans sa maison,
    il vit sa belle-mère couchée avec de la fièvre.
    IL lui toucha la main,
    et la fièvre la quitta.
    Elle se leva,
    et elle LE servait.

    Le soir venu, on présenta à JÉSUS beaucoup de possédés.
    D’une PAROLE, IL expulsa les esprits
    et, tous ceux qui étaient atteints d’un mal, IL les guérit,
    pour que soit accomplie
    la Parole prononcée par le Prophète Isaïe :

    IL a pris nos souffrances,
    IL a porté nos maladies.


    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-06-30/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Ven 29 Juin - 19:25

    «Je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri»

    Abbé Xavier JAUSET i Clivillé
    (Lleida, Espagne)

    Aujourd'hui, dans l'Évangile nous observons l'amour, la foi, la confiance et l'humilité d'un centurion qui éprouve une très grande affection pour son serviteur. Il se fait du souci à un tel point qu'il va jusqu'à s'humilier devant Jésus et lui demander:«Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement» (Mt 8,6). Cette sollicitude envers les autres, spécialement envers un serviteur lui obtient de la part de Jésus une réponse immédiate: «Je vais aller le guérir» (Mt 8,7). Tout ce qui se passe ensuite abouti dans une série d'actes de foi et de confiance. Le centurion ne se considère pas digne mais cependant il exprime sa foi et sa confiance envers Jésus face à tous, de telle manière que Jésus ne peut que s'exclamer: «Je vous le déclare, chez personne en Israël, je n'ai trouvé une telle foi» (Mt 8,10).

    Nous pouvons nous demander ce qui pousse Jésus à accomplir un miracle. Souvent on demande des choses et on dirait que Dieu ne s'occupe pas de nous! Et tout cela en ayant la certitude que Dieu entend toujours ce que nous lui demandons. Alors, qu'est-ce qui se passe? Nous pensons peut-être que nous le demandons correctement, mais est-ce que nous demandons comme l'a fait le centurion? La prière du centurion n'est pas égoïste, mais pleine d'amour, d'humilité et de confiance. Saint Pierre Crysologue nous dit: «La force de l'amour ne tient pas compte des possibilités (…). L'amour ne discerne pas, ne réfléchit pas, ne connaît aucun argument. L'amour n'est pas résignation devant l'impossible, car il ne se laisse pas intimider par les difficultés». Est-ce que notre prière est ainsi?

    «Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit» (Mt 8,Cool. Ceci est la réponse du centurion, est-ce que vos sentiments sont ainsi? Est-ce que votre foi est comme la sienne? «Seule la foi peut comprendre ce mystère, la foi qui est le fondement et la base de tout ce qui surpasse l'expérience et la connaissance ordinaire» (Saint Maxime). S'il en est ainsi vous aussi vous entendrez ces paroles: «‘Que tout se passe pour toi selon ta foi’. Et le serviteur fut guéri à cette heure même» (Mt 8,13).

    Sainte Marie, Vierge et Mère! Maîtresse de foi, d'espérance et d'amour prévenant, enseigne-nous à prier comme il faut pour obtenir du Seigneur tout ce dont on a besoin.
    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-06-30
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Sam 30 Juin - 7:26

    Bonjour Nicolas   Laughing                                           
    Bonjour Véronique   Laughing                                        
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                          

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny  

    Bible     Jésus     Colombe

     

    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Samedi 30 Juin 2018

    « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit »


    Évangile selon saint Matthieu 8, 5-17

    En ce temps-là, comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion s’approcha de lui et le supplia :

    « Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement. »

    Jésus lui dit : « Je vais aller moi-même le guérir. »

     Le centurion reprit : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri. Moi-même qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient, et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. »

    À ces mots, Jésus fut dans l’admiration et dit à ceux qui le suivaient :

    « Amen, je vous le déclare, chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi. Aussi je vous le dis : Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux, mais les fils du Royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

    Et Jésus dit au centurion : « Rentre chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi. »

    Et, à l’heure même, le serviteur fut guéri.

    Comme Jésus entrait chez Pierre, dans sa maison, il vit sa belle-mère couchée avec de la fièvre.

    Il lui toucha la main, et la fièvre la quitta.

    Elle se leva, et elle le servait. Le soir venu, on présenta à Jésus beaucoup de possédés.

    D’une parole, il expulsa les esprits et, tous ceux qui étaient atteints d’un mal, il les guérit, pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe :

    Il a pris nos souffrances, il a porté nos maladies.

    Prière

    Seigneur, fais grandir, chaque jour, notre confiance en toi. Obtiens-nous la persévérance dans la foi. Dans cette foi, nous voulons vivre et mourir.

    Demande

    « Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux ». Comme tu l’as promis, Seigneur, ne cesse pas d’attirer à toi tous les hommes. Dans ta miséricorde, tourne leur cœur vers toi pour qu’ils puissent te connaître, t’aimer et te glorifier.

    Réflexion

    1.Remarquons l’humilité du centurion : c’est un militaire qui commande à une centaine d’hommes et il s’approche, devant toute la foule, d’un simple rabbi du pays qu’il occupe, s’abaissant en-dessous de cet homme.

    Et de manière étonnante, lorsque Jésus accède à sa demande « Je vais aller le guérir », au lieu de bondir de joie et de partir à toute allure voir son serviteur, il s’humilie encore :

    « Je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. »

    N’est-ce pas cette humilité à laquelle nous sommes tous appelés ?

    Et particulièrement reconnaître en notre frère, en notre sœur, une image de Dieu et pour cette raison se mettre intérieurement à genoux devant eux ?

    2.Le centurion ne demande rien à Jésus.

    Il lui présente juste un fait. Comme Marie à Cana.

    Il soumet le fait à Jésus, simplement.

    Il laisse Jésus, qui connaît le fond des cœurs, décider.

    Il a une très grande confiance en l’autorité de Jésus : il pressent que Jésus a tout pouvoir sur l’ensemble de la création.

    Et c’est l’union de cette grande humilité et de cette ferme confiance qui force l’admiration de Jésus.

    C’est elle qui nous est donnée en exemple aujourd’hui.

    3.« Il lui toucha la main et la fièvre la quitta.

    Elle se leva et elle le servait. »

    Par nos guérisons physiques et spirituelles, Jésus nous prépare à aimer et à servir davantage.

    Dialogue avec le Christ

    Nous sommes invités, chaque dimanche, ou les jours où nous communions, à dialoguer avec le Christ comme le centurion l’a fait :

    -  Seigneur, je suis paralysé (ou celui que j’aime est paralysé) et je souffre (ou il souffre).
    -  Je vais aller moi-même te guérir.

    -  Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis une seule parole et je serai guéri.

    Et après la communion, Jésus nous dit :

    -  Rentre chez toi, que tout se passe selon ta foi !

    Résolution

    Prendre le temps, avant ma prochaine communion, de méditer ce dialogue avec le Christ.

    Patricia Freisz, membre de Regnum Christi


    Jésus dit au centurion : « Rentre chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi. »


    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Sam 30 Juin - 19:46

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Dimanche 1er Juillet 2018

    13ième Dimanche du Temps Ordinaire

    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre de la Sagesse 1 : 13 à 15 ; 2 : 23 et 24


    « C’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde »

    DIEU n’a pas fait la mort,
    IL ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants.
    IL les a tous créés pour qu’ils subsistent ;
    ce qui naît dans le monde est porteur de vie :
    on n’y trouve pas de poison qui fasse mourir.
    La puissance de la Mort ne règne pas sur la Terre,
    car la JUSTICE est IMMORTELLE.

    DIEU a créé l’Homme pour l’INCORRUPTIBILITÉ,
    IL a fait de lui une image de SA PROPRE IDENTITÉ.
    C’est par la jalousie du diable
    que la mort est entrée dans le monde ;
    ils en font l’expérience,
    ceux qui prennent parti pour lui.



    – PAROLE du SEIGNEUR.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    SEIGNEUR, TU m’as rendu la vie

    Chant pour la consécration du temple, appartenant au recueil de David.


    [Psaume 29 (30) ; entièrement]




    Psaume 29 (30) : 2 et 4, 5 et 6ab, 6cd et 12, 13


    R/ Je T’exalte, SEIGNEUR : TU m’as relevé.

    Je t’exalte, SEIGNEUR : TU m’as relevé,
    TU m’épargnes les rires de l’ennemi.
    SEIGNEUR, TU m’as fait remonter de l’abîme
    et revivre quand je descendais à la fosse.
    R/


    Fêtez le SEIGNEUR, vous, Ses Fidèles,
    rendez grâce en rappelant SON NOM TRÈS SAINT.
    Sa colère ne dure qu’un instant,
    SA BONTÉ, TOUTE la VIE.
    R/


    Avec le soir, viennent les larmes,
    mais au matin, les cris de joie.
    TU as changé mon deuil en une danse,
    mes habits funèbres en parure de joie.
    R/


    Que mon cœur ne se taise pas,
    qu’il soit en fête pour TOI,
    et que sans fin, SEIGNEUR, mon DIEU,
    je TE rende grâce !
    R/


    [center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







    (Deuxième lecture)
    Deuxième Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 8 : 7 et 9, 13 à 15


    « Ce que vous avez en abondance comblera les besoins des frères pauvres »

    Frères,
    puisque vous avez tout en abondance,
    la foi, la PAROLE, la CONNAISSANCE de DIEU,
    toute sorte d’empressement et l’amour qui vous vient de nous,
    qu’il y ait aussi abondance dans votre don généreux !
    Vous connaissez en effet le don généreux
    de notre SEIGNEUR JÉSUS CHRIST :
    LUI qui est RICHE, IL s’est fait pauvre à cause de vous,
    pour que vous deveniez riches par Sa Pauvreté.
    Il ne s’agit pas de vous mettre dans la gêne
    en soulageant les autres,
    il s’agit d’égalité.
    Dans la circonstance présente,
    ce que vous avez en abondance comblera leurs besoins,
    afin que, réciproquement, ce qu’ils ont en abondance
    puisse combler vos besoins,
    et cela fera l’égalité,
    comme dit l’Écriture à propos de la manne :
    Celui qui en avait ramassé beaucoup
    n’eut rien de trop,
    celui qui en avait ramassé peu
    ne manqua de rien.




    – PAROLE du SEIGNEUR.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 5 : 21 à 43

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.

    Notre SAUVEUR, le CHRIST JÉSUS, a détruit la mort ;
    IL a fait RESPLENDIR la VIE par l’Évangile.

    Alléluia.
    (2 Tm 1, 10)




    « Jeune fille, Je te le dis, lève-toi ! »

    En ce temps-là,
    JÉSUS regagna en barque l’autre rive,
    et une grande foule s’assembla autour de LUI.
    IL était au bord de la mer.
    Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre.
    Voyant JÉSUS, il tombe à SES PIEDS
    et LE supplie instamment :
    « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité.
    Viens lui imposer les mains
    pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. »
    JÉSUS partit avec lui,
    et la foule qui LE suivait
    était si nombreuse qu’elle L’écrasait.

    Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans…
    – elle avait beaucoup souffert
    du traitement de nombreux médecins,
    et elle avait dépensé tous ses biens
    sans avoir la moindre amélioration ;
    au contraire, son état avait plutôt empiré –
    … cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de JÉSUS,
    vint par-derrière dans la foule et toucha SON VÊTEMENT.
    Elle se disait en effet :
    « Si je parviens à toucher seulement SON VÊTEMENT,
    je serai sauvée. »
    À l’instant, l’hémorragie s’arrêta,
    et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.
    Aussitôt JÉSUS se rendit compte qu’une force était sortie de LUI.
    IL se retourna dans la foule, et IL demandait :
    « Qui a touché Mes VÊTEMENTS ? »
    Ses Disciples LUI répondirent :
    « TU vois bien la foule qui T’écrase,
    et TU demandes : “Qui m’a touché ?” »
    Mais LUI regardait tout autour
    pour voir celle qui avait fait cela.
    Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante,
    sachant ce qui lui était arrivé,
    vint se jeter à SES PIEDS et LUI dit toute la vérité.
    JÉSUS lui dit alors :
    « Ma fille, ta foi t’a sauvée.
    Va en paix et sois guérie de ton mal. »

    Comme IL parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre,
    le chef de synagogue, pour dire à celui-ci :
    « Ta fille vient de mourir.
    À quoi bon déranger encore le MAÎTRE ? »
    JÉSUS, surprenant ces mots,
    dit au chef de synagogue :
    « Ne crains pas, crois seulement. »
    IL ne laissa personne L’accompagner,
    sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques.
    Ils arrivent à la maison du chef de synagogue.
    JÉSUS voit l’agitation,
    et des gens qui pleurent et poussent de grands cris.
    IL entre et leur dit :
    « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ?
    L’enfant n’est pas morte : elle dort. »
    Mais on se moquait de LUI.
    Alors IL met tout le monde dehors,
    prend avec LUI le père et la mère de l’enfant,
    et ceux qui étaient avec LUI ;
    puis IL pénètre là où reposait l’enfant.
    IL saisit la main de l’enfant, et lui dit :
    « Talitha koum »,
    ce qui signifie :
    « Jeune fille, Je te le dis, lève-toi! »
    Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher
    – elle avait en effet douze ans.
    Ils furent frappés d’une grande stupeur.
    Et JÉSUS leur ordonna fermement
    de ne le faire savoir à personne ;
    puis IL leur dit de la faire manger.



    – Acclamons la PAROLE de DIEU.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris











    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-01/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Sam 30 Juin - 21:53

    «Crois seulement»

    Fray Valentí SERRA i Fornell
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, saint Marc nous présente une avalanche de nécessiteux qui s’approchent de Jésus-Sauveur cherchant consolation et santé. Et même, ce jour-là, un homme nommé Jaïre, chef de la synagogue, s’ouvrit un chemin parmi la foule pour implorer la santé de sa fillette: «Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu'elle soit sauvée et qu'elle vive» (Mc 5,23).

    Peut-être cet homme connaissait-il Jésus de vue, parce qu’Il fréquentait la synagogue et, dans son désespoir, décida-t-il de l’appeler à l’aide. Toujours est-il que Jésus, saisissant la foi de ce père affligé, accéda à sa demande. Mais, alors qu’Il se dirigeait vers la maison, la nouvelle survint de ce que la fillette venait de mourir et qu’il était désormais inutile de se déranger: «Ta fille vient de mourir. A quoi bon déranger encore le Maître?» (Mc 5,35).

    Jésus, se rendant compte de la situation, demanda à Jaïre de ne pas se laisser influencer par l’ambiance pessimiste, en lui disant: «Ne crains pas, crois seulement» (Mc 5,36). Jésus demanda à ce père une foi plus grande, capable de surmonter les doutes et la crainte. En arrivant à la maison de Jaïre, le Messie rendit la vie à la fillette avec ces mots: «Talitha koum», ce qui signifie: «Jeune fille, je te le dis, lève-toi!» (Mc 5,41).

    Nous aussi, nous devrions avoir plus de foi, une foi qui ne doute pas face aux difficultés et aux épreuves de la vie, et qui sait mûrir dans la douleur à travers l’union au Christ, comme nous le suggère le pape Benoît XVI dans son encyclique Spe Salvi (Sauvés par l’espérance): «Ce qui guérit l’homme ne consiste pas à éviter la souffrance et à fuir la douleur, mais dans la capacité d’accepter les tribulations, d’y puiser notre maturité et d’y trouver un sens par l’union au Christ, qui souffrit avec un amour infini».

    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-07-01
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Dim 1 Juil - 7:39


    Bonjour Nicolas   Laughing                                                
    Bonjour Véronique   Laughing                                            
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                              

    Que ce Saint Dimanche soit béni et éclairé  par la divine Lumière   sunny

    Église     Bible     Jésus     Colombe



    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Dimanche 1er Juillet 2018

    « Ne crains pas, crois seulement »

    Évangile selon saint Marc 5, 21-43

    En ce temps-là, Jésus regagna en barque l’autre rive, et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord de la mer.

    Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre.

    Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment :

    « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. »

    Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait.

    Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans… – elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans avoir la moindre amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré – … cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement.

    Elle se disait en effet : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. »

    À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.

    Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui.

    Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? »

    Ses disciples lui répondirent : « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : “Qui m’a touché ?” »

    Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait cela.

    Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité.

    Jésus lui dit alors : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. »

    Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre, le chef de synagogue, pour dire à celui-ci :

    « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? »

    Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. »

    Il ne laissa personne l’accompagner, sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques.

    Ils arrivent à la maison du chef de synagogue.

    Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris.

    Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ?

    L’enfant n’est pas morte : elle dort. »

    Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec lui ; puis il pénètre là où reposait l’enfant.

    Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! »

    Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher – elle avait en effet douze ans.

    Ils furent frappés d’une grande stupeur.

    Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personne ; puis il leur dit de la faire manger.

    Prière

    Seigneur, je crois en toi. Je crois que tout ce qui est présent autour de moi peut me parler de toi : les personnes, les circonstances, la création, etc. Souvent je reste aveugle à ta présence. Viens enlever la boue de mes yeux et fais-moi reconnaître ton visage : tu es présent dans le frère qui a besoin d’aide, mais aussi dans celui qui me réconforte, tu es là lorsque je m’émerveille devant un beau paysage ou une nuit étoilée, et tu es aussi présent crucifié quand je souffre l’injustice, la maladie, l’angoisse des bouchons sur la route ou la frustration d’un échec. Apprends-moi à te reconnaître et à unir ma vie à la tienne.

    Demande

    Seigneur, ouvre mes yeux !

    Réflexion

    1.On nous a parfois expliqué qu’il y a deux dimensions dans l’homme, l’une horizontale qui le relie à ses frères, et l’autre verticale qui le relie à Dieu.

    Le danger est alors de s’imaginer d’une part le monde de la prière, de la messe du dimanche, des commandements, et puis de l’autre notre train-train quotidien, certainement moins transcendant, mais qui cependant occupe 95 pour cent de notre temps.

    Mais l’Évangile nous annonce que la foi vient changer notre vie tout entière : c’est le cent pour cent de notre vie qui s’élève à Dieu.

    Jaïre comme la femme malade viennent mettre toute leur vie aux pieds de Jésus, lui présentent des situations de vie ou de mort.

    Tous les deux attendent une nouvelle vie de la part de Jésus.

    2.Quelle est cette situation de vie ou de mort que moi aussi je viens présenter à Jésus aujourd’hui ?

    C’est celle d’une vie sans Dieu, d’une vie seulement humaine.

    Nous avons tous des aspects de notre vie qui ne sont pas encore remplis de Dieu.

    Pourtant cette vie sans Dieu a été plongée dans la mort par notre baptême pour nous faire ressusciter avec le Christ.

    C’est la vie du « vieil homme », l’homme qui vit sans Dieu et qui doit tout réussir à la force du poignet.

    Comme la femme de l’Évangile visite médecin sur médecin et dépense tout son argent sans résultat, le « vieil homme » qui est en nous dépense tout ce qu’il est dans des entreprises humaines qui restent infécondes.

    Et quand arrive la mort et le mal, que ce soit du corps ou de l’âme, il nous susurre, comme à Jaïre :

    « À quoi bon déranger encore le Maître ? » et le découragement peut s’emparer de nous, car il semble que le mal et la mort soient plus forts que la présence du Christ.

    La force du baptême nous a sauvés, mais parfois nous nous laissons convaincre par le « vieil homme » (car nous restons libres !) et nous envoyons l’homme nouveau au placard.

    3.Mais Jésus prend la parole et dit à Jaïre : « Ne crains pas, crois seulement. »

    Que doivent croire Jaïre et l’hémorroïsse ?

    Qu’ils ne peuvent résoudre leur vie seuls, que c’est le don gratuit du Christ qui vient les sauver.

    Cette foi passe par des actes tout simples et incarnés : la femme touche Jésus, Jaïre attend patiemment que Jésus s’occupe de la femme alors que sa fille est en train de mourir.

    La foi leur a ouvert les yeux et ils perçoivent qui est ce Jésus qu’ils ont en face d’eux, son amour et son attention pour eux.

    La foi n’est pas de dédier 5 pour cent de notre semaine à Dieu, mais c’est d’ouvrir nos yeux à sa présence en nous et dans le monde.

    Et la conscience de cette présence de Dieu en nous change tout car c’est elle qui rend possible le passage d’une vie humaine à une vie en Dieu :

    c’est Jésus qui nous donne la force d’aimer sans compter, de pardonner, de souffrir l’injustice et l’humiliation, d’offrir notre travail quotidien par amour.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, ouvre mes yeux ! Aide-moi aujourd’hui à percevoir la dimension divine de mes actions les plus ordinaires vécues avec toi. Quand je rencontre quelqu’un qui souffre, que je puisse unir ma compassion pour cette personne à la tienne et qu’ainsi ma compassion devienne divine. Quand je m’ennuie au travail, que je puisse unir l’inutilité de mon action à ton amour immobilisé et caché dans le tabernacle de mon église, et qu’ainsi mon ennui devienne présence et offrande de mon corps livré pour ceux que j’aime.

    Résolution

    Á la prochaine personne que je croise, demander au Christ, qui vit en moi par le baptême, de l’aimer en moi.

    Frère Melchior Poisson, LC


    "L’enfant n’est pas morte : elle dort"


    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Dim 1 Juil - 18:40

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible




    Lundi 2 Juillet 2018

    De la férie

    13ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre du Prophète Amos 2 : 6 à 10, 13 à 16


    « Ils écrasent la tête des faibles dans la poussière »

    Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
    À cause de trois crimes d’Israël, et même de quatre,
    je l’ai décidé sans retour !
    Ils vendent le juste pour de l’argent,
    le malheureux pour une paire de sandales.
    Ils écrasent la tête des faibles dans la poussière,
    aux humbles ils ferment la route.
    Le fils et le père vont vers la même fille
    et profanent ainsi mon SAINT NOM.
    Auprès des autels, ils se couchent
    sur les vêtements qu’ils ont pris en gage.
    Dans la MAISON de leur DIEU,
    ils boivent le vin de ceux qu’ils ont frappés d’amende.
    Moi, pourtant, J’avais détruit devant eux l’Amorite,
    dont la stature égalait celle des cèdres
    et la vigueur, celle des chênes !
    Je l’avais anéanti de haut en bas,
    depuis les fruits jusqu’aux racines.
    Moi, Je vous avais fait monter du pays d’Égypte
    et Je vous avais, pendant quarante ans,
    conduits à travers le désert,
    pour vous donner en héritage le pays de l’Amorite.
    Eh bien, Moi, maintenant, Je vous écraserai sur place,
    comme un char plein de gerbes
    écrase tout sur son passage.
    L’homme le plus rapide ne pourra pas fuir,
    le plus fort ne pourra pas montrer sa vigueur,
    même le héros ne sauvera pas sa vie.
    L’archer ne tiendra pas,
    le coureur n’échappera pas,
    le cavalier ne sauvera pas sa vie.
    Le plus brave s’enfuira tout nu, ce jour-là,
    – Oracle du SEIGNEUR.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    DIEU paraît pour prononcer SON JUGEMENT


    Psaume appartenant au recueil d’Assaf.

    Psaume 49 (50) , entièrement




    Psaume 49 (50) : 16bc et 17, 18 et 19, 20 et 21ab, 21cd et 22, 23


    R/ Comprenez donc, vous qui oubliez DIEU !

