Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Un témoignage de la philosophe juive convertie Simone Weil

    Partagez

    etienne lorant

    Masculin Messages : 108
    Date d'inscription : 05/04/2016

    Un témoignage de la philosophe juive convertie Simone Weil

    Message par etienne lorant le Ven 8 Avr - 16:50

    MMEDITATION SUR UNE PAROLE DE SIMONE WEIL Philosophe juive convertie, décédée au Sanatorium de Hashford, Angleterre, début 1945)  - Ne pas confondre avec S. Veil !

    "L'âme touchée par la grâce doit porter des fruits surnaturels ou se dessécher. Il ne lui est plus permis de porter simplement des fruits naturels" 

    J'ajouterais facilement que cette âme, que la grâce a touchée, finira par porter ds fruits surnaturels sans même sans rendre compte. Peut-être faudrait-il définir ce que sont ces 'fruits surnaturels'. J'en vois un très simple: le fait de se lever chaque matin avant même d'avoir fini de dire un "Je vous salue Marie" (car c'est Marie qui tient l'autre bout du chapelet, et elle vous tire au bas du lit !, comme le disait l'Abbé Jean Lafrance).
    Le surnaturel est partout pour quiconque a un jour franchi cette frontière.

    Deux anecdotes. La première, c'est Louis Pauwels qui la rapporte dans la préface du livre "Le matin des magiciens". Il y raconte quelque chose qu'il a vécu et grandement étonné, frappé. Un soir qu'il rentrait chez lui, il faisait un brouillard "à couper au couteau". Lui-même fixait le trottoir de peur de heurter quelque chose et de tomber de tout son long. Il avançait donc avec une grande prudence lorsque, tout à coup, un oiseau d'une belle taille, est passé juste sous yeux en poussant un cri d'épouvante, tout en reprenant de l'altitude aussitôt : une sorte de hurlement de terreur qu'on n'attend pas du tout d'un oiseau ! Un instant, leurs regards se sont croisés et Pauwels avait conclu: cela signifie qu'une très simple et banale variation de température et de densité de l'eau dans l'air, a suffi pour faire passer cet oiseau de ce mon milieu nature, l'air libre et spacieux, à un monde parfaitement étranger: une rue étroite et sombre où marchent les humains.

    La deuxième anecdote est celle d'un ami prêtre. Il m'a rapporté qu'étant entré dans un bistrot afin d'en retirer un jeune qui l'avait appelé au secours ... un homme fort et ivre avait glissé une lame de couteau sous sa gorge en lui disant : "Toi, le curé, t'as intérêt à dire quelque chose de correct ou bien t'es mort !" Mais mon copain prêtre, sans changer de ton lui avait répondu : "Avec un couteau sous la gorge, comment veux-tu que je dise quoi que ce soit !",Tout étonné, l'homme avait aussitôt rangé sa lame car la réplique, immédiate, l'avait fait rire.

    J
    e ne sais pas si les exemples sont bons, mais ils sont là pour montrer que le surnaturel "colle" si bien au naturel que l'homme commun (celui qui ne 'sent' pas Dieu) dira : non, le surnaturel çà n'existe pas !

    Or nos vies de croyants, nos vies elles-mêmes, à tout instant, sont entièrement pétries de surnaturel et c'est à ce niveau que nous servons Dieu en portant secours à notre prochain. Le simple fait de donner une piécette à un frère qui mendie EST un geste surnaturel; et ce geste est d'autant plus surnaturel que la difficulté est grande. Chaque fois que nous accomplissons quelque bien envers quelqu'un que nous ne connaissons pas et dont l'attitude nous rebute, nous accomplissons un acte d'ordre surnaturel. Nous sortons du monde et passons automatiquement dans ce "Royaume" dont Jésus déclare qu'il est "au milieu de vous".

    etienne lorant

    Masculin Messages : 108
    Date d'inscription : 05/04/2016

    Re: Un témoignage de la philosophe juive convertie Simone Weil

    Message par etienne lorant le Ven 8 Avr - 19:04

    Voici un poème chinois que le père Teihard de Chardin avait apprécié :


    C'est un poème chinois du Xème siècle avant Jésus–Christ, que le père Teilhard raconte à un ami gravement blessé, dans le vieux feuilleton qui racontait le tour du monde des voitures Citroën, intitulé "La Croisière jaune": 



    D’abord, il y a, tout en bas, les faux Seigneurs ... et je ne parlerai pas de ceux là,
    car ils se croient supérieurs aux simples.

    Au dessus, il y a les simples.

    Au dessus des simples, il y a les vrais Seigneurs, 

    ... et parmi les vrais Seigneurs, il y a les Seigneurs de la parole ;
    mais la parole est creuse comme un corps sans âme.

    Au dessus, il y a les Seigneurs de la pensée ;
    mais la pensée est vaine comme une âme inincarnée.

    Au dessus, il y a les Seigneurs du geste, 
    et le geste, c’est l’équilibre de l’âme avec le corps.

    Au dessus, il y a les Seigneurs de l’esprit,
    et l’esprit domine le geste car il existe sans être matériel.

    Au dessus, il y a les Seigneurs de l’Ame,
    car ils ont pour aspiration d’être des simples,
    ... et parce qu’ainsi, le cercle est refermé. 


    .

      La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 8:42