Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Édit de réconciliation pour la Nouvelle France

    Partagez

    saint-michel

    Masculin Messages : 381
    Date d'inscription : 14/02/2016

    Édit de réconciliation pour la Nouvelle France

    Message par saint-michel le Jeu 11 Aoû - 21:18



    Tandis que la France prépare sa chute vertigineuse vers la guerre civile, il est l’heure de préparer, en amont, son relèvement pendant que d’autres se contentent de prévoir l’avant-guerre. Les ennemis de la Divine Justice attisent les querelles intestines en espérant embraser les charbons ardents qui couvent sous les cendres. Nous allons, hélas, assister à ces tragiques événements d’ici peu de temps car l’heure des révélations approche à grands pas. Il ne sera bientôt plus possible d’être tiède : il va falloir choisir un camp. La république touche à sa fin et le renouveau de la France sera possible grâce à une ultime restauration monarchique. Peu importe que les individus le croient ou non car il faut que les choses se fassent, non selon leur volonté, mais, selon celle de Dieu. L’athéisme touche donc à sa fin avec toutes les erreurs voltairiennes qui l’ont précédées.


    Voici donc une ébauche d’un Édit de réconciliation pour la Nouvelle France. Pour l’instant, cette pièce est livrée telle quelle mais elle fait partie d’un puzzle dont l’intégralité des pièces seront présentées en 2017.


    « Édit de réconciliation pour la Nouvelle France » rédigé par Étienne de Calade, 11 août 2016.


    La France, pays catholique de longue date piétiné par les ennemis de Dieu, noble nation royale, nous te saluons, non pour ta gloire mais pour celle de Dieu. Les droits de l’homme disparaîtront prochainement avec le délitement de notre nation catholique bien aimée. C’est par la Divine Providence que les devoirs envers Dieu seront pleinement restaurés, suite à notre humilité proclamée à la Face de la Sainte Croix. La nation aura changé brutalement de régime pour restaurer l’antique ordre catholique. L’histoire suit, tel un fleuve, le cours creusé par la Divine Volonté, notion qui échappe complètement aux hommes sans Dieu.


    Nous souhaitons proposer ce jour, avant la date fatidique, une ébauche évolutive d’un Édit de réconciliation à destination de la Nouvelle France, nation restaurée selon les dogmes orthodoxes du catholicisme. Nous ne pouvons nous permettre de perdre notre temps en nous occupant d’indécentes futilités : notre cœur doit œuvrer pour Dieu, avec ou, surtout, sans le consentement d’hommes qui ont perdu la raison et le divin esprit de concorde. Notre cœur doit crier de toutes ses forces : béni soit celui qui vient au nom du Père afin de nous souvenir avec joie que le Christ est Roi des rois. La France doit être consacrée au Christ-Roi, au Sacré-Cœur de Jésus, afin qu’elle puisse renaître de ses cendres catholiques.


    À cet égard, nous implorons la divine bonté d’obtenir la protection et faveur qu’il a toujours visiblement départie à ce royaume, depuis sa naissance et pendant tout ce long âge qu’il a atteint, tels étaient les dires du bon roi Henri IV. Nous renouvelons ce jour cette sainte prière afin d’obtenir l’union, la concorde, la tranquillité, le repos et le rétablissement de cet État dans toute sa splendeur catholique. C’est par ce nouvel Édit de réconciliation que nous déclarons, avant l’effondrement complet de la république, ce qui suit :


    I.
    Premièrement, que cet article sera complété lors de l’avènement à la couronne de celui qui a été désigné par la Divine Providence. Toute chose étant considérée comme non advenue avant son heure, il ne sera fait aucune mention, procès ou poursuite de cet Édit.


    II.
    Défendant à tous ceux qui sont amenés à devenir les sujets du royaume de la Nouvelle France, de quelque état et qualité qu’ils soient, de renouveler la mémoire, de s’attaquer, de s’injurier, ni de se provoquer l’un l’autre par reproche des événements qui auront engendré de grandes peines sur notre sol, mais de se contenir et de vivre paisiblement comme frères en Christ, amis et concitoyens. Aux contrevenants d’être punis comme fauteurs de troubles et perturbateurs du repos public.


    III.
    Avertissons que la religion catholique, apostolique et romaine, selon les vrais dogmes ancestraux, sera remise et rétablie en tous lieux et endroits, de ce qui doit devenir le royaume de la Nouvelle France, afin qu’elle puisse être exercée paisiblement et librement sans aucun trouble ni empêchement de quelque nature que ce soit. Défendant très expressément à toutes personnes, de quelque état, qualité ou condition qu’elles soient, sur les peines indiquées ci-dessus, de ne troubler, molester, torturer ou tuer les ecclésiastiques en la célébration du divin service, jouissance, fruits et revenus de leurs bénéfices, et tous droits et devoirs qui leur appartiennent. Tous ceux qui, durant les troubles, se seront emparés des églises, monastères, congrégations, maisons, biens et revenus appartenant aux dits ecclésiastiques et qui les détiennent, devront leur rendre en l’état qu’ils l’ont trouvé au moment des attaques. Défendant aussi très expressément tout prêche en dehors du culte catholique en églises, monastères, congrégations, maisons, et habitations des dits ecclésiastiques.