    « Qu’as-tu à réciter Mes LOIS,
    à garder Mon ALLIANCE à la bouche,
    toi qui n’aimes pas les reproches
    et rejettes loin de toi Mes PAROLES ?
    R/

    « Si tu vois un voleur, tu fraternises,
    tu es chez toi parmi les adultères ;
    tu livres ta bouche au mal,
    ta langue trame des mensonges.
    R/

    « Tu t’assieds, tu diffames ton frère,
    tu flétris le fils de ta mère.
    Voilà ce que tu fais ;
    garderai-Je le silence ?
    R/

    « Penses-tu que JE SUIS comme toi ?
    Je mets cela sous tes yeux, et Je t’accuse.
    Comprenez donc, vous qui oubliez DIEU :
    sinon Je frappe, et pas de recours !
    R/

    « Qui offre le sacrifice d’ACTION DE GRÂCE,
    celui-là Me REND GLOIRE :
    sur le chemin qu’il aura pris,
    Je lui ferai voir le SALUT DE DIEU. »
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 8 : 18 à 22

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
    mais écoutez la VOIX DU SEIGNEUR.
    Alléluia.

    (cf. Ps 94, 8a.7d)




    « Suis-Moi »

    En ce temps-là,
    JÉSUS, voyant une foule autour de LUI,
    donna l’ordre de partir vers l’autre rive.
    Un scribe s’approcha et LUI dit :
    « MAÎTRE, je TE suivrai partout où TU iras. »
    Mais JÉSUS lui déclara :
    « Les renards ont des terriers,
    les oiseaux du ciel ont des nids ;
    mais le FILS de l’Homme
    n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
    Un autre de ses disciples lui dit :
    « SEIGNEUR, permets-moi d’aller d’abord
    enterrer mon père. »
    JÉSUS lui dit :
    « Suis-Moi,
    et laisse les morts enterrer leurs morts. »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-02/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Lun 2 Juil - 7:24

    Bonjour Nicolas   Laughing                                
    Bonjour Véronique   Laughing                              
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                              

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny

     Bible     Jésus     Colombe



    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Lundi 2 Juillet 2018

    « Suis-moi »

    Évangile selon saint Matthieu 8, 18-22

    En ce temps-là, Jésus, voyant une foule autour de lui, donna l’ordre de partir vers l’autre rive.

    Un scribe s’approcha et lui dit : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. »

    Mais Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »

    Un autre de ses disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »

    Jésus lui dit : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. »

    Prière

    Seigneur, je viens écouter ta voix et me rappeler de ta présence. Enseigne-moi comment te suivre, montre-moi le chemin. Merci pour ce temps de prière que tu m’offres.

    Demande

    Apprends-moi à te suivre !

    Réflexion

    1.Le scribe de l’Évangile trouve en Jésus un enseignement solide, il est prêt à se mettre à son école.

    Il était fréquent que des rabbis forment une petite école de disciples qui les suivaient.

    Mais Jésus ne lui promet pas une réussite selon le monde, une bonne formation ou un groupe d’amis agréables.

    « Le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »

    Le scribe est plein de générosité, mais Jésus l’invite à une compréhension plus profonde de sa vocation.

    Jésus ne se pose pas en modèle que le scribe doit imiter et suivre « partout », mais il lui dit : j’ai quitté le ciel, j’ai quitté ma maison, mon « nid », pour venir tout prêt de toi et devenir le « Fils de l’homme », sans endroit où reposer ma tête si ce n’est ton cœur.

    La question n’est donc pas seulement si tu me suivras partout, mais si tu es prêt à entrer dans cette relation d’amour total où je m’offre tout à toi.

    Suivre le Christ, c’est nous unir à son exode, au don total de lui-même qui passe par la croix et vainc la mort par la Résurrection.

    2.« Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »

    Nous trouvons un passage parallèle dans la Bible, lorsqu’Élie appelle Elisée à le suivre.

    Élie jette son manteau à Élisée qui est en train de labourer son champ.

    Or le manteau était considéré comme le bien le plus précieux car il protégeait sa vie contre le froid des nuits du Moyen-Orient.

    Élie dépose donc littéralement sa vie aux pieds d’Élisée, ce que Jésus fait avec nous en s’incarnant et en nous appelant.

    Et Élisée, qui représente chacun d’entre nous, répond :

    « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » (1 R 19, 20)

    Son père et sa mère, c’est son origine, son héritage, c’est la référence de sa vie avant qu’il ne rencontre cette personne qui vient lui proposer une nouvelle vie.

    Embrasser son père et sa mère (ou les enterrer dans le cas de l’Évangile), cela signifie retourner à cette vie précédente, et y laisser une partie de son cœur.

    Et Élie répond à Élisée : « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. »

    Élisée comprend qu’il a blessé son cœur, il prend ses bœufs avec l’attelage, brûle tout, et suit Élie.

    3.« Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. »

    Combien de fois retournons-nous à notre vie « mortelle », seulement humaine, comme si Jésus n’existait pas ?

    Dans la version de ce passage selon saint Luc, Jésus ajoute : « Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. » (Lc 9, 60)

    La foi grandit en se transmettant, en portant du fruit.

    Si nous laissons notre foi sous vide, comme une réalité privée, nous finirons par l’asphyxier.

    Á chaque fois que nous annonçons le règne de Dieu nous redécouvrons ce premier amour du Christ qui a conquis notre cœur.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, je veux t’aimer de tout mon cœur, de toutes mes forces et de toute mon âme. Je sais que toi seul peux combler la solitude de mon cœur.

    Résolution

    Abandonner quelque chose de superflu qui m’éloigne de la rencontre personnelle avec Dieu.

    Frère Melchior Poisson, LC


    " Suis Moi "



    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Lun 2 Juil - 10:45

    «Suis-moi»

    Abbé Jordi PASCUAL i Bancells
    (Salt, Girona, Espagne)

    Aujourd'hui, l'Évangile nous présente à travers ses deux personnages principaux une des qualités du bon disciple de Jésus: son indifférence à l'égard des biens matériels. Mais auparavant, le texte de saint Matthieu nous mentionne un détail que je ne voudrais pas négliger de souligner: «Jésus, voyant la foule autour de lui...» (Mt 8,18).

    Une grande foule s'est assemblée auprès de Jésus pour écouter ses paroles, pour que ses maux, corporels et spirituels, soient taris; ils cherchent le salut et une souffle de Vie Joyeuse et Éternelle dans l'agitation de ce monde.

    Il advient aujourd'hui quelque chose de semblable: tous —sens en prendre, peut être, conscience— avons besoin de Dieu, de rassasier notre cœur des véritables biens, comme la connaissance et l'amour de Jesús- Christ et une vie d'amitié avec Lui. Sinon, nous pouvons tomber dans le piège de vouloir remplir notre cœur d'autres “dieux” qui ne peuvent pas donner du sens à notre vie: le téléphone portable, l'Internet, les vacances aux Bahamas, le travail ininterrompu pour gagner chaque fois un peu plus d'argent, une voiture meilleure que celle du voisin, ou la salle de gym pour arborer le plus beau physique du pays.... C'est exactement ce qui arrive aujourd'hui à beaucoup du monde.

    Par contraste, le cri plein de force et de confiance du Pape Jean Paul II retentit, lorsqu'il parle aux jeunes du monde: «On peut être moderne et profondément fidèle à Jésus Christ». Pour cela, comme dit le Seigneur, il est nécessaire de savoir renoncer à tout ce qui nous lie à une vie trop matérialiste qui ferme les portes à l'Esprit.

    «Le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer sa tête. (…) Suis-moi» (Mt 8,22), nous dit l'Évangile d'aujourd'hui. Et saint Grégoire le Grand nous rappelle: «Les choses temporelles pour en user, les éternelles pour en jouir; temporelles comme à des voyageurs, les éternelles comme à des hommes en repos». C'est un bon critère pour examiner si nous suivons les traces de Jésus.

    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-07-02

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Lun 2 Juil - 18:19

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible






    Mardi 3 Juillet 2018

    Saint Thomas, Apôtre
    1er siècle. L’un des douze Apôtres. Devant l’annonce de la résurrection de JÉSUS, il se montra d’abord incrédule, puis exprima sa foi en disant : “Mon SEIGNEUR et mon DIEU !”

    13ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Rouge )
    Année B






    (Première lecture)
    Lettre de Saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2 : 19 à 22

    L'Église fondée sur les Apôtres

    Frères,
    Maintenant, dans le CHRIST JÉSUS,
    vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage,
    vous êtes citoyens du peuple Saint, membres de la Famille de DIEU,
    car vous avez été intégrés dans la construction
    qui a pour fondations les Apôtres et les Prophètes ;
    et la PIERRE ANGULAIRE, c'est le CHRIST JÉSUS LUI-MÊME.
    En LUI, toute la construction s'élève harmonieusement
    pour devenir un Temple Saint dans le SEIGNEUR.
    En LUI, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction
    pour devenir par l'ESPRIT SAINT la demeure de DIEU.


    – PAROLE du SEIGNEUR.



    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








    Louange Universelle


    Psaume 116 (117) : 1, 2

    R/ Allez par le monde entier annoncer la Bonne Nouvelle.

    Louez le SEIGNEUR, tous les peuples ;
    fêtez-LE, tous les pays !
    R/

    SON AMOUR envers nous s'est montré le PLUS FORT ;
    ÉTERNELLE est la FIDÉLITÉ du SEIGNEUR !
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 20 : 24 à 29

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Thomas a vu le SEIGNEUR : il a cru.
    Heureux celui qui croit sans avoir vu !
    Alléluia.
    (cf. Jn 20, 29)




    L'incrédulité et la foi de Thomas

    L'un des Douze, Thomas
    (dont le nom signifie : Jumeau),
    n'était pas avec eux
    quand JÉSUS était venu.
    Les autres Disciples lui disaient :
    « Nous avons vu le SEIGNEUR ! »
    Mais il leur déclara :
    « Si je ne vois pas dans SES MAINS
    la marque des clous,
    si je ne mets pas mon doigt
    à l'endroit des clous,
    si je ne mets pas la main dans SON CÔTÉ,
    non, je ne croirai pas ! »

    Huit jours plus tard,
    les Disciples se trouvaient de nouveau dans la maison,
    et Thomas était avec eux.
    JÉSUS vient,
    alors que les portes étaient verrouillées,
    et IL était là au milieu d'eux.
    IL dit :
    « La paix soit avec vous ! »
    Puis IL dit à Thomas :
    « Avance ton doigt ici, et vois MES MAINS ;
    avance ta main, et mets-la dans MON CÔTÉ :
    cesse d'être incrédule,
    sois croyant. »
    Thomas LUI dit alors :
    « Mon SEIGNEUR et mon DIEU ! »
    JÉSUS lui dit :
    « Parce que tu M'as vu, tu crois.
    Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »


    – Acclamons la PAROLE de DIEU.



    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/










    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-03/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Lun 2 Juil - 18:24

    «Mon Seigneur et mon Dieu!»

    + Abbé Joan SERRA i Fontanet
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, nous célébrons le jour de la Saint Thomas. Jean, l'évangéliste, après avoir décrit l'apparition de Jésus, le jour même de la résurrection, rajoute que Thomas, l'apôtre, n'était pas présent, et lorsque les autres Apôtres, qui avaient vu le Seigneur lui en parlèrent, celui-ci répondit: «Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas» (Jn 20,25).

    Jésus dans sa bonté va à la rencontre de Thomas. Huit jours après, Jésus vient encore parmi eux et dit à Thomas: «Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant» (Jn 20,27).

    —Oh Jésus que tu es bon! Si jamais tu vois que je m'éloigne de toi, viens à ma rencontre comme tu l'as fait avec Thomas.

