Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Partagez
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Mar 9 Aoû - 16:19



    « Le manque de foi dans la Présence réelle est un des principaux problèmes de l’Église actuelle »

    « (...) Bien des catholiques sincères qui ont oublié qu’il faut garder le silence à l’église manquent également à la révérence due envers la Présence réelle de Notre-Seigneur dans l’Eucharistie. Il existe en effet aujourd’hui un état d’esprit qui tend à encourager la conversation à l’intérieur de l’église. (...) La vérité est que bien des braves gens oublient simplement où ils sont lorsqu’ils entrent dans une église. Le résultat est que beaucoup de nos églises partout dans le monde (car le phénomène est mondial) sont devenues des cafés géants où l’on converse avant, pendant et après le Saint Sacrifice de la Messe. Les gens qui parlent dans une église appartiennent à tous les niveaux de croyance et de pratique religieuse. Ceux qui communient tous les jours sont souvent les pires contrevenants, démontrant ainsi qu’ils sont incapables de rester tranquilles. Ils parlent, et parlent, et parlent sans arrêt. Certains se considèrent même terriblement offensés si la personne qui essaye de faire une prière mentale devant le Saint Sacrement leur en fait la remarque.
     
    Il est temps de se rappeler qu’une église n’est pas un endroit où l’on cause. On peut parler à l’extérieur de l’église, à table au cours d’un repas ou dans n’importe quel restaurant. Dans une église, il est distrayant, pour ne pas dire irrévérencieux, de bavarder sans arrêt de façon audible lorsque d’autres tentent de se mettre en présence du Seigneur par une prière mentale ou une profonde contemplation. Une telle attitude mine le respect envers la Présence réelle, fait de l’église une salle de réunion et dérange inutilement ceux qui tentent d’utiliser le temps dont ils disposent pour prier en silence et en paix.

    La culture dans laquelle nous vivons est bruyante et encombrée de toutes sortes de vains bavardages. Les gens ont de la difficulté à observer le silence où qu’ils soient. (…) Il est scandaleux que des fidèles catholiques se laissent aller à parler dans les églises et contribuent ainsi à faire perdre tout respect pour le Saint Sacrement. Le problème est plus profond encore. La plupart des catholiques ne sont pas bien catéchisés concernant le respect dû au Saint Sacrement. Il ne garde pas le silence à l’église et ne s’agenouillent pas devant le tabernacle parce qu’ils sont ignorants. Certains restent même debout devant le tabernacle et poursuivent des conversations animées. Ils ne se doutent pas à quel point un tel comportement peut être choquant et irrespectueux.

    A la différence des catholiques qui devraient le savoir (mais qui ont pris cette regrettable habitude), ceux de nos coreligionnaires qui n’ont pas été catéchisés suivent, dans bien des cas, l’exemple des prêtres qui ne vénèrent plus comme il se doit le Saint Sacrement. J’ai pu constater dans le monde entier un grand irrespect de la part des prêtres envers la Présence réelle de Notre-Seigneur. Comment les jeunes peuvent-ils acquérir un sens de dévotion et de révérence lorsque leurs modèles de rôle, particulièrement les prêtres et les religieux, encouragent véritablement un tel comportement dans l’église ?

    C’est pour cette raison que Mother Angelica [célèbre religieuse américaine] a deux frères de ses « Missionaries of the Eternal Word » qui se prosternent chaque matin devant l’autel au moment de la consécration à la Messe célébrée dans la chapelle Notre-Dame des Anges, à Irondale (Alabama). Elle sait que des actes de réparation doivent être accomplis pour les nombreux sacrilèges envers la Présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie. Le manque de foi dans la Présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie, ou une mauvaise compréhension de sa nature, est un des principaux problèmes de l’Église actuelle.

