Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Partagez
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Ven 5 Fév - 12:40

    vendredi 5 février 2016


    Développer le tchat pour prévenir le suicide chez les jeunes

    À l’occasion de la Journée nationale de prévention du suicide ce 5 février, S.O.S Amitié poursuit son action et développe le tchat pour mieux venir en aide aux jeunes qui ne prennent pas le téléphone.

    Les priorités en 2016 sont doubles pour S.O.S Amitié qui reçoit chaque année en France près de 700 000 appels : renforcer l’écoute au téléphone mais aussi développer l’écoute par tchat. Le service tchat est maintenant ouvert de 17 h à 1 h du matin. Cette écoute est primordiale à la fois parce que la demande est en croissance constante mais également parce qu’elle s’adresse à des jeunes appelants qui ne prennent pas le téléphone : 52% des appelants par tchat ont moins de 25 ans, 10% ont moins de 15 ans et 20% des tchateurs évoquent directement le suicide alors qu’ils ne sont que 2% au téléphone.

    Pour atteindre cet objectif de 24 heures sur 24 par tchat, S.O.S Amitié a décidé de modifier son processus de formation. Un écoutant de S.O.S Amitié était jusqu’à présent exclusivement formé à l’écoute au téléphone. Il pouvait, après deux ans de pratique se spécialiser sur le tchat. En 2016, les écoutants seront, dès leur formation initiale, formés aux deux pratiques d’écoute et choisiront leur spécialisation à l’issue de cette formation. Ce nouveau processus devrait permettre d’accroître plus rapidement le nombre des écoutants tchateurs et donc les possibilités d’écoute par ce média : « Être là au bon moment est particulièrement important pour éviter à un jeune de passer à l’acte. Une écoute 24 h sur 24 sauve des vies », précise Jean-Pierre Igot, président de S.O.S Amitié France.

    Mardi dernier, le 2 février, S.O.S Amitié Paris Île-de-France a inauguré son 8e centre d’écoute à Paris-Pereire afin de répondre à 35 000 appels supplémentaires, une écoute rendue possible grâce au recrutement de 70 bénévoles écoutants sur trois ans. « Ce nouveau centre va notamment permettre de développer les échanges par tchat », souligne Jean-Pierre Igot.

    Fred Testot ambassadeur d’une collecte de dons lancée par des étudiants

    Depuis 56 ans, S.O.S Amitié est un acteur majeur de la prévention du suicide par l’écoute. L’écoutant peut permettre d’apaiser cette souffrance intolérable quand elle n’est pas verbalisée,  et peut être alors, de remettre en cause la décision de la personne qui appelle. Les associations S.O.S Amitié, parrainées par Christophe Malavoy, acteur et auteur, sensibilisent et mènent sans relâche des campagnes d’information auprès de tous les publics, notamment auprès des jeunes.

    À l’occasion de l’ouverture du 8e centre d’écoute francilien, l’humoriste et comédien Fred Testot a décidé de soutenir la cause de S.O.S Amitié en devenant l’ambassadeur de la campagne de collecte de dons lancée par les étudiants de l’école ISCPA ouverte sur Alvarum, une plateforme qui restera active toute l’année 2016 pour recevoir des dons. Les étudiants de l’Institut supérieur des médias soutiennent depuis trois ans l’association S.O.S Amitié Paris Île-de-France à travers différentes actions de communication dont la création de ce site de crowdfunding.

    Autre bonne nouvelle : depuis la fin 2014, une plateforme téléphonique permet à 15 postes en France de se renvoyer les appels. En 2016, 15 postes supplémentaires bénéficieront de cette facilité et, en 2017, tous les postes d’écoute de S.O.S Amitié seront interconnectés pour répondre de mieux en mieux à la souffrance psychique des appelants.

    Chaque année, autour du 5 février, date de la Journée nationale pour la prévention du suicide, les associations régionales de S.O.S Amitié organisent dans les régions, diverses manifestations de sensibilisation, tant des médias, que des professionnels et du grand public.

    Quelques chiffres

    – En France, le suicide est la cause de près de 11 000 décès par an ;

    – Il est la 1ère cause de mortalité chez les 25-34 ans et la 2e chez les 15-24 ans ;

    – dans le monde, 800 000 suicides ont été recensés en 2014, soit une personne toutes les 40 secondes (source OMS 2014) ;

    – dans les pays développés, trois fois plus d’hommes que de femmes décèdent par suicide ;

    – S.O.S Amitié reçoit chaque année en France près de 700 000 appels ;

    – 1 600 bénévoles écoutants pour prévenir le suicide sont présents 24 h/24, 7 j/7 et 365 j/an ;

    – en 2015, 12 800 appels ont évoqué le suicide, soit 2,4% des appels analysés. Ce chiffre est, depuis trois ans, en augmentation (1,9% en 2013, 2,2% en 2014).


    Lire aussi : Suicide : si c’est un péché grave, celui qui a attenté à sa vie s’est-il condamné ?


    par Fanny Magdeleine


    Dernière édition par Gilles le Sam 6 Fév - 11:27, édité 1 fois


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Ven 5 Fév - 19:25





    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Sam 6 Fév - 11:29



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mar 9 Fév - 19:20



    Un suicidé peut-il aller au Ciel ?
     
     
    Le signe d'un désastre

        La plupart des sociétés ont considéré le suicide comme un désastre. Même si cet acte par exemple au Japon pouvait être accompli avec courage, ce suicide était en réalité l'acte ultime d'un échec insupportable.


    Le respect de la dignité humaine

        Sur le plan humain, le respect de la dignité humaine, c'est le respect de toute vie humaine. Y compris la sienne. Ce qui fonde les droits de l'homme, c'est le respect de la dignité humaine ; en niant la valeur de ma propre vie, c'est le droit à la vie des plus pauvres et des plus faibles dans le monde dont je nie la valeur, la légitimité.
        Promouvoir les Droits de l'homme exige que l'on respecte sa propre vie.


    La position des Chrétiens

        Les Chrétiens ajoutent à cette réprobation la question du Ciel : s'il y a une vie après la mort de bonheur qui nous est promise, le Ciel, ou le Paradis, la vie ici-bas a un but, " un sens ", une valeur, et l'on ne s'en va pas comme ça.
        En effet personne n'a pu se donner la vie à lui-même. La vie, c'est un don extraordinaire que l'on reçoit, et les Chrétiens donnent un nom au donateur : le Seigneur Dieu.
        En y réfléchissant, il n'y a pas de raison, de motif à ce don, puisque avant de le recevoir, nous n'existions pas et ne pouvions donc avoir ni valeur ni mérite. Il n'y a donc pas d'autre raison à ce don que l'amour gratuit : en donnant l'existence à un être Dieu aime déjà celui qui n'est pas encore.
        Se suicider c'est donc rejeter le don absolu de la vie, c'est rejeter l'amour. C'est refuser que la vie terrestre puisse déboucher ultimement sur une vie d'amour infinie que Dieu propose. Comme si celui qui nous a appelé du néant à la vie par amour n'était pas capable de continuer son amour pour nous au delà de la vie terrestre.


    Même s'il y a eu suicide, l'espérance est toujours possible

        Mais la réprobation du suicide ne veut pas dire réprobation de celui qui s'est suicidé. Si quelqu'un que nous aimons s'est suicidé, il est possible pour un chrétien d'espérer : au temps du Curé d'Ars, au 19ème siècle, une personne s'était suicidée en se jetant d'un pont dans l'eau. A la personne qui pleurait sa mort et désespérait de son salut éternel, le Saint Curé dit :
    " Entre le pont et l'eau, il a eu le temps de se tourner vers la miséricorde de Dieu ".


    Sépulture chrétienne ?

        Longtemps l'Eglise Catholique a refusé la sépulture chrétienne aux suicidés, pour marquer une réprobation sociale et spirituelle sur cet acte. Mais aujourd'hui, on s'est rendu compte que cet acte , le suicide, est un geste effectué très souvent dans un état de détresse grave. Ce état de détresse affecte gravement les capacités de discernement et la liberté.
        L'Eglise considère donc qu'il est, le plus souvent , impossible de juger réellement ce qui s'est passé, par exemple à quel point le suicidé était malade psychologiquement. Avait-il les moyens de résister à cette pression vers un geste fatal ? Aussi, tout en continuant à réprouver fortement le geste en soi du suicide, l'Eglise applique la miséricorde aux suicidés et accorde la sépulture dans la plupart des cas.
        Catéchisme de l'Eglise Catholique : " Lorsque des troubles psychologiques graves, l'angoisse ou la crainte grave de l'épreuve, de la souffrance ou de la torture sont en cause, la responsabilité du suicidaire est diminuée ". (CEC, 2282).

    Pouvons nous prier pour un suicidé ?