    La réaction de Thomas fut la suivante: «Mon Seigneur et mon Dieu» (Jn 20,28). Qu'elles sont belles les paroles de Thomas! Il l'appelle “Seigneur” et “Dieu”. Il y a dans ces paroles un acte de foi dans la divinité de Jésus. En le voyant ressuscité, il ne voit plus seulement l'homme Jésus, qui était avec les Apôtres et qui mangeait avec eux, mais il voit aussi son Dieu et son Seigneur.

    Jésus le gronde en lui disant de ne plus être incrédule mais croyant et Il ajoute: «Heureux ceux qui croient sans avoir vu» (Jn 20,28) Nous, nous n'avons pas vu Jésus crucifié, ni Jésus ressuscité, et Il ne nous est pas apparu, néanmoins, nous sommes heureux car nous croyons en ce Jésus-Christ qui est mort et qui est ressuscité pour nous.

    Alors, prions ainsi: «Mon Seigneur et mon Dieu enlève de mon chemin tout ce qui m'éloigne de toi; mon Seigneur et mon Dieu donne moi tout ce qui me rapproche de toi; mon Seigneur et mon Dieu, fais que je m'oublie moi-même afin de me donner entièrement à toi» (Saint Nicolas de Flüe).

    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-07-03
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Mar 3 Juil - 7:26

    Bonjour Nicolas     Laughing                                
    Bonjour Véronique   Laughing                              
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez  Laughing                                

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny

    Bible     Jésus     Colombe



    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Mardi 03 Juillet 2018

    "Mon Seigneur et mon Dieu !"

    Évangile selon saint Jean 20, 24-29

    L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n'était pas avec eux quand Jésus était venu.

    Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! »

    Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
    Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux.

    Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas :

    « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. »

    Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

    Jésus lui dit :« Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

    Prière

    Seigneur, je crois que tu es ressuscité des morts. Je crois que tu es le vainqueur de la mort. Donne-moi une grande foi.

    Demande

    La vertu de la foi.

    Réflexion

    1. Après la mort de Jésus sur la croix, et même un peu avant, les disciples se sont cachés, par peur de subir eux aussi le même sort que Jésus.

    Or les Évangiles nous racontent que le soir du jour de la Résurrection, Jésus revint voir les apôtres dans le lieu où ils se cachaient.

    Mais l’un d’eux n’était pas avec eux, soit qu’il se cachait ailleurs, soit qu’il n’eut pas peur comme les autres au point de rester enfermé toute la journée.

    Quand Thomas, c’est son nom, revient donc voir ses compagnons, ils lui racontent ce qui s’est passé, que Jésus est toujours vivant, et qu’il est venu les voir.

    Mais Thomas ne les croit pas.

    2  Nous ne devons pas blâmer Thomas plus que les autres disciples, qui n’ont pas cru, eux non plus, quand Marie Madeleine et les autres femmes sont venues leur dire qu’elles avaient vu le tombeau vide et que Jésus leur était apparu.

    La foi est une vertu que l’on considère souvent comme acquise.

    Et pourtant avoir vraiment la foi, et la vivre, la mettre en pratique, n’est pas si simple, comme l’exemple des disciples de Jésus nous le montre.

    3. Les moments difficiles, les moments où tout semble obscur, comme pendant la Passion et la mort de Jésus pour les apôtres, sont des occasions pour faire grandir notre foi.

    La foi apporte la certitude là où il y a le doute.

    La foi nous pousse, comme saint Thomas, à reconnaître Jésus comme notre Seigneur et notre Dieu.

    Enfin, la foi, comme le dit Jésus, nous permet d’être heureux.

    Car pour celui qui a la foi et qui met sa confiance dans le Seigneur, rien n’est impossible.

    Pour celui qui a la foi, même la mort, qui semble être la destruction définitive de l’être humain, n’est plus la fin de toute espérance.

    Au contraire, elle devient le début d’une vie en plénitude.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, aide-moi à croire.La foi est un don qui vient de toi. Un don qui nous fait participer de ta vie. Aide-moi à voir toute ma vie, même les plus petites choses, avec foi. Que le regard de la foi devienne habituel en moi. Et avec saint Thomas, je pourrai, tous les jours de ma vie, me mettre à genoux devant toi et redire ces paroles : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

    Résolution

    Réciter le Credo avec conscience et avec foi.

    Père Jean-Marie Fornerod, LC


    Thomas touche les plaies de Jésus


    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Mar 3 Juil - 19:32

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Mercredi 4 Juillet 2018

    Sainte Elisabeth du Portugal
    1271-1336. Épouse du roi Denis de Portugal, mère de famille exemplaire, elle oeuvra pour la paix et fut une grande amie des pauvres.

    13ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B





    (Première lecture)
    Livre d’Amos 5 : 14 et 15, 21 à 24


    DIEU ne supporte pas un culte qui n'est qu'une comédie

    Cherchez le bien et non le mal, afin de vivre. Ainsi le SEIGNEUR, DIEU de l'Univers, sera avec vous, comme vous l'affirmez.
    Détestez le mal, aimez le bien, faites régner le droit dans vos litiges ; peut-être alors le SEIGNEUR, DIEU de l'Univers, aura-t-IL pitié de ce qui reste d'Israël.

    Je déteste, Je méprise vos fêtes, Je n'ai aucun goût pour vos assemblées.
    Quand vous Me présentez des holocaustes et des offrandes, Je ne les accueille pas ; vos sacrifices de bêtes grasses, Je ne les regarde même pas.
    Éloignez de Moi le tapage de vos cantiques ; que Je n'entende pas la musique de vos harpes.
    Mais que le droit jaillisse comme une source ; la justice, comme un torrent qui ne tarit jamais !


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    DIEU paraît pour prononcer Son JUGEMENT


    Psaume appartenant au recueil d’Assaf.

    [Psaume 49 (50), entièrement]




    Psaume 49 (50 ) : 7, 8 et 9,10 et 11, 12 et 13, 16bc et 17


    R/ Écoutons la VOIX du SEIGNEUR, IL nous fera voir le SALUT.

    « Écoute, mon peuple, je parle ;
    Israël, je te prends à témoin.
    Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
    R/

    « Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
    tes holocaustes sont toujours devant Moi.
    Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine,
    pas un bélier de tes enclos.
    R/

    « Tout le gibier des forêts M’appartient
    et le bétail des hauts pâturages.
    Je connais tous les oiseaux des montagnes ;
    les bêtes des champs sont à Moi.
    R/

    « Si J'ai faim, irai-Je te le dire ?
    Le monde et sa richesse M'appartiennent.
    Vais-Je manger la chair des taureaux
    et boire le sang des béliers ?
    R/

    « Qu'as-tu à réciter Mes LOIS,
    à garder Mon ALLIANCE à la bouche,
    toi qui n'aimes pas les reproches
    et rejettes loin de toi Mes PAROLES ? »
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 8 : 28 à 34

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia. DIEU, TU nous donnes la Vie par Ta PAROLE de VÉRITÉ ; TU fais de nous les premiers appelés de toutes Tes Créatures. Alléluia. (Jc 1, 18)



    Les possédés de Gérasa

    Comme JÉSUS arrivait sur l'autre rive du lac, dans le pays des Gadaréniens, deux possédés sortirent du cimetière à Sa Rencontre ; ils étaient si méchants que personne ne pouvait passer par ce chemin.
    Et voilà qu'ils se mirent à crier : « Que nous veux-TU, FILS de DIEU ? Es-TU venu pour nous faire souffrir avant le moment fixé ? »
    Or, il y avait au loin un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.
    Les démons suppliaient JÉSUS : « Si TU nous expulses, envoie-nous dans le troupeau de porcs. »
    IL leur répondit : « Allez-y. » Ils sortirent et ils s'en allèrent dans les porcs ; et voilà que, du haut de la falaise, tout le troupeau se précipita dans la mer, et les porcs moururent dans les flots.
    Les gardiens prirent la fuite et s'en allèrent en ville annoncer tout cela, avec l'affaire des possédés.
    Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de JÉSUS ; et lorsqu'ils LE virent, les gens LE supplièrent de partir de leur région.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-04/romain/messe

    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Mer 4 Juil - 7:13

    Bonjour Nicolas   Laughing                                        
    Bonjour Véronique   Laughing                                  
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                    

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny

     Bible     Jésus     Colombe



    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Mercredi 04 Juillet 2018

    «  Es-tu venu pour nous tourmenter avant le moment fixé ? »


    Évangile selon saint Matthieu 8, 28-34

    En ce temps-là, comme Jésus arrivait sur l’autre rive, dans le pays des Gadaréniens, deux possédés sortirent d’entre les tombes à sa rencontre ; ils étaient si agressifs que personne ne pouvait passer par ce chemin.

    Et voilà qu’ils se mirent à crier : « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ?

    Es-tu venu pour nous tourmenter avant le moment fixé ? »

    Or, il y avait au loin un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.

    Les démons suppliaient Jésus : « Si tu nous expulses, envoie-nous dans le troupeau de porcs. »

    Il leur répondit : « Allez. » Ils sortirent et ils s’en allèrent dans les porcs ; et voilà que, du haut de la falaise, tout le troupeau se précipita dans la mer, et les porcs moururent dans les flots.

    Les gardiens prirent la fuite et s’en allèrent dans la ville annoncer tout cela, et en particulier ce qui était arrivé aux possédés.

    Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus ; et lorsqu’ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur territoire.

    Prière

    Lave-moi, Seigneur, de mes fautes, pour qu’en cet instant je puisse recueillir ta lumière et écouter la parole que tu me donnes. Envoie ton Esprit-Saint pour délier mon esprit et ouvrir mon âme. Amen.

    Demande

    Permets-moi, ô Christ, de regarder le mal avec tes yeux, et reconnaître le bien que tu me donnes chaque jour, en particulier aujourd’hui dans cette parole.

    Réflexion

    1. « (…) deux possédés sortirent d’entre les tombes (…) ; ils étaient si agressifs que personne ne pouvait passer par ce chemin. »

    La possession effraie ou suscite le doute parce qu’elle est incarnation du mal.

    Le mal n’est plus une idée, mais une personne, une existence à part entière : le diable.

    En montrant sa manifestation, l’Évangile clarifie ce qu’est le mal, ses « symptômes » et ses fruits, que nous avons tant de mal à débrouiller parfois : la mort, la peur, la négation d’autrui.

    C’est ce que montrent ces passages.

    2. « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu pour nous tourmenter avant le moment fixé ? »

    Pourtant, la difficulté de combattre le mal vient du fait que, comme l’a dit le Christ, le diable est le prince des menteurs.

    Il mélange la vérité et le mensonge.

    Ainsi, dans la même phrase, il reconnaît l’identité du Christ : Fils de Dieu, ce qui est rare (seul saint Pierre le dira du vivant du Christ) mais il inverse les rôles. « Supplier », « tourmenter » : les esprits des possédés se posent en victime d’un bourreau.

    Nous avons vraiment besoin de l’Esprit Saint dans bien des situations pour pouvoir discerner bien et mal car le mal prend le visage du bien. Le Christ rétablit la vérité en exorcisant il remet les choses à leur place : les vivants sur la terre et les esprits avec les cochons, image de l’impureté pour les juifs, le tout dans la mer, synonyme de la mort.

    3. « (…) les gens le supplièrent de partir de leur territoire. »

    C’est une étrange réaction que celle de la ville proche.

    C’est la peur qui domine : les gardiens fuient, on rejette l’homme responsable de la délivrance des possédés.

    La manifestation de force que cette délivrance a suscitée semble provoquer la peur parce qu’elle a révélé le danger dans lequel la ville et ses environs vivaient.

    Parfois nous avons peur de nous débarrasser d’un vice qui nous ronge.