    Il ne peut pas y avoir de respect véritable pour le prochain si l’on n’accorde pas au Dieu tout-puissant la révérence et l’adoration auxquelles il a droit. Le désordre que nous voyons dans les églises du monde entier se répand dans toutes les communautés. Les gens qui traitent le sacré à la légère n’agiront pas autrement dans leurs activités ordinaires. Et les activités ordinaires qui perdent leur dimension sacrée (nous vivons chaque instant dans la Présence divine ; nous vivons pour glorifier Dieu dans tous les aspects de notre vie) deviennent bientôt des fins en elles-mêmes. C’est pourquoi tant de gens – catholiques y compris – trouvent aujourd’hui très difficile de voir un rapport direct entre l’ordre dans l’âme et l’ordre dans le monde. S’il n’y a pas d’ordre dans l’âme, lequel repose sur une juste ordonnance de sa relation avec le Christ et sa sainte Église, il ne peut y avoir dans le monde que désordre, confusion et haine. La promotion du silence à l’église est essentielle pour la paix et l’harmonie de l’âme. 

     
    J’invite les lecteurs à faire des photocopies de cet article. Donnez-les à vos amis et – avec la permission du curé – laissez-en à l’arrière de l’église. Peut-être quelqu’un pourra-t-il en profiter et en venir à comprendre qu’il existe des gens qui prennent au sérieux leur vie intérieure et qui veulent réellement pouvoir prier en silence et en paix.

    Ils ont droit à ce temps d’intimité avec le Christ, notre Grand Prêtre, sans être dérangé par les conversations de ceux qui ont adopté des habitudes irrespectueuses et irréfléchies devant le Saint Sacrement. Quoi que puisse vous dire tel prêtre ou tel liturgiste, soyez bien certains que la discipline traditionnelle de l’Eglise en cette matière est toujours en vigueur. Le Saint-Père lui-même a fréquemment parlé du besoin de tranquillité dans la prière, de la nécessité du silence et de la révérence devant le Saint-Sacrement. Les révolutionnaires liturgiques veulent abandonner tout sens du sacré au nom de la « communauté ».

    Mais toute communauté qui ne repose pas sur une profonde révérence envers le Saint Sacrement se dissoudra bientôt en une impiété dénuée de sens. Gardons le silence devant notre Seigneur et notre Roi. Taisons-nous lorsque nous sommes en face de sa Présence réelle. Et que Marie, Mère de l’Eucharistie, nous aide à entrer dans les profondeurs des trésors sacrés de ce très auguste sacrement d’Amour incarné par notre désir de prier ici avec ferveur en préparation pour l’éternité que vous vivrons au Ciel avec son divin Fils. »

    Source :
    « Le manque de foi dans la Présence réelle est un des principaux ...


    Dernière édition par Gilles le Mar 9 Aoû - 18:45, édité 2 fois


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Mar 9 Aoû - 16:37



    GARDONS LE SILENCE !
    par Thomas Droleskey

    La Federation of Diocesan Liturgical Commissions s’en prend à l’Adoration eucharistique perpétuelle. Cette attaque n’est toutefois pas uniquement le fait des théologiens et des liturgistes. Bien des catholiques sincères qui ont oublié qu’il faut garder le silence à l’église manquent également à la révérence due envers la Présence réelle de Notre-Seigneur dans l’Eucharistie.

    Il existe en effet aujourd’hui un état d’esprit qui tend à encourager la conversation à l’intérieur de l’église. Mais la plupart de ceux qui n’observent pas un silence révérenciel devant le Saint Sacrement n’ont pas lu les traités des liturgistes qui ont une conception émoussée des choses sacrées, et tout spécialement de l’Eucharistie. La vérité est que bien des braves gens oublient simplement où ils sont lorsqu’ils entrent dans une église. Le résultat est que beaucoup de nos églises partout dans le monde (car le phénomène est mondial) sont devenues des cafés géants où l’on converse avant, pendant et après le Saint Sacrifice de la Messe.

    Les gens qui parlent dans une église appartiennent à tous les niveaux de croyance et de pratique religieuse. Ceux qui communient tous les jours sont souvent les pires contrevenants, démontrant ainsi qu’ils sont incapables de rester tranquilles. Ils parlent, et parlent, et parlent sans arrêt. Certains se considèrent même terriblement offensés si la personne qui essaye de faire une prière mentale devant le Saint Sacrement leur en fait la remarque. Il est temps de se rappeler qu’une église n’est pas un endroit où l’on cause. On peut parler à l’extérieur de l’église, à table au cours d’un repas ou dans n’importe quel restaurant. Dans une église, il est distrayant, pour ne pas dire irrévérencieux, de bavarder sans arrêt de façon audible lorsque d’autres tentent de se mettre en présence du Seigneur par une prière mentale ou une profonde contemplation. Une telle attitude mine le respect envers la Présence réelle, fait de l’église une salle de réunion et dérange inutilement ceux qui tentent d’utiliser le temps dont ils disposent pour prier en silence et en paix.