    IV.
    Pour faire cesser tous les troubles, nous permettrons aux fidèles non catholiques de pratiquer leurs religions, dans leurs formes monothéistes, orthodoxes et toujours dénuées de violence, de vivre et de demeurer dans toutes les villes et lieux du royaume de la Nouvelle France, sans être vexés, molestés, ni astreints à effectuer des choses contraires à leur conscience dès lors qu’ils respectent le contenu de notre présent Édit.


    V.
    À charge des religions non catholiques de retrouver leurs formes orthodoxes et dénuées de violence afin de garantir la paix à tous les sujets du royaume de la Nouvelle France. Tout dogme, article de foi ou verset incitant au meurtre, à la violence, à la sédition, à la grossièreté, à la dérision, au blasphème, au parjure, à l’iniquité, au vice sous n’importe quelle forme que ce soit sera rejeté et, si nécessaire, réinterprété ou reformulé afin de convenir davantage aux dogmes orthodoxes du catholicisme.


    VI.
    Ceux qui souhaiteraient pratiquer leur religion, leur philosophie ou leur doctrine dans une forme qui ne conviendrait pas aux articles précédents devront s’abstenir de partager publiquement leurs opinions afin de garantir la paix. Toutefois nul ne serait être puni pour ses convictions intimes si celles-ci ne troublent pas l’ordre public.


    VII.
    Les ecclésiastiques de la religion catholique devront se former aux dogmes orthodoxes du catholicisme avant de pouvoir enseigner, incorporer ou diriger une quelconque institution de charité, ou, de célébrer le divin service dans sa forme Très chrétienne. Défendant expressément à tous ecclésiastiques non respectueux des dogmes orthodoxes du catholicisme d’enseigner, de pratiquer ou de rendre un culte.


    VIII.
    Seuls les pratiquants de la religion catholique, conformément aux dogmes orthodoxes du catholicisme, seront aptes à incorporer l’administration civile ou militaire, les centres scientifiques ou éducatifs, ceci afin d’empêcher toutes dérives sectaires, terroristes ou simplement malveillantes.


    IX.
    Le financement des lieux de cultes non catholiques seront à la charge des fidèles. Défendant expressément à tout individu, groupement, association ou entreprise extérieure au royaume de la Nouvelle France de financer des lieux de cultes sur notre territoire.


    X.
    Défendant expressément à tous prêcheurs, lecteurs, éducateurs, professeurs ou autres de prononcer des discours pouvant inciter le peuple à la sédition, à la révolte ou à la haine. Leurs propos devront inciter au repos, à la tranquillité, à la symbiose conformément aux articles de cet Édit.


    XI.
    Défendant expressément à tous catholiques, de quelque condition et condition qu’ils soient, d’enlever de force, contre le gré de leurs parents, les enfants qui ne seraient pas catholiques pour les convertir. Tout comme il est défendu aux autres fidèles de convertir de force, contre le gré de leurs parents, les enfants catholiques à leurs propres religions.


    XII.
    Les jours fériés selon la tradition catholique, apostolique et romaine seront chômés. Ces jours-ci devront être consacrés à Dieu, sinon au salut des âmes pour ceux qui ne seraient pas catholiques. Le silence devant être complet dans les rues afin de favoriser la paix et le repos public.


    XII.
    Les ouvrages non catholiques qui pourraient servir une doctrine religieuse, politique ou philosophique ne pourront être diffusés publiquement. Défendant l’impression, la publication ou la vente de tous livres, reliures et écrits diffamatoires, enjoignant aux juges et aux officiers d’y veiller.


    XIII.
    Les loges, sectes, fondations, mécènes, corporations, associations, entreprises, ou autres groupements d’intérêts qui contreviendraient aux articles de cet Édit seront interdits, démantelés et condamnés à de sévères peines. En outre, tout groupement qui diffamerait contre la religion catholique, apostolique et romaine serait immédiatement fermé, démantelé et interdit avec condamnation de réparation pour la ou les fautes avérées.


    XIV.
    Toute revue, ouvrage, filmographie, catalogue ou autres médias diffusant des informations contrevenant aux bonnes mœurs seront interdits et seront dans l’obligation de réparer les torts effectués auprès des âmes lésées. Toute personne pourra se porter partie civile pour obtenir un dédommagement financier auprès du média contrevenant à cet article.


    XV.
    Toutes les dispositions pour la stabilité de la gouvernance du royaume seront prises lorsque l’article I aura été complété. En outre, tous articles complémentaires seront rédigés à la suite de ceux-ci après la formation du gouvernement selon les conditions du roi.


    Spoiler:

      La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû - 5:44