    Non seulement parce que nous y trouvons du plaisir mais aussi parce que l’habitude nous empêche de concevoir notre vie sans cela.

    Nous ne voyons qu’un vide terrible, sans comprendre que l’abîme qu’il masque ne peut être comblé que par Dieu.

    Nous avons aussi de la complaisance avec notre mal parce que nous refusons de voir l’ampleur du danger qu’il comporte, ou parce que l’accoutumance nous le voile.

    Nous avons bien besoin du Christ pour lever les masques, et parfois nous nous en détournons de peur d’une révélation qui n’est pas à notre honneur.

    Alors, ayons cette pensée réconfortante que le Christ est venu pour révéler et pardonner dans le même temps.

    Confiance et en avant !

    Dialogue avec le Christ

    Ô Christ, fais-moi chercher à ta lumière le bien à faire comme le mal à ne pas faire. Relève-moi dans la tentation et donne-moi de voir en toi d’abord l’homme miséricordieux pour avoir le courage de voir dans ton regard ce qui m’éloigne de toi et me conduit à la mort.

    Résolution

    Aujourd’hui, avec l’aide de l’Esprit-Saint, je veux essayer avec sincérité de voir ce qui me sépare du bien, ces mauvaises habitudes, ces choses que je ne cherche pas à corriger, ce mal dont le contour se floute à force d’accoutumance.
    Pour avoir confiance en ta miséricorde, j’exercerai la mienne : je te prie, Seigneur, pour une personne en particulier dont la situation vis-à-vis de toi est bien éloignée. Viens chercher ton enfant égaré !

    Anne-Pauline Jarry.L.C


    Jésus chasse les démons changés en porcs


    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Mer 4 Juil - 20:19

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Jeudi 5 Juillet 2018

    Saint Antoine-Marie Zaccaria, Prêtre
    Mort en 1539. D’abord médecin, il s’orienta ensuite vers le sacerdoce. D’un zèle apostolique intense, il fonda en 1530 la congrégation des Barnabites.

    13ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre du Prophète Amos 7 : 10 à 17


    « Va, tu seras Prophète pour Mon Peuple »

    En ces jours-là,
    Amazias, le prêtre de Béthel,
    envoya dire à Jéroboam, roi d’Israël :
    « Amos prêche la révolte contre toi,
    en plein royaume d’Israël ;
    le pays ne peut plus supporter tous ses discours,
    car voici ce que dit Amos :
    “Le roi Jéroboam périra par l’épée,
    et Israël sera déporté loin de sa terre.” »
    Puis Amazias dit à Amos :
    « Toi, le voyant, va-t’en d’ici,
    fuis au pays de Juda ;
    c’est là-bas que tu pourras gagner ta vie
    en faisant ton métier de prophète.
    Mais ici, à Béthel, arrête de prophétiser ;
    car c’est un sanctuaire royal,
    un temple du royaume. »

    Amos répondit à Amazias :
    « Je n’étais pas Prophète ni fils de Prophète ;
    j’étais bouvier, et je soignais les sycomores.
    Mais le SEIGNEUR m’a saisi quand j’étais derrière le troupeau,
    et c’est LUI qui m’a dit :
    “Va, tu seras Prophète pour Mon Peuple Israël.”
    Écoute maintenant la PAROLE du SEIGNEUR,
    toi qui me dis :
    “Ne prophétise pas contre Israël,
    ne parle pas contre la maison d’Isaac.”
    Eh bien, voici ce que le SEIGNEUR a dit :
    Ta femme devra se prostituer en pleine ville,
    tes fils et tes filles tomberont par l’épée,
    la terre qui t’appartient sera partagée au cordeau,
    toi, tu mourras sur une terre impure,
    et Israël sera déporté loin de sa terre. »

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    La GLOIRE de DIEU dans l’Univers. La LOI du SEIGNEUR.


    Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de David.

    Psaume 18 (19) , entièrement




    Psaume 18B (19) : 8, 9, 10, 11


    R/ Les DÉCISIONS du SEIGNEUR sont JUSTES ET VRAIMENT ÉQUITABLES.

    La LOI du SEIGNEUR est PARFAITE,
    qui redonne vie ;
    la CHARTE du SEIGNEUR est SÛRE,
    qui rend sages les simples.
    R/

    Les PRÉCEPTES du SEIGNEUR sont DROITS,
    ils réjouissent le cœur ;
    le COMMANDEMENT du SEIGNEUR est LIMPIDE,
    IL clarifie le regard.
    R/

    La CRAINTE qu’IL inspire est PURE,
    elle est là pour toujours ;
    les DÉCISIONS du SEIGNEUR sont JUSTES
    et VRAIMENT ÉQUITABLES :
    R/

    plus désirables que l’or,
    qu’une masse d’or fin,
    plus savoureuses que le miel
    qui coule des rayons.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 1 à 8

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Dans le CHRIST, DIEU réconciliait le monde avec LUI :
    IL a mis dans notre bouche la PAROLE de la RÉCONCILIATION.
    Alléluia.

    (cf. 2 Co 5, 19)




    « Les foules rendirent gloire à DIEU qui a donné un tel pouvoir aux hommes »

    En ce temps-là,
    JÉSUS monta en barque, refit la traversée,
    et alla dans sa ville de Capharnaüm.
    Et voici qu’on LUI présenta un paralysé,
    couché sur une civière.
    Voyant leur foi,
    JÉSUS dit au paralysé :
    « Confiance, mon enfant,
    tes péchés sont pardonnés. »
    Et voici que certains parmi les scribes se disaient :
    « Celui-là blasphème. »
    Mais JÉSUS, connaissant leurs pensées, demanda :
    « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ?
    En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ?
    Dire : “Tes péchés sont pardonnés”,
    ou bien dire : “Lève-toi et marche” ?
    Eh bien ! pour que vous sachiez que le FILS de l’Homme
    a le pouvoir, sur la Terre, de pardonner les péchés…
    – JÉSUS s’adressa alors au paralysé –
    lève-toi, prends ta civière,
    et rentre dans ta maison. »
    Il se leva et rentra dans sa maison.
    Voyant cela, les foules furent saisies de crainte,
    et rendirent gloire à DIEU
    qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-05/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Jeu 5 Juil - 6:41

    Bonjour Nicolas   Laughing                                            
    Bonjour Véronique   Laughing                                        
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                          

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny

    Bible     Jésus     Colombe




    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Jeudi 05 Juillet 2018

    "Le véritable miracle"

    Évangile selon saint Matthieu 9, 1-8

    En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm.

    Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière.

    Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »

    Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. »

    Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ?

    En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ?

    Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… –

    Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. »

    Il se leva et rentra dans sa maison. Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

    Prière

    Seigneur, j’espère en toi. J’espère en toi car tu es le seul qui nous promettes non seulement la guérison pour notre corps, mais aussi pour notre âme. Je crois que tu es le seul qui puisses guérir mon âme.

    Demande

    Une prière pleine de foi.

    Réflexion

    1.Jésus est de retour à Capharnaüm, après un voyage dans différentes villes de Galilée.

    On lui amène alors un homme paralysé, pour obtenir sa guérison.

    Jésus lui dit que ses péchés sont pardonnés.

    Et devant la réaction de quelques scribes qui se trouvaient là, qui se demandent comment Jésus peut affirmer cela, alors que Dieu seul peut pardonner les péchés, Jésus guérit le malade de sa paralysie, montrant alors que c’est bien avec un pouvoir divin qu’il agit.

    2.Dans le récit de ce miracle nous trouvons en fait la clé qui nous permet de comprendre un aspect essentiel de la mission de Jésus.

    C’est du péché, de l’emprise de Satan, que Jésus est venu nous libérer.

    La paralysie de l’âme est un mal bien plus grand que la paralysie du corps.

    Dans cette scène, le premier miracle, le pardon des péchés est en fait bien plus grand que le deuxième, bien que celui-ci soit plus visible.

    Satan veut nous « paralyser », c’est-à-dire nous empêcher d’aimer, de faire le bien et d’être heureux.

    Jésus est venu pour nous libérer de ces chaînes.

    3.Un autre élément important de ce récit, que l’on retrouve dans d’autres miracles de Jésus, c’est qu’il a vu la foi de ceux qui apportaient le malade, et non d’abord la foi du malade lui-même.

    Plusieurs fois, Jésus a guéri, et même ressuscité des personnes quand d’autres venaient avec foi lui demander un miracle.

    Nous devons donc prendre conscience de notre pouvoir d’intercession, en tant que chrétiens, pour les autres.

    Avec une prière confiante, intense et pleine de foi, nous pouvons vraiment accomplir beaucoup de bien autour de nous.

    Notre foi et notre prière peuvent devenir une occasion de guérison pour telle ou telle personne qui n’a pas les moyens ou la foi nécessaire pour faire une prière à Jésus.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, merci de t’intéresser tellement à nous. De t’intéresser à nous pas seulement superficiellement, car c’est jusqu’au plus intime de notre être que tu veux parvenir. Donne-moi la foi pour que je puisse accepter ta grâce dans ma vie et pour qu’avec ma prière pleine de foi je puisse t’aider à faire parvenir ta grâce à tous ceux qui en ont besoin.

    Résolution

    Offrir une prière pour une personne que je connais qui a besoin de la grâce de Jésus.

    Père Jean-Marie Fornerod, LC


    Jésus guérit un paralytique



    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Jeu 5 Juil - 19:39

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible




    Vendredi 6 Juillet 2018

    Sainte Marie Goretti, Vierge et Martyr
    1890-1902. Poignardée par un voisin qui essayait d’abuser d’elle, cette jeune italienne de 12 ans lui pardonna avant de mourir. Elle fut canonisée en 1950.

    13ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre du Prophète Amos 8 : 4 à 6, 9 à 12


    « J’enverrai une faim, non pas de pain, mais la faim d’entendre les PAROLES DU SEIGNEUR »

    Écoutez ceci, vous qui écrasez le malheureux
    pour anéantir les humbles du pays,
    car vous dites :
    « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée,
    pour que nous puissions vendre notre blé ?
    Quand donc le sabbat sera-t-il fini,
    pour que nous puissions écouler notre froment ?
    Nous allons diminuer les mesures,
    augmenter les prix et fausser les balances.
    Nous pourrons acheter le faible pour un peu d’argent,
    le malheureux pour une paire de sandales.
    Nous vendrons jusqu’aux déchets du froment ! »

    Ce jour-là
    – Oracle du SEIGNEUR DIEU –,
    Je ferai disparaître le Soleil en plein midi,
    en plein jour, j’obscurcirai la lumière sur la Terre.
    Je changerai vos fêtes en deuil,
    tous vos chants en lamentations ;
    Je vous obligerai tous à vous vêtir de toile à sac,
    à vous raser la tête.
    Je mettrai ce pays en deuil comme pour un fils unique,
    et, dans la suite des jours, il connaîtra l’amertume.
    Voici venir des jours – Oracle du SEIGNEUR DIEU –,
    où J’enverrai la famine sur la Terre ;
    ce ne sera pas une faim de pain ni une soif d’eau,
    mais la faim et la soif d’entendre les PAROLES DU SEIGNEUR.
    On se traînera d’une mer à l’autre,
    marchant à l’aventure du nord au levant,
    pour chercher en tout lieu la PAROLE DU SEIGNEUR,
    mais on ne la trouvera pas.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    MYSTÈRE et MERVEILLE de la LOI de DIEU


    Psaume 118 (119) , entièrement



    Psaume 118 (119) : 2 et 10, 20 et 30, 40 et 131


    R/ L’homme ne vit pas seulement de pain,
    mais de toute PAROLE qui sort de la BOUCHE DE DIEU.