    La culture dans laquelle nous vivons est bruyante et encombrée de toutes sortes de vains bavardages. Les gens ont de la difficulté à observer le silence où qu’ils soient. Cela est aussi vrai dans les stades de base-ball (où beaucoup de gens continuent à parler alors qu’on joue l’hymne national) que dans les cinémas (où ils jacassent continuellement sans se préoccuper de leurs voisins). Il est scandaleux que même des fidèles catholiques se laissent aller à parler dans les églises et contribuent ainsi à faire perdre tout respect pour le Saint Sacrement.

    Le problème est plus profond encore. La plupart des catholiques ne sont pas bien catéchisés concernant le respect dû au Saint Sacrement. Il ne garde pas le silence à l’église et ne s’agenouillent pas devant le tabernacle parce qu’ils sont ignorants. Certains restent même debout devant le tabernacle et poursuivent des conversations animées. Ils ne se doutent pas à quel point un tel comportement peut être choquant et irrespectueux.

    À la différence des catholiques qui devraient le savoir (mais qui ont pris cette regrettable habitude), ceux de nos coreligionnaires qui n’ont pas été catéchisés suivent, dans bien des cas, l’exemple des prêtres qui ne vénèrent plus comme il se doit le Saint Sacrement. J’ai pu constater dans le monde entier un grand irrespect de la part des prêtres envers la Présence réelle de Notre-Seigneur. Comment les jeunes peuvent-ils acquérir un sens de dévotion et de révérence lorsque leurs modèles de rôle, particulièrement les prêtres et les religieux, encouragent véritablement une tel comportement dans l’église ? C’est pour cette raison que Mother Angelica a deux frères de ses Missionaries of the Eternal Word qui se prosternent chaque matin devant l’autel au moment de la consécration à la Messe célébrée dans la chapelle Notre-Dame des Anges, à Irondale (Alabama). Elle sait que des actes de réparation doivent être accomplis pour les nombreux sacrilèges envers la Présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie.

    Le manque de foi dans la Présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie, ou une mauvaise compréhension de sa nature, est un des principaux problèmes de l’Église actuelle. Il ne peut pas y avoir de respect véritable pour le prochain si l’on n’accorde pas au Dieu tout-puissant la révérence et l’adoration auxquelles il a droit. Le désordre que nous voyons dans les églises du monde entier se répand dans toutes les communautés. Les gens qui traitent le sacré à la légère n’agiront pas autrement dans leurs activités ordinaires. Et les activités ordinaires qui perdent leur dimension sacrée (nous vivons chaque instant dans la Présence divine ; nous vivons pour glorifier Dieu dans tous les aspects de notre vie) deviennent bientôt des fins en elles-mêmes. C’est pourquoi tant de gens – catholiques y compris – trouvent aujourd’hui très difficile de voir un rapport direct entre l’ordre dans l’âme et l’ordre dans le monde. S’il n’y a pas d’ordre dans l’âme, lequel repose sur une juste ordonnance de sa relation avec le Christ et sa sainte Église, il ne peut y avoir dans le monde que désordre, confusion et haine.

    La promotion du silence à l’église est essentielle pour la paix et l’harmonie de l’âme. J’invite les lecteurs à faire des photocopies de cet article. Donnez-les à vos amis et – avec la permission du curé – laissez-en à l’arrière de l’église (où, je m’en rends compte, elles pourraient rapidement se perdre parmi les prospectus). Peut-être quelqu’un pourra-t-il en profiter et en venir à comprendre qu’il existe des gens qui prennent au sérieux leur vie intérieure et qui veulent réellement pouvoir prier en silence et en paix. Ils ont droit à ce temps d’intimité avec le Christ, notre Grand Prêtre, sans être dérangé par les conversations de ceux qui ont adopté des habitudes irrespectueuses et irréfléchies devant le Saint Sacrement.