        Bien sûr nous pouvons prier pour le salut d'une personne qui s'est suicidée, que ce soit une personne de notre famille, un ami ou toute autre personne. Les indications précédentes, et l'exemple de ce que disait le Curé d'Ars nous incitent à ne pas juger, mais à espérer et à prier.
        " On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont données la mort. Dieu peut leur ménager, par des voies que lui seul connaît, l'occasion d'une salutaire repentance " ( Cat. De L'Eglise Cath., n° 2283).
        Ceux qui croient et espèrent le font par la grâce de Dieu. Et ce même Seigneur Dieu qui nous a donné cette grâce nous invite à croire et à espérer pour les autres.


    Source :
    Un suicidé peut-il aller au Ciel - Catholique.org


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mer 10 Fév - 15:10

    Désespéré, Lorenz veut se suicider. Il met un pistolet dans sa bouche et tire par 2 fois...





    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Silvanus

    Masculin Messages : 13
    Date d'inscription : 23/01/2016

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Silvanus le Mer 10 Fév - 22:36

    Merci pour ce beau récit de vie dans la collection "Mini Gschicht mit Gott" qui veut dire mon histoire avec Dieu dans le dialecte suisse-allemand que je connais bien depuis ici en Helvétie...

    Bien à vous,

    Silvanus
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Ven 20 Mai - 4:22


    Prière pour les personnes suicidées
    Nous vous prions, Père de Miséricorde pour ....(donnez le prénom), qui n'a pas eu la force de supporter ses épreuves Terrestres.

    Vous nous donnez un fardeau à porter Seigneur, et nous devons le déposer qu'à vos pieds !

    Mais notre faiblesse est grande et le courage nous manque quelquefois en route !

    Ayez pitié de .... qui a abandonné l’œuvre avant l'heure !

    Que votre justice l'épargne et permette à vos bons Esprits de lui apporter le soulagement, la consolation et l'espoir de l'avenir.

    Amen !
    Remercier Notre Père Dieu,
    et notre Mère Marie.
    **********************************************




    Nous vous prions, Seigneur, de répandre sur tous ceux qui souffrent, soit dans l'espace comme Esprits errants, soit parmi nous comme Esprits incarnés, les grâces de votre amour et de votre miséricorde. Prenez en pitié nos faiblesses. Vous nous avez faits faillibles mais vous nous avez donné la force de résister au mal et de le vaincre. Que votre miséricorde s'étende sur tous ceux qui n'ont pu résister à leurs mauvais penchants, et sont encore entraînés dans une mauvaise voie. Que vos bons Esprits les entourent ; que votre lumière luise à leurs yeux, et qu'attirés par sa chaleur vivifiante, ils viennent se prosterner à vos pieds, humbles, repentants et soumis.

    Nous vous prions également, Père de miséricorde, pour ceux de nos frères qui n'ont pas eu la force de supporter les épreuves terrestres. Vous nous donnez un fardeau à porter, Seigneur, et nous ne devons le déposer qu'à vos pieds ; mais notre faiblesse est grande, et le courage nous manque quelquefois en route. Ayez pitié de ces serviteurs indolents qui ont abandonné l'œuvre avant l'heure… Que votre justice les épargne et permette à vos bons Esprits de leur apporter le soulagement, les consolations et l'espoir de l'avenir. Ainsi soit-il !


    ************************************************


    Révélation de Maria Simma (Autriche 1915-2004)

    Qu’est-ce qui arrive aux gens qui commettent un suicide? Est-ce que certains sont venus vous visiter?

    Oui, beaucoup. Ce qui leur arrive dépend entièrement de la raison pour laquelle ils se sont suicidés. Beaucoup de gens sont venus me voir à ce sujet et jusqu’à présent une seule âme s’était perdue. Dans la grande majorité des cas, les plus responsables sont ceux qui ont peut-être été coupables de diffamation à leur endroit, ou qui leur ont refusé leur aide, ou qui les ont acculés au point qu’ils ont «disjoncté». 

    Dans ces cas-là, les autres sont plus responsables qu’eux. Ces âmes regrettent cependant d’avoir commis cet acte. Et c’est souvent dû à une maladie. Une personne en bonne santé envers qui on se conduit correctement ne fait normalement pas une chose comme ça. 

    (Pour lire deuxième texte sur ce site) :

     le texte en entier



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Ven 20 Mai - 16:25





    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Lun 18 Juil - 20:17

    C'était en avril 2013...


    Le plus jeune fils du pasteur Rick Warren se suicide

    Des membres de l'église de Rick Warren, dans le sud de la Californie, ont entamé les événements religieux dominicains avec une prière pour le populaire pasteur évangélique, alors que ce dernier et sa famille tentaient de comprendre le suicide apparent de son fils de 27 ans.

    Le pasteur Warren n'était pas présent dimanche, 24 heures après que l'église eut annoncé que Matthew Warren s'était enlevé la vie dans sa maison de Mission Viejo.

    Rick Warren, l'auteur du livre à succès The Purpose Driven Life, est l'un des leaders évangéliques les plus connus aux États-Unis. Il a attiré l'attention à l'échelle nationale en 2009 lorsqu'il a participé à la première cérémonie d'inauguration du président Barack Obama.

    Matthew Warren souffrait de problèmes de santé mentale, de dépression profonde et a combattu des pensées suicidaires tout au long de sa vie, a indiqué l'Église communautaire de Saddleback Valley par voie de communiqué, après que le corps du jeune homme eut été retrouvé vendredi soir.

    Allison O'Neal, du bureau du coroner du comté, a refusé de divulguer la cause et les circonstances du décès, en attendant une autopsie.



          


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Lun 18 Juil - 22:38



    Prière pour un ou des suicidés...

    Nous savons, ô mon Dieu, le sort réservé à ceux qui violent vos lois en abrégeant volontairement leurs jours… mais nous savons aussi que votre miséricorde est infinie : daignez l'étendre sur l'âme de……… (mentionner le nom)

    Puissent nos prières et votre commisération adoucir l'amertume des souffrances qu'il endure pour n'avoir pas eu le courage d'attendre la fin de ses épreuves !

    Bons Esprits dont la mission est d'assister les malheureux, prenez-le sous votre protection… Inspirez-lui le regret de sa faute, et que votre assistance lui donne la force de supporter avec plus de résignation les nouvelles épreuves qu'il aura à subir pour les réparer. Écartez de lui les mauvais Esprits qui pourraient de nouveau le porter au mal et prolonger ses souffrances en lui faisant perdre le fruit de ses futures épreuves.

    Vous dont le malheur fait l'objet de nos prières, puisse notre commisération en adoucir l'amertume et faire naître en vous l'espérance d'un avenir meilleur ! Cet avenir est entre vos mains ; confiez-vous en la bonté de Dieu dont le sein est ouvert à tous les repentirs et ne reste fermé qu'aux cœurs endurcis. Amen !



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mer 20 Juil - 15:39



    Ils (les parents) ne doivent pas se sentir coupables à cause du geste de violence que nous nous sommes fait.

    Je me suis donné la mort par pendaison, je n’ai pas pensé à mon geste qui faisait de moi un enfant indigne de tant d’amour. Oui, j’étais rempli d’amour, mais ma volonté humaine vivait dans le désespoir de ne pas connaître le vrai amour. C’est vrai que j’ai connu de l’amour auprès de mes parents, mais ma vie s’était obscurcie par mon besoin d’être aimé comme moi je le voulais, non comme eux voulaient m’aimer, alors que c’est Dieu qui nous donne des parents: je n’ai pu reconnaître là la main de Dieu.

    Aujourd’hui, je peux dire à tous les parents, qui connaissent la souffrance à cause de nous qui nous sommes enlevés la vie, que tout en nous crie vers la vie. Lorsque notre âme quitte notre cher corps, nous réalisons que Dieu nous aime et qu’il nous a donné le souffle de la vie pour que nous puissions nous acheminer sur la terre avec la chair de nos parents.

    Chers parents d’amour, Dieu choisit vos enfants, il accorde à chacun d’eux la vie pour qu’ils puissent découvrir la valeur de l’amour et c’est en faisant de bonnes actions qu’ils apprennent que l’amour, ça se donne. Lorsque nous venons au monde, Dieu nous donne la vie et les parents nous donnent une partie de leur chair qui vient de Dieu: tout vient de lui. Par amour, nous devons donner à Dieu notre vie et tout ce que nous faisons; tout ne doit être que donation pour Dieu.

    Mais pour offrir à Dieu notre vie, il faut savoir qu’elle vient de Dieu; rien n’est venu à nous sans l’amour de Dieu, il nous aime plus que nous nous aimons: «Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.» Dieu nous a donné son Fils par amour et les parents nous donnent de leur chair qui vient de Dieu par amour. Lorsque nous découvrons cette valeur d’amour, nous découvrons à quel point Dieu nous aime et à quel point les parents nous aiment, dans la mesure où ils ont découvert qu’ils sont amour.

    Ils ne doivent pas se sentir coupables à cause du geste de violence que nous nous sommes fait. Les parents doivent donner à Dieu leur enfant qui s’est suicidé. Oh! si j’avais su donner à mes parents tout l’amour qu’ils méritent, comme je l’aurais fait! «Mes chers parents, Dieu le Père me donne cela aujourd’hui; par le oui à l’Amour de ma petite soeur (la fille du oui), je puis vous parler, car je suis en vous et, vous, vous êtes en Jésus; comme je suis en Jésus dans la vie éternelle, je suis près de vous; je vous aime si fort! Vos prières m’ont aidé à aller vers Dieu le Père. Combien est grande ma gratitude de vous avoir eus comme parents! Mon âme se réjouit de vous savoir en Dieu. Vous avez gardé l’espoir de me voir au Ciel. C’est si important ce geste d’amour.

    Votre fils vous attend au Ciel.» Vous, les parents, les frères, les soeurs et les amis, ne cessez pas de prier pour ceux qui se suicident, vos prières les soulagent. Lorsqu’une âme se retrouve devant l’Amour, elle est devant sa vie un très court instant. Comme Dieu la veut avec lui, il fait tout pour qu’elle aille vers lui. Lorsqu’elle prononce son oui, tout d’elle a si honte qu’elle ne peut regarder l’Amour; son regard sur elle la fait frémir de bonheur mais, elle, elle est incapable de lever son regard vers lui, car elle est trop indigne de tant d’amour et c’est avec un repentir sincère qu’elle se dirige vers le purgatoire pour purifier tout ce qui la rend indigne.

     Je vous témoigne de cela pour vous dire de ne pas juger ceux qui se suicident, mais de prier pour eux afin qu’ils se reconnaissent repentants devant l’Amour.

    Priez pour que leurs souffrances méritées soient amoindries. Je suis une âme heureuse et même si j’ai dû passer par le purgatoire, j’ai connu le vrai amour à l’instant où l’Amour s’est présenté à moi. Je vous aime, mes parents d’amour. Ma petite soeur, merci de tes prières, elles m’ont aidé à entrer à la Maison éternelle. Je t’aime. Jésus: Ma fille bien-aimée, Dieu te bénit. Je vous aime et je vous veux en amour avec vous et votre prochain. Amen, je vous le dis: «Aimez l’Amour, l’Amour vous aime.» Jésus, votre Amoureux, celui qui est en vous. Amen.

    Amour pour tout les miens - 2004 - la fille du oui à Jésus (Canada) - volume 4 - chapitre 242


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mer 20 Juil - 22:29

    06 juillet 2016


    Suicide: Les femmes qui vont à l’église chaque semaine risquent moins de se suicider

    Une étude réalisée à large échelle aux Etats-Unis révèle que les femmes qui vont à l'Eglise au moins une fois par semaine risquent cinq fois moins de se suicider que les autres. Publiée dans Jama Psychiatry, l'enquête menée de 1996 à 2010 sur près de 90'000 femmes a démontré que la fréquentation d'activités religieuses prémunit en outre contre la dépression et la consommation de tabac. Autre effet, une femme qui va régulièrement à l'Eglise a plus de chance de se marier. Les auteurs de l'étude expliquent ces résultats par le sens que leur procure ces activités «sociales».

    Ces résultats sont tombés quelques mois après un autre indicateur, celui de l'augmentation de 24% du nombre de suicide, entre 1999 et 2014. Les filles âgées de dix à quatorze ans forment le groupe le plus exposé.

    En 2012, une autre étude publiée dans l'American Journal of Psychiatry avait déjà mis en évidence le fait qu'un enfant qui a été éduqué dans la religion de sa mère était davantage protégé contre la dépression.




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Sam 23 Juil - 15:53



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Sam 23 Juil - 19:11



    Nous vous prions, Seigneur, de répandre sur tous ceux qui souffrent, soit dans l'espace comme Esprits errants, soit parmi nous comme Esprits incarnés, les grâces de votre amour et de votre miséricorde. Prenez en pitié nos faiblesses. Vous nous avez faits faillibles mais vous nous avez donné la force de résister au mal et de le vaincre. Que votre miséricorde s'étende sur tous ceux qui n'ont pu résister à leurs mauvais penchants, et sont encore entraînés dans une mauvaise voie. Que vos bons Esprits les entourent ; que votre lumière luise à leurs yeux, et qu'attirés par sa chaleur vivifiante, ils viennent se prosterner à vos pieds, humbles, repentants et soumis.

    Nous vous prions également, Père de miséricorde, pour ceux de nos frères qui n'ont pas eu la force de supporter les épreuves terrestres. Vous nous donnez un fardeau à porter, Seigneur, et nous ne devons le déposer qu'à vos pieds ; mais notre faiblesse est grande, et le courage nous manque quelquefois en route. Ayez pitié de ces serviteurs indolents qui ont abandonné l'œuvre avant l'heure… Que votre justice les épargne et permette à vos bons Esprits de leur apporter le soulagement, les consolations et l'espoir de l'avenir. Ainsi soit-il !



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Jeu 25 Aoû - 0:57



    GÉRER LE SUICIDE D’UN ÊTRE CHER

    Lorsqu’un proche meurt de maladie, dans un accident ou de vieillesse, notre chagrin est dit « sans complications » ou « simple ».

    Cependant, dans le cas d’un suicide, nous avons plus de mal à nous en remettre, assaillis de fréquentes questions sans réponses. On se sent coupable, voire en colère. « N’ai-je pas été là pour elle ou lui ? Aurais-je dû faire davantage ? Aurais-je pu contribuer à l’empêcher ? Comment avoir pu nous faire ça ? Quel égoïsme ! »

    Ces sentiments ne se dissiperont qu’avec le temps et la grâce de Dieu. Pour aider ceux qui vivent un tel drame, voici quelques réponses bibliques aux questions qu’ils se posent si souvent : « Le suicide est-il un meurtre ? » Ce n’est indiqué nulle part dans les Écritures. Bibliquement, un meurtre est un acte commis contre un autre. « Que pense Dieu des gens qui se suicident ? »

    Même si on ne peut le soupçonner de les encourager, personne ne comprend mieux que lui le désespoir qui conduit une personne à fuir une souffrance intolérable. Dans nos pires moments, notre Père ne peut renier sa compassion pour nous. « Il ne cassera pas le roseau abîmé, il n’éteindra pas la flamme qui faiblit ». « Les suicidés sont-ils sauvés ou perdus ? »

    1) Il n’y a qu’un seul « péché impardonnable » (voir Mt 12.31-32), et ce n’est pas le suicide !

    2) Paul affirme : « Car je suis persuadé que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, […] ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Christ-Jésus notre Seigneur » (Ro 8.38-39). Même le suicide ne peut éteindre l’amour de Dieu et annuler le salut que cet amour a racheté pour nous !

    Source : +:: Eglise Catholique ::::: ::+:: GÉRER LE SUICIDE D'UN ÊTRE


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Jeu 25 Aoû - 16:49



    Un suicidé peut-il aller au Ciel ?

    Le signe d’un désastre

    La plupart des sociétés ont considéré le suicide comme un désastre. Même si cet acte par exemple au Japon pouvait être accompli avec courage, ce suicide était en réalité l’acte ultime d’un échec insupportable.


    Le respect de la dignité humaine

    Sur le plan humain, le respect de la dignité humaine, c’est le respect de toute vie humaine. Y compris la sienne. Ce qui fonde les droits de l’homme, c’est le respect de la dignité humaine ; en niant la valeur de ma propre vie, c’est le droit à la vie des plus pauvres et des plus faibles dans le monde dont je nie la valeur, la légitimité.

    Promouvoir les Droits de l’homme exige que l’on respecte sa propre vie.


    La position des Chrétiens

    Les Chrétiens ajoutent à cette réprobation la question du Ciel : s’il y a une vie après la mort de bonheur qui nous est promise, le Ciel, ou le Paradis, la vie ici-bas a un but, " un sens ", une valeur, et l’on ne s’en va pas comme ça.


    En effet personne n’a pu se donner la vie à lui-même. La vie, c’est un don extraordinaire que l’on reçoit, et les Chrétiens donnent un nom au donateur : le Seigneur Dieu.

    En y réfléchissant, il n’y a pas de raison, de motif à ce don, puisque avant de le recevoir, nous n’existions pas et ne pouvions donc avoir ni valeur ni mérite. Il n’y a donc pas d’autre raison à ce don que l’amour gratuit : en donnant l’existence à un être Dieu aime déjà celui qui n’est pas encore.

    Se suicider c’est donc rejeter le don absolu de la vie, c’est rejeter l’amour. C’est refuser que la vie terrestre puisse déboucher ultimement sur une vie d’amour infinie que Dieu propose. Comme si celui qui nous a appelé du néant à la vie par amour n’était pas capable de continuer son amour pour nous au delà de la vie terrestre.