    Heureux ceux qui gardent les EXIGENCES DE DIEU,
    ils LE cherchent de tout cœur !
    De tout mon cœur, je TE cherche, SEIGNEUR ;
    garde-moi de fuir TES VOLONTÉS.
    R/

    Mon âme a brûlé de désir
    en tout temps pour tes décisions.
    J’ai choisi la voie de la fidélité,
    je m’ajuste à tes décisions.
    R/

    Vois, j’ai désiré TES PRÉCEPTES :
    par TA JUSTICE fais-moi vivre.
    La bouche grande ouverte, j’aspire,
    assoiffé de TES VOLONTÉS.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 9 à 13

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Venez à Moi, vous tous qui peinez
    sous le poids du fardeau, dit le SEIGNEUR,
    et Moi, Je vous procurerai le repos.
    Alléluia.

    (Mt 11, 28)




    « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin. Je veux la MISÉRICORDE, non le sacrifice »

    En ce temps-là,
    JÉSUS vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu,
    assis à son bureau de collecteur d’impôt.
    IL lui dit :
    « Suis-Moi. »
    L’homme se leva et LE suivit.

    Comme JÉSUS était à table à la maison,
    voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)
    et beaucoup de pécheurs
    vinrent prendre place avec LUI et Ses Disciples.
    Voyant cela, les pharisiens disaient à Ses Disciples :
    « Pourquoi votre MAÎTRE mange-t-il
    avec les publicains et les pécheurs ? »
    JÉSUS, qui avait entendu, déclara :
    « Ce ne sont pas les gens bien portants
    qui ont besoin du médecin,
    mais les malades.
    Allez apprendre ce que signifie :

    Je veux la MISÉRICORDE, non le sacrifice

    En effet, Je ne suis pas venu appeler des justes,
    mais des pécheurs. »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-06/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Jeu 5 Juil - 19:45

    «Suis-moi»

    + Abbé Pere CAMPANYÀ i Ribó
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, l'Évangile nous parle d'une vocation, celle du publicain Mathieu. Jésus prépare le petit groupe des disciples qui devront continuer sa mission de salut. Il prend ceux qu'Il veut: des pêcheurs ou des gens d'un métier humble. Ainsi Il appelle un publicain à le suivre, profession qui était mal vue par les juifs, qui se considéraient eux comme étant les parfaits témoins de la loi, et qui se disaient que cette profession se rapprochait un peu trop d'une vie de péché car ils percevaient les impôts au nom du gouverneur romain auquel ils ne voulaient pas se soumettre.

    L'invitation de Jésus est suffisante: «Suis-moi» (Mt 9,9). Avec un seul mot du Maître, Mathieu abandonne sa profession et dans sa joie il l'invite chez lui pour un festin pour le remercier. Il va de soi que Mathieu avait de bons amis qui exerçaient le même métier que lui et qui étaient à ses cotés pour fêter cet événement. D'après les pharisiens, ils étaient tous des pécheurs reconnus par tout le monde comme tels.

    Les pharisiens ne peuvent pas se taire et font des commentaires aux disciples: «Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs» (Mt 9,10). La réponse de Jésus ne se fait pas attendre: «Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades» (Mt 9,12). L'analogie est parfaite: «Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs» (Mt 9,13).

    Les paroles de cet Évangile sont toujours d'actualité. Jésus continue à nous inviter à le suivre, chacun selon sa condition et sa profession. Suivre Jésus, veut dire très souvent, abandonner nos passions désordonnées, nos mauvais comportements familiaux, le gaspillage du temps pour consacrer du temps à la prière, au banquet eucharistique, à l'évangélisation. Enfin, tout cela veut dire «qu'un chrétien n'est pas son propre maître, mais qu'il s'offre au service de Dieu» (Saint Ignace d'Antioche)

    Certainement, Jésus me demande des changements dans ma vie, et je me demande à quel groupe de personnes j'appartiens, à ceux qui se sentent parfaits ou bien à ceux qui se reconnaissent sincèrement comme étant imparfaits? Je peux vraiment m'améliorer, n'est-ce pas?

    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-07-06
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Ven 6 Juil - 7:12

    Bonjour Nicolas   Laughing                                                  
    Bonjour Véronique   Laughing                                            
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                              

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny

     Bible     Jésus     Colombe



    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Vendredi 06 Juillet 2018

    « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin »

    Évangile selon saint Matthieu 9, 9-13

    En ce temps-là, Jésus vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôt.

    Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.

    Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples.

    Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? »

    Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades.

    Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

    Prière

    Seigneur Jésus, je me mets humblement devant toi. Tu sais combien ma foi est fragile. Quand je doute de ta présence, donne-moi l’humilité de croire en toi, et la force de fermer la porte au diable et à ses illusions. Sainte Vierge Marie et sainte Maria Goretti, je vous confie ce moment de prière !

    Demande

    Seigneur, guéris-moi !

    Réflexion

    1.Aujourd’hui, le passage de l’Évangile me transporte à Capharnaüm, au bord de la mer de Galilée. Jésus vient de guérir le paralytique devant les yeux de tous, et il se dirige maintenant vers une des sorties de la ville, où se trouve le bureau de collecteur d’impôts.

    Jésus n’aurait pu faire que passer. Les raisons n’auraient pas manqué : sa journée était déjà plus que remplie, ce publicain ne lui avait rien demandé, etc.

    Mais ces excuses ne lui viennent même pas à l’esprit.

    Jésus n’hésite pas : il aperçoit Matthieu et il l’appelle.

    La réponse de Matthieu est sans hésitation, elle aussi.

    Il se lève et suit Jésus. Cet appel n’a duré qu’un instant.

    Et pourtant, c’est un tournant dans la vie du collecteur d’impôts.

    Et moi ? Est-ce que je me souviens de ma rencontre avec le Christ, de ce tournant de ma vie ?

    Comme l’a dit le pape Benoît XVI :

    « À l’origine du fait d’être chrétien il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive. » (Lettre encyclique Deus Caritas est, 25 décembre 2005, 1).

    Je ne peux pas me dire chrétien si je n’ai pas fait, comme saint Matthieu, l’expérience de la présence pleine d’amour du Seigneur.

    2.Passons à la deuxième scène rapportée par ce passage de l’Évangile.

    On y voit Jésus attablé avec ses disciples, ainsi que des publicains et des pécheurs.

    Mais qui sont ces gens-là ? Les premiers sont des juifs qui collectent l’impôt au profit de l’occupant romain.

    Ils sont méprisés par les hommes pieux d’Israël, non seulement parce qu’ils collaborent avec l’ennemi et ne peuvent observer les prescriptions de pureté légale, mais aussi parce qu’ils ont le droit tacite de profiter de leur charge pour s’en « mettre plein les poches ».

    Quant aux pécheurs, c’est ainsi qu’on désigne soit les Juifs qui ne pratiquent pas la Loi, soit, par généralisation, les païens.

    Contrairement aux pharisiens, Jésus ne les évite pas, mais il les accepte ouvertement.

    « Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

    C’est pour les guérir de leur péché que le Christ, le vrai médecin, est venu. Un médecin ne peut rien faire si le patient cache sa maladie.

    Et moi ? Est-ce que je me crois en bonne santé ?

    Ou est-ce que je me reconnais pécheur ?

    Le Christ n’attend qu’une humble demande de ma part pour venir me guérir.

    3.L’appel de Matthieu et le repas avec les pécheurs est un résumé de tout l’Évangile.

    En effet, si le Christ s’est incarné, c’est pour appeler les pécheurs à la conversion.

    Et la vraie conversion consiste précisément à accompagner Jésus, à être avec lui, à le suivre.

    Jean le Baptiste exigeait de ses disciples une pénitence rigoureuse.

    La conversion que demande Jésus est plus une question de miséricorde que de sacrifice.

    Comme dans la parabole du fils prodigue, la conversion consiste à se jeter dans les bras du Père.

    Or, les mains du Père, comme le dit saint Irénée (Contre les Hérésies, livre IV, préface, 4), ce sont justement le Christ et l’Esprit-Saint !

    La conversion que Dieu veut de moi consiste à entrer en communion avec Jésus et avec l’Esprit.

    S’unir au Christ, c’est ce que sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus a cherché à faire tout au long de ses années au Carmel.

    « Voici ma prière, dit-elle, je demande à Jésus de m’attirer dans les flammes de son amour, de m’unir si étroitement à lui, qu’il vive et agisse en moi.

    Je sens que plus le feu de l’amour embrasera mon cœur, […] plus aussi les âmes qui s’approcheront de moi (pauvre petit débris de fer inutile, si je m’éloignais du brasier divin), plus ces âmes courront avec vitesse à l’odeur des parfums de leur Bien-Aimé, car une âme embrasée d’amour ne peut rester inactive. » (Manuscrit C, dernières pages)

    Et moi ? Suis-je conscient que je ne peux sauver mes frères que dans la mesure où je suis uni à Jésus ?

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur Jésus, médecin de mon âme, donne-moi l’humilité nécessaire pour reconnaître mon péché et la confiance nécessaire pour te demander la guérison ! Unis-moi à toi par des liens que rien ne pourra plus briser ! Sainte Vierge Marie, mère des pécheurs, mène-moi vers ton Fils !

    Résolution

    Aujourd’hui, je prendrai quelques minutes pour me demander comment rencontrer le Seigneur pendant cet été.

    Frère Benoît Terrenoir, LC





    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Ven 6 Juil - 18:31

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible




    Samedi 7 Juillet 2018

    Bienheureuse VIERGE MARIE
    Les Samedis du Temps Ordinaire où il n’y a pas de mémoire obligatoire, on peut faire mémoire de la VIERGE MARIE, selon une tradition qui honore la foi et l’espérance sans défaut de MARIE le Samedi Saint.


    De la férie
    13ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre du Prophète Amos 9 : 11 à 15


    « Je ramènerai les captifs de Mon Peuple et Je les planterai sur leur sol »

    Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
    Ce jour-là, Je relèverai la hutte de David, qui s’écroule ;
    Je réparerai ses brèches, Je relèverai ses ruines,
    Je la rebâtirai telle qu’aux jours d’autrefois,
    afin que ses habitants prennent possession
    du reste d’Édom et de toutes les nations
    sur lesquelles MON NOM fut jadis invoqué,
    – Oracle du SEIGNEUR, qui fera tout cela.
    Voici venir des jours
    – Oracle du SEIGNEUR –
    où se suivront de près laboureur et moissonneur,
    le fouleur de raisins et celui qui jette la semence.
    Les montagnes laisseront couler le vin nouveau,
    toutes les collines en seront ruisselantes.
    Je ramènerai les captifs de Mon Peuple Israël ;
    ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront ;
    ils planteront des vignes et en boiront le vin ;
    ils cultiveront des jardins et en mangeront les fruits.
    Je les planterai sur leur sol,
    et jamais plus ils ne seront arrachés
    du sol que Je leur ai donné.
    Le SEIGNEUR ton DIEU a parlé.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Le SEIGNEUR parle de PAIX


    Du répertoire du chef de chorale. Psaume appartenant au recueil de la confrérie de Coré.

    Psaume 84 (85) , entièrement




    Psaume 84 (85) : 9, 11 et 12, 13 et 14


    R/ Ce que dit le SEIGNEUR,
    c’est la PAIX pour Son Peuple.


    J’écoute : que dira le SEIGNEUR DIEU ?
    Ce qu’IL dit, c’est la PAIX
    pour Son Peuple et Ses FIDÈLES ;
    qu’ils ne reviennent jamais à leur folie !
    R/

    AMOUR ET VÉRITÉ se RENCONTRENT,
    JUSTICE ET PAIX s’EMBRASSENT ;
    la VÉRITÉ germera de la Terre
    et du Ciel se penchera la JUSTICE.
    R/

    Le SEIGNEUR donnera SES BIENFAITS,
    et notre Terre donnera SON FRUIT.
    La JUSTICE marchera devant LUI,
    et SES PAS traceront le CHEMIN.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 14 à 17

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Mes Brebis écoutent Ma VOIX, dit le SEIGNEUR ;
    Moi, Je Les connais, et Elles Me suivent.
    Alléluia.