    Quoi que puisse vous dire tel prêtre ou tel liturgiste, soyez bien certains que la discipline traditionnelle de l’Église en cette matière est toujours en vigueur. Le Saint-Père lui-même a fréquemment parlé du besoin de tranquillité dans la prière, de la nécessité du silence et de la révérence devant le Saint-Sacrement. Les révolutionnaires liturgiques veulent abandonner tout sens du sacré au nom de la « communauté ». Mais toute communauté qui ne repose pas sur une profonde révérence envers le Saint Sacrement se dissoudra bientôt en une impiété dénuée de sens.

    Gardons le silence devant notre Seigneur et notre Roi. Taisons-nous lorsque nous sommes en face de sa Présence réelle. Et que Marie, Mère de l’Eucharistie, nous aide à entrer dans les profondeurs des trésors sacrés de ce très auguste sacrement d’Amour incarné par notre désir de prier ici avec ferveur en préparation pour l’éternité que vous vivrons au Ciel avec son divin Fils.

    Source: maranatha.mmic.net


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    sofoyal

    Masculin Messages : 555
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Localisation : gironde
    Idéal : Chrétien

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par sofoyal le Mar 9 Aoû - 19:05

    Vous postez en ce moment des articles édifiants @Gilles!
    Merci!
    Mais pourquoi rester empêtré dans les articles politiques boueux comme celui sur l'étrange Mr Trump?

    Ce n'est pas tant pour moi qui ne les lit pas mais pour vous que je le dis...
    Et accessoirement pour les gens en quêtes de spiritualité sur les forums.
    Ne vous en faites pas , je ne vous balance pas la vérité vraie comme un roc qui écrase tout.
    C'est seulement un point de vue personnel.

    Merci pour tout vos articles spirituels, ou simplement humain, au sens noble du terme!
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Mer 10 Aoû - 15:42



    Comme au temps de Jésus, aujourd'hui encore beaucoup de gens doutent de la présence réelle du Christ dans le pain et le vin eucharistiques. Ils se demandent : Comment cela peut-il se faire ? Est-il possible à notre intelligence d’accepter une chose pareille ?

    C'est vrai, notre intelligence humaine n'est pas capable de capter cette présence mystérieuse, mais réelle, du Christ dans l'Eucharistie. Ce n'est qu'avec les yeux de la foi que nous pouvons expérimenter cette présence réelle et intime du Christ.

    La présence du corps du Christ dans le pain et le vin eucharistiques n'est pas une présence physique, c’est-à-dire une présence matérielle de son corps biologique, comme si l'on pouvait dire : “ Jésus est ici, assis à table, à côté de moi N’oublions pas que le corps du Christ, après sa mort et sa résurrection, est pour toujours un corps glorifié, un corps transformé, céleste, qui se fait réellement présent parmi nous dans le pain et le vin consacrés. C’est une présence réelle du corps du Christ ressuscité. Pas une présence matérielle du Christ, mais une présence terrestre de son corps glorifié.

    Autrement dit : à travers un geste visible (manger et boire le pain et le vin eucharistiques) le croyant participe à une réalité invisible mais réelle, car il entre réellement en communion avec le Christ ressuscité et glorifié. C'est un sacrement, c'est-à-dire un signe externe qui contient une réalité surnaturelle.

    Dans la Cène du Seigneur (la Sainte Messe) notre foi nous mène à recevoir comme corps et sang du Christ quelques aliments qui ne semblent être que du pain et du vin. Mais c'est à travers ces signes sacrés ou sacrements que le Christ devient réellement pour nous nourriture et vie.

    La communion eucharistique est le cœur de la vie de l'Église, car l'Église est avant tout famille, communion. C’est là que nous pouvons expérimenter, déjà sur cette terre, notre “ commune union " (communion) avec le Christ et entre nous. Et c'est pourquoi chaque dimanche et même chaque jour les chrétiens se rassemblent pour célébrer ce mystère de la foi.



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Jeu 11 Aoû - 16:41



    Enseignement de Notre Seigneur concernant l’Eucharistie…d’après les écrits de Maria Valtorta

    Enseignement de Jésus
    Jésus dit :
    Qu’est-ce que l’Eucharistie ?


