Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    " Méditations sur les textes du Jour "

    Partagez
    avatar
    mariejesus

    Féminin Messages : 702
    Date d'inscription : 14/02/2016
    Age : 31

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par mariejesus le Mar 28 Mar - 7:42

    Merci Maud pour ce texte, je comprend pas bien, on parle de péché pendant le shabat


    _________________

    Mariejesus


    Progresse dans la joie d'un coeur sincère et grand ouvert, et s'il t'es impossible de garder cette allégresse au moins ne perd pas courage et garde toute ta confiance en Dieu:
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Mar 28 Mar - 8:36

    Bonjour @mariejesus   Smile

    Je vais essayer de répondre à ta question

    je comprend pas bien, on parle de péché pendant le shabat  

    Pour les Juifs , le sabbat est un jour de prières et personne ne doit " travailler " ce jour là et suivre la Loi

    Jésus répond que pour lui, l'homme passe avant le sabbat. C'est pour l'homme en effet que l'on a inventé le sabbat, afin qu'il ait plus de facilité, plus de temps (en ayant un jour de repos) à consacrer à Dieu, à méditer sa Parole, à la savourer, à la faire fructifier dans la vie de tous les jours

    ("Tu aimeras le Seigneur Dieu", (Deutéronome 6,4), "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Lévitique 19)).

    Le jour du sabbat chez les Juifs, comme pour nous le Dimanche,  permet à l'homme de se "poser" pour poursuivre sa construction morale et spirituelle, pour grandir vers le bien, la beauté, l'amour.

    Pour Jésus, il s'agit de garder en tête l'Amour de Dieu et du prochain. Ils sont étroitement liés...

    La Loi peut être une aide sur ce chemin, mais non toujours. La Loi n'est pas L'Amour.

    Jésus n'est pas contre la Loi lorsqu'elle ouvre les coeurs à plus d'amour ; par contre il s'en passe lorsqu'elle n'apporte rien..

    Jésus en guérissant ce jeune homme ne " travaille " pas , son action est spirituelle , il ne pêche pas ,  il accomplit un geste d' Amour.

    A l' Imitation de Jésus,  prenons soin de toujours regarder si nos habitudes apportent une réelle avancée vers l'Amour

    Je ne sais si ma réponse te suffit ?

    En union de prières


    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Mar 28 Mar - 9:35

    «Jésus, le voyant couché là: ‘Est-ce que tu veux retrouver la santé?’»

    Abbé Àngel CALDAS i Bosch
    (Salt, Girona, Espagne)

    Aujourd'hui saint Jean nous parle de la scène de la piscine de Bézhata. Elle ressemblait, plutôt, à la salle d'attente d'un hôpital pour traumatisés: «Une foule de malades étaient couchés: aveugles, boiteux et paralysés» (Jn 5,3). Et Jésus s'y rendit.

    Comme c'est étonnant! L'on trouve toujours Jésus au beau milieu des problèmes. Là où il existe une possibilité de “libérer”, de rendre quelqu'un heureux, le voici. Les pharisiens, par contre, ne songeaient qu'au Sabbat. Leur mauvaise foi tuait l'esprit. La colère du péché dégoulinait de leurs yeux. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre!

    Le protagoniste du miracle était malade depuis trente-huit ans. «Est-ce que tu veux retrouver la santé?» (Jn 5,6), lui dit Jésus. Depuis longtemps qu'il luttait dans le vide, faute d'avoir rencontré Jésus. Mais, maintenant, il avait trouvé l'Homme. Les cinq colonnades de la piscine de Bézhata retentirent lorsqu'on entendit la voix du Maître: «Lève-toi, prends ton brancard, et marche» (Jn 5,Cool. Ce fut l'affaire d'un instant.

    La voix du Christ est la voix de Dieu. Tout était neuf dans ce vieux paralysé, usé par le découragement. Plus tard, saint Jean Chrysostome nous dira que dans la piscine de Bézhata les maladies du corps étaient guéries, et qu'avec le Baptême ce sont les maladies de l'âme qu'on guérit. Là, c'était de temps en temps et pour un seul malade à la fois. Dans le Baptême, c'est pour toujours et pour tous. Dans le deux cas, le pouvoir de Dieu est manifesté par l'eau.

    Le paralytique impuissant au bord de l'eau, ne te fait-il pas songer à l'expérience de notre propre impuissance à faire le bien? Comment essayons–nous de résoudre, tout seul, ce qui relève d'un pouvoir surnaturel? Te rends-tu compte que chaque jour, autour de toi, il a une foule de paralytiques qui “se remuent” beaucoup, mais n'arrivent pas à échapper de leur manque de liberté? Le péché paralyse, vieillit, tue. Il nous faut regarder Jésus. Il est nécessaire qu'Il —sa Grâce— nous plonge dans les eaux de la prière, de la confession, de l'ouverture de le esprit. Toi et moi, nous pouvons être de sempiternels paralytiques, ou des porteurs et des instruments de lumière.

    http://evangeli.net/evangile
    avatar
    mariejesus

    Féminin Messages : 702
    Date d'inscription : 14/02/2016
    Age : 31

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par mariejesus le Mar 28 Mar - 20:08

    Bien entendu Maud et le Fils de Dieu n'aurait jamais commis le péché.

    Fraternellement


    _________________

    Mariejesus


    Progresse dans la joie d'un coeur sincère et grand ouvert, et s'il t'es impossible de garder cette allégresse au moins ne perd pas courage et garde toute ta confiance en Dieu:

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Mar 28 Mar - 20:49

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Mercredi 29 Mars 2017

    De la férie

    4ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre du Prophète Isaïe 49 : 8 à 15


    « Je T’ai établi, pour que TU sois l’ALLIANCE du peuple, pour relever le pays »

    Ainsi PARLE le SEIGNEUR :
    Au Temps Favorable, Je T’ai exaucé,
    au jour du SALUT, Je T’ai secouru.
    Je T’ai façonné, établi,
    pour que TU sois l’ALLIANCE du peuple,
    pour relever le pays,
    restituer les héritages dévastés
    et dire aux prisonniers : « Sortez » !
    aux captifs des ténèbres : « Montrez-vous » !
    Au long des routes, ils pourront paître ;
    sur les hauteurs dénudées seront leurs pâturages.
    Ils n’auront ni faim ni soif ;
    le vent brûlant et le soleil ne les frapperont plus.
    LUI, PLEIN de COMPASSION, les guidera,
    les conduira vers les eaux vives.
    De toutes mes montagnes, je ferai un chemin,
    et ma route sera rehaussée.

    Les voici : ils viennent de loin,
    les uns du nord et du couchant,
    les autres des terres du sud.
    CIEUX, criez de joie ! Terre, exulte !
    Montagnes, éclatez en cris de joie !
    Car le SEIGNEUR console Son Peuple ;
    de ses pauvres, IL a COMPASSION.

    Jérusalem disait :
    « Le SEIGNEUR m’a abandonnée,
    mon SEIGNEUR m’a oubliée. »
    Une femme peut-elle oublier son nourrisson,
    ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ?
    Même si elle l’oubliait,
    Moi, Je ne t’oublierai pas.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Ton RÈGNE est un RÈGNE ÉTERNEL

    Chant de louange appartenant au recueil de David.

    [Psaume 144 (145) ; entièrement]


    Psaume 144 (145) : 8 et 9, 13cd et 14, 17 et 18

    R/ Le SEIGNEUR est TENDRESSE et PITIÉ,
    Lent à la Colère et PLEIN d’AMOUR.


    Le SEIGNEUR est TENDRESSE et PITIÉ,
    Lent à la Colère et PLEIN d’AMOUR ;
    la BONTÉ du SEIGNEUR est pour tous,
    Sa TENDRESSE, pour toutes Ses ŒUVRES.
    R/

    Le SEIGNEUR est VRAI en tout ce qu’IL dit,
    FIDÈLE en tout ce qu’IL fait.
    Le SEIGNEUR soutient tous ceux qui tombent,
    IL redresse tous les accablés.
    R/

    Le SEIGNEUR est JUSTE en toutes Ses VOIES,
    FIDÈLE en tout ce qu’IL fait.
    IL est proche de ceux qui L’invoquent,
    de tous ceux qui L’invoquent en VÉRITÉ.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 5 : 17 à 30

    Acclamation de l’Évangile :
    GLOIRE à TOI, SEIGNEUR, HONNEUR, PUISSANCE et MAJESTÉ !
    Moi, Je SUIS la RÉSURRECTION et la VIE, dit le SEIGNEUR. Celui qui croit en Moi ne mourra jamais.
    GLOIRE à TOI, SEIGNEUR, HONNEUR, PUISSANCE et MAJESTÉ !
    (cf. Jn 11, 25a.26)



    « Comme le PÈRE relève les morts et les fait vivre, ainsi le FILS fait vivre qui IL veut »

    En ce temps-là,
    après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat,
    JÉSUS déclara aux Juifs :
    « Mon PÈRE est toujours à l’ŒUVRE,
    et Moi aussi, Je suis à l’ŒUVRE. »
    C’est pourquoi, de plus en plus,
    les Juifs cherchaient à LE tuer,
    car non seulement IL ne respectait pas le sabbat,
    mais encore IL disait que DIEU était Son PROPRE PÈRE,
    et IL se faisait ainsi l’égal de DIEU.

    JÉSUS reprit donc la PAROLE. IL leur déclarait :
    « Amen, amen, Je vous le dis :
    le FILS ne peut rien faire de LUI-MÊME,
    IL fait seulement ce qu’IL voit faire par le PÈRE ;
    ce que fait CELUI-CI,
    le FILS le fait pareillement.
    Car le PÈRE aime le FILS
    et LUI montre tout ce qu’IL fait.
    IL LUI montrera des ŒUVRES PLUS GRANDES ENCORE,
    si bien que vous serez dans l’étonnement.
    Comme le PÈRE, en effet, relève les morts
    et les fait vivre,
    ainsi le FILS, LUI aussi, fait vivre qui IL veut.
    Car le PÈRE ne juge personne :
    IL a donné au FILS tout pouvoir pour juger,
    afin que tous honorent le FILS comme ils honorent le PÈRE.
    Celui qui ne rend pas HONNEUR au FILS
    ne rend pas non plus HONNEUR au PÈRE, qui L’a envoyé.
    Amen, amen, Je vous le dis :
    qui écoute Ma PAROLE
    et croit en CELUI qui M’a envoyé,
    obtient la VIE ÉTERNELLE
    et il échappe au jugement,
    car déjà il passe de la mort à la vie.

    Amen, amen, Je vous le dis :
    l’heure vient – et c’est maintenant –
    où les morts entendront la VOIX du FILS de DIEU,
    et ceux qui L’auront entendue vivront.
    Comme le PÈRE, en effet, a la VIE en LUI-MÊME,
    ainsi a-t-il donné au FILS d’avoir, LUI aussi, la VIE en LUI-MÊME ;
    et IL LUI a donné POUVOIR d’EXERCER le JUGEMENT,
    parce qu’IL est le FILS de l’Homme.
    Ne soyez pas étonnés ;
    l’heure vient
    où tous ceux qui sont dans les tombeaux
    entendront Sa VOIX ;
    alors, ceux qui ont fait le bien sortiront
    pour ressusciter et vivre,
    ceux qui ont fait le mal,
    pour ressusciter et être jugés.

    Moi, Je ne peux rien faire de MOI-MÊME ;
    Je rends Mon JUGEMENT d’après ce que J’entends,
    et Mon JUGEMENT est JUSTE,
    parce que Je ne cherche pas à faire Ma Volonté,
    mais la VOLONTÉ de CELUI qui M’a envoyé. »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=88

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-03-29/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Mer 29 Mar - 7:24

    Bonjour Nicolas   Laughing                                          

    Bonjour Véronique   Laughing                                                      
                                                                                                                                                 
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                        
                                                                                                                                                                                                     
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

     Bible      Jésus     Colombe




    Méditation sur l’ Evangile du Jour :  Mercredi 29 Mars 2017


    L’œuvre de la vie


    Evangile selon St Jean, chapitre 5, 17-30

    Jésus leur déclara : « Mon Père est toujours à l’œuvre, et moi aussi, je suis à l’œuvre. » C’est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le tuer, car non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu. Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement.

    Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des œuvres plus grandes encore, si bien que vous serez dans l’étonnement.

    Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père.

    Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé.
    Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie.

    Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient  et c’est maintenant  où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ; et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme.

    Ne soyez pas étonnés ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ; alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre, ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés. Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé.

    Prière d'introduction

    Jésus, tu es venu dans le monde pour que je te connaisse, pour que je t’entende, pour que je t’aime et pour que je vive. Tu es le chemin, la vérité et la vie.

    Demande

    Jésus, donne-moi ta vie. Je veux vivre de ta vie !

    Points de réflexion

    1.Jésus et le Père sont tout Un, bien que l’un soit le Fils et l’autre le Père.

    Ils œuvrent tous deux en vue d’un seul et même but, au point qu’on accuse Jésus de se faire l’égal du Père !

    Quel énorme blasphème pour les Juifs... Comment un homme peut-il se faire l’égal de Dieu ?!

    Il s’agit probablement du plus grand obstacle pour la conversion des Juifs.

    Nous-mêmes, peut-être sommes-nous trop habitués à l’entendre ?

    Peut-être ne nous laissons-nous plus surprendre par cette affirmation : Jésus est vrai Dieu et vrai homme .

    Oui, Jésus est pleinement Dieu, le tout-autre, et pleinement l’un de nous, si proche et si accessible...

    Le mystère nous submerge. Le paradoxe nous dépasse. Ne passons pas trop rapidement sur cette vérité si remplie d’espérance pour nous : Dieu a tant aimé le monde qu’il a envoyé son Fils.

    Depuis les premiers moments de la création, Dieu n’a cessé de chercher à établir un dialogue avec l’humanité. Il est si passionné d’amour pour nous qu’il s’est fait l’un d’entre nous pour que nous entendions ses paroles et pour qu’en les recevant, il nous élève jusqu’à lui.

    2 « Je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé » dit Jésus.

    Gethsémani est le signe de cette union de volonté entre le Père et le Fils.

    Alors que Jésus entre dans le combat de l’agonie, aux portes de la mort, il fait cette prière : « Que ta volonté soit faite, Père, et non la mienne. »

    En quoi consiste-t-elle cette volonté du Père ? Ressusciter les morts et leur redonner vie, dit saint Jean.

    Le grand projet de Dieu sur les hommes, c’est qu’ils aient la vie et la vie en surabondance. Dieu est le Dieu des vivants, pas des morts ! Dieu vit et veut la vie pour ses créatures.

    Tel a toujours été le projet de Dieu.

    C’est pourquoi Jésus vient nous sauver de la mort : « Celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle (...), il est passé de la mort à la vie ».