    (Jn 10, 27)




    « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le TEMPS où l’ÉPOUX est avec eux ? »

    En ce temps-là,
    les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de JÉSUS en disant :
    « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons,
    Tes Disciples ne jeûnent-ils pas ? »
    JÉSUS leur répondit :
    « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil
    pendant le TEMPS où l’ÉPOUX est avec eux ?
    Mais des jours viendront où l’ÉPOUX leur sera enlevé ;
    alors ils jeûneront.
    Et personne ne pose une pièce d’étoffe neuve
    sur un vieux vêtement,
    car le morceau ajouté tire sur le vêtement,
    et la déchirure s’agrandit.
    Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ;
    autrement, les outres éclatent,
    le vin se répand,
    et les outres sont perdues.
    Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves,
    et le tout se conserve. »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-07/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Sam 7 Juil - 9:37

    «Un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé»

    Abbé Joaquim FORTUNY i Vizcarro
    (Cunit, Tarragona, Espagne)

    Aujourd'hui, nous remarquons comment avec Jésus commence un temps nouveau et une nouvelle doctrine, enseignée avec autorité et, comme toute chose nouvelle, elle choque les politiques et les autorités. Ainsi, dans les pages qui précèdent cet Évangile nous voyons Jésus en train de pardonner et guérir l'homme paralysé pendant que les pharisiens se scandalisent; Jésus appelant Mathieu un percepteur d'impôts et mangeant chez lui avec d'autres publicains et pécheurs pendant que les pharisiens "grimpent aux murs"; et dans l'Évangile d'aujourd'hui ce sont les disciples de Jean qui viennent vers Jésus car ils ne comprennent pas pourquoi Lui et ses disciples ne jeûnent pas.

    Jésus, qui ne laisse jamais personne sans réponse, leur dira: «Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l'Époux est avec eux? Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront» (Mt 9,15). Le jeûne était et est, le "praxis" pénitentielle qui contribue à «acquérir la maîtrise de nos instincts et la liberté du cœur» (Catéchisme de l'Église Catholique, n. 2043) ainsi qu'à interpréter la miséricorde divine. Mais à ce moment précis la miséricorde et l'amour infini de Dieu étaient parmi eux dans la présence de Jésus, le Verbe Incarné. Comment pouvaient-ils jeûner? La seule attitude possible était la joie, le bonheur d'avoir la présence de Dieu fait homme. Comment pouvaient-ils jeûner si Jésus venait de leur révéler une nouvelle manière de se mettre en rapport avec Dieu, un esprit nouveau qui rompait avec toutes les anciennes façons de procéder?

    Aujourd'hui Jésus est là: «Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde» (Mt 28,20), et Il n'est pas là car Il a retourné au Père et nous clamons: «Viens Seigneur Jésus».

    Nous sommes dans l'attente. C'est pour cela qu'il faut que nous nous renouvelions chaque jour avec l'esprit nouveau de Jésus, afin de nous détacher de la routine, jeûner de tout ce qui peut nous empêcher d'avancer vers une identification totale avec le Christ, vers la sanctification. «Justes sont nos pleurs -notre jeûne- si nous brûlons d'envie de le voir» (Saint Augustin).

    Nous supplions notre Sainte Mère Marie de nous concéder les grâces nécessaires pour vivre la joie de savoir que nous sommes des enfants aimés.

    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-07-07

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Sam 7 Juil - 19:40

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Dimanche 8 Juillet 2018

    14ième Dimanche du Temps Ordinaire

    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre du Prophète Ézékiel 2 : 2 à 5


    « C’est une engeance de rebelles ! Qu’ils sachent qu’il y a un Prophète au milieu d’eux ! »

    En ces jours-là,
    l’ESPRIT vint en moi
    et me fit tenir debout.
    J’écoutai CELUI qui me parlait.
    IL me dit :
    « Fils d’homme, Je t’envoie vers les fils d’Israël,
    vers une nation rebelle qui s’est révoltée contre Moi.
    Jusqu’à ce jour, eux et leurs pères
    se sont soulevés contre Moi.
    Les fils ont le visage dur,
    et le cœur obstiné ;
    c’est à eux que Je t’envoie.
    Tu leur diras :
    ‘Ainsi PARLE le SEIGNEUR DIEU...’
    Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas
    – c’est une engeance de rebelles ! –
    ils sauront qu’il y a un Prophète au milieu d’eux. »



    – PAROLE du SEIGNEUR.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    L’attente des humiliés

    Chant des pèlerinages.





    Psaume 122 (123) : 1 et 2ab, 2cdef, 3 et 4


    R/ Nos yeux, levés vers le SEIGNEUR,
    attendent SA PITIÉ.


    Vers TOI j’ai les yeux levés,
    vers TOI qui es au Ciel,
    comme les yeux de l’esclave
    vers la main de son maître.
    R/


    Comme les yeux de la servante
    vers la main de sa maîtresse,
    nos yeux, levés vers le SEIGNEUR notre DIEU,
    attendent SA PITIÉ.
    R/


    Pitié pour nous, SEIGNEUR, pitié pour nous :
    notre âme est rassasiée de mépris.
    C’en est trop, nous sommes rassasiés
    du rire des satisfaits,
    du mépris des orgueilleux !
    R/


    [center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







    (Deuxième lecture)
    Deuxième Lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 12 : 7 à 10


    « Je mettrai ma fierté dans mes faiblesses, afin que la PUISSANCE du CHRIST fasse en moi SA DEMEURE »

    Frères,
    les révélations que j’ai reçues
    sont tellement extraordinaires
    que, pour m’empêcher de me surestimer,
    j’ai reçu dans ma chair une écharde,
    un envoyé de Satan qui est là pour me gifler,
    pour empêcher que je me surestime.
    Par trois fois,
    j’ai prié le SEIGNEUR de l’écarter de moi.
    Mais IL m’a déclaré :
    « Ma GRÂCE te suffit,
    car MA PUISSANCE donne toute sa mesure dans la faiblesse. »
    C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses,
    afin que la PUISSANCE du CHRIST fasse en moi SA DEMEURE.
    C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le CHRIST
    les faiblesses, les insultes, les contraintes,
    les persécutions et les situations angoissantes.
    Car, lorsque je suis faible,
    c’est alors que je suis fort.



    – PAROLE du SEIGNEUR.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 6 : 1 à 6

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.

    L’ESPRIT du SEIGNEUR est sur Moi :
    IL M’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres.

    Alléluia.
    (Lc 4, 18ac)




    « Un Prophète n’est méprisé que dans son pays »

    En ce temps-là,
    JÉSUS se rendit dans Son Lieu d’Origine,
    et Ses Disciples LE suivirent.
    Le jour du sabbat,
    IL se mit à enseigner dans la synagogue.
    De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient :
    « D’où cela LUI vient-il ?
    Quelle est cette SAGESSE qui LUI a été donnée,
    et CES GRANDS MIRACLES qui se réalisent par SES MAINS ?
    N’est-IL pas le charpentier, le Fils de MARIE,
    et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?
    Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
    Et ils étaient profondément choqués à SON SUJET.
    JÉSUS leur disait :
    « Un Prophète n’est méprisé que dans Son Pays,
    Sa Parenté et Sa Maison. »
    Et là IL ne pouvait accomplir aucun miracle ;
    IL guérit seulement quelques malades
    en leur imposant les mains.
    Et IL s’étonna de leur manque de foi.
    Alors, JÉSUS parcourait les villages d’alentour en enseignant.



    – Acclamons la PAROLE de DIEU.




    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris











    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-08/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Sam 7 Juil - 20:59

    «Il s'étonna de leur manque de foi»

    Abbé Joaquim PETIT Llimona, L.C.
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, la liturgie nous aide à découvrir les sentiments du Coeur de Jésus: «Il s'étonna de leur manque de foi» (Mc 6,6). Sans aucun doute les disciples furent-ils impressionnés par le manque de foi des concitoyens du Maître et par la réaction de ce dernier. Normalement, les choses auraient dû se passer autrement: ils arrivaient au pays où ils avaient vécu tant d'années, les gens avaient entendu parler des oeuvres que Jésus réalisait et il eut été logique qu'ils l'accueillissent avec affection et confiance, mieux disposés que quiconque à écouter ses enseignements. Il advint tout le contraire: «Et ils étaient profondément choqués à cause de lui» (Mc 6,3).

    La surprise de Jésus devant l'attitude des gens de sa terre nous montre un coeur qui fait confiance aux hommes, qui espère une réponse et que l'absence de celle-ci ne laisse pas indifférent, car c'est un cœur qui se donne en cherchant notre bien. Saint Bernard le dit très bien, quand il écrit: «Le Fils de Dieu est venu et il fit de telles merveilles en ce monde qu'il arracha notre esprit à tout ce qui est mondain, pour que nous méditions et jamais ne cessions de mesurer ses merveilles. Il nous a laissé des horizons infinis pour distraire notre intelligence, et un fleuve d'idées si abondant qu'il est impossible de l'épuiser. Y a-t-il quelqu'un capable de comprendre pourquoi la majesté suprême a-t-elle voulu mourir pour nous donner la vie, servir pour que ce soit nous qui régnions, vivre exilée pour nous ramener dans notre patrie, et se rabaisser jusqu'à ce qu'il y a de plus vil et de plus ordinaire pour nous élever au-dessus de tout?».

    Combien la vie des habitants de Nazareth s'en fut trouvée changée s'ils s'étaient approchés de Jésus avec foi! Demandons-lui jour après jour, comme ses disciples: «Seigneur, augmente en nous la foi» (Lc 17,5), afin de nous ouvrir de plus en plus à son action aimante en nous.
    http://evangeli.net/evangile/jour/2018-07-08

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Dim 8 Juil - 18:44

    Bonsoir Maud Bible
    Bonsoir Véronique1 Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Lundi 9 Juillet 2018

    Saint Augustin Zhao Rong, Prêtre, et ses compagnons ; Martyrs
    Premier prêtre chinois martyrisé. Il fait partie des cent vingt martyrs, canonisés en 2000, qui donnèrent leur vie pour le CHRIST, en Chine, du XVIIe au XXe siècle.

    14ième semaine du Temps Ordinaire
    (Couleur liturgique : Vert )
    Année B







    (Première lecture)
    Livre du Prophète Osée 2 : 16, 17b et 18, 21 et 22


    « Je ferai de toi mon épouse pour toujours »

    Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
    Mon épouse infidèle,
    Je vais la séduire,
    Je vais l’entraîner jusqu’au désert,
    et Je lui parlerai cœur à cœur.
    Là, elle Me répondra
    comme au temps de sa jeunesse,
    au jour où elle est sortie du pays d’Égypte.
    En ce jour-là – Oracle du SEIGNEUR –,
    voici ce qui arrivera :
    Tu M’appelleras : « MON ÉPOUX »
    et non plus : « Mon Baal » (c’est-à-dire « mon maître »).
    Je ferai de toi Mon Épouse pour toujours,
    Je ferai de toi Mon Épouse
    dans la JUSTICE et le DROIT,
    dans la FIDÉLITÉ et la TENDRESSE ;
    Je ferai de toi Mon Épouse dans la LOYAUTÉ,
    et tu connaîtras le SEIGNEUR.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    TON RÈGNE EST UN RÈGNE ÉTERNEL


    Chant de louange appartenant au recueil de David.

    Psaume 144 (145) , entièrement




    Psaume 144 (145) : 2 et 3, 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9


    R/ Le SEIGNEUR EST TENDRESSE ET PITIÉ !