    Le plus grand des miracles de Dieu, le plus Saint.
     
    C’est Dieu lui-même. 
    C’est Dieu parce que dans l’Eucharistie se trouvent le Fils de Dieu, Dieu comme le Père, Dieu fait chair par l’Amour
    autrement dit par Dieu qui est Amour et par l’opération de l’Amour, c’est à dire de la Troisième Personne -…
    Moi qui suis l’Auteur de ce miracle qui témoigne de la puissance de Dieu et de sa nature – l’Amour -, je rends honneur à ce Miracle, 
    Pour vous affirmer qu’il est Vrai, 
    Pour vous affirmer qu’il est Saint, 

    • Pour vous affirmer qu’il doit être Vénéré
    • avec le plus grand des Respects.

     
    Voilà pourquoi je t’apparais ( A Maria Valtorta pendant la communion et à gauche du Prêtre) en tant que Maître, et non en tant que Jésus Glorieux.
    Ce dernier ne pourrait rien adorer. C’est à Lui que vont les Adorations de tout ce qui existe, puisqu’il est le Dieu  retourné à son Royaume.
    Mais le Fils de l’Homme peut encore montrer sa volonté de vénérer l’Arche qui me contient en tant que Dieule Pain Eucharistiqueet je le fais, pour vous apprendre à en faire autant.
    Pourquoi est-ce que je me tiens à gauche?
    Encore une fois à titre d’enseignement.
    Tant que le prêtre accomplit ses Fonctions Sacerdotales, il est digne du plus grand respect
    Ce qui doit vous l’assurer, c’est le fait que j’obéisse à son commandement et que je descende,

    • En tant que Sang, vous laver le Coeur et, 
    • En tant que Chair, vous nourrir l’Âme.

    Apprenez de Moi, qui suis Humble, à avoir de l’humilité.

    Extrait de Maria Valtorta 
    (voir Contribution Enseignements sur blog)
    Lire la suite ici :
    2) http://citationspirituelles.blogspot.fr/2015/03/l-2.html
    3) http://citationspirituelles.blogspot.fr/2015/03/eucharistie-3_4.html

    Source : Enseignement de Notre Seigneur concernant l'Eucharistie…d'après ...



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Sam 13 Aoû - 16:31



    L’Eucharistie en 2016: L’analyse du Cardinal Sarah - Beaucoup de nos liturgies deviennent des spectacles


    Le cardinal Robert Sarah est le préfet de la Congrégation pour le culte divin. Il parle en expert et n’hésite pas à indiquer ce qu’il faut changer : d’où l’intérêt de son entretien à Famille chrétienne (23/05).


     
    Le cardinal rappelle des points catholiques fondamentaux :
    « remettre l’eucharistie au centre de notre vie »,
    « replacer Dieu au centre de la liturgie » (notamment redécouvrir le rôle du silence),

    redécouvrir que « l’assemblée, avec le prêtre à sa tête, est comme aspirée par le mystère de la croix au moment de l’élévation »,
     – reconnaître la liturgie comme « oeuvre de Dieu« , ce qui implique « une vraie conversion du coeur »,
    procéder à « un travail de formation«  pour « retrouver la sacralité et la beauté de la liturgie« ,
    rétablir dans la richesse théologique et l’intégralité des « formules du Missel romain »  leur traduction française (le pape en a confirmé la nécessité au cardinal Sarah le 2 avril dernier)…
    Trois idées dans l’entretien sont particulièrement frappantes :
    « la participation des fidèles ne saurait être comprise comme la nécessité de ‘faire quelque chose‘ ; elle consiste  à se laisser entraîner à la suite du Seigneur dans le mystère de sa mort et de sa résurrection » ;
     » on ne va pas à la messe pour assister à une représentation : on y va pour participer au mystère de Dieu, a rappelé le pape tout récemment » ;
    « seul un regard trempé dans une foi contemplative nous gardera de réduire la liturgie à un spectacle où chacun aurait un rôle à jouer. »
     