    Pour recevoir cette vie, Jésus nous dit qu’il suffit d’écouter et de croire.

    La vie nous est offerte dans la foi et l’adhésion du cœur à sa personne humaine et divine, ainsi qu’à son message.

    Réjouissons-nous de cette œuvre divine pour la vie !

    Renouvelons notre joie de vivre et de vivre dans la foi au Christ !

    Dialogue avec le Christ

    Je te rends grâce, mon Seigneur et mon Dieu, pour le don de la vie. D’abord pour le don de ma vie toute humaine et quotidienne, ordinaire et extraordinaire à la fois. Je te rends grâce également pour le don de la vie éternelle à laquelle tu nous appelles tous. Je te confie tous les défunts de mon entourage. Ma joie et mon espérance reposent en toi, le Dieu des vivants !

    Résolution

    Réfléchir à la beauté et à la joie de ma vie, si simple soit-elle, et rendre grâce à Dieu en allumant un cierge dans une église, cette semaine.

    Cette méditation a été écrite par Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi
    ©️ Catholique.org






    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Mer 29 Mar - 10:12

    «Amen, amen, je vous le dis: celui qui écoute ma parole et croit au Père qui m'a envoyé, celui-là obtient la vie éternelle»

    Abbé Francesc PERARNAU i Cañellas
    (Girona, Espagne)

    Aujourd'hui l'Évangile nous parle de la réponse que Jésus fit à ceux qui ne voyaient pas d'un bon oeil qu'Il ait guéri un paralytique le jour du Sabbat. Jésus Christ profite de ces critiques pour manifester sa condition de Fils de Dieu et, en conséquence, de Maître du Sabbat. Certaines de ses paroles motiveront sa condamnation lors du jugement chez Caïphe. En effet, quand Jésus se présenta comme Fils de Dieu, le grand prêtre déchira ses vêtements, en disant: «Il a blasphémé! Pourquoi nous faut-il encore des témoins? Vous venez d'entendre le blasphème! Quel est votre avis?» (Mt 26,65).

    À plusieurs reprises, Jésus avait fait référence au Père, en établissant toujours une distinction: la Paternité de Dieu est différente selon qu'il s'agit du Christ ou des hommes. Et les juifs qui l'écoutaient le comprenaient très bien: il n'était pas Fils de Dieu comme les autres, la filiation qu'il réclamait pour Lui était une filiation naturelle. Jésus affirme qu'il est l'égal du Père par nature, bien qu'il s'agisse de personnes différentes. Il manifeste ainsi sa divinité. Voilà un passage de l'Évangile très intéressant pour la révélation du mystère de la Sainte Trinité.

    Dans ce que le Seigneur dit aujourd'hui, il y a des choses qui concernent en particulier tous ceux qui, au long de l'histoire, croiront en Lui: écouter et croire à Jésus c'est obtenir déjà la vie éternelle (cf. Jn 5,24). Certes, ce n'est pas encore la vie définitive, mais c'est d'ores et déjà participer de sa promesse. Il est bon de ne pas l'oublier, en faisant l'effort d'écouter la parole de Jésus, comme ce qu'elle est vraiment: la Parole de Dieu qui nous apporte le salut. La lecture et la méditation de l'Évangile doivent faire partie de nos pratiques religieuses habituelles. Dans les pages révélées nous entendrons les paroles de Jésus, paroles immortelles qui ouvrent les portes de la vie éternelle. Tout compte fait, comme le disait saint Éphrem de Syrie, la Parole de Dieu est une source inépuisable de vie.

    http://evangeli.net/evangile

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Mer 29 Mar - 20:38

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Jeudi 30 Mars 2017

    De la férie

    4ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre de l’Exode 32 : 7 à 14


    « Renonce au mal que TU veux faire à ton peuple »

    En ces jours-là,
    le SEIGNEUR parla à Moïse :
    « Va, descends,
    car ton peuple s’est corrompu,
    lui que tu as fait monter du pays d’Égypte.
    Ils n’auront pas mis longtemps
    à s’écarter du chemin que Je leur avais ordonné de suivre !
    Ils se sont fait un veau en métal fondu
    et se sont prosternés devant lui.
    Ils lui ont offert des sacrifices en proclamant :
    “Israël, voici tes dieux,
    qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.” »

    Le SEIGNEUR dit encore à Moïse :
    « Je vois que ce peuple
    est un peuple à la nuque raide.
    Maintenant, laisse-Moi faire ;
    Ma Colère va s’enflammer contre eux
    et Je vais les exterminer !
    Mais, de toi, Je ferai une grande nation. »

    Moïse apaisa le VISAGE DU SEIGNEUR son DIEU
    en disant :
    « Pourquoi, SEIGNEUR, Ta Colère
    s’enflammerait-elle contre ton peuple,
    que TU as fait sortir du pays d’Égypte
    par TA GRANDE FORCE ET TA MAIN PUISSANTE ?
    Pourquoi donner aux Égyptiens l’occasion de dire :
    “C’est par méchanceté qu’IL les a fait sortir ;
    IL voulait les tuer dans les montagnes
    et les exterminer à la surface de la Terre” ?
    Reviens de l’ardeur de Ta Colère,
    renonce au mal que TU veux faire à ton peuple.
    Souviens-TOI de Tes Serviteurs,
    Abraham, Isaac et Israël,
    à qui TU as juré par TOI-MEME :
    “Je multiplierai votre descendance
    comme les Etoiles du ciel ;
    Je donnerai, comme Je l’ai dit,
    tout ce pays à vos descendants,
    et il sera pour toujours leur héritage.” »

    Le SEIGNEUR renonça au mal
    qu’IL avait voulu faire à son peuple.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Infidélité d’Israël, FIDÉLITÉ DE DIEU

    [Psaume 105 (106) ; entièrement]


    Psaume 105 (106) : 4ab et 6, 19 et 20, 21 et 22, 23

    R/ Souviens-TOI de nous, SEIGNEUR,
    dans TA BIENVEILLANCE pour ton peuple.


    Souviens-TOI de moi, SEIGNEUR,
    dans TA BIENVEILLANCE pour ton peuple.
    Avec nos pères, nous avons péché,
    nous avons failli et renié.
    R/

    À l’Horeb ils fabriquent un veau,
    ils adorent un objet en métal :
    ils échangeaient ce qui était leur gloire
    pour l’image d’un taureau, d’un ruminant.
    R/

    Ils oublient le DIEU qui les sauve,
    qui a fait des PRODIGES en Égypte,
    des MIRACLES au pays de Cham,
    des ACTIONS TERRIFIANTES sur la mer Rouge.
    R/

    DIEU a décidé de les détruire.
    C’est alors que Moïse, Son Élu,
    surgit sur la brèche, devant LUI,
    pour empêcher que sa fureur les extermine.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 5 : 31 à 47

    Acclamation de l’Évangile :
    LOUANGE À TOI, SEIGNEUR,
    ROI D’ÉTERNELLE GLOIRE !

    DIEU a tellement aimé le monde
    qu’IL a donné SON FILS UNIQUE,
    afin que ceux qui croient en LUI aient la VIE ÉTERNELLE.
    LOUANGE À TOI, SEIGNEUR,
    ROI D’ÉTERNELLE GLOIRE !

    (Jn 3, 16)



    « Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance »

    En ce temps-là,
    JÉSUS disait aux Juifs :
    « Si c’est Moi qui Me rends témoignage,
    Mon Témoignage n’est pas vrai ;
    c’est un autre qui Me rend TÉMOIGNAGE,
    et Je sais que le TÉMOIGNAGE qu’IL Me rend est VRAI.
    Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste,
    et il a rendu TÉMOIGNAGE À LA VÉRITÉ.
    Moi, ce n’est pas d’un homme que Je reçois le TÉMOIGNAGE,
    mais Je parle ainsi pour que vous soyez sauvés.
    Jean était la lampe qui brûle et qui brille,
    et vous avez voulu vous réjouir un moment à Sa Lumière.
    Mais J’ai pour Moi un TÉMOIGNAGE PLUS GRAND que celui de Jean :
    ce sont les ŒUVRES que le PÈRE M’a donné d’accomplir ;
    les ŒUVRES mêmes que Je fais
    témoignent que le PÈRE M’a envoyé.
    Et le PÈRE qui M’a envoyé,
    LUI, M’a rendu TÉMOIGNAGE.
    Vous n’avez jamais entendu SA VOIX,
    vous n’avez jamais vu SA FACE,
    et vous ne laissez pas SA PAROLE demeurer en vous,
    puisque vous ne croyez pas en CELUI que le PÈRE a envoyé.
    Vous scrutez les Écritures
    parce que vous pensez y trouver la VIE ÉTERNELLE ;
    or, ce sont les Écritures qui Me rendent TÉMOIGNAGE,
    et vous ne voulez pas venir à Moi
    pour avoir la VIE !
    La gloire, Je ne la reçois pas des hommes ;
    d’ailleurs Je vous connais :
    vous n’avez pas en vous l’AMOUR DE DIEU.
    Moi, Je suis venu au NOM DE MON PÈRE,
    et vous ne Me recevez pas ;
    qu’un autre vienne en son propre nom,
    celui-là, vous le recevrez !
    Comment pourriez-vous croire,
    vous qui recevez votre gloire les uns des autres,
    et qui ne cherchez pas la GLOIRE qui vient du DIEU UNIQUE ?
    Ne pensez pas que c’est Moi
    qui vous accuserai devant le PÈRE.
    Votre accusateur, c’est Moïse,
    en qui vous avez mis votre espérance.
    Si vous croyiez Moïse,
    vous Me croiriez aussi,
    car c’est à Mon Sujet qu’il a écrit.
    Mais si vous ne croyez pas Ses Écrits,
    comment croirez-vous Mes Paroles ? »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=89

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-03-30/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Jeu 30 Mar - 8:13


    Bonjour Nicolas   Laughing                                              

    Bonjour Véronique   Laughing                                                          
                                                                                                                                                 
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                            
                                                                                                                                                                                                   
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

      Bible      Jésus     Colombe




    Méditation sur l’ Evangile du Jour :  Jeudi 30 Mars 2017


    « Ne crains pas, crois seulement ! »


    Evangile selon St Jean, chapitre 5, 31-47

    Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ; c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai. Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité.

    Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé.

    Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé. Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !

    La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu.

    Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez ! Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ?

    Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance.

    Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »

    Prière d'introduction

    Seigneur, pendant que j’écoute ta parole, garde-moi en silence intérieur et extérieur !

    Demande


    Seigneur, tu parles, dans cet Évangile, à ceux qui critiquent les miracles que tu accomplis le jour du sabbat. Tu leur dis : « Vous n'avez pas l'amour de Dieu en vous » (Jn 5,43). Ô Seigneur, la prière peut beaucoup. Nous vous présentons le cœur de tous ceux qui ne vous aiment pas. Souvenez-vous de votre miséricorde et daignez les guérir pour qu'ils accueillent l'amour.

    Points de réflexion

    1.Un témoin est celui qui a vu ou assisté à un événement.


    Il peut donc attester de ce fait aux autres, rendre compte de ce qu’il a vu.

    Jésus explique, dans cet Évangile, qu’il a quatre sortes de témoins. Jean le Baptiste : « Vous avez envoyé trouver Jean et il a rendu témoignage à la vérité » ; les miracles :

    « Mais j’ai plus grand que le témoignage de Jean : les œuvres que le Père m’a donné à mener à bonne fin témoignent à mon sujet » ; le Père lui-même : « Le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage ».

    Jésus fait sans doute allusion au témoignage du Père lors de son baptême.

    Ce témoignage sera renouvelé lors de la Transfiguration. Enfin, les Écritures : « Ce sont elles qui me rendent témoignage ».

    Et nous, qui connaissons la suite de l’Évangile, nous avons les témoignages suprêmes de la mort de Jésus sur la croix :

    « L’un de ses soldats, de sa lance, lui perça le côté et il en sortit aussitôt du sang et de l’eau. Celui qui a vu rend témoignage ? son témoignage est véritable, et celui-là sait qu’il dit vrai ? pour que vous aussi vous croyiez » (Jn 19,35).

    2.Et ces témoins que disent-ils ?

    Ils témoignent de Jésus vérité, salut, vie. Vérité : « Jean a rendu témoignage à la vérité » ; salut :

    « Je dis cela pour que vous, vous soyez sauvés » ; vie : « Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! »

    3.« Comment pouvez-vous croire, vous qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ? » (Jn 5,44).


    Pour Jésus, il y a donc un lien entre croire et chercher la gloire qui vient du Dieu unique.

    Grâce à ces témoignages dont parle Jésus, « Nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru » (1Jn 4,16).

    Et sainte Élisabeth de la Trinité ajoute : « C’est là, le grand acte de notre foi, c’est le moyen de rendre à notre Dieu amour pour amour ».

    Lui rendre gloire, c’est d’abord et surtout croire en lui.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, saint Jean nous le dit, tous ces témoignages sont là pour que nous croyions (Cf. Jn 19,35). Toi-même, tu le répètes à maintes occasions dans l'Évangile : « Ne crains pas, crois seulement ». Ô Seigneur, comme je ne suis capable de rien seul, viens au secours de ma foi, accorde-moi la grâce de la faire grandir chaque jour de ma vie, rends-la profonde et persévérante jusqu'au jour où je te verrai en pleine lumière !

    Résolution


    Je répéterai à plusieurs moments de la journée : Jésus, j'ai confiance en toi. Je tâcherai d'y mettre en vérité mon cœur et pour montrer à Jésus que j'ai vraiment confiance, je lui abandonnerai tel souci et ne le ruminerai plus. La confiance bannit la crainte.

    Cette méditation a été écrite par Patricia Freisz
    ©️ Catholique.org



    « Ne crains pas, crois seulement ! »



    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Jeu 30 Mar - 10:48

    «Si je me rendais ce témoignage à moi-même, mon témoignage ne serait pas vrai»

    Abbé Miquel MASATS i Roca
    (Girona, Espagne)

    Aujourd'hui l'Évangile nous montre comment Jésus répond à l'objection suivante: selon le Deutéronome (19,15), pour la validité d'un témoignage, deux ou trois témoins sont requis. Jésus allègue en sa faveur le témoignage de Jean-Baptiste, le témoignage du Père —qui se manifeste dans les miracles qu'Il réalise— et, enfin, le témoignage des Écritures.

    Jésus reproche à ceux qui l'écoutent trois raisons qui les empêchent de voir en lui le Messie Fils de Dieu: le manque d'amour de Dieu; l'absence de droiture d'intention —ils cherchent seulement la gloire humaine— et une interprétation des Écritures selon leurs propres intérêts.

    Le Saint Père Jean-Paul II nous écrivait: «On ne parvient à la contemplation du visage du Christ qu'en écoutant dans l'Esprit la voix du Père, car nul ne connaît le Fils hors du Père (cf. Mt 11,27). Aussi, la révélation du Très-haut est-elle nécessaire. Mais, pour l'accueillir, il est indispensable de se mettre en attitude d'écoute».

    C'est pourquoi, pour confesser Jésus-Christ comme vrai Fils de Dieu, les preuves externes qu'on nous présente ne suffisent pas; la droiture de la volonté, c'est-à-dire les bonnes dispositions, s'avère nécessaire.

    En ce temps de Carême, en intensifiant les œuvres de pénitence qui facilitent le renouvellement intérieur, nous améliorerons nos dispositions pour contempler le véritable visage du Christ. Voilà pourquoi saint Josemaría nous dit: «Ce Christ que tu imagines n'est pas Jésus, mais la triste image que forment tes yeux troubles… Purifie-toi. Clarifie ton regard par l'humilité et la pénitence. Alors… les claires lumières de l'Amour ne te manqueront pas. Et tu auras une vision parfaite. Ton image sera réellement la sienne: Lui!».

    http://evangeli.net/evangile

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Jeu 30 Mar - 21:13

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Vendredi 31 Mars 2017

    De la férie

    4ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre de la Sagesse 2 : 1a, 12 à 22


    « Condamnons le juste à une mort infâme »

    Les impies ne sont pas dans la VÉRITÉ
    lorsqu’ils raisonnent ainsi en eux-mêmes :
    « Attirons le JUSTE dans un piège, car IL nous contrarie,
    IL s’oppose à nos entreprises,
    il nous reproche de désobéir à la LOI de DIEU,
    et nous accuse d’infidélités à notre éducation.
    IL prétend posséder la CONNAISSANCE de DIEU,
    et se nomme LUI-MÊME ENFANT du SEIGNEUR.
    IL est un démenti pour nos idées,
    sa seule PRÉSENCE nous pèse ;
    car IL mène une VIE en dehors du commun,
    Sa CONDUITE est ÉTRANGE.
    IL nous tient pour des gens douteux,
    se détourne de nos chemins comme de la boue.
    IL proclame heureux le sort final des justes
    et se vante d’avoir DIEU pour PÈRE.
    Voyons si Ses PAROLES sont VRAIES,
    regardons comment IL en sortira.
    Si le JUSTE est FILS de DIEU,
    DIEU L’assistera, et L’arrachera aux mains de ses adversaires.
    Soumettons-LE à des outrages et à des tourments ;
    nous saurons ce que vaut Sa DOUCEUR,
    nous éprouverons Sa PATIENCE.
    Condamnons-LE à une mort infâme,
    puisque, dit-IL, quelqu’un interviendra pour LUI. »

    C’est ainsi que raisonnent ces gens-là, mais ils s’égarent ;
    leur méchanceté les a rendus aveugles.
    Ils ne connaissent pas les SECRETS de DIEU,
    ils n’espèrent pas que la SAINTETÉ puisse être récompensée,
    ils n’estiment pas qu’une ÂME IRRÉPROCHABLE puisse être GLORIFIÉE.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Le SEIGNEUR m’a délivré de toutes mes craintes

    Du recueil de David. Devant Abimélek, David s’était fait passer pour fou. Après avoir été mis à la porte par celui-ci, il prononça les paroles que voice.

    [Psaume 33 (34) ; entièrement]


    Psaume 33 (34) : 17 et 18, 19 et 20, 21 et 23

    R/ Le SEIGNEUR est PROCHE du CŒUR BRISÉ.


    Le SEIGNEUR affronte les méchants
    pour effacer de la Terre leur mémoire.
    Le SEIGNEUR entend ceux qui L’appellent :
    de toutes leurs angoisses, IL les délivre.
    R/

    IL est PROCHE du CŒUR BRISÉ,
    IL sauve l’esprit abattu.
    Malheur sur malheur pour le juste,
    mais le SEIGNEUR chaque fois le délivre.
    R/

    IL veille sur chacun de ses os :
    pas un ne sera brisé.
    Le SEIGNEUR rachètera Ses Serviteurs :
    pas de châtiment pour qui trouve en LUI son REFUGE.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 7 : 1 et 2, 10, 14, 25 à 30

    Acclamation de l’Évangile :
    Ta PAROLE, SEIGNEUR, est VÉRITÉ, et Ta LOI, DÉLIVRANCE.
    L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute PAROLE qui sort de la BOUCHE de DIEU.
    Ta PAROLE, SEIGNEUR, est VÉRITÉ, et Ta LOI, DÉLIVRANCE.
    (Mt 4, 4b)



    « On cherchait à L’arrêter, mais Son Heure n’était pas encore Venue »

    En ce temps- là,
    JÉSUS parcourait la Galilée :
    IL ne voulait pas parcourir la Judée
    car les Juifs cherchaient à LE tuer.
    La fête juive des Tentes était proche.
    Lorsque ses frères furent montés à Jérusalem
    pour la fête,
    IL y monta LUI aussi,
    non pas ostensiblement, mais en secret.

    On était déjà au milieu de la semaine de la fête
    quand JÉSUS monta au Temple ; et là IL enseignait.
    Quelques habitants de Jérusalem disaient alors :
    « N’est-ce pas CELUI qu’on cherche à tuer ?
    LE voilà qui parle ouvertement,
    et personne ne LUI dit rien !
    Nos chefs auraient-ils vraiment reconnu
    que c’est LUI le CHRIST ?
    Mais LUI, nous savons d’où IL est.
    Or, le CHRIST, quand IL viendra,
    personne ne saura d’où IL est. »
    JÉSUS, qui enseignait dans le Temple, s’écria :
    « Vous Me connaissez ?
    Et vous savez d’où Je suis ?
    Je ne suis pas venu de Moi-Même :
    mais IL est VÉRIDIQUE, CELUI qui M’a envoyé,
    LUI que vous ne connaissez pas.
    Moi, Je LE connais
    parce que Je viens d’auprès de LUI,
    et c’est LUI qui M’a envoyé. »

    On cherchait à L’arrêter,
    mais personne ne mit la main sur LUI
    parce que Son Heure n’était pas encore Venue.

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=90

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-03-31/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Ven 31 Mar - 7:37


    Bonjour Nicolas   Laughing                                                  

    Bonjour Véronique   Laughing                                                              
                                                                                                                                               
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                                
                                                                                                                                                                                                   
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

     Bible    Jésus     Colombe




    Méditation sur l’ Evangile du Jour :  Vendredi 31 Mars 2017


    Jésus, mon Dieu et mon Sauveur

    Evangile selon St Jean, chapitre 7, 1-30

    Après cela, Jésus parcourait la Galilée : il ne voulait pas parcourir la Judée car les Juifs cherchaient à le tuer. La fête juive des Tentes était proche. Lorsque ses frères furent montés à Jérusalem pour la fête, il y monta lui aussi, non pas ostensiblement, mais en secret. On était déjà au milieu de la semaine de la fête quand Jésus monta au Temple ; et là il enseignait.

    Quelques habitants de Jérusalem disaient alors : « N’est-ce pas celui qu’on cherche à tuer ? Le voilà qui parle ouvertement, et personne ne lui dit rien ! Nos chefs auraient-ils vraiment reconnu que c’est lui le Christ ? Mais lui, nous savons d’où il est. Or, le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est. » Jésus, qui enseignait dans le Temple, s’écria : « Vous me connaissez ?

    Et vous savez d’où je suis ? Je ne suis pas venu de moi-même : mais il est véridique, Celui qui m’a envoyé, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. »

    On cherchait à l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue.

    Prière d'introduction

    Ô mon Dieu, je viens me mettre en ta présence. Je viens t’écouter, parler avec toi, le roi des rois et le seul Dieu. Parce que tu m’appelles. Parle, ô Seigneur, ton serviteur écoute. Je crois que tu es présent ici, à mes côtés ; augmente ma foi. J’espère en la vie éternelle ; je l’attends avec joie et impatience, car je sais que tu l’as préparée pour moi. Augmente mon espérance. Je t’aime par-dessus toute chose, mais donne-moi de t’aimer aujourd’hui un peu plus.

    Demande

    Seigneur, fais que je te reconnaisse comme mon Dieu et mon Sauveur.

    Points de réflexion

    1.« Jésus monta au Temple et se mit à enseigner ».

    Mais les gens n’y prêtaient pas attention.

    Ou plutôt, une attention extérieure, de journaliste.

    Viendra-t-il, l’arrêteront-ils, que dit-il contre les pharisiens ?

    C’est la fête des tentes, pendant laquelle les juifs se souviennent qu’ils ont vécu au désert sous la tente durant quarante ans.

    Et pourtant, avec Jésus ils se comportent comme avec Dieu dans le désert.

    Jésus a un enseignement à leur transmettre, il veut leur annoncer le salut, le pardon des péchés.

    Eux ne se soucient que de la politique du moment. Jésus prêche-t-il aussi en vain dans ma vie ?

    Le Christ est-il pour moi quelqu’un ? Un ami ? Une personne chère ? Mon seul Sauveur ? Ou bien est-il un sujet de conversation, une belle tradition familiale ?...

    2.« Vous me connaissez ? Et vous savez d’où je suis ? »

    Ces foules qui n’ouvrent pas leur cœur au message transformateur du Christ, en plus elles prétendent le connaître !

    « Nous savons d’où il est ».

    Et voilà Jésus réduit à objet des commérages habituels de l’époque.

    Un agitateur parmi d’autres. Mais finalement, pas grand-chose de plus : un dont nous savons qui il est.

    Pourtant, Jésus crie le contraire.

    Il ne les laisse pas dire, car c’est trop grave ce qu’ils font : ils sont ignorants parce qu’ils croient savoir.

    Et son amour, son message, sa Passion qui approche, tout resterait vain pour des cœurs qui croient le connaître déjà.

    Seigneur, ravive en moi ce désir d’apprendre de toi, de te connaître !

    3.Mais celui qui m’a envoyé dit la vérité.

    Peut-être dans la foule y en avait-il qui désiraient savoir si Jésus était réellement le Messie.

    Sûrement ils s’en trouvaient qui, comme moi ce matin, étaient à l’écoute du Christ, et attendaient un mot qui leur touche le cœur, qui les enflamme, qui les transforme.

    C’est pour eux que Jésus poursuit : « Je ne suis pas venu de moi-même ».

    Il parle du Père qui l’a envoyé, et leur explique : celui qui veut le connaître doit écouter le Père.

    Celui qui désire savoir d’où il vient, qu’il regarde vers le Père.

    Car, comme dit plus tard Jésus à Philippe : « Je suis dans le Père et le père est en moi » (Jn 14,11).

    Voilà comment découvrir les profondeurs du Christ : voir en lui le Père, voir en lui le Dieu Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre.

    Non pas seulement un maître moral ou une personnalité historique. Jésus est Dieu, il vient d’auprès de Dieu.

    Voilà l’enseignement qu’il donnait dans le Temple, et que peu écoutaient.

    Et moi ?

    Dialogue avec le Christ

    Ô Jésus Christ, je crois que tu es le Messie, je crois que tu es vrai Dieu et vrai homme. Tu peux agir dans ma vie. Tu as le ciel et la terre entre tes mains, tu gouvernes l’histoire. Et je sais que tu le fais avec amour. Seigneur, augmente en moi la foi. Donne-moi un cœur docile qui te cherche, te désire, te reconnaisse comme son seul Dieu, son seul bonheur.

    Résolution

    Aujourd’hui, je ferai plusieurs fois pendant la journée cette prière intérieure : « Jésus-Christ, je te reconnais et t’accepte aujourd’hui comme mon Dieu et Sauveur ».

    Cette méditation a été écrite par Frère Matthieu Boo d'Arc, LC
    ©️ Catholique.org






    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Ven 31 Mar - 10:10




    «Personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue»

    Abbé Matthew J. ALBRIGHT
    (Andover, Ohio, Etats-Unis)

    Aujourd'hui, l'Évangile nous permet de contempler la confusion qui a surgi sur l'identité et la mission de Jésus-Christ. Quand les gens sont mis en face à face devant Jésus, il y a des malentendus et des présomptions à propos de qui est- Il, comment ils s'accomplissent dans Lui ou non les prophéties de l'Ancien Testament et sur ce qu'Il réalisera. Les suppositions et les préjugés conduisent à la frustration et à la colère. Cela a été toujours ainsi: la confusion autour de Christ et de l'enseignement de l'Église éveille une controverse et une division religieuse. Le troupeau se disperse si les brebis ne reconnaissent pas son berger!

    Les gens disent : "Celui-ci nous savons d'où il est, alors que, quand le Christ viendra, personne ne saura d'où il est" (Jn 7,27), et ils concluent que Jésus ne peut pas être le Messie parce qu'Il ne répond pas à l'image du "Messie" dans laquelle ils avaient été instruits. Par ailleurs, ils savent que les Princes des Prêtres veulent le tuer, mais en même temps ils voient qu'Il se meut librement sans être arrêté. De façon à ce qu'ils se demandent si peut-être les autorités "auront vraiment reconnu que c'est le Christ" (Jn 7,26).

    Jésus coupe la confusion en s'identifiant Lui même comme l'envoyé par celui qui est "véridique" (cf. Jn 7,28). Christ comprend la situation, tel que Jean le décrit, et personne ne mit la main sur Lui parce qu'il ne lui est pas encore arrivé, l'heure de révéler pleinement son identité et mission. Jésus défie les attentes après s'être montré, non comme un leader conquérant pour démolir l'oppression romaine, mais comme le "Serf Patient" d'Isaïe.

    Le Pape François a écrit : "La joie de l'Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui se trouvent avec Jésus". Il est urgent que nous aidions chacun à aller au-delà des suppositions et des préjugés sur qui c'est Jésus et ce qui est l'Église, et à la fois leur faciliter la rencontre avec Jésus. Quand une personne arrive à savoir qui est réellement Jésus, alors la joie et la paix abondent.

    «Personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue»

    + Abbé Josep VALL i Mundó
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, Jean l'évangéliste nous dit de Jésus que «son heure n'était pas encore venue» (Jn 7,30). Il parle de l'heure de la Croix, du moment précis et beau où Jésus se livrera pour les péchés de toute l'Humanité. Cette heure n'était pas encore venue, mais elle était toute proche à présent. Le Vendredi Saint, le Seigneur accomplira jusqu'au bout la volonté de son Père céleste et sentira —comme l'écrivait le Cardinal Wojtyla— tout «le poids de cette heure où le serviteur de Yahvé doit accomplir la prophétie d'Isaïe en prononçant son “oui”».

    Le Christ —dans son constant élan sacerdotal— revient souvent sur cette heure définitive et décisive (Mt 26,45; Mc 14,35; Lc 22,53; Jn 7,30; 12,27; 17,1). Toute la vie du Seigneur est dominée par cette heure suprême; il la désire de tout son cœur: «Je dois recevoir un baptême, et comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli!» (Lc 12,50); «Avant la fête de la Pâque, sachant que l'heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout» (Jn 13,1). Ce vendredi-là, notre Rédempteur remettra son esprit entre les mains du Père et, dès cet instant, sa mission, déjà remplie, deviendra la mission de l'Église et de tous ses membres, guidés par le Saint Esprit.

    À partir de l'heure de Gethsémani, de la mort sur la Croix et de la Résurrection, la vie commencée par Jésus «oriente toute l'Histoire» (Catéchisme de l’Église Catholique n. 1165). La vie, le travail, la prière, le don du Christ s'actualise aujourd'hui dans son Église: c'est aussi l'heure du Corps du Seigneur; son heure devient notre heure, celle de l'accompagner dans la prière de Gethsémani: «Jésus sera en agonie jusqu'à la fin du monde: il ne faut pas dormir pendant ce temps-là», disait Pascal. C'est pourquoi, «tout comme la Pâque de Jésus, survenue “une fois pour toutes”, demeure actuelle pour toujours, de même la prière de l'Heure de Jésus s'actualise dans la Liturgie de l'Église» (Catéchisme de l’Église Catholique n. 2746).


    http://evangeli.net/evangile










































    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Ven 31 Mar - 20:41

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Samedi 1er Avril 2017

    De la férie

    4ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre du Prophète Jérémie 11 : 18 à 20


    « Moi, j’étais comme un agneau docile qu’on emmène à l’abattoir »

    « SEIGNEUR, TU m’as fait savoir,
    et maintenant je sais,
    TU m’as fait voir leurs manœuvres.
    Moi, j’étais comme un agneau docile
    qu’on emmène à l’abattoir,
    et je ne savais pas qu’ils montaient un complot contre moi.
    Ils disaient :
    “Coupons l’arbre à la racine,
    retranchons-le de la Terre des vivants,
    afin qu’on oublie jusqu’à son nom.”
    SEIGNEUR de l’Univers, TOI qui JUGES avec JUSTICE,
    qui scrutes les reins et les cœurs,
    fais-moi voir la revanche que TU leur infligeras,
    car c’est à TOI que j’ai remis ma cause. »

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    SEIGNEUR, rends-moi justice

    Complainte chantée appartenant au recueil de David. Celui-ci l’adressa au SEIGNEUR à propos de Kouch le Benjaminite.

    [Psaume 7 ; entièrement]


    Psaume 7 : 2 et 3, 9bc et 10, 11 et 12a et 18b

    R/ SEIGNEUR mon DIEU, TU es mon REFUGE.


    SEIGNEUR mon DIEU, TU es mon REFUGE !
    On me poursuit : sauve-moi, délivre-moi !
    Sinon ils vont m’égorger, tous ces fauves,
    me déchirer, sans que personne me délivre.
    R/

    Juge-moi, SEIGNEUR, sur ma justice :
    mon innocence parle pour moi.
    Mets fin à la rage des impies, affermis le juste,
    TOI qui scrutes les cœurs et les reins, DIEU, le JUSTE.
    R/

    J’aurai mon BOUCLIER auprès de DIEU,
    le SAUVEUR des Cœurs Droits.
    DIEU juge avec JUSTICE ;
    je chanterai le NOM du SEIGNEUR, le TRÈS-HAUT.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 7 : 40 à 53

    Acclamation de l’Évangile :
    Ta PAROLE, SEIGNEUR, est VÉRITÉ, et Ta LOI, DÉLIVRANCE.
    Heureux ceux qui ont entendu la PAROLE dans un cœur bon et généreux, qui LA retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
    Ta PAROLE, SEIGNEUR, est VÉRITÉ, et Ta LOI, DÉLIVRANCE.
    (cf. Lc 8, 15)



    Est-ce de Galilée que vient le CHRIST ?

    En ce temps-là,
    JÉSUS enseignait au Temple de Jérusalem.
    Dans la foule, on avait entendu Ses PAROLES,
    et les uns disaient :
    « C’est vraiment LUI, le PROPHÈTE annoncé ! »
    D’autres disaient :
    « C’est LUI le CHRIST ! »
    Mais d’autres encore demandaient :
    « Le CHRIST peut-IL venir de Galilée ?
    L’Écriture ne dit-elle pas
    que c’est de la descendance de David
    et de Bethléem, le village de David, que vient le CHRIST ? »
    C’est ainsi que la foule se divisa à cause de LUI.
    Quelques-uns d’entre eux voulaient L’arrêter,
    mais personne ne mit la main sur LUI.
    Les gardes revinrent auprès des grands prêtres et des pharisiens,
    qui leur demandèrent :
    « Pourquoi ne L’avez-vous pas amené ? »
    Les gardes répondirent :
    « Jamais un Homme n’a parlé de la sorte ! »
    Les pharisiens leur répliquèrent :
    « Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ?
    Parmi les chefs du peuple et les pharisiens,
    y en a-t-il un seul qui ait cru en LUI ?
    Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi,
    ce sont des maudits ! »

    Nicodème, l’un d’entre eux,
    celui qui était allé précédemment trouver JÉSUS,
    leur dit :
    « Notre Loi permet-elle de juger un homme
    sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »
    Ils lui répondirent :
    « Serais-tu, toi aussi, de Galilée ?
    Cherche bien, et tu verras
    que jamais aucun Prophète ne surgit de Galilée ! »
    Puis ils s’en allèrent chacun chez soi.

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=91

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-04-01/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Sam 1 Avr - 7:33

    Bonjour Nicolas   Laughing                                                        

    Bonjour Véronique    Laughing                                                                
                                                                                                                                               
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez    Laughing                                                                    
                                                                                                                                                                                                 
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

     Bible    Jésus     Colombe




    Méditation sur l’ Evangile du Jour :   Samedi 1er Avril 2017


    Apprendre à écouter

    Evangile selon St Jean, chapitre 7, 40-53

    Dans la foule, on avait entendu ses paroles, et les uns disaient : « C’est vraiment lui, le Prophète annoncé ! » D’autres disaient : « C’est lui le Christ ! »

    Mais d’autres encore demandaient : « Le Christ peut-il venir de Galilée ?

    L’Écriture ne dit-elle pas que c’est de la descendance de David et de Bethléem, le village de David, que vient le Christ ? »

    C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui. Quelques-uns d’entre eux voulaient l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui. Les gardes revinrent auprès des grands prêtres et des pharisiens, qui leur demandèrent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? »

    Les gardes répondirent : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! » Les pharisiens leur répliquèrent : « Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ?

    Parmi les chefs du peuple et les pharisiens, y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ?

    Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi, ce sont des maudits ! »

    Nicodème, l’un d’entre eux, celui qui était allé précédemment trouver Jésus, leur dit : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »

    Ils lui répondirent : « Serais-tu, toi aussi, de Galilée ?

    Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ! » Puis ils s’en allèrent chacun chez soi.

    Prière d'introduction

    Seigneur, viens près de moi. Viens m’aider à faire un peu de silence dans mon cœur, pour apprendre à t’écouter, pour te laisser parler.

    Demande

    Avoir un cœur ouvert à la Parole de Dieu.

    Points de réflexion

    1.Jésus se trouve à Jérusalem pour la « fête des tentes », l’une des trois grandes fêtes pendant lesquelles on se rendait à Jérusalem pour paraître « devant la face du Maître, du Seigneur » (Ex 23, 17).


    On se souvenait notamment de la sortie d’Égypte et de la période dans le désert où l’on habitait dans des tentes. Jésus avait enseigné, et de nombreuses personnes l’avaient écouté.

    Dans ce passage, Jean nous rapporte la réaction de plusieurs d’entre elles.

    2.Jean parle en effet d’abord de la foule.

    Certains ont cru : « C’est le Christ », d’autres doutent.

    Il y a aussi les gardes, qui avaient ordre de se saisir de lui, mais qui « saisis par ses paroles » ne peuvent faire ce qu’on leur avait demandé.

    Et finalement les grands prêtres et les Pharisiens, sont sceptiques voire opposés à Jésus pour la plupart, sauf Nicodème, qui défend Jésus.

    3.Nicodème prononce une phrase qui pourrait être la clé de ce passage : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »

    Saint Augustin l’avait remarqué : « Ils [les grands prêtres et les Pharisiens] étaient effectivement assez mal disposés pour vouloir le condamner avant de le connaître.

    Quant à Nicodème, il savait, ou plutôt il s’imaginait que si seulement ils voulaient l’écouler avec patience, ils feraient, sans doute, ce qu’avaient fait leurs émissaires qui, au lieu de s’emparer de sa personne, avaient préféré croire en lui » (Traité sur l’Évangile de Jean, XXXIII).

    Ainsi nous voyons que pour croire en Jésus il est nécessaire de se laisser interpeller.

    On peut en effet parfois avoir cette attitude de ne prendre dans les paroles de Jésus que ce que nous voulons y entendre, sans se mettre véritablement à son écoute.

    Sachons donc nous aussi faire un pèlerinage intérieur dans le désert, pour écouter ce que Jésus veut nous dire.

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, ouvre mon cœur à ta Parole. Aide-moi à véritablement t’écouter, car c’est alors que je pourrai te connaître tel que tu es. Je veux savoir qui tu es, Jésus.

    Résolution

    Apprendre à lire la Bible avec un cœur ouvert à ce que Dieu veut me dire.

    Cette méditation a été écrite par Père Jean-Marie Fornerod, LC
    ©️ Catholique.org





    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Sam 1 Avr - 9:38

    «Jamais un homme n'a parlé comme cet homme!»

    Abbé Fernand ARÉVALO
    (Bruxelles, Belgique)

    Aujourd'hui, l'Évangile nous présente les différentes réactions qui produisaient les paroles de notre Seigneur. Ce texte dans l'Évangile de Jean ne nous propose aucune parole de Jésus, mais nous parle au contraire des conséquences de ce qu'Il disait. Certains pensaient qu'Il était prophète, d'autres disaient «C'est lui le Messie!» (Jn 7,41).

    En vérité Jésus est le signe de la contradiction que Siméon avait annoncé à Marie (cf. Lc 2,34). Jésus ne laisse pas indifférents ceux qui l'entendaient, au point qu'à cette occasion comme dans beaucoup d'autres «c'est ainsi que la foule se divisa à son sujet» (Jn 7,43). La réponse des gardes qui prétendaient le détenir, encadre nettement la question et nous montre la force des paroles du Christ: «Jamais un homme n'a parlé comme cet homme» (Jn 7,46). Ce qui veut dire: ses paroles sont différentes, ce ne sont pas des paroles creuses, remplies d'orgueil et de mensonges. Il est la “Vérité” et sa façon de parler reflète cela.

    Et si cela se produisait chez ses auditeurs, avec plus grande raison ses œuvres provoquaient l'étonnement, l'admiration ainsi que la critique, les bavardages, la haine… Jésus parlait le “langage de la charité”, ses œuvres et ses paroles manifestaient l'amour profond qu'Il avait pour tous les hommes, surtout ceux qui étaient le plus dans le besoin.

    Aujourd'hui comme au temps du Christ, nous les chrétiens sommes —ou nous devons être— “signe de discorde”, car nous ne devons pas parler et agir comme les autres. En imitant et suivant le Christ, nous devons, nous aussi employer le “langage de la charité et de l'amour”, un langage universel que tous les hommes sont capables de comprendre. Comme le dit le Pape Benoît XVI dans son encyclique Deus caritas est, «L'amour —caritas— sera toujours nécessaire, même dans la société la plus juste (…). Celui qui veut s'affranchir de l'amour se prépare à s'affranchir de l'homme en tant qu'homme».

    http://evangeli.net/evangile

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Sam 1 Avr - 19:48

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Dimanche 2 Avril 2017


    5ième Dimanche de Carême


    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A










    Lien :
    http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

    Vu sur :
    www.KTOTV.com






    (Première lecture)
    Livre du Prophète Ézékiel 37 : 12 à 14


    « Je mettrai en vous MON ESPRIT, et vous vivrez »

    Ainsi PARLE le SEIGNEUR DIEU :
    Je vais ouvrir vos tombeaux
    et Je vous en ferai remonter,
    ô mon peuple,
    et Je vous ramènerai sur la terre d’Israël.
    Vous saurez que JE SUIS LE SEIGNEUR,
    quand J’ouvrirai vos tombeaux
    et vous en ferai remonter,
    ô mon peuple !
    Je mettrai en vous MON ESPRIT,
    et vous vivrez ;
    Je vous donnerai le repos sur votre terre.
    Alors vous saurez que JE SUIS LE SEIGNEUR :
    J’AI PARLÉ
    et JE LE FERAI
    – Oracle du SEIGNEUR.


    – PAROLE du SEIGNEUR.



    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








    Au fond de la détresse


    Chant des pèlerinages.

    [Psaume 129 (130), entièrement]




    Psaume 129 (130) : 1 et 2, 3 et 4, 5 et 6ab, 7bc et 8


    R/ Près du SEIGNEUR est l’AMOUR,
    près de LUI abonde le RACHAT.


    Des profondeurs je crie vers TOI, SEIGNEUR,
    SEIGNEUR, écoute mon appel !
    Que TON OREILLE se fasse attentive
    au cri de ma prière !
    R/


    Si TU retiens les fautes, SEIGNEUR,
    SEIGNEUR, qui subsistera ?
    Mais près de TOI se trouve le PARDON
    pour que l’homme TE craigne.
    R/


    J’espère le SEIGNEUR de toute mon âme ;
    je L’espère, et j’attends SA PAROLE.
    Mon âme attend le SEIGNEUR
    plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.
    R/


    Oui, près du SEIGNEUR, est l’AMOUR ;
    près de LUI, abonde le RACHAT.
    C’est LUI qui rachètera Israël
    de toutes ses fautes.
    R/


    [center] Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


    « Chants audio du Psaume 129 (130) »

    Du CD, Signes :

    http://www.mirari.fr/Zz4j








    (Deuxième lecture)
    Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains 8 : 8 à 11


    « L’ESPRIT de CELUI qui a ressuscité JÉSUS habite en vous »

    Frères,
    ceux qui sont sous l’emprise de la chair
    ne peuvent pas plaire à DIEU.
    Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair,
    mais sous celle de l’ESPRIT,
    puisque l’ESPRIT DE DIEU habite en vous.
    Celui qui n’a pas l’ESPRIT DU CHRIST ne lui appartient pas.
    Mais si le CHRIST est en vous,
    le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché,
    mais l’ESPRIT vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes.
    Et si l’ESPRIT de CELUI qui a ressuscité JÉSUS d’entre les morts
    habite en vous,
    CELUI qui a ressuscité JÉSUS, le CHRIST, d’entre les morts
    donnera aussi la vie à vos corps mortels
    par SON ESPRIT qui habite en vous.


    – PAROLE du SEIGNEUR.



    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 11 : 1 à 45

    Acclamation de l’Évangile :
    GLOIRE À TOI, SEIGNEUR,
    GLOIRE À TOI.


    MOI, JE SUIS LA RÉSURRECTION et LA VIE, dit le SEIGNEUR.
    Celui qui croit en Moi ne mourra jamais.

    GLOIRE À TOI, SEIGNEUR,
    GLOIRE À TOI.

    (cf. Jn 4, 42.15)




    JE SUIS LA RÉSURRECTION et LA VIE

    En ce temps-là,
    il y avait quelqu’un de malade,
    Lazare, de Béthanie,
    le village de Marie et de Marthe, sa sœur.
    Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le SEIGNEUR
    et LUI essuya les PIEDS avec ses cheveux.
    C’était son frère Lazare qui était malade.
    Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à JESUS :
    « SEIGNEUR, celui que TU aimes est malade. »
    En apprenant cela, JESUS dit :
    « Cette maladie ne conduit pas à la mort,
    elle est pour la GLOIRE DE DIEU,
    afin que par elle le FILS DE DIEU soit glorifié. »
    JESUS aimait Marthe et sa sœur, ainsi que Lazare.
    Quand IL apprit que celui-ci était malade,
    IL demeura deux jours encore à l’endroit où IL se trouvait.
    Puis, après cela, IL dit aux Disciples :
    « Revenons en Judée. »
    Les Disciples LUI dirent :
    « RABBI, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à TE lapider,
    et TU y retournes ? »
    JESUS répondit :
    « N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ?
    Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas,
    parce qu’il voit la lumière de ce monde ;
    mais celui qui marche pendant la nuit trébuche,
    parce que la LUMIERE n’est pas en lui. »
    Après CES PAROLES, il ajouta :
    « Lazare, notre ami, s’est endormi ;
    mais Je vais aller le tirer de ce sommeil. »
    Les Disciples LUI dirent alors :
    « SEIGNEUR, s’il s’est endormi, il sera sauvé. »
    JESUS avait parlé de la mort ;
    eux pensaient qu’IL parlait du repos du sommeil.
    Alors IL leur dit ouvertement :
    « Lazare est mort,
    et Je Me réjouis de n’avoir pas été là,
    à cause de vous, pour que vous croyiez.
    Mais allons auprès de lui ! »
    Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
    dit aux autres Disciples :
    « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! »

    À son arrivée,
    JESUS trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.
    Comme Béthanie était tout près de Jérusalem
    – à une distance de quinze stades
    (c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –,
    beaucoup de Juifs étaient venus
    réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère.
    Lorsque Marthe apprit l’arrivée de JESUS,
    elle partit à SA RENCONTRE,
    tandis que Marie restait assise à la maison.
    Marthe dit à JESUS :
    « SEIGNEUR, si TU avais été ici,
    mon frère ne serait pas mort.
    Mais maintenant encore, je le sais,
    tout ce que TU demanderas à DIEU, DIEU TE l’accordera. »
    JESUS lui dit :
    « Ton frère ressuscitera. »
    Marthe reprit :
    « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection,
    au dernier jour. »
    JESUS lui dit :
    « MOI, JE SUIS LA RESURRECTION et LA VIE.
    Celui qui croit en Moi,
    même s’il meurt, vivra ;
    quiconque vit et croit en Moi
    ne mourra jamais.
    Crois-tu cela ? »
    Elle répondit :
    « Oui, SEIGNEUR, je le crois :
    TU ES LE CHRIST, LE FILS DE DIEU,
    TU ES CELUI qui vient dans le monde. »

    Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie,
    et lui dit tout bas :
    « Le MAITRE est là, IL t’appelle. »
    Marie, dès qu’elle L’entendit,
    se leva rapidement et alla rejoindre JESUS.
    IL n’était pas encore entré dans le village,
    mais IL se trouvait toujours à l’endroit où Marthe L’avait rencontré.
    Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie
    et la réconfortaient,
    la voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ;
    ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y pleurer.
    Marie arriva à l’endroit où se trouvait JESUS.
    Dès qu’elle LE vit,
    elle se jeta à SES PIEDS et LUI dit :
    « SEIGNEUR, si TU avais été ici,
    mon frère ne serait pas mort. »
    Quand IL vit qu’elle pleurait,
    et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi,
    JESUS, EN SON ESPRIT, fut saisi d’émotion, IL fut bouleversé,
    et IL demanda :
    « Où l’avez-vous déposé ? »
    Ils LUI répondirent :
    « SEIGNEUR, viens, et vois. »
    Alors JESUS se mit à pleurer.
    Les Juifs disaient :
    « Voyez comme IL l’aimait ! »
    Mais certains d’entre eux dirent :
    « LUI qui a ouvert les yeux de l’aveugle,
    ne pouvait-IL pas empêcher Lazare de mourir ? »

    JESUS, repris par l’émotion,
    arriva au tombeau.
    C’était une grotte fermée par une pierre.
    JESUS dit :
    « Enlevez la pierre. »
    Marthe, la sœur du défunt, LUI dit :
    « SEIGNEUR, il sent déjà ;
    c’est le quatrième jour qu’il est là. »
    Alors JESUS dit à Marthe :
    « Ne te l’ai-Je pas dit ?
    Si tu crois, tu verras la GLOIRE DE DIEU. »
    On enleva donc la pierre.
    Alors JESUS leva les Yeux au Ciel et dit :
    « PERE, Je TE rends grâce
    parce que TU M’as exaucé.
    Je le savais bien, Moi, que TU M’exauces toujours ;
    mais Je le dis à cause de la foule qui M’entoure,
    afin qu’ils croient que c’est TOI qui M’as envoyé. »
    Après cela, IL cria d’une voix forte :
    « Lazare, viens dehors ! »
    Et le mort sortit,
    les pieds et les mains liés par des bandelettes,
    le visage enveloppé d’un suaire.
    JESUS leur dit :
    « Déliez-le, et laissez-le aller. »
    Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie
    et avaient donc vu ce que JESUS avait fait,
    crurent en LUI.


    – Acclamons la PAROLE de DIEU



    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris










    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-04-02/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Dim 2 Avr - 10:32

    «Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra»

    Abbé Johannes VILAR
    (Köln, Allemagne)

    Aujourd'hui l'Église nous présente un grand miracle: Jésus ressuscite un défunt, mort depuis plusieurs jours.

    La résurrection de Lazare est un "type" de celle du Christ, que nous allons commémorer bientôt. Jésus dit à Marthe qu'Il est la «résurrection» et la vie (cf. Jn 11,25). À tous Il demande: «Crois-tu cela?» (Jn 11,26). Croyons-nous que, par le baptême, Dieu nous a accordé une vie nouvelle? Saint Paul dit que nous sommes une créature nouvelle (cf. 2Co 5,17). Cette résurrection est le fondement de notre espérance, qui s'appuie non sur une utopie future, incertaine et fausse, mais sur un fait: «C'est vrai! Le Seigneur est ressuscité!» (Lc 24,34).

    Jésus commande: «Déliez-le, et laissez-le aller» (Jn 11,34). La rédemption nous a libéré des chaînes du péché, dont tous nous pâtissions. Le Pape Léon le Grand disait: «Les erreurs ont été vaincues, les puissances subjuguées et le monde a gagné un nouveau commencement. Car si nous souffrons avec Lui, avec Lui nous règnerons (cf. Rm 8,17). Ce gain n'est pas seulement préparé pour ceux qui, au nom du Seigneur, sont torturés par les sans-dieu. Car tous ceux qui servent Dieu et vivent en Lui sont crucifiés dans le Christ et dans le Christ obtiendront la couronne».

    Chrétiens, nous sommes, dès ici-bas, appelés à vivre cette nouvelle vie surnaturelle qui nous rend capables d'accréditer notre chance: toujours disposés à rendre raison de notre espérance à quiconque nous le demande (cf. 1P 3,15)! Il est logique qu'en ces jours nous nous efforcions de suivre de près Jésus notre Maître. Des traditions comme le Chemin de Croix, la méditation des Mystères du Rosaire, des textes des Évangiles, tout… peut et doit nous y aider.

    Plaçons aussi notre espérance en Marie, Mère de Jésus-Christ et notre Mère, icône de l'espérance: au pied de la Croix, elle espéra contre toute espérance et fut associée à l'œuvre de son Fils.

    http://evangeli.net/evangile

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Dim 2 Avr - 21:02

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Lundi 3 Avril 2017

    De la férie

    5ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre du Prophète Daniel 13 : 41c à 62


    « Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait de tout cela »

    En ces jours-là,
    le peuple venait de condamner à mort Suzanne.
    Alors elle cria d’une voix forte :
    « DIEU ÉTERNEL,
    TOI qui pénètres les SECRETS,
    TOI qui connais toutes choses avant qu’elles n’arrivent,
    TU sais qu’ils ont porté contre moi un faux témoignage.
    Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait
    de tout ce que leur méchanceté a imaginé contre moi. »

    Le SEIGNEUR entendit sa voix.
    Comme on la conduisait à la mort,
    DIEU éveilla l’ESPRIT de SAINTETÉ
    chez un tout jeune garçon nommé Daniel,
    qui se mit à crier d’une voix forte :
    « Je suis innocent
    de la mort de cette femme ! »
    Tout le peuple se tourna vers lui et on lui demanda :
    « Que signifie cette parole que tu as prononcée ? »
    Alors, debout au milieu du peuple, il leur dit :
    « Fils d’Israël, vous êtes donc fous ?
    Sans interrogatoire, sans recherche de la vérité,
    vous avez condamné une fille d’Israël.
    Revenez au tribunal,
    car ces gens-là ont porté contre elle un faux témoignage. »

    Tout le peuple revint donc en hâte,
    et le collège des anciens dit à Daniel :
    « Viens siéger au milieu de nous
    et donne- nous des explications,
    car DIEU a déjà fait de toi un ancien. »
    Et Daniel leur dit :
    « Séparez-les bien l’un de l’autre,
    je vais les interroger. »
    Quand on les eut séparés,
    Daniel appela le premier et lui dit :
    « Toi qui as vieilli dans le mal,
    tu portes maintenant le poids des péchés
    que tu as commis autrefois
    en jugeant injustement :
    tu condamnais les innocents
    et tu acquittais les coupables,
    alors que le SEIGNEUR a dit :
    “Tu ne feras pas mourir l’innocent et le juste.”
    Eh bien ! Si réellement tu as vu cette femme,
    dis-nous sous quel arbre
    tu les as vus se donner l’un à l’autre ? »
    Il répondit :
    « Sous un sycomore. »
    Daniel dit :
    « Voilà justement un mensonge qui te condamne :
    l’Ange de DIEU a reçu un ORDRE de DIEU,
    et Il va te mettre à mort. »
    Daniel le renvoya, fit amener l’autre
    et lui dit :
    « Tu es de la race de Canaan et non de Juda !
    La beauté t’a dévoyé
    et le désir a perverti ton cœur.
    C’est ainsi que vous traitiez les filles d’Israël,
    et, par crainte, elles se donnaient à vous.
    Mais une fille de Juda
    n’a pu consentir à votre crime.
    Dis-moi donc sous quel arbre
    tu les as vus se donner l’un à l’autre ? »
    Il répondit :
    « Sous un châtaignier. »
    Daniel lui dit :
    « Toi aussi, voilà justement un mensonge qui te condamne :
    l’Ange de DIEU attend, l’épée à la main,
    pour te châtier,
    et vous faire exterminer. »


    Alors toute l’assemblée poussa une grande clameur
    et bénit DIEU qui sauve ceux qui espèrent en LUI.
    Puis elle se retourna contre les deux anciens
    que Daniel avait convaincus de faux témoignage
    par leur propre bouche.
    Conformément à la Loi de Moïse,
    on leur fit subir la peine
    que leur méchanceté avait imaginée contre leur prochain :
    on les mit à mort.
    Et ce jour-là, une vie innocente fut épargnée.

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Le SEIGNEUR est mon BERGER

    Psaume appartenant au recueil de David.


    Psaume 22 (23) : 1 et 2ab, 2c et 3, 4, 5, 6

    R/ Si je traverse les ravins de la mort,
    je ne crains aucun mal, car TU es avec moi, SEIGNEUR.


    Le SEIGNEUR est mon BERGER :
    je ne manque de rien.
    Sur des prés d’herbe fraîche,
    IL me fait reposer.
    R/

    IL me mène vers les eaux tranquilles
    et me fait revivre ;
    IL me conduit par le JUSTE CHEMIN
    pour l’HONNEUR de Son NOM.
    R/

    Si je traverse les ravins de la mort,
    je ne crains aucun mal,
    car TU es avec moi :
    Ton BÂTON me GUIDE et me RASSURE.
    R/

    TU prépares la table pour moi
    devant mes ennemis ;
    TU répands le parfum sur ma tête,
    ma coupe est débordante.
    R/

    Grâce et bonheur m’accompagnent
    tous les jours de ma vie ;
    j’habiterai la MAISON du SEIGNEUR
    pour la durée de mes jours.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 1 à 11

    Acclamation de l’Évangile :
    Ta PAROLE, SEIGNEUR, est VÉRITÉ, et Ta LOI, DÉLIVRANCE.
    Je ne prends pas plaisir à la mort du méchant, dit le SEIGNEUR. Qu’il se détourne de sa conduite, et qu’il vive !
    Ta PAROLE, SEIGNEUR, est VÉRITÉ, et Ta LOI, DÉLIVRANCE.
    (cf. Ez 33, 11)



    « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre »

    En ce temps- là,
    JÉSUS s’en alla au mont des Oliviers.
    Dès l’aurore, IL retourna au Temple.
    Comme tout le peuple venait à LUI,
    IL s’assit et se mit à enseigner.
    Les scribes et les pharisiens LUI amènent une femme
    qu’on avait surprise en situation d’adultère.
    Ils la mettent au milieu,
    et disent à JÉSUS :
    « MAÎTRE, cette femme
    a été surprise en flagrant délit d’adultère.
    Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné
    de lapider ces femmes- là.
    Et TOI, que dis-TU ? »
    Ils parlaient ainsi pour LE mettre à l’épreuve,
    afin de pouvoir L’accuser.
    Mais JÉSUS s’était baissé
    et, du doigt, IL écrivait sur la terre.
    Comme on persistait à L’interroger,
    IL se redressa et leur dit :
    « Celui d’entre vous qui est sans péché,
    qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »
    IL se baissa de nouveau
    et IL écrivait sur la terre.
    Eux, après avoir entendu cela,
    s’en allaient un par un,
    en commençant par les plus âgés.
    JÉSUS resta seul avec la femme toujours là au milieu.
    IL se redressa et lui demanda :
    « Femme, où sont-ils donc ?
    Personne ne t’a condamnée ? »
    Elle répondit :
    « Personne, SEIGNEUR. »
    Et JÉSUS lui dit :
    « Moi non plus, Je ne te condamne pas.
    Va, et désormais ne pèche plus. »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=93

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-04-03/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Lun 3 Avr - 7:45


    Bonjour Nicolas   Laughing                                                            

    Bonjour Véronique   Laughing                                                                      
                                                                                                                                             
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                                          
                                                                                                                                                                                                 
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

     Bible    Jésus     Colombe



    Méditation sur l’ Evangile du Jour :   Lundi 3 Avril 2017

    La miséricorde au cœur de notre vie

    Evangile selon St Jean, chapitre 8, 1-11

    Quant à Jésus, il s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère.

    Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.

    Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser.

    Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre.

    Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »

    Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés.

    Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »

    Elle répondit : « Personne, Seigneur. »

    Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

    Prière d'introduction

    Seigneur, laisse-moi m’approcher de toi. Je veux venir un instant tout près de ton cœur, pour y trouver la douceur de ta présence.

    Demande

    Vivre de miséricorde.

    Points de réflexion

    1.Jésus se trouve dans l’enceinte du Temple où il enseigne.

    Comme ils l’avaient déjà fait auparavant, et comme ils le feront encore ensuite, des scribes et des Pharisiens viennent pour mettre Jésus à l’épreuve en lui présentant une situation dans laquelle, quelle que soit sa réponse, ils pourraient l’accuser.

    Et finalement ce sont eux qui s’en vont sans ne savoir que dire.

    2.Jésus met les scribes et les Pharisiens devant leur propre contradiction. Ils prétendent condamner cette femme, alors qu’eux-mêmes sont loin d’être exempts de tout péché.

    Comment donc, en la condamnant, ne pas se condamner eux-mêmes aussi ?

    Grâce à Jésus ils se rendent compte que cette pierre, s’ils la jettent sur cette femme, c’est sur eux-mêmes qu’elle va arriver.

    Cela n’enlève pas au péché sa malice, mais nous avertit : qui es-tu pour juger ton frère ?

    « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés » (Lc 6,37).

    3.La femme se retrouve donc seule devant Jésus.

    Or lui, Jésus, est sans péché. Elle se trouve maintenant devant celui qui pourrait lancer la pierre.

    Or ce ne sont pas des paroles de condamnation qu’elle entend, mais de miséricorde :

    « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus ».

    Si nous ne pouvions condamner cette femme car nous sommes nous-mêmes des pécheurs, Jésus va encore plus loin.

    Même si nous n’avions pas de péché, nous ne devrions pas la condamner, comme lui-même ne la condamne pas.

    La miséricorde de Dieu nous touche au plus profond de notre cœur, car nous en faisons tous l’expérience, et elle devient pour nous une règle de vie : comme Jésus pardonne, il nous faut apprendre à pardonner.

    Dialogue avec le Christ


    Seigneur, tu sais bien que j’ai parfois tendance à être dur avec les autres et bien indulgent pour moi-même. Apprends-moi à recevoir ta miséricorde. C’est en la recevant que j’apprendrai à la vivre et à la donner autour de moi.

    Résolution


    Ne pas juger aujourd’hui les personnes que je rencontrerai.

    Cette méditation a été écrite par Père Jean-Marie Fornerod, LC
    ©️ Catholique.org



    Jésus et la femme adultère



    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Lun 3 Avr - 10:34

    «Va, et désormais ne pèche plus»

    Abbé Jordi PASCUAL i Bancells
    (Salt, Girona, Espagne)

    Aujourd'hui, nous contemplons dans l'Évangile le visage miséricordieux de Jésus. Dieu est Amour, Amour qui pardonne, Amour qui souffre pour nos faiblesses, Amour qui sauve. Les docteurs de la Loi de Moïse et les pharisiens «lui amènent une femme qu'on avait surprise en train de commettre l'adultère» (Jn 8,4) et ils demandent au Seigneur: «Et toi, qu'en dis-tu?» (Jn 8,5). Ce qu'ils veulent, ce n'est pas tant suivre l'enseignement de Jésus que de pouvoir l'accuser d'aller contre la Loi de Moïse. Mais le Maître en profite pour manifester qu'Il est venu chercher les pécheurs, relever ceux qui sont tombés, les appeler à la conversion et à la pénitence. C'est là, pour nous, le message du Carême, puisque nous sommes tous pécheurs et avons tous besoin de la grâce salvifique de Dieu.

    L'on dit que de nos jours le sens du péché s'est perdu. Beaucoup ne savent plus ce qui est bien ou mal, ni pourquoi. Cela revient à dire —de manière positive— qu'on a perdu le sens de l'Amour a Dieu: de l'Amour de Dieu pour nous, et —de notre part— de la correspondance que cet Amour requiert. Celui qui aime n'offense pas. Celui qui se sait aimé et pardonné rend amour pour Amour: «L'on demanda à l'Ami quelle est la source de l'amour. Il répondit: celle où l'Aimé nous a lavé de nos fautes» (Raymond Llull).

    C'est pourquoi le sens de la conversion et de la pénitence propres au Carême est de nous placer devant Dieu, de regarder dans les yeux le Seigneur sur la Croix, d'accourir pour Lui manifester personnellement nos péchés dans le sacrement de la Pénitence. Et Jésus nous dira, comme à la femme de l'Évangile: «Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus» (Jn 8,11). Dieu pardonne, et cela suppose pour nous une exigence, un engagement: Ne pèches plus!.

    http://evangeli.net/evangile

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Lun 3 Avr - 20:40

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible






    Mardi 4 Avril 2017

    Saint Isidore, Évêque et Docteur de l'Église, † 636

    5ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre des Nombres 21 : 4 à 9


    « Tous ceux qui auront été mordus, qu’ils regardent le serpent, alors ils vivront ! »

    En ces jours- là,
    les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne
    par la route de la mer des Roseaux
    en contournant le pays d’Édom.
    Mais en chemin, le peuple perdit courage.
    Il récrimina contre DIEU et contre Moïse :
    « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ?
    Était-ce pour nous faire mourir dans le désert,
    où il n’y a ni pain ni eau ?
    Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
    Alors le SEIGNEUR envoya contre le peuple
    des serpents à la morsure brûlante,
    et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
    Le peuple vint vers Moïse et dit :
    « Nous avons péché,
    en récriminant contre le SEIGNEUR et contre toi.
    Intercède auprès du SEIGNEUR
    pour qu’IL éloigne de nous les serpents. »
    Moïse intercéda pour le peuple,
    et le SEIGNEUR dit à Moïse :
    « Fais-toi un serpent brûlant,
    et dresse-le au sommet d’un mât :
    tous ceux qui auront été mordus,
    qu’ils le regardent, alors ils vivront ! »
    Moïse fit un serpent de bronze
    et le dressa au sommet du mât.
    Quand un homme était mordu par un serpent,
    et qu’il regardait vers le serpent de bronze,
    il restait en vie !

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Détresse et espérance

    Prière d’un malheureux à bout de force, qui expose sa plainte au SEIGNEUR.

    [Psaume 101 (102) ; entièrement]


    Psaume 101 (102) : 2 et 3, 16 à 18, 19 à 21

    R/ SEIGNEUR, entends ma prière :
    que mon cri parvienne jusqu’à TOI !


    SEIGNEUR, entends ma prière :
    que mon cri parvienne jusqu’à TOI !
    Ne me cache pas Ton VISAGE
    le jour où je suis en détresse !
    Le jour où j’appelle, écoute-moi ;
    viens vite, réponds-moi !
    R/

    Les nations craindront le NOM du SEIGNEUR,
    et tous les rois de la Terre, Sa GLOIRE :
    quand le SEIGNEUR rebâtira Sion,
    quand IL apparaîtra dans Sa GLOIRE,
    IL se tournera vers la prière du spolié,
    IL n’aura pas méprisé sa prière.
    R/

    Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
    et le peuple à nouveau créé chantera son DIEU :
    « Des HAUTEURS, Son SANCTUAIRE, le SEIGNEUR s’est penché ;
    du CIEL, IL regarde la Terre
    pour entendre la plainte des captifs
    et libérer ceux qui devaient mourir. »
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 21 à 30

    Acclamation de l’Évangile :
    GLOIRE et LOUANGE à TOI, SEIGNEUR JÉSUS !
    FILS de l’Homme, élevé sur la CROIX, TU attires à TOI tous les hommes.
    GLOIRE et LOUANGE à TOI, SEIGNEUR JÉSUS !
    (cf. Jn 12, 32.34)



    « Quand vous aurez élevé le FILS de l’Homme, alors vous comprendrez que Moi, JE SUIS »

    En ce temps- là,
    JÉSUS disait aux Pharisiens :
    « Je m’en vais ;
    vous Me chercherez,
    et vous mourrez dans votre péché.
    Là où Moi Je vais,
    vous ne pouvez pas aller. »
    Les Juifs disaient :
    « Veut-IL donc se donner la mort,
    puisqu’IL dit :
    “Là où moi je vais,
    vous ne pouvez pas aller” ? »
    IL leur répondit :
    « Vous, vous êtes d’en bas ;
    Moi, JE SUIS d’en HAUT.
    Vous, vous êtes de ce monde ;
    Moi, Je ne suis pas de ce monde.
    C’est pourquoi Je vous ai dit
    que vous mourrez dans vos péchés.
    En effet, si vous ne croyez pas que Moi, JE SUIS,
    vous mourrez dans vos péchés. »
    Alors, ils LUI demandaient :
    « TOI, qui es-TU ? »
    JÉSUS leur répondit :
    « Je n’ai pas cessé de vous le dire.
    À votre sujet, J’ai beaucoup à dire
    et à juger.
    D’ailleurs CELUI qui M’a envoyé dit la VÉRITÉ,
    et ce que J’ai entendu de LUI,
    Je le dis pour le monde. »
    Ils ne comprirent pas qu’IL leur parlait du PÈRE.
    JÉSUS leur déclara :
    « Quand vous aurez élevé le FILS de l’Homme,
    alors vous comprendrez que Moi, JE SUIS,
    et que Je ne fais rien de Moi-Même ;
    ce que Je dis là,
    Je le dis comme le PÈRE Me l’a enseigné.
    CELUI qui M’a envoyé est avec Moi ;
    IL ne M’a pas laissé SEUL,
    parce que Je fais toujours ce qui LUI est AGRÉABLE. »
    Sur Ces PAROLES de JÉSUS,
    beaucoup crurent en LUI.

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=94

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-04-04/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Mar 4 Avr - 5:07

    «Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que moi, je suis»

    Abbé Josep Mª MANRESA Lamarca
    (Valldoreix, Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui, cinquième mardi du Carême, à une semaine de la contemplation de la Passion du Seigneur, Celui-ci nous invite à le regarder lorsqu'Il nous rachète et nous libère d'abord sur la Croix: «Jésus Christ est notre pontife, son corps précieux est notre sacrifice qu'il a immolé sur l'autel de la Croix pour le salut de tous les hommes» (Saint John Fisher).

    «Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme...» (Jn 8,28). En effet, le Christ Crucifié —le Christ “élevé”!— c'est le signe grand et définitif de l'amour du Père pour l'Humanité abattue. Ses bras ouverts entre le ciel et la terre, tracent le signe indélébile de son amitié avec nous, les hommes. En le voyant, ainsi, élevé devant notre regard pécheur, nous comprendrons que Lui, il est (cf. Jn 8,28). Et alors, comme ces juifs qui l'écoutaient, nous aussi croirons en Lui.

    Seule l'amitié de celui qui est familiarisé avec la Croix peut nous rendre connaturel l'approfondissement du Cœur du Rédempteur. Prétendre à un Évangile sans Croix, dépourvu du sentiment chrétien de la mortification, ou contaminé par le milieu païen et naturaliste qui nous empêche de comprendre la valeur rédemptrice de la souffrance, nous placerait devant la terrible éventualité d'entendre des lèvres du Christ: «Après tout, pourquoi continuer à nous parler?».

    Que notre regard vers la Croix, regard détendu et contemplative, soit une question adressée au Crucifié. Sans bruit de paroles, nous pouvons lui demander: «Qui es-tu donc?» (Jn 8,25). Il nous répondra «Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie» (Jn 14,6), la Vigne, sans laquelle, nous, pauvres sarments, ne pouvons donner de fruits, car Lui seul a les paroles de vie éternelle. Si nous ne croyons pas que Lui, il est, nous mourrons dans nos péchés. Mais nous vivrons, et vivrons déjà sur cette terre la vie du ciel, si nous apprenons de Lui la joyeuse certitude que le Père est parmi nous, et qu'Il ne nous abandonne pas. C'est ainsi que nous imiterons le Fils en faisant toujours ce qui plait au Père.

    http://evangeli.net/evangile/
    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Mar 4 Avr - 7:05

    Bonjour Nicolas   Laughing                                                                

    Bonjour Véronique   Laughing                                                                          
                                                                                                                                             
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                                              
                                                                                                                                                                                               
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

     Bible    Jésus     Colombe




    Méditation sur l’ Evangile du Jour :  Mardi 4 Avril 2017

    La foi en Jésus

    Evangile selon St Jean, chapitre 8, 21-30

    Jésus leur dit encore : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : ?Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller ? ? » Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde.

    C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés.

    En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. »

    Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire.

    À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger.

    D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. »

    Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné.

    Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »

    Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.

    Prière d'introduction

    Seigneur, ouvre mon cœur à ta présence. Tu viens près de moi, tu veux te révéler à moi. Aide-moi à découvrir qui tu es.

    Demande


    Le don de la foi.

    Points de réflexion


    1.Jésus se trouve dans l’enceinte du Temple de Jérusalem.

    Là se trouvent de nombreuses personnes qui l’écoutent, certains croient en ce qu’il dit, d’autres non.

    Les paroles de Jésus peuvent sembler dures à nos oreilles, mais elles ont le mérite d’être claires.

    Plusieurs thèmes sont abordés, qui sont en fait tous reliés les uns avec les autres. Jésus parle de Dieu, de vie, de mort, de péché.

    2.Dans ce texte mort et péché sont liés.

    Quand Jésus dit : « vous mourrez dans votre péché », ce n’est pas de la mort biologique dont Jésus veut parler, qui est le lot commun à tous, mais de la mort qu’est justement le péché, c’est-à-dire la séparation de Dieu.

    Dans l’Évangile de Jean, Jésus dit à un autre moment : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ».

    À cette mort et à ce péché, s’oppose donc la vie avec Jésus, la vie en Dieu.

    3.Mais quel est ce péché dont parle Jésus ?

    « Si vous ne croyez pas que Moi, Je Suis » dit Jésus.

    Avec ce « Je Suis » Jésus affirme sa divinité, en relation au nom de Dieu donné à Moïse sur le Sinaï (Ex 3, 14).

    Tous les péchés peuvent être pardonnés à celui qui croît en Jésus.

    Mais qui refuse de reconnaître Jésus, alors que celui-ci se révèle à lui, commet en quelque sorte le péché « par excellence » : si Jésus est Dieu, et si seulement en Dieu nous pouvons trouver la vie, alors refuser Jésus revient à refuser la vie elle-même.

    Dans cette perspective, la mort n’est plus simplement une conséquence du péché, c’est choisir la mort qui constitue le péché lui-même.

    Ainsi ce passage, loin de nous faire peur, doit nous rassurer : Jésus ne nous demande pas de faire des choses impossibles, la vie et le salut sont offerts à tous ceux qui croient en lui.

    Et comme le dit saint Jean : « beaucoup crurent en lui ».

    Dialogue avec le Christ

    Seigneur, tu es le Seigneur, tu es notre seul Sauveur. Aide-moi à remettre toute ma vie entre tes mains. Ce que je suis, ce que je fais, ce que je dis, tout est tien.

    Résolution


    Demander chaque jour le don de la foi.

    Cette méditation a été écrite par Père Jean-Marie Fornerod, LC
    ©️ Catholique.org






    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Mar 4 Avr - 16:48

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible





    Mercredi 5 Avril 2017

    Saint Vincent Ferrier, Prêtre
    Mort en 1419. Prédicateur dominicain, il sillona inlassablement les routes d’Espagne, d’Italie et de France, afin d’appeler les chrétiens à la pénitence et à la conversion.

    5ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre du prophète Daniel 3 : 14 à 20, 91 et 92, 95


    « DIEU a envoyé SON ANGE et délivré Ses Serviteurs »

    En ces jours-là,
    le roi Nabucodonosor parla ainsi :
    « Est-il vrai, Sidrac, Misac et Abdénago,
    que vous refusez de servir mes dieux
    et d’adorer la statue d’or que j’ai fait ériger ?
    Êtes-vous prêts, maintenant, à vous prosterner
    pour adorer la statue que j’ai faite,
    quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare,
    de la harpe, de la lyre, de la cornemuse
    et de toutes les sortes d’instruments ?
    Si vous n’adorez pas cette statue,
    vous serez immédiatement jetés dans la fournaise de feu ardent ;
    et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? »
    Sidrac, Misac et Abdénago dirent au roi Nabucodonosor :
    « Ce n’est pas à nous de te répondre.
    Si notre DIEU, que nous servons, peut nous délivrer,
    IL nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi.
    Et même s’IL ne le fait pas,
    sois-en bien sûr, ô roi :
    nous ne servirons pas tes dieux,
    nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée. »
    Alors Nabucodonosor fut rempli de fureur
    contre Sidrac, Misac et Abdénago,
    et son visage s’altéra.
    Il ordonna de chauffer la fournaise
    sept fois plus qu’à l’ordinaire.
    Puis il ordonna aux plus vigoureux de ses soldats
    de ligoter Sidrac, Misac et Abdénago
    et de les jeter dans la fournaise de feu ardent.

    Le roi Nabucodonosor les entendit chanter.
    Stupéfait, il se leva précipitamment
    et dit à ses conseillers :
    « Nous avons bien jeté trois hommes, ligotés,
    au milieu du feu ? »
    Ils répondirent :
    « Assurément, ô roi. »
    Il reprit :
    « Eh bien moi, je vois quatre hommes
    qui se promènent librement au milieu du feu,
    ils sont parfaitement indemnes,
    et le quatrième ressemble à un être divin. »
    Et Nabucodonosor s’écria :
    « Béni soit le DIEU de Sidrac, Misac et Abdénago,
    qui a envoyé SON ANGE et délivré Sses Serviteurs !
    Ils ont mis leur confiance en LUI,
    et ils ont désobéi à l’ordre du roi ;
    ils ont livré leur corps
    plutôt que de servir et d’adorer
    un autre dieu que leur DIEU. »

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    Le cantique des trois amis de Daniel


    [Livre du Prophète Daniel 3 : 46 à 90 ; entièrement]


    Livre du Prophète Daniel 3 : 52, 53, 54, 55, 56

    R/ À TOI, LOUANGE ET GLOIRE ÉTERNELLEMENT !

    Béni sois-TU, SEIGNEUR, DIEU de nos pères :
    R/

    Béni soit le NOM TRÈS SAINT DE TA GLOIRE :
    R/

    Béni sois-TU DANS TON SAINT TEMPLE DE GLOIRE :
    R/

    Béni sois-TU SUR LE TRÔNE DE TON RÈGNE :
    R/

    Béni sois-TU, TOI qui sondes les abîmes :
    R/

    TOI qui sièges au-dessus des Kéroubim :
    R/

    Béni sois-TU au firmament, dans le Ciel
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 31 à 42

    Acclamation de l’Évangile :
    TA PAROLE, SEIGNEUR, EST VÉRITÉ
    ET TA LOI, DÉLIVRANCE.

    Heureux ceux qui ont entendu la PAROLE
    dans un cœur bon et généreux,
    qui LA retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
    TA PAROLE, SEIGNEUR, EST VÉRITÉ
    ET TA LOI, DÉLIVRANCE.

    (cf. Lc 8, 15)




    « Si le FILS vous rend libres, réellement vous serez libres »

    En ce temps-là,
    JÉSUS disait à ceux des Juifs qui croyaient en LUI :
    « Si vous demeurez fidèles à Ma PAROLE,
    vous êtes vraiment Mes Disciples ;
    alors vous connaîtrez LA VÉRITÉ,
    et LA VÉRITÉ vous rendra libres. »
    Ils LUI répliquèrent :
    « Nous sommes la descendance d’Abraham,
    et nous n’avons jamais été les esclaves de personne.
    Comment peux-TU dire :
    “Vous deviendrez libres” ? »
    JÉSUS leur répondit :
    « AMEN, AMEN, Je vous le dis :
    qui commet le péché
    est esclave du péché.
    L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ;
    le fils, lui, y demeure pour toujours.
    Si donc le FILS vous rend libres,
    réellement vous serez libres.
    Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham,
    et pourtant vous cherchez à Me tuer,
    parce que Ma PAROLE ne trouve pas sa place en vous.
    Je dis ce que Moi, J’ai vu
    auprès de MON PÈRE,
    et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu
    chez votre père. »
    Ils LUI répliquèrent :
    « Notre père, c’est Abraham. »
    JÉSUS leur dit :
    « Si vous étiez les enfants d’Abraham,
    vous feriez les œuvres d’Abraham.
    Mais maintenant, vous cherchez à Me tuer,
    Moi, un Homme qui vous ai dit LA VÉRITÉ
    que J’ai entendue de DIEU.
    Cela, Abraham ne l’a pas fait.
    Vous, vous faites les œuvres de votre père. »
    Ils LUI dirent :
    « Nous ne sommes pas nés de la prostitution !
    Nous n’avons qu’un seul PÈRE : c’est DIEU. »
    JÉSUS leur dit :
    « Si DIEU était votre PÈRE,
    vous M’aimeriez,
    car Moi, c’est de DIEU QUE JE SUIS SORTI
    et que JE VIENS.
    Je ne suis pas venu de MOI-MÊME ;
    c’est LUI qui M’a envoyé. »

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=95

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-04-05/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Mer 5 Avr - 7:37


    Bonjour Nicolas   Laughing                                                                    

    Bonjour Véronique   Laughing                                                                              
                                                                                                                                           
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing                                                                                  
                                                                                                                                                                                               
    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

     Bible     Jésus     Colombe




    Méditation sur l’ Evangile du Jour :  Mercredi 5 Avril 2017


    Rends-moi libre, Seigneur !

    Evangile selon St Jean, chapitre 8, 31-42

    Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : ?Vous deviendrez libres ? ? »

    Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. »

    Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous, vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé.

    Prière d'introduction


    Seigneur, je crois en toi. Je veux te connaître vraiment et être libre. Montre-moi ce qui me rend encore esclave et délivre-moi.

    Demande

    Découvrir ce qui m’enchaîne encore au péché.

    Points de réflexion


    1.Jésus nous demande d’être fidèles à sa parole pour trouver la vraie liberté.

    Sa parole, en résumé, c’est : « Aimer Dieu par-dessus tout et notre prochain comme nous-mêmes ». Il n’invente rien. Par sa parole, il rend témoignage au Père et nous montre le chemin de la liberté. Il n’est pas centré sur lui-même, mais sur l’autre.

    2.Nous sommes chrétiens.

    Nous croyons en lui. Mais sommes-nous déjà libres, ou encore esclaves ?

    Il y a une façon simple pour en juger. Il suffit de prendre le temps d’examiner ce qui motive chacune de nos actions.

    Ainsi nous verrons si nous sommes encore esclaves de l’orgueil, la vanité, l’égoïsme, la paresse, etc. ou bien si nos actions sont motivées par l’amour pour les autres.

    3.Parfois l’on peut avoir l’impression que se donner aux autres nous rend esclaves des autres ; que souffrir pour les autres est une drôle de façon d’être libres.

    C’est parce que nous manquons de pratique dans l’amour vrai.

    Les actes d’amour ne peuvent pas faire souffrir.

    Sinon c’est que nous sommes encore centrés sur nous-mêmes, sur ce que nous perdons ou sacrifions.

    Alors que nous devrions nous centrer sur l’autre, sur ce qu’il reçoit et le rend heureux.

    Dialogue avec le Christ


    Seigneur, que mon bonheur soit de faire le bonheur des autres. Délivre-moi des chaînes du péché pour que comme toi je sois libre de me donner aux autres et ainsi partager le bonheur qu’offre ton amour.

    Résolution

    Prendre le temps, tous les jours, d’examiner les motifs de mes actions.

    Cette méditation a été écrite par Frère Mario Salmon, LC
    ©️ Catholique.org






    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Mer 5 Avr - 9:42

    «Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez»

    Abbé Givanildo dos SANTOS Ferreira
    (Brasilia, Brsil)

    Aujourd'hui le Seigneur dirige des mots durs aux Juifs. Non à n'importe quel Juif, mais, précisément, à ceux qui ont embrassé la foi : Jésus a dit "aux Juifs qu'ils avaient cru en Lui" (Jn 8,31). Sans doute, ce dialogue de Jésus reflète le commencement de ces difficultés causées par les chrétiens judaïsants à la première heure de l'Église.

    Comme ils étaient des descendants d'Abraham selon le consanguinité, ces tels disciples de Jésus se considéraient comme supérieurs non seulement des foules qui vivaient loin de la foi, mais aussi supérieurs à n'importe quel disciple non juif participant de la même foi. Ils disaient : "Nous sommes descendance d'Abraham" (Jn 8,33); "notre père est Abraham" (v.e 39); "nous avons seulement un père, Dieu" (v.e 41). Bien que nous soyons disciples de Jésus, nous avons l'impression de ce que Jésus ne représentait rien pour ceux-ci, il n'augmentait rien, à celui qu'ils possédaient déjà. Mais c'est là que la grande erreur de tous se trouve. Les vrais enfants ne sont pas les descendants selon la consanguinité, mais les héritiers de la promesse, ou bien, ceux qui croient (cf. Émoussé 9,6-Cool. Sans la foi dans Jésus il n'est pas possible que quelqu'un atteint la promesse d'Abraham. Ainsi en étant, entre les disciples, "il n'y a pas de Juifs ou de Grecs il n'y a pas d'esclave ou libre; il n'y a pas d'homme ou de femme", parce que tous sont frères par le baptême (cf. Gal 3,27-28).

    Ne nous permettons pas nous séduire par un orgueil spirituel. Les judaïsants considéraient les autres chrétiens supérieurs. Il n'est pas nécessaire de parler, ici, des frères séparés. Mais pensons à nous mêmes. Combien de fois quelques catholiques se considèrent meilleurs que les autres catholiques parce qu'ils suivent ce ou ce mouvement là, parce qu'ils observent celle ou cette discipline celle-là, parce que ils obéissent à ce ou à cet usage liturgique là. Les uns, parce qu'ils sont riches; les autres, parce qu'ils ont plus étudié. Les uns, parce qu'ils occupent des charges importantes; les autres, parce qu'ils viennent de familles nobles. "Je voudrais que chacun sente la joie d’être chrétien… Dieu guide son Église, la soutient toujours aussi et surtout dans les moments difficiles" (Benoît XVI).

    «Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres»


    Abbé Iñaki BALLBÉ i Turu
    (Terrassa, Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui alors qu'il manque peu de jours pour entrer dans la Semaine Sainte, le Seigneur nous demande de lutter pour vivre des choses très concrètes, petites mais parfois difficiles. Nous les expliquerons peu à peu, mais il s'agit essentiellement d'être fidèle à sa parole. Qu'il est important de toujours rapporter notre vie à l'Évangile! Demandons-nous: que ferait Jésus dans la situation où je me trouve? Comment traiterait-il cette personne qui ne me revient pas? Quelle serait sa réaction en cette circonstance? Selon saint Paul, le chrétien doit être “un autre Christ”: «Je vis, mais non pas moi, c'est le Christ qui vit en moi» (Ga 2,20). Le reflet du Seigneur dans ma vie quotidienne, comment est-il? Suis-je son miroir?

    Le Seigneur nous garantit que si nous persévérons dans sa parole, nous connaîtrons la vérité et que la vérité nous rendra libres (cf. Jn 8,32). Dire la vérité n'est pas toujours facile. Que de fois nous échappent de petits mensonges, que de fois nous cachons quelque chose ou nous “faisons les sourds”! Dieu, nous ne pouvons pas le tromper. Il nous voit, il nous contemple, il nous aime et nous suit pas à pas chaque jour. Le huitième commandement nous enseigne que nous ne pouvons pas faire de faux témoignages, ni dire de mensonges, aussi petits soient-ils, même s'ils nous paraissent insignifiants. Pas même de “pieux” mensonges. «Que votre ‘oui’ soit ‘oui’ et votre ‘non’, ‘non’» (Mt 5,37), nous dit Jésus ailleurs. La liberté, cette tendance au bien, est très liée à la vérité. Parfois, nous ne sommes pas suffisamment libres parce que dans notre vie il y a comme un double fond, nous ne sommes pas transparents. Nous devons être clairs et nets. Le péché de mensonge nous rend esclave.