    Chaque jour je TE bénirai,
    je louerai TON NOM toujours et à jamais.
    IL EST GRAND, LE SEIGNEUR, HAUTEMENT LOUÉ ;
    à SA GRANDEUR, IL n’est pas de limite.
    R/

    D’âge en âge, on vantera TES ŒUVRES,
    on proclamera TES EXPLOITS.
    Je redirai le RÉCIT de TES MERVEILLES,
    TON ÉCLAT, TA GLOIRE ET TA SPLENDEUR.
    R/

    On dira TA FORCE REDOUTABLE ;
    je raconterai TA GRANDEUR.
    On rappellera TES IMMENSES BONTÉS ;
    tous acclameront TA JUSTICE.
    R/

    Le SEIGNEUR EST TENDRESSE ET PITIÉ,
    lent à la colère et PLEIN D’AMOUR ;
    la BONTÉ DU SEIGNEUR est pour tous,
    SA TENDRESSE, pour toutes SES ŒUVRES.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Matthieu 9 : 18 à 26

    Acclamation de l’Évangile :
    Alléluia. Alléluia.
    Notre SAUVEUR, le CHRIST JÉSUS, a détruit la mort ;
    IL a fait RESPLENDIR la VIE par l’ÉVANGILE.
    Alléluia.

    (2 Tm 1, 10)




    « Ma fille est morte à l’instant ; mais viens, et elle vivra »

    En ce temps-là,
    tandis que JÉSUS parlait aux disciples de Jean le Baptiste,
    voilà qu’un notable s’approcha.
    Il se prosternait devant LUI en disant :
    « Ma fille est morte à l’instant ;
    mais viens lui imposer la main,
    et elle vivra. »
    JÉSUS se leva et le suivit, ainsi que Ses Disciples.

    Et voici qu’une femme
    souffrant d’hémorragies depuis douze ans
    s’approcha par derrière
    et toucha la frange de SON VÊTEMENT.
    Car elle se disait en elle-même :
    « Si je parviens seulement à toucher SON VÊTEMENT,
    je serai sauvée. »
    JÉSUS se retourna et, la voyant, lui dit :
    « Confiance, ma fille !
    Ta foi t’a sauvée. »
    Et, à l’heure même, la femme fut sauvée.

    JÉSUS, arrivé à la maison du notable,
    vit les joueurs de flûte
    et la foule qui s’agitait bruyamment.
    Il dit alors :
    « Retirez-vous.
    La jeune fille n’est pas morte : elle dort. »
    Mais on se moquait de LUI.
    Quand la foule fut mise dehors,
    IL entra, LUI saisit la main,
    et la jeune fille se leva.
    Et la nouvelle se répandit dans toute la région.

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)


    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/








    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    https://www.aelf.org/2018-07-09/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Dim 8 Juil - 20:48

    «Ta foi t'a sauvée»

    Abbé Antoni CAROL i Hostench
    (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, la liturgie de la Parole nous invite à admirer deux magnifiques manifestations de foi. Si magnifiques qu'elles méritèrent d'émouvoir le cœur de Jésus-Christ et de provoquer sa réponse immédiate. Le Seigneur ne se laisse pas gagner en générosité!

    «Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra» (Mt 9,18). Nous pourrions presque dire qu'une foi ferme “oblige” Dieu. Ce genre d'obligation est particulièrement de Son goût. L'autre témoignage de foi dans l'Évangile d'aujourd'hui est aussi impressionnant. «Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée» (Mt 9,22).

    L'on pourrait même dire que Dieu se laisse “manipuler” de bon gré par notre bonne foi. Ce qu'il n'admet pas, c'est que nous le tentions par manque de foi. Ce fut le cas de Zacharie, qui demanda une preuve à l'archange Gabriel: «Zacharie dit à l'ange: ‘A quoi connaîtrai-je cela?’» (Lc 1,18). L'archange ne recula pas d'un poil: «Moi je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu (…). Et voici que tu vas être réduit au silence et sans pouvoir parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, lesquelles s'accompliront en leur temps» (Lc 1,19-20). Et c'est ce qu'il advint.

    C'est Lui-même qui veut “s'obliger” et “se lier” par notre foi: «Et moi je vous dis: demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira» (Lc 11,9). Il est notre Père et ne veut rien refuser de ce qui convient à ses enfants.

    Mais il faut lui manifester nos demandes avec simplicité; la confiance et le naturel avec Dieu exigent de Le fréquenter: pour confier en quelqu'un nous devons le connaître; et pour le connaître, il faut le fréquenter. De la sorte, «la foi fait jaillir la prière, et la prière, dès qu'elle jaillit, atteint la fermeté de la foi» (Saint Augustin). N'oublions pas la louange que mérita sainte Marie: «Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur!» (Lc 1,45).


    evangeli.net/evangile/jour/2018-07-09
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2433
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 72
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Dim 8 Juil - 20:48

    «Ta foi t'a sauvée»

    Abbé Antoni CAROL i Hostench
    (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, la liturgie de la Parole nous invite à admirer deux magnifiques manifestations de foi. Si magnifiques qu'elles méritèrent d'émouvoir le cœur de Jésus-Christ et de provoquer sa réponse immédiate. Le Seigneur ne se laisse pas gagner en générosité!

    «Ma fille est morte à l'instant; mais viens lui imposer la main, et elle vivra» (Mt 9,18). Nous pourrions presque dire qu'une foi ferme “oblige” Dieu. Ce genre d'obligation est particulièrement de Son goût. L'autre témoignage de foi dans l'Évangile d'aujourd'hui est aussi impressionnant. «Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée» (Mt 9,22).

    L'on pourrait même dire que Dieu se laisse “manipuler” de bon gré par notre bonne foi. Ce qu'il n'admet pas, c'est que nous le tentions par manque de foi. Ce fut le cas de Zacharie, qui demanda une preuve à l'archange Gabriel: «Zacharie dit à l'ange: ‘A quoi connaîtrai-je cela?’» (Lc 1,18). L'archange ne recula pas d'un poil: «Moi je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu (…). Et voici que tu vas être réduit au silence et sans pouvoir parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, lesquelles s'accompliront en leur temps» (Lc 1,19-20). Et c'est ce qu'il advint.

    C'est Lui-même qui veut “s'obliger” et “se lier” par notre foi: «Et moi je vous dis: demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira» (Lc 11,9). Il est notre Père et ne veut rien refuser de ce qui convient à ses enfants.

    Mais il faut lui manifester nos demandes avec simplicité; la confiance et le naturel avec Dieu exigent de Le fréquenter: pour confier en quelqu'un nous devons le connaître; et pour le connaître, il faut le fréquenter. De la sorte, «la foi fait jaillir la prière, et la prière, dès qu'elle jaillit, atteint la fermeté de la foi» (Saint Augustin). N'oublions pas la louange que mérita sainte Marie: «Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur!» (Lc 1,45).


    evangeli.net/evangile/jour/2018-07-09
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6905
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Lun 9 Juil - 7:02

    Bonjour Nicolas   Laughing                                                      
    Bonjour Véronique   Laughing                                                  
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                    

    Que cette journée  soit bénie et éclairée  par la divine Lumière   sunny

    Bible     Jésus     Colombe



    Méditation  sur l’ Evangile de ce jour  : Lundi 09 Juillet 2018

    « Confiance ! Ta foi t’a sauvée ! »

    Évangile selon saint Matthieu 9, 18-26

    En ce temps-là, tandis que Jésus parlait aux disciples de Jean le Baptiste, voilà qu’un notable s’approcha.

    Il se prosternait devant lui en disant : « Ma fille est morte à l’instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. »

    Jésus se leva et le suivit, ainsi que ses disciples.

    Et voici qu’une femme souffrant d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement.

    Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. »

    Jésus se retourna et, la voyant, lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. »

    Et, à l’heure même, la femme fut sauvée. Jésus, arrivé à la maison du notable, vit les joueurs de flûte et la foule qui s’agitait bruyamment.

    Il dit alors : « Retirez-vous.

    La jeune fille n’est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui.

    Quand la foule fut mise dehors, il entra, lui saisit la main, et la jeune fille se leva.

    Et la nouvelle se répandit dans toute la région.

    Priere

    En ce temps d’été, où l’on a moins d’urgence pour faire ceci ou cela, je prends le temps de prier, de contempler le Christ, vrai Dieu et vrai homme, et je me remplis de confiance par la sérénité qu’il me transmet et par son amour tout-puissant.

    Demande

    Devant les urgences et les besoins de chaque personne, si nombreux, je te contemple, Seigneur, et je veux apprendre à vivre dans ta confiance, sûr que ton amour m’accompagne et me conduit dans tout ce que je dois faire.

    Réflexion

    1.Le Seigneur est mis devant l’urgence d’aider une jeune fille face à la mort, quand il est interrompu par une femme malade.

    Qu’est-ce qui est le plus urgent, Seigneur ? Que faire quand il faut donner de la tête partout ? Quand tout ce que l’on me demande semble urgent ? Quand je vois autour de moi tant de besoins ?

    Accorde-moi la grâce de te voir dans cette situation difficile, mais pourtant pleine de sérénité.

    Je te confie tous mes sentiments, toutes mes tensions, tous mes tiraillements.

    Je veux apprendre de toi à vivre, à avoir confiance, à aimer.

    Qu’as-tu fait dans cette situation, Seigneur ? (Dans le silence de la contemplation, je vois ce que Jésus fait, comment il réagit, comment il répond).

    2.Jésus apprécie notre foi et la rend féconde.

    Jésus n’est pas indifférent à la force de la foi de cette femme.

    Il le sait, il le sent. Il y a eu quelque chose de différent.

    Une grâce est sortie de lui et c’est la confiance, la foi de cette femme qui l’a obtenue.

    Dieu apprécie notre foi, il encourage notre confiance, et il la bénit par des fruits concrets.

    Augmente en nous la foi, Seigneur. Je veux te plaire par ma confiance.

    C’est ce que je peux t’offrir et je sais que tu l’apprécies tant.

    3.Le qu’en dira-t-on

    Jésus est en plein milieu du qu’en dira-t-on, de la moquerie des gens.

    Tous le tournent en ridicule car la jeune fille est morte.

    Au milieu de la souffrance, la méchanceté a encore la force de se moquer, de ridiculiser, de critiquer...

    Jésus passe au milieu de tout cela ; en silence. Il continue, pour elle (pour cette jeune fille), pour lui (pour son papa qui lui a demandé de l’aide) ; pour eux (qui critiquent et ne croient pas).

    Le Christ continue, car c’est lui, le chemin, la vérité et la vie. Il continue car il porte la rédemption pour tous.

    4.« La jeune fille n’est pas morte ; elle dort. »

    La jeune fille est vraiment morte et Jésus l’a ressuscitée.

    Jésus la prend par la main et elle se remet debout. Seigneur, si tu es à mes côtés, je peux moi aussi me relever.

    Seigneur, si tu ressuscites les morts, je n’aurais plus peur.

    Seigneur, si mourir c’est seulement dormir, j’ai pleine confiance que ta vie est meilleure.

    Je peux mourir à moi-même pour vivre de ta vie. Je peux vivre uni à ceux qui vivent déjà dans la vie éternelle, je peux vivre de ta vie éternelle dès aujourd’hui.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, augmente en moi la confiance, la confiance qui te plaît, la confiance qui est une foi inébranlable est la puissance de ton amour. Augmente en moi la confiance, par ta grâce ; mais aussi en te voyant, en t’imitant. Te contempler, c’est aussi me transformer.

    Résolution

    Chanter ce vieux cantique : « Joie parfaite au cœur de Dieu» et me fortifier des paroles de vérités qui y sont contenues. Vivre la journée, joyeux et sûr dans la foi.

    Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi





    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

      La date/heure actuelle est Lun 10 Déc - 2:37