    En foi de quoi le cardinal appelle à rectifier certaines dérives :
    « beaucoup de nos liturgies deviennent des spectacles« ,
    « en cherchant à inventer des liturgies créatives ou festives, nous courons le risque d’un culte trop humain, à la hauteur de nos désirs et de nos modes du moment »,
    « si les célébrations liturgiques se transforment en autocélébrations humaines, le péril est immense car Dieu disparaît« ,
    « une Église refermée sur elle-même en un cercle clos aurait perdu sa raison d’être. »
    L’analyse du cardinal est à prendre au sérieux. On ne doit pas la lire en projetant distraitement sur elle les vieux stéréotypes des années 1970-1980. Ces années-là avaient sans doute vu une désacralisation en France ; violant les consignes de Vatican II, la pratique liturgique avait souvent suivi la sécularisation et le relativisme qui étaient les modes de l’époque. Mais c’était il y a quarante ans… Aujourd’hui d’autres « modes du moment » (selon la formule du cardinal) influencent des laïcs.
    Pleins de bonnes intentions, mais croyant que la célébration dépend de leur créativité musicale*, certains animateurs liturgiques paroissiaux produisent des animations problématiques : le volume sonore et le syncopé dispersent l’attention et l’éloignent de l’action de l’autel. Dans certaines « messes des jeunes » avec instruments, chorale, soliste avantageuse et chants happy-clappy (souvent en anglais**), le spectacle supplante la liturgie.
    C’est ce que le cardinal Sarah appelle « l’autocélébration ». Et c’est un tout autre problème que la dérive progressiste d’autrefois… Certaines églises sont bondées ces dimanches-là ? Tant mieux : mais le défaut n’en est que plus sensible.
    Loin de nous les nostalgies de pompons-dentelles ou de rubricisme à l’ancienne… (D’ailleurs les communautés tridentines ne sont pas exemptes non plus du danger d’autocélébration, sous une autre forme plus subliminale).  C’est de problèmes d’aujourd’hui que parle le cardinal préfet de la Congrégation du culte : le « chauffer la salle« , qui est étranger à la liturgie catholique ; la greffe du tapage sur la messe, qui produit une incohérence profonde.
    Qu’on ne réponde pas au cardinal – comme je l’ai entendu dire ailleurs : « ce n’est pas parce qu’on est chrétien qu’on doit s’isoler » ! Ce n’est pas « s’isoler » que de dire avec l’Église : « il n’est pas concevable que n’importe quelle musique ait sa place dans le culte chrétien », et « l’Esprit Saint, qui conduit au Logos, suscite une musique qui élève le coeur – le sursum corda de la liturgie. Loin de la dissolution dans l’ivresse informe, c’est l’intégration de l’homme tout entier dans ce qui l’élève qui forme le critère d’une musique selon le Logos… » ***
     
    * Pourquoi tant d’équipes paroissiales mettent-elle au placard le vaste répertoire Gouze-Emmanuel (etc) au profit de petits airs discordants et souvent inchantables ? Il faudrait étudier les causes psychologiques conduisant à exclure les mélodies amples pour les remplacer par du saccadé.
    ** Pourquoi en anglais ? Pourquoi remplacer – dans une paroisse de la région parisienne  – le Gloria par Glory glory Hallelujah et le Kyrie par Bless my soul O Lord ?  Jusqu’à nouvel ordre, le globish n’est pas plus vernaculaire en France que le latin ou le grec.
    *** Joseph Ratzinger, L’esprit de la liturgie, Ad Solem 2002.
    Le futur Benoît XVI y écrit aussi : « L’homme devrait s’inspirer de la musique intérieure du cosmos et de son ordonnance, et faire résonner sa musique du ‘chant fraternel’ des sphères célestes… »


    source: https://gloria.tv/article/BSNQ3L1M8G3
    http://plunkett.hautetfort.com/archive/2016/05/26/l-eucharistie-en-2016-l-analyse-du-cardinal-sarah.html#more


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Dim 14 Aoû - 19:53



    Comment recevoir la communion avec respect

    À Lourdes, pendant l’adoration eucharistique, Benoît XVI a déclaré :
    « Chaque fois que nous mangeons le Corps du Christ, chaque fois que nous Le contemplons, nous L’annonçons jusqu’à ce qu’Il revienne. C’est pourquoi, nous Le recevons avec un infini respect. » (14 septembre 2008).

    Voici donc le rappel de quelques attitudes fondamentales :