    «Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez» (Jn 8,42), dit le Seigneur. Comment se concrétise notre désir quotidien de connaître le Maître? Avec quelle dévotion lisons-nous l'Évangile, même si nous disposons de peu de temps? Quelle empreinte laisse-t-il dans ma vie, dans ma journée? Pourrait-on dire, en me voyant, que je lis la vie du Christ?

    http://evangeli.net/evangile

    Invité
    Invité

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Invité le Mer 5 Avr - 20:34

    Bonsoir Maud Bible

    Bonsoir à toutes et à tous Bible






    Jeudi 6 Avril 2017

    De la férie

    5ième semaine du Temps de Carême
    (Couleur liturgique : Violet )
    Année A





    (Première lecture)
    Livre de la Genèse 17 : 3 à 9


    « Tu deviendras le père d’une multitude de nations »

    En ces jours-là,
    Abram tomba face contre terre
    et DIEU lui parla ainsi :
    « Moi, voici l’Alliance que Je fais avec toi :
    tu deviendras le père d’une multitude de nations.
    Tu ne seras plus appelé du nom d’Abram,
    ton nom sera Abraham,
    car Je fais de toi le père d’une multitude de nations.
    Je te ferai porter des fruits à l’infini,
    de toi Je ferai des nations,
    et des rois sortiront de toi.
    J’établirai Mon ALLIANCE entre Moi et toi,
    et après toi avec ta descendance,
    de génération en génération ;
    ce sera une ALLIANCE ÉTERNELLE ;
    ainsi Je serai ton DIEU
    et le DIEU de ta descendance après toi.
    À toi et à ta descendance après toi
    Je donnerai le pays où tu résides,
    tout le pays de Canaan en propriété perpétuelle,
    et Je serai leur DIEU. »
    DIEU dit à Abraham :
    « Toi, tu observeras Mon ALLIANCE,
    toi et ta descendance après toi,
    de génération en génération. »

    – PAROLE du SEIGNEUR.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







    HISTOIRE de la FIDÉLITÉ de DIEU

    [Psaume 104 (105) ; entièrement]


    Psaume 104 (105) : 4 et 5, 6 et 7, 8 et 9

    R/ Le SEIGNEUR s’est toujours souvenu de Son ALLIANCE.

    Cherchez le SEIGNEUR et Sa PUISSANCE,
    recherchez sans trêve Sa FACE ;
    souvenez-vous des MERVEILLES qu’IL a faites,
    de Ses PRODIGES, des JUGEMENTS qu’IL prononça.
    R/

    Vous, la race d’Abraham Son Serviteur,
    les fils de Jacob, qu’IL a choisis.
    Le SEIGNEUR, c’est LUI notre DIEU :
    Ses JUGEMENTS font LOI pour l’Univers.
    R/

    IL s’est toujours souvenu de Son ALLIANCE,
    parole édictée pour mille générations :
    promesse faite à Abraham,
    garantie par serment à Isaac.
    R/

    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris






    Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 8 : 51 à 59

    Acclamation de l’Évangile :
    Tes PAROLES, SEIGNEUR, sont ESPRIT
    et Elles sont VIE.

    Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
    mais écoutez la VOIX du SEIGNEUR.
    Tes PAROLES, SEIGNEUR, sont ESPRIT
    et Elles sont VIE.

    (cf. Ps 94, 8a.7d)



    « Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait Mon JOUR »

    En ce temps-là,
    JÉSUS disait aux Juifs :
    « Amen, amen, Je vous le dis :
    si quelqu’un garde Ma PAROLE,
    jamais il ne verra la mort. »
    Les Juifs LUI dirent :
    « Maintenant nous savons bien que TU as un démon.
    Abraham est mort, les Prophètes aussi,
    et TOI, TU dis :
    “Si quelqu’un garde ma parole,
    il ne connaîtra jamais la mort.”
    Es-TU donc plus grand que notre père Abraham ?
    Il est mort, et les Prophètes aussi sont morts.
    Pour qui TE prends-TU ? »
    JÉSUS répondit :
    « Si Je Me glorifie Moi-Même,
    Ma GLOIRE n’est rien ;
    c’est Mon PÈRE qui Me glorifie,
    LUI dont vous dites : “IL est notre DIEU”,
    alors que vous ne LE connaissez pas.
    Moi, Je LE connais
    et, si Je dis que Je ne LE connais pas,
    Je serai comme vous, un menteur.
    Mais Je LE connais,
    et Sa PAROLE, Je la garde.
    Abraham votre père a exulté,
    sachant qu’il verrait mon Jour.
    Il l’a vu, et il s’est réjoui. »
    Les Juifs LUI dirent alors :
    « TOI qui n’as pas encore cinquante ans,
    TU as vu Abraham ! »
    JÉSUS leur répondit :
    « Amen, amen, Je vous le dis :
    avant qu’Abraham fût,
    Moi, JE SUIS. »
    Alors ils ramassèrent des pierres pour les LUI jeter.
    Mais JÉSUS, en se cachant,
    sortit du Temple.

    – Acclamons la PAROLE de DIEU.


    Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


    Évangile + commentaire (audio)

    http://www.radiofidelite.fr/comment/evangcom.php?jour=96

    Écouté sur :
    http://radiofidelite.fr/fr/







    Textes du jour, lu sur :
    Les services de la liturgie Catholique

    http://www.aelf.org/2017-04-06/romain/messe


    Liens :
    http://www.aelf.org/office-messe
    http://services.liturgiecatholique.fr/






    Amicalement, fraternellement
    Nicolas

    avatar
    Maud

    Féminin Messages : 6332
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Localisation : France
    Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Maud le Jeu 6 Avr - 7:11

    Bonjour Nicolas   Laughing                                                                        

    Bonjour Véronique   Laughing                                                                                  
                                                                                                                                           
    Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez   Laughing    


    Que cette journée soit bénie et éclairée par la divine Lumière   sunny

    Bible     Jésus     Colombe



    Méditation sur l’ Evangile du Jour : Jeudi 6 Avril 2017

    Rester fidèle à ta Parole

    Evangile selon St Jean, chapitre 8, 51-59

    Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. » Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons bien que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis :

    Si quelqu’un garde ma parole, il ne connaîtra jamais la mort.? Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ? »

    Jésus répondit :

    « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites :

    Il est notre Dieu , alors que vous ne le connaissez pas.

    Moi, je le connais et, si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur.

    Mais je le connais, et sa parole, je la garde. Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour.

    Il l’a vu, et il s’est réjoui. » Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas encore cinquante ans, tu as vu Abraham ! »

    Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. » Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple.

    Prière d'introduction

    Je te prie aujourd’hui et je désire te connaître, Seigneur. Éloigne de moi toutes mes préoccupations de ce jour naissant pour que mon unique préoccupation soit celle de garder ta Parole. Augmente en moi la foi, l’espérance et la charité.

    Demande

    Viens remplir mon cœur de ta Parole !

    Points de réflexion

    1.« Si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort ».

    Que signifie garder la parole du Seigneur, ou dans d’autres traductions, rester fidèle à sa parole ?

    Le chapitre 8 de saint Jean commence avec le terrible passage de la pécheresse prise en flagrant délit, pardonnée par le Christ avec ces paroles :

    « Va et ne pèche plus ! »

    Le Seigneur se place comme juge miséricordieux.

    Pour les juifs, cette position est scandaleuse car il semble contredire la loi et les prophètes.

    Pour eux, il vient annuler les traditions et pourrait ainsi déchaîner le chaos et la division dans le peuple juif.

    Que signifie donc garder la parole du Christ quand ils viennent juste de voir que le Seigneur pardonne et laisse aller la pécheresse sans aucune punition ou conséquences.

    C’est une parole libérale et laxiste qu’il faudrait suivre pour ne pas connaître la mort . Quelle est cette parole de Jésus-Christ ?

    Les juifs, au lieu de s’interroger sur la nature de la parole du Christ, se posent la mauvaise question.

    Pleins de rage et d’incompréhension, ils demandent au Seigneur : « Pour qui te prends-tu ? »

    Souvent lorsque nous ne comprenons pas les événements de notre vie, nous sommes tentés de nous retourner contre le Seigneur et lui poser la même question.

    Mais plus qu’une mauvaise question, c’est une question hors sujet. Les juifs étaient complètement hors sujet avec le Christ, comme nous le sommes bien souvent devant Dieu.

    La véritable question à poser à Jésus-Christ n’est pas « Pour qui te prends-tu ? » mais « Quelle est ta parole, Seigneur, pour que j’y reste fidèle ? »

    Les juifs étaient cependant incapables de la lui poser car ils étaient aveuglés par leurs traditions et leurs règles que personne ne pouvait toucher, pas même Dieu.

    N’est-ce pas bien souvent mon attitude lorsque ma vie compte plus que celle du pauvre mendiant dans la rue auquel je ne daigne accorder pas même mon plus petit sourire ?

    Ne serait-ce pas non plus mon comportement lorsque je préfère m’enfermer sur Facebook au lieu de partager mon temps avec mon voisin qui souffre peut-être de la solitude et de la vieillesse ?

    Les juifs ne veulent pas s’ouvrir à la vérité de la parole du Christ qui pardonne à la pécheresse car cette parole risque de venir les troubler dans leurs apparentes solides fondations de la loi et des prophètes.

    Nous aussi, nous pouvons avoir peur des paroles du Christ car elles appellent à la conversion véritable.

    Aujourd’hui Jésus nous invite à garder sa parole et il nous promet la vie éternelle.

    N’ayons pas peur d’écouter sa parole miséricordieuse : « Va et ne pèche plus ! »

    2.« Avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS ».

    Les juifs ne comprennent pas comment Jésus peut promettre la vie éternelle pour celui qui garde sa parole.

    En effet, si leur père Abraham est mort, comment peut-il oser dire que celui qui garde sa parole ne connaîtra pas la mort.

    Ils accusent Jésus de se prendre pour bien plus qu’Abraham.

    Quand nous ne comprenons pas exactement les événements de notre vie, nous sommes tentés encore une fois d’accuser le Christ de se mêler de ce qui ne le regarde pas, de sortir de son rôle.

    Jésus-Christ répond avec sagesse en faisant écho à la voix de Dieu dans le buisson ardent (« Je suis celui qui SUIS » Exode 3, 14) quand il conclut par ces paroles lapidaires : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS ».

    Il le dit avec délicatesse quand il aurait pu dire depuis le début : « Je suis Dieu » ; il explique avec pédagogie et patience que sa gloire ne vient pas de lui-même sinon du Père.

    Il se présente comme l’icône de Dieu le père, comme le reflet de son amour envers chacun de nous : « Je le connais [Dieu le Père], et sa parole, je la garde. »

    Sa divinité est humilité. Tout le scandale de la croix est déjà anticipé dans ces simples paroles que les juifs n’arriveront jamais à accepter.

    Comme le dit un beau chant liturgique : « Notre gloire c’est la croix du Christ ! »

    Jésus nous apprend aujourd’hui que sa gloire est celle de son Père.

    De la même façon qu’il s’est efforcé de garder la parole de son Père (pensons à Jésus dans le jardin de Gethsémani : « Que ce soit ta Volonté et non la mienne qui se fasse ! »), de la même manière gardons la parole du Seigneur pour ne pas connaître la mort.

    Dialogue avec le Christ

    Jésus aide-moi à garder ta Parole ! Aide-moi à y rester fidèle. Que mon cœur exulte lorsque je me donne à mon prochain comme toi sur la croix tu as versé ton sang pour moi. Que mon cœur te bénisse en tout temps lorsque je me sacrifie pour le plus humble de mes frères. Que mon cœur jubile lorsque je pardonne à celui qui me médit et me calomnie dans mon dos. Je voudrais par ta grâce et tes mérites t’imiter chaque jour davantage en gardant ta parole dans mon cœur :

    « Va et ne pèche plus ! »

    Résolution


    Faire un sérieux examen de conscience et se demander quels sont encore les replis de mon cœur que la Parole du Seigneur n’est pas venue visiter et convertir.

    Cette méditation a été écrite par Frère Corentin Jarry, LC
    ©️ Catholique.org



    Jésus et la " Parole"



    _________________


    * "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi  , que j'étais Son enfant  .
    Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait  encore plus tendre que celui de "  Mère "
     *

    Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face
    avatar
    Véronique1

    Féminin Messages : 2138
    Date d'inscription : 04/04/2016
    Age : 71
    Localisation : France
    Saint intercesseur : La Vierge Marie

    Re: " Méditations sur les textes du Jour "

    Message par Véronique1 le Jeu 6 Avr - 11:28

    «Abraham votre père a tressailli d'allégresse dans l'espoir de voir mon Jour. Il l'a vu, et il a été dans la joie»

    Abbé Enric CASES i Martín
    (Barcelona, Espagne)

    Aujourd'hui l'Evangile de saint Jean nous conduit devant une manifestation de Jésus au Temple. Le Sauveur révèle un fait méconnu des juifs: Abraham avait contemplé le jour de Sa venue et s'était réjoui de le voir. Ils savaient tous que Dieu avait conclu une alliance avec Abraham, par laquelle Il lui avait promit le salut de toute sa descendance. Mais ils ignoraient l'étendue de la lumière de Dieu. Le Christ leur révèle qu'Abraham avait vu le Messie dans le jour de Yahvé, et Il a appelé ce jour son jour.

    Dans cette révélation, Jésus démontre qu'Il possède la vision éternelle de Dieu. Mais, surtout, Il se manifeste à eux comme une présence préexistante et présente au temps d'Abraham. Peu après dans le feu de la discussion, quand les juifs le contredirent en lui disant qu'Il n'a même pas 50 ans, Il leur dit: «Avant qu'Abraham ait existé, moi, je suis» (Jn 8,58). C'est une proclamation éclatante de sa divinité, ils pouvaient la comprendre parfaitement et ils auraient pu également croire en Lui s'ils avaient eu plus de connaissance du Père. L'expression «Je suis» fait partie du tétragramme saint Yahvé, qui a été révélé au Mont Sinaï.

    Le Christianisme est beaucoup plus qu'un ensemble de règles élevées de morale, comme peuvent l'être l'amour parfait ainsi que le pardon. Le christianisme est la foi d'une personne. Jésus est Dieu et vrai Homme. «Dieu parfait, homme parfait», nous dit le Quicumque. Saint Hilaire de Poitiers, a écrit dans une belle prière: «Accorde-nous donc le sens exact des mots, la lumière de l'intelligence, la noblesse du langage, l'orthodoxie de la foi; ce que nous croyons, accorde-nous de l'affirmer aussi. C'est-à-dire, puisque nous connaissons par les prophètes et les Apôtres un seul Dieu, toi, le Père, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, pussions aussi te célébrer comme Dieu, en qui il n'y a pas unicité de personne, et confesser à ton Fils, en tout égal à toi».

    http://evangeli.net/evangile

      La date/heure actuelle est Sam 18 Aoû - 22:28