    Même s’il y a eu suicide, l’espérance est toujours possible

    Mais la réprobation du suicide ne veut pas dire réprobation de celui qui s’est suicidé. Si quelqu’un que nous aimons s’est suicidé, il est possible pour un chrétien d’espérer : au temps du Curé d’Ars, au 19ème siècle, une personne s’était suicidée en se jetant d’un pont dans l’eau. A la personne qui pleurait sa mort et désespérait de son salut éternel, le Saint Curé dit :

    " Entre le pont et l’eau, il a eu le temps de se tourner vers la miséricorde de Dieu ".


    Sépulture chrétienne ?

    Longtemps l’Église Catholique a refusé la sépulture chrétienne aux suicidés, pour marquer une réprobation sociale et spirituelle sur cet acte. Mais aujourd’hui, on s’est rendu compte que cet acte , le suicide, est un geste effectué très souvent dans un état de détresse grave. Ce état de détresse affecte gravement les capacités de discernement et la liberté.


    L’Eglise considère donc qu’il est, le plus souvent , impossible de juger réellement ce qui s’est passé, par exemple à quel point le suicidé était malade psychologiquement. Avait-il les moyens de résister à cette pression vers un geste fatal ? Aussi, tout en continuant à réprouver fortement le geste en soi du suicide, l’Eglise applique la miséricorde aux suicidés et accorde la sépulture dans la plupart des cas.

    Le Catéchisme de l’Eglise Catholique dit : " Lorsque des troubles psychologiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture sont en cause, la responsabilité du suicidaire est diminuée ". (CEC, 2282).

    Pouvons nous prier pour un suicidé ?

    Bien sûr nous pouvons prier pour le salut d’une personne qui s’est suicidée, que ce soit une personne de notre famille, un ami ou toute autre personne. Les indications précédentes, et l’exemple de ce que disait le Curé d’Ars nous incitent à ne pas juger, mais à espérer et à prier.


    " On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont données la mort. Dieu peut leur ménager, par des voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance " ( Cat. De L’Eglise Cath., n° 2283).

    Ceux qui croient et espèrent le font par la grâce de Dieu. Et ce même Seigneur Dieu qui nous a donné cette grâce nous invite à croire et à espérer pour les autres.

    Source :
    Un suicidé peut-il aller au Ciel ? - La mort et l'au-delà - Catholique.org


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Dim 4 Sep - 19:01



    Expérience de Mort Imminente d’un suicidé

    Après 38 années, la douleur, la terreur et le choc de cette nuit particulière d’octobre 1960 me hantent toujours. Il est plus difficile d’expliquer le sentiment de miséricorde et de pardon infinis de Dieu qui a suivi ma tentative de suicide et qui a persisté jusqu’à ce jour. Ce que je suis sur le point de raconter n’est absolument pas une hallucination ni une illusion. Je relate ce qui s’est passé, j’espère que cela aidera quelqu’un quelque part à reconnaître et accueillir la présence de Dieu dans sa propre vie, à un moment où la mort semble être la seule issue. J’aurais ri, si 38 ans auparavant, on m’avait dit que je marcherais sur le périlleux chemin de la foi perdue et jusqu’aux profondeurs de l’enfer lui-même. Voici l’histoire. 

    Je venais de me marier, en 1948, avec une jolie femme nommée Pat. C’était une fille très appréciée et je me sentais très privilégié de l’avoir conquise. Je travaillais dur pour ma carrière en tant que comptable, j’étais trop occupé à admirer les apparences et je n’ai pas vu s’amonceler les nuages d’orage. Au cours des années suivantes tous mes espoirs, mes rêves et mes perspectives brillantes se sont évanouis. Alors que je ne buvais que modérément et occasionnellement en société, j’ai commencé à boire de plus en plus et avant que je ne réalise ce qui se passait, j’avais franchi la limite de l’alcoolisme grave. Cette limite représentait un enfer de foi perdue, de peurs, d’impuissance et d’apitoiement sur soi-même. 

    Après seulement 7 mois de ce que je croyais être un mariage parfait, j’ai découvert que ma femme me trompait et cela m’a entraîné encore plus loin dans le repli sur moi et l’alcool. J’étais également fautif dans l’échec de notre mariage. Par la suite, chaque fois qu’une nouvelle aventure se dévoilait, que ce soit une tocade passagère ou un amour d’une année, je disais beaucoup de paroles blessantes et je faisais tout ce que je pouvais pour que ma femme se sente très coupable. Malgré cela, elle est sortie pour un rendez-vous et j’ai finalement décidé de faire quelque chose à propos de ce que je considérais être une situation totalement désespérée et qui dégénérait. 

    Pat étant partie, probablement pour toute la nuit, j’ai mis au lit nos jeunes enfants deux garçons et une fille, puis j’ai écouté leurs prières. Les prières à ce moment là me paraissaient en quelque sorte creuses et insignifiantes. Je ne trouvais ni assurance ni espoir dans la prière. J’étais devenu un athée convaincu. Quand les enfants ont été profondément endormis, j’ai pris dans la pharmacie les outils de ce que je pensais être ma « fuite définitive » ; deux flacons de somnifères plus un autre contenant des  prescriptions : des tranquillisants que j’avais accumulés. Avec le renfort de trois bouteilles d’alcool, je pensais avoir tout de qu’il me fallait pour ma grande évasion. Je m’étais rappelé que le médecin m’avait dit de ne pas mélanger l’alcool et ces pilules, sinon cela pourrait me tuer. Je n’avais eu alors aucun désir de mourir, cependant, la conversation avait fait germer des idées suicidaires. 

    J’ai écrit une lettre annonçant mon suicide et j’ai avalé cinq tranquillisants. J’ai mélangé avec l’alcool et j’ai porté un toast à la chaise vide de ma femme : « A rien, que le néant vienne. » les gélules ont glissé facilement et la chaleur trompeuse de l’alcool m’a envahi. « Je suis en route. » Ai-je pensé, « sans retour possible !! ». 

    J’ai terminé les tranquillisants avec mon second verre, le bout de mes doigts et de mes orteils ont commencé à piquer. Je me suis dit : «  Eh bien peut-être que cela ne va pas fonctionner avec les pilules finalement. ». Je ressentais, non pas une ivresse, mais un léger assombrissement, un peu d’étourdissement. J’étais tourmenté par la peur d’être arrêté dans ma tentative, tout comme on m’avait arrêté dans tout ce que je considérais comme important, j’ai donc avalé une poignée supplémentaire de somnifères. Ma main était toujours ferme tandis que je me versais mon dernier Bourbon. Qu’est-ce que je peux faire, que vais-je faire si cela ne marche pas ? Une sensation de brûlure a commencé à croître dans l’estomac. 

    Mon alcoolisme était devenu si fort que quelques verres durant le repas, un autre en revenant à la maison, et de la vodka ou du whisky pour finir la soirée étaient vraiment à peine suffisants pour atténuer ma douleur et ma frustration. « Je ne veux pas me réveiller avec juste une gueule de bois de plus et tous mes problèmes qui me harcèlent. Je ne veux pas du tout me réveiller. » J’ai terminé tout l’alcool, toutes les pilules et j’ai commencé à voir un genre de formation nuageuse sombre qui venait vers moi. Elle arrivait directement par le plafond de ma cuisine, elle est entrée et m’a englouti.

    J’ai senti que je me déplaçais à une très grande vitesse dans ce tunnel. J’ai vu une lumière au bout du tunnel et je me suis demandé si j’allais à elle. A cet instant, je ne savais pas si j’étais mort ou vivant, mais je me souviens avoir regardé en arrière, vers mon corps sans connaissance sur le sol de la cuisine, je gisais là totalement inconscient de cette autre partie de moi-même qui semblait aller vers quelque chose. « Est-ce cela la mort ? » Me suis-je demandé. La réponse est venue de quelque part : « Non ! ».

    J’ai subi un choc en voyant un être d’une beauté incroyable, rayonnant grand amour, grande compassion et chaleur. C’était un être d’une belle lumière brillante et blanche, des rayons argentés émanaient du centre. J’hésitais à parler, puis j’ai réalisé que mes pensées étaient lues par cet incroyable être de lumière. « Non ! » a-t-il répété. « La mort n’est pas ainsi. Viens, je vais te montrer. ». Je me souviens avoir flotté avec lui au dessus d’un genre de puit qui renfermait une scène très déprimante, un paysage dépourvu de beauté, dépourvu de vie, où les gens erraient tête baissée, épaules en avant dans une attitude dépressive et résignée. Ils gardaient la tête baissée et regardaient leurs pieds, ils traînaient sans but se cognant occasionnellement les uns dans les autres, mais continuaient sans cesse. L’idée que j’allais être jeté en bas avec ces âmes perdues et confuses, était terrifiante, mais la voix a semblé comprendre ma terreur et l’a soulagée par les mots suivants : « Voici l’enfer que tu as créé toi-même. Il te faudrait ensuite retourner sur terre et revivre depuis le début une nouvelle vie, confronté aux mêmes difficultés auxquelles tu as fait face pendant cette vie. En attendant, tu demeurerais avec ces âmes perdues et confuses. Le suicide n’est pas une échappatoire. »

    On m’a montré une vue panoramique de ma vie. Les cinq dernières années, tellement accablées par l’alcoolisme, étaient les éléments les plus pénibles, les souvenirs les plus douloureux que j’aurais pu imaginer. On m’a présenté une image des effets que l’alcool avait eu sur la vie de mes jeunes enfants et les effets que cela aurait sur leur avenir. J’ai vu le chagrin que ressentiraient mes enfants lors de la perte de leur famille et de moi-même. On m’a montré que leur mère ne prendrait pas grand soin d’eux et finalement ils seraient placés en famille d’accueil. On m’a aussi dévoilé une vue de la manière dont mon alcoolisme influencerait à l’avenir la vie de mes enfants, si je continuais à boire à ma façon habituelle et si je maintenais ce genre de relations familiales. J’ai vu que les trois enfants, deux garçons et une fille, suivraient mon mauvais exemple et chacun d’eux finirait par utiliser la bouteille afin de fuir le stress de la vie quotidienne, jusqu’à ce que chacun d’eux devienne également alcoolique. La vue de ma chère fille, grandissant, se mariant avec un alcoolique qui finirait par la battre et obliger leurs quatre filles à des relations incestueuses, a été plus que je ne pouvais supporter. C’était comme une gifle sur le visage. Un terrible retour à la réalité. 

    J’ai vu que si j’améliorais mon comportement avec une attitude de père responsable et un rôle de modèle, mes trois enfants grandiraient et deviendraient heureux et productifs. Ce qui ne signifie pas totalement libérés des luttes de la vie quotidienne, mais ils aurait leur chance de faire leur propre chemin, sans user d’une quelconque substance. J’ai vu comment mon fils aîné pourrait devenir, le temps venu, une personne importante et influente, à condition que je reste à ses côtés et que je me conduise comme un vrai père. J’ai vu le revers de cet avenir, si je demeurais un père faible et ivrogne au cours de mes relations avec lui, il finirait alors par tomber dans la drogue et échouerait en prison à cause des crimes commis pour se procurer l’argent de la drogue. Cela m’a terrifié et j’ai décidé sur le champ que ce n’était pas ce que je voulais pour mes enfants, ni pour moi-même. On m’a montré que si je continuais désespérément à rester un pauvre ivrogne, alors je ne pourrais pas m’en sortir. Il me faudrait revivre toutes les épreuves et les traumatismes qui m’avaient amenés jusqu’au suicide, il me faudrait les affronter à nouveau dans une autre vie et c’était, me semble-t-il, encore plus terrifiant que ce que  j’étais prêt à admettre. Je pleurais.

    L’être de lumière a semblé comprendre que j’étais plein de remords, de compassion et d’amour. Il a dit d’une voix sévère mais qui était cependant telle celle d’un père qui parle à son fils : « Tu ne peux pas faire ce que tu veux de ta vie. T’es-tu créé toi-même, t’es-tu donné la vie ? Non. Tu ne peux pas non plus choisir la mort. » Je ne pouvais pas parler, je ne pouvais pas penser, je pleurais encore plus. Cette présence par la voix, ai-je pensé, ce devait être le Saint-Esprit qui m’avait été envoyé. La voix, maintenant plus douce, a continué : « Je n’en ai pas terminé avec toi, ta tâche n’est pas accomplie, repars et fais ce que tu étais censé faire. » 

    La première chose que j’ai vue lorsque je me suis réveillé, c’est le soulagement inondant le visage de ma fille. Nancy s’était éveillée pendant la nuit et avait lutté en vain pour conserver en moi l’étincelle de la vie. « Oh papa » a-t-elle dit, « J’avais tellement peur qu’on t’aie perdu. Tu étais si froid et je ne pouvais même pas sentir ton cœur battre. ».

    Dans la cuisine, ma femme déjeunait. « Allez, venez les enfants » a-t-elle appelé, « Tu peux manger aussi si tu es capable de tituber et soulever ton corps d’ivrogne jusqu’à la table » a-t-elle ajouté ironiquement. Je me sentais complètement épuisé et j’avais très faim, mais pas du tout de gueule de bois. Bizarrement, je ne ressentais pas la douleur qui m’avait tordu les entrailles la nuit précédente après avoir pris une telle surdose de pilules. Mieux encore, je sentais toujours intérieurement l’amour, la paix et les attentions qui provenaient de cette nuit là.

    Il serait agréable de raconter que la vie a été parfaite depuis, mais ce serait un mensonge. La séparation et le divorce ont été un crève-cœur, bien que j’aie obtenu la garde des enfants. Je voulais les enfants, ils souhaitaient être avec moi et le compagnon de ma femme n’en voulait pas. J’ai arrêté de travailler en tant que comptable et je suis devenu professeur dans un collège local, cela a été difficile.

    Afin de payer les factures et garder la famille intacte pendant une recherche d’emploi de plusieurs mois, l’utilisation de toutes mes économies et de mes placements retraite m’a coûté la sécurité que j’aurais pu avoir. Acquérir de nouvelles compétences professionnelles était à la fois un défi et par moments une angoisse. Cependant la paix et le réconfort, que j’avais connus pour la première fois sur les bords du puit de l’Enfer, ne m’ont jamais quittés et ont empêché que je perde ma foi et ma confiance régénérées. Certains amis n’arrivent pas à comprendre pourquoi je ne suis pas amer ; les meilleures réponses se trouvent dans le psaume  vingt trois. « Même quand je marche dans une vallée d'ombre mortelle, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ta houlette et ton bâton me rassurent. ». 

    Depuis mon expérience, j’ai découvert que je ne crains plus la mort, j’ai une vision beaucoup plus spirituelle et je prends maintenant beaucoup plus au sérieux mes responsabilités éducatives pour mes enfants. Je suis là pour eux, je suis fier d’annoncer que leurs vies se poursuivent bien mieux maintenant que je suis devenu le père que j’aurais toujours dû être, j’ai rencontré une belle femme et je me suis marié avec elle, elle possède la beauté intérieure et elle me donne la force et le courage de surmonter toutes les épreuves et les vicissitudes de la vie. Je n’oublierai jamais mon expérience sur les bords de l’Enfer et ce qu’elle m’a enseigné. 

    L’expérience négative de mort imminente n’est pas négative quand il en sort quelque chose de bon. Je suis maintenant conseiller pastoral et je fais des extras en comptabilité pour de petites entreprises. Mes enfants ont pris leur indépendance, ils ont une vie heureuse, bien remplie et productive. Je me sens en paix.

    Source : EMI d'un suicidé - NDERF Home Page



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Lun 5 Sep - 16:36



    EMI due à une tentative de suicide.  Note du Dr. Jeff Long : « C’est l’une des EMI les plus profondes jamais relatées. J’encourage TOUT LE MONDE à la lire »



    EMI de DW.




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mer 28 Sep - 16:52



    N'est-ce pas que la télévision mentionne de plus en plus de suicides ?

    De nos jours, la télévision mentionne de plus en plus de suicides de personnes talentueuses et très appréciées. Devant la désespérance du cœur humain, il est certain qu'on doit s'abstenir de juger, car le jugement appartient seulement au Seigneur.

    Que dire aux personnes qui voudraient comprendre davantage

    Je me rappelle ces paroles de Marthe Robin, cette mystique de notre temps : « La misère appelle la miséricorde ».

    J'aime cette citation... Faute peut-être de trouver présence encourageante et réconfort, certains mettent fin à leur vie. Leurs signaux de détresse n'ont pas été décelés à temps. Les proches n'ont pu les secourir et les orienter vers des centres spécialisés dans la prévention du suicide.

    Le suicide restera toujours une tragédie. Pour nous, chrétiens, nous savons que Dieu seul est maître de nos vies et que nous ne pouvons y mettre fin. Nous savons également que la souffrance, si pénible soit-elle, physique ou morale, a valeur d'éternité si elle est offerte en union avec les souffrances de Jésus. Notre foi nous rappelle ces vérités quand viennent les nuages et les tempêtes de la vie. Nous puisons force dans la prière et la contemplation du Christ souffrant pour nous. En même temps, nous devons chercher à améliorer les soins palliatifs qui peuvent enrayer la souffrance.

    Le suicide n'est pas une solution valable et il faut nous en convaincre plus que jamais. Autrement, nous risquons de suivre les exemples que nous présentent les mass media. C'est avec un sens de leur responsabilité que les médias doivent parler des suicides. Il leur faut éviter de présenter les suicides comme nouvelles prioritaires, ne pas spécifier les méthodes employées, ne pas romancer la raison du suicide. Autrement, après la diffusion de la nouvelle, par la télévision, la radio ou la presse, se produit un effet d'imitation chez les indécis et les cas de suicide se multiplient. Il est inapproprié et faux de dire que les suicidés ont posé un geste courageux; non, c'est une action de faiblesse, que Dieu seul jugera sans doute, mais qui est loin d'être un modèle à suivre. Le courage n'est pas là.

    Voyez ce que dit le Catéchisme de l'Église catholique : « Le suicide contredit l'inclination naturelle de l'être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l'amour du prochain... Le suicide est contraire à l'amour du Dieu vivant... » (No 2281).

    Il est aussi écrit : « Des troubles psychiques graves, l'angoisse ou la crainte grave de l'épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire » (No 2282). Ces considérations nous empêchent de juger la personne qui met fin à ses jours. Elles nous invitent à consoler les proches que ce deuil afflige.

    Père Gérard Desrochers, C.Ss.R + Communauté internationale, Sainte-Anne-de-Beaupré

    Revue Sainte Anne. Mensuel d'actualités catholiques. Sainte-Anne-de ...




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Jeu 29 Sep - 20:27



    L’Église et le suicide, de la condamnation à la guérison...

    Lors de cérémonies d’obsèques avec un passage dans une église paroissiale pour une cérémonie, l’accueil réservé aux corps des personnes qui s’étaient ôtées la vie a longtemps été source de conflits et de polémiques au sein du clergé, des communautés religieuses et des populations. La Mort, sujet tabou de très longue date chez les français, s’approprie bon nombre de légendes et de polémiques dans les villages et dans les quartiers, lorsqu’un suicide survenait, et ce, depuis bien avant le Moyen-Age.

    Une vieille affaire.

    Le premier suicide de l’Histoire chrétienne condamné par L’Eglise Catholique fut certainement celui de l’apôtre Judas Iscariote, ex-disciple de Jésus-Christ, parti se pendre à l’extérieur de Jérusalem après avoir amèrement regretté son forfait, celui-ci ayant livré le Christ à ses bourreaux :

    « (…) pris de remords, il se pendit peu après sa trahison non sans avoir rendu leurs trente pièces d’argent à ses commanditaires » (évangile selon St Matthieu, chapitre 27, verset 5).

    Le suicide de Judas, a longtemps servi d’exemple concret pour la morale chrétienne, s’agissant de condamner fermement les suicidés, pour la doctrine et son Histoire, aux premiers temps des chrétiens persécutés à Rome, puis, avec l’expansion du christianisme dans l’Europe du Moyen-Age, celle de la Renaissance, des Lumières jusqu’à notre époque contemporaine, au Concile de Vatican II en 1962, plus précisément.

    A partir de 1963, l’Eglise Catholique se voyant pourvue de nouvelles réformes sur le plan doctrinal : liberté religieuse, collégialité des évêques autour du Pape, fraternité et rassemblement entre toutes les religions (œcuménisme), reconnait et enfante un grand nombre d’assouplissements doctrinaux, notamment sur sa morale et ses traditions.

    L’accueil des corps des suicidés au sein même d’une église paroissiale pour la célébration d’obsèques est alors « toléré » par l’ensemble du clergé et de ses auxiliaires laïcs.

    Un obstacle théologique (et non médico-légal !)

    Dans la religion chrétienne, le suicide est considéré comme un péché grave sauf chez les « fous » ou les victimes d’un « grand chagrin » (Concile de Braga en 561 après J-C). L’Eglise Catholique a alors voulu marquer une différence avec l’héritage païen de la civilisation romaine, qui voyait dans le suicide une mort comme une autre pour le désespéré et pour le criminel,  sorte de voie honorable en se rachetant de son crime et de ses fautes.

    Selon la doctrine chrétienne, tout homme est libre de ses choix, c’est le principe du libre arbitre et pose la question lors de l’examen de conscience individuel : que faisons-nous de notre Liberté (de nos actes) ?

    De plus, l’Eglise Catholique considère en même temps, que l’on ne peut pas affirmer ouvertement d’une personne qu’elle est éternellement damnée, pas même  Judas. Cette option est ouverte sans qu’elle puisse être prouvée, Dieu seul ayant connaissance du contenu des âmes de chaque être vivant, théologiquement parlant. Les évangiles affirment formellement l’existence de l’Enfer. Mais nul ne peut affirmer, selon le jugement de l’Église, qui sont les damnés, parmi ceux qui sont défunts.

    Avant le Concile Vatican II de 1962, époque où la population religieuse des prêtres et des diacres était encore copieuse et bien répartie sur le territoire, le prêtre se déplaçait alors jusqu’au cimetière après chaque messe de funérailles, pour la dernière bénédiction du corps et du cercueil avant, pendant et après son inhumation (la crémation, fébrile dans les grandes villes et embryonnaire, voire inexistante en province, en était encore à ses maigres débuts,  avant d’être tolérée elle aussi par l’Eglise).

    Et donc, les corps suicidés ne passant pas par l’église, avaient la possibilité de recevoir une unique et dernière bénédiction au cimetière, avec le prêtre paroissial.

    Dans le doute où le suicide n’était pas avéré chez le défunt, si l’on supposait un accident ou un meurtre, la décision revenait au prêtre local de choisir d’accueillir, ou non, le cercueil à l’intérieur de l’église paroissiale.

    Un lourd héritage, difficile à accepter.

    Ce n’est qu’à partir de 1983, soit 20 ans après avoir « toléré » l’accueil des corps des personnes suicidées dans les églises, que l’Eglise  Catholique dans son ensemble, a autorisé, de manière globale, pleine et entière, l’accueil des défunts disparus, selon leur propre volonté.

    Pour les catholiques, reconnaître ses fautes et accepter de rendre des comptes à la Justice humaine était la seule voie pour un criminel. Chaque brigand devait demander pardon afin de se racheter de ses fautes. Le désespéré, quant à lui, n’ayant plus la claire vision de son acte ne s’opposerait à pas à Dieu, n’ayant plus la clairvoyance nécessaire pour demander pardon.

    Selon l’Eglise : « Chacun est responsable de sa vie devant Dieu qui la lui a donnée. C’est Lui qui en reste le souverain Maître. Nous sommes tenus de la recevoir avec reconnaissance et de la préserver pour son honneur et le salut de nos âmes. Nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas ».

    En outre, le suicidé “volontaire et de sang-froid” contrevient aux trois vertus théologales : la Foi (en Dieu), l’Espérance (du Salut) et la Charité (envers les autres et ici : envers soi-même). Le suicide de Judas après sa trahison avec Jésus, en est l’exemple type.
    Pendant des centaines d’années, les suicidés n’étaient pas inhumés en terre consacrée, mais à l’extérieur du cimetière, sans cérémonie religieuse, avec les autres membres rejetés par l’Eglise : saltimbanques, sorcières, protestants, païens et hérétiques. Coupables de péché mortel, entraînant la rupture avec Dieu, leurs âmes ne pouvaient pas accéder au Paradis.
    [Le péché mortel se définit par 3 caractéristiques : il faut la matière (une faute grave), la connaissance (savoir que c’est une faute), et la volonté (vouloir la commettre).]

    Et pour finir…

    Depuis le Concile Vatican II de 1962, l’Eglise a assouplit sa pensée, vis-à-vis des défunts partis trop brutalement, dans leur détresse humaine :

    « On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie. »

    Depuis 1983, l’Église applique  les conclusions du Concile de Braga du VIème siècle, et parle essentiellement des suicidés comme de personnes “dans un état de détresse”, la troisième condition du péché n’est alors pas forcément remplie (pleine volonté de commettre le mal) et il n’y a donc pas forcément péché mortel; de plus le suicidé “deliberato consilio” (suicidé volontairement) peut se repentir de son acte juste avant de mourir.

    On sait de source sûre, qu’il était très difficile, dans les provinces rurales très chrétiennes, jusqu’à la fin du XXème siècle, de trainer la réputation d’un membre de sa famille qui s’était ôté la vie, au regard, non pas du clergé beaucoup plus tolérant et ouvert d’esprit, mais plutôt des autres villageois, où chaque rumeur constituait un macabre mais succulent sujet de conversation.




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Ven 30 Sep - 15:32

    30 septembre 2016


    Après son suicide, les parents d’Émilie publient son journal intime pour briser l’omerta du harcèlement scolaire

    Émilie, 17 ans, victime de harcèlement scolaire au sein de son établissement a décidé de mettre un terme à ses souffrances en se défenestrant. Après sa mort, ses parents ont découvert son journal intime dans lequel elle raconte jour après jour son calvaire au sein d’une institution qui tarde encore trop souvent à déceler les drames qui se jouent.

    En dévoilant le journal d’Émilie et en permettant au journal La voix du Nord de le publier, les parents d’Émilie souhaite dénoncer l’omerta qu’ils ont subie. Ils ont expliqué à La Voix du Nord que la direction refusait de « parler de violences ou de harcèlement. Ce qui les intéresse, c’est de garder leur réputation. »

    Suite de l'article en entier et vidéo : Après son suicide, les parents d’Emilie publient son journal intime pour briser l’omerta du harcèlement scolaire

    © Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page

    Après son suicide, les parents d’Emilie publient son journal intime pour briser l’omerta du harcèlement scolaire



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Ven 30 Sep - 18:33



    Priez pour tous ces êtres qui se sont donné la mort, car ils n’espéraient plus en rien. Priez pour les élever dans la lumière du Père par vos prières.

    Mon Fils viendra accueillir toutes les grâces pour eux. Il les dirigera vers la Maison, au Royaume de leur Père. Eux non plus ne savaient pas.

    Seule la miséricorde de mon Fils peut tout transformer. Seule la toute-puissance d’amour pur peut transformer toutes les âmes. Le temps de la grâce est pour chacun de vous. »

    Message de la Vierge Marie reçu par Micheline Boisvert 



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Lun 3 Oct - 19:18



    Nous vous prions, Seigneur, de répandre sur tous ceux qui souffrent, soit dans l'espace comme Esprits errants, soit parmi nous comme Esprits incarnés, les grâces de votre amour et de votre miséricorde. Prenez en pitié nos faiblesses. Vous nous avez faits faillibles mais vous nous avez donné la force de résister au mal et de le vaincre. Que votre miséricorde s'étende sur tous ceux qui n'ont pu résister à leurs mauvais penchants, et sont encore entraînés dans une mauvaise voie. Que vos bons Esprits les entourent ; que votre lumière luise à leurs yeux, et qu'attirés par sa chaleur vivifiante, ils viennent se prosterner à vos pieds, humbles, repentants et soumis.

    Nous vous prions également, Père de miséricorde, pour ceux de nos frères qui n'ont pas eu la force de supporter les épreuves terrestres. Vous nous donnez un fardeau à porter, Seigneur, et nous ne devons le déposer qu'à vos pieds ; mais notre faiblesse est grande, et le courage nous manque quelquefois en route. Ayez pitié de ces serviteurs indolents qui ont abandonné l'œuvre avant l'heure… Que votre justice les épargne et permette à vos bons Esprits de leur apporter le soulagement, les consolations et l'espoir de l'avenir. Ainsi soit-il !



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mar 4 Oct - 17:09



    Le suicide

    2280 Chacun est responsable de sa vie devant Dieu qui la lui a donnée. C’est Lui qui en reste le souverain Maître. Nous sommes tenus de la recevoir avec reconnaissance et de la préserver pour son honneur et le salut de nos âmes.

    Nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas.


    2281 Le suicide contredit l’inclination naturelle de l’être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l’amour du prochain, parce qu’il brise injustement les liens de solidarité avec les sociétés familiale, nationale et humaine à l’égard desquelles nous demeurons obligés. Le suicide est contraire à l’amour du Dieu vivant.

    2282 S’il est commis dans l’intention de servir d’exemple, notamment pour les jeunes, le suicide prend encore la gravité d’un scandale. La coopération volontaire au suicide est contraire à la loi morale.

    Des troubles psychiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire.

    2283 On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.

    Catéchisme de l'Église Catholique 


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mer 12 Oct - 16:48



    Offrons aux gens une alternative au suicide



    Il y a quelques années, l’équipe du Top a vraiment été impactée par le témoignage d’une conseillère du site ConnaitreDieu, en langue espagnole. 

    En voici un résumé :

    Une femme projetait de se suicider en se jetant sous le métro de la ville de Mexico quand une chose incroyable se passa. En ouvrant la porte de chez elle pour se rendre au métro, elle entendit un bruit. S’étant retournée, elle fut stupéfaite de voir son ordinateur s’allumer tout seul !

    Elle revint sur ses pas et vit Internet Explorer s’ouvrir avec le site…EnbuscadeDios.com ! (Traduction : A la recherche de Dieu)

    Elle découvrit alors l’amour de Dieu, fit la prière de repentance et remplit le formulaire pour raconter ce qui venait de se passer. Elle décida de ne plus se suicider mais de vivre sa nouvelle vie avec Dieu !

    Ce témoignage nous montra de manière certaine que Dieu VEUT réellement utiliser Internet pour atteindre les gens. Et s’il le faut, il envoie même des anges pour allumer les ordinateurs !

    Cette histoire, si encourageante soit-elle, est rare et, malheureusement, beaucoup de gens aujourd’hui se suicident dans le monde.

    Pourquoi ne pas leur offrir une merveilleuse alternative ?

    Découvrez et soutenez le projet sur JeVeuxMourir.com




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mar 25 Oct - 19:07



    Suicide : si c’est un péché grave, celui qui a attenté à sa vie s’est-il condamné ?

    Autrefois, l’Église ne permettait pas d’enterrer religieusement les personnes suicidées. Mais cela a changé. Explications...

    Incontestablement, le suicide est un péché grave. Qu’il soit motivé par le désespoir ne diminue pas sa gravité, puisque le désespoir est aussi un péché grave. La tradition a classé le suicide parmi les péchés dits « contre l’Esprit Saint », auxquels Jésus fait référence par ces mots : « Celui qui aura blasphémé contre l'Esprit-Saint n'obtiendra jamais de pardon : il est coupable d'un péché éternel. » (Marc, 3, 29). On considère ainsi les péchés qui par eux-mêmes empêchent le repentir. Le désespoir est clairement un de ceux-là. Et le suicide par désespoir en est le point culminant. C’est ce qui est arrivé à Judas. 
     
    C’est pourquoi on a cru pendant des siècles que le suicide empêchait le salut. Et l’on refusait aux personnes suicidées un enterrement et des obsèques catholiques.
     
    Cela a changé pour deux raisons. La première est la connaissance que nous avons aujourd’hui des maladies psychiques. C’est souvent un grand dérangement mental qui pousse au suicide. Ce qui contredit sérieusement le fait que se suicider soit un acte libre, condition indispensable pour qu’il y ait péché. Dans de nombreux cas, tenant compte de la manière d’être et de vivre de la personne, on peut penser qu’elle ne se serait pas suicidée si elle avait été pleinement consciente.
     
    Il y a cependant une  autre raison, plus profonde. C’est que nous avons tous, y compris ceux qui portent atteinte à leur propre vie, une ultime occasion de repentir au moment de la mort. On connaît l’anecdote de Sainte Thérèse  d’Avila à ce propos. Ayant appris qu’un jeune pour lequel elle priait s’était suicidé en se jetant par le pont dans un fleuve, la sainte se tourna avec colère vers Jésus, et reçut cette réponse divine : « Thérèse, Thérèse, tu ne savais pas qu’entre le pont et le fleuve, J’étais là ? » Le jeune homme s’était repenti à temps.
     
    Nous avons tous cette occasion de nous repentir, même dans la mort la plus précipitée. A l’instant suprême où l’on va rendre compte de sa vie, le temps ne compte pas : tout est instantané. Voilà pourquoi en aucun cas on ne peut être sûr de la condamnation éternelle de qui que ce soit. Et il faut reconnaître que celui qui se suicide en conscience, mû par le désespoir, peut saisir cette dernière chance, même s’il s’est lui-même mis dans des conditions difficiles. Et bien entendu, il faut prier pour celui qui a commis un tel acte.

    par Julio de la Vega-Hazas


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

    P123

    Féminin Messages : 557
    Date d'inscription : 22/01/2016

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par P123 le Mer 26 Oct - 9:21

    Merci pour ce fil !
    Avec SOS amitié par contre je suis beaucoup plus réservée, je pense que le prêtre est plus à même d'écouter et de détourner la personne de ses idées suicidaires. Il vaut mieux aller voir un prêtre qu'appeler SOS !
    Pourquoi je formule cet avis :
    j'ai beaucoup pratiqué le coup de fil à SOS amitié, en particulier avant mon mariage, à l'époque du célibat et de la précarité. Je puis dire qu'en France ils ne sont pas chrétiens, ils sont laicisés. L'écoute et les interprétations qu'ils font, ce qu'ils vous disent quand vous vous confiez, cela ne va pas dans une orientation vers Dieu, ni dans une invitation à se tourner vers Lui. Donc c'est vrai qu'ils ne vont pas vous dire "Dieu vous aime", par exemple ( mais le sempiternel, attendu et inutile "aimez-vous vous_même")
    Leur philosophie et leur formation ( par des psychologues) sont très proches des travaux de Carl Roger dont on peut aussi désapprouver la vision de l'homme. On peut ne pas y adhérer.
    C'est aussi très "politiquement correct". Il ne faut pas compter sur SOS pour comprendre et écouter de façon ouverte quand vous leur parlez de certaines thématiques ( familiales) , l'air du temps est par exemple la banalisation des ruptures et du divorce, le "gay friendly" etc et ils véhiculent ces idées dans l'air du temps, féministes( conseils de divorcer), individualiste, etc. Et souvent ils vous font la leçon à ces sujets.
    Pour beaucoup de mes souffrances, c'est le prêtre et des lectures d'auteurs chrétiens ( Tony Anatrella) qui m'ont en fait aidée. En remettant les pendules à l'heure.
    Parce que l'origine de toute souffrance est au début l'éloignement d'avec Dieu.
    Quelles sont les causes des idées suicidaires, c'est souvent un éloignement de Dieu, finalement.
    Ce n'est guère en "remettant une louche" de philosophie individualiste qu'on va arranger les choses.
    Enfin ça, c'est mon expérience personnelle avec SOS amitié, j'y ai retrouvé les mêmes poncifs, le même découpage de la réalité, les mêmes réponses que chez les psys. Ce ne sont pas des psys mais ils sont formés par eux.
    Je n'ai pas trouvé d'appui à SOS, il faut quand même que je mette ce bémol.
    Dans un quart (environ) de mes appels, j'ai même été "enfoncée" si bien que j'allais plus mal encore ensuite.
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mer 26 Oct - 17:52

    Merci beaucoup pour votre témoignage chère "Ptit'sirène" !   Approuve

    Il est vrai que c'est préférable pour une personne suicidaire de se tourner vers un prêtre... Les lignes d'écoute non-chrétiennes ne vont pas en profondeur des âmes, comme les prêtres peuvent si bien le faire. Gloire à toi Seigneu

    Je vous souhaite bonne journée et que Dieu vous bénisse !

    Gilles. Salue


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

    P123

    Féminin Messages : 557
    Date d'inscription : 22/01/2016

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par P123 le Jeu 27 Oct - 10:26

    Ceci dit c'est parfois mieux que rien, les intervenant d'SOS amitié sont là, écoutent au moment où la personne veut se tuer, ce qui permet de gagner du temps sur la mort, la personne va ensuite peut-être hésiter, réflechir...
    C'est des bénévoles, ils donnent de leur temps, et ça c'est bien.
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3470
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le SUICIDE : Un fléau mondial ! Prions pour les jeunes et moins jeunes

    Message par Gilles le Mar 29 Nov - 19:31



    Qu’advient-il de l’âme d’une personne après un suicide ?

    Qu’advient-il de l’âme/esprit d’une personne après un suicide ? Récemment, une de mes proches amies s’est suicidée et je crains beaucoup qu’elle ne soit plus en paix avec elle-même.Elle souffrait d’un trouble anxieux causé par une enfance difficile et bien qu’elle aimait la vie, ses ami(e)s et sa famille, elle était autant incapable d’être indépendante que tranquille.

    Ensemble, nous avons lutté contre ce problème pendant longtemps.Créative et affectueuse, elle avait beaucoup voyagé et vécu loin de nous durant quelques années, ce qui lui a permis de devenir indépendante.Elle craignait pour sa santé mentale – elle m’avait expliqué qu’elle voulait mourir par amour pour elle-même et parce que toutes les pensées qui lui traversaient l’esprit pouvaient finir par la rendre folle.Je l’aimais beaucoup et ne pouvais pas supporter l’idée qu’elle aurait cette lutte toute sa vie.Je cherche en moi la signification de cette perte.

    Conseil :Il est évident que vous étiez et êtes une amie très proche et affectueuse. Vous avez souffert avec votre amie jusqu’à la fin et même au-delà. Vous vous souciiez de son bien-être et de son état émotionnel et spirituel. Mais après ce drame, elle est entrée dans l’éternité malgré tout ce que vous ou quelqu’un d’autre pourrait faire.

    Tout d’abord, je veux vous dire que personne n’est responsable du suicide et de la mort de votre amie. Son suicide est la conséquence de son choix et de son instabilité psychologique. Ne laissez donc pas une fausse culpabilité et l’auto-accusation vous gagner. Vous et les autres avez essayé de l’aider. Mais c’est cette femme qui a fait le choix malgré vos supplications et de votre intervention.

    Ensuite, vous devez faire le deuil de la mort de votre amie. Vous traverserez plusieurs phases de perte : le choc et le refus, la protestation et l’acceptation de la réalité de sa mort, la colère, la confusion, la dépression et enfin, la réorganisation. Il est normal de faire le deuil. Il est également important de prendre soin de vous. Vous avez peut-être besoin de conseils. Rencontrez votre pasteur si vous avez besoin de prière et de soutien. Lisez votre Bible, particulièrement les Psaumes et l’évangile de Jean. Jésus parle de l’amour de Dieu pour vous et pour le monde, Son plan pour vous donner la vie éternelle (Jean 3 : 16) et une vie abondante (Jean 10 : 10). Les Saintes écritures vous apporteront la consolation et l’espoir pour l’avenir – l’espoir pour l’éternité.

    La Bible contient des récits de personnes qui sont commis le suicide, mais elle ne dit pas là où leurs âmes sont allées – au ciel ou en enfer. Mais Jésus a promis : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand bien même il serait mort. » Jean 11 : 25

    Si votre amie avait fait du Christ son Seigneur et son Sauveur, elle est au paradis aujourd’hui.
    Comment est-ce que je le sais ? Parce que Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au père que par moi. » Jean 14 : 6
    Jésus a déclaré qu’Il est Dieu, a proclamé la vérité et les paroles de Dieu. Il est mort sur la croix pour les péchés du monde entier et a ressuscité d’entre les morts le troisième jour. Plus de 500 témoins ont vu le Christ ressuscité !

    C’est pourquoi vous pouvez avoir un espoir sûr pour l’avenir ! Vous pouvez être certaine que le Christ a beaucoup aimé votre amie et la jugera avec justice.

    Le suicide est une expérience accablante pour ceux qui ont aimé la victime. Il se produit parce que la personne est plongée dans une grande dépression et ne reçoit pas le traitement approprié – mental, émotionnel, physique et spirituel.

    Mais bien qu’étant un péché, le suicide peut être pardonné au pied de la croix où tous les péchés sont effacés quand une personne croit au Sauveur qui s’est sacrifié pour racheter le monde.

    Vous ne comprendrez jamais ce qui s’est passé. Une vie a été perdue. Mais, sachez que Dieu peut transformer cette circonstance en bien. Dieu peut devenir plus vivant dans votre vie en ces temps de souffrance. Il peut vous donner du courage et faire de vous une personne de caractère avec des valeurs fortes. Dieu peut vous manifester Son amour et Sa consolation dans votre douleur. Dieu peut vous donner plus de sagesse pour aider les autres qui souffrent.

    Ce monde est égaré, il n’est pas notre demeure. Nous ne sommes que des passagers. Votre amie n’a pas réussi à surmonter le désarroi émotionnel et mental qu’elle vivait. Mais vous le pouvez. Avec Dieu, vous pouvez avoir la victoire.

    Elle a fini son séjour sur la terre et Dieu lui a permis de s’en aller. Il ne l’a pas laissé se suicider parce qu’Il est l’auteur du mal. Il permet aux gens de faire les choix qui vont même à l’encontre de Sa volonté. Mais vous pouvez trouver l’espoir et le courage pour découvrir la volonté de Dieu pour votre vie sur terre. Vous pouvez laisser un héritage qui donnera aux autres de l’espoir pour l’avenir et pour l’éternité.

    Nous avons tous des rêves et des regrets. Jésus nous dit qu’il est venu nous offrir une nouvelle vie. Que pourrait devenir votre vie si vous repartiez à neuf ?

    L’espoir

    Personne ne peut vivre une vie parfaite. Mais nous pouvons tous goûter à la paix et à la grâce que nous offre Jésus-Christ.

    Vous pouvez vivre une relation profonde avec Jésus-Christ dès maintenant en accueillant son règne en vous. Aimeriez-vous l’inviter à venir habiter en vous par son Esprit afin que vous puissiez le connaître et le suivre? Vous n’avez qu’à exprimer ce désir à Dieu, par la prière. Ce ne sont pas les mots qui comptent, mais plutôt l’attitude de votre cœur. Voici une prière qui peut vous servir de modèle :

    Seigneur Jésus-Christ, je veux te connaître. Merci pour ta mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre tout grand mon cœur et je t’invite à venir régner en moi par ton Esprit et me délivrer de mon péché. Dirige ma vie. Fais de moi la personne que tu veux que je sois. Merci pour le pardon de mes péchés et le don de la vie éternelle. Amen.


    Si cette prière reflète le désir sincère de votre cœur, vous pouvez l’exprimer à Dieu. Jésus promet de venir habiter en vous en réponse à votre foi.

    Si vous avez invité Jésus à prendre la direction de votre vie, remerciez-le souvent pour sa présence en vous et pour sa promesse de ne jamais vous quitter ou vous abandonner. En découvrant de plus en plus son amour infini pour vous et sa volonté pour votre vie, vous vivrez la vie abondante qu’il est venu vous offrir.

    Qu'advient-il de l'âme d'une personne après un suicide ...



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

      La date/heure actuelle est Mar 26 Sep - 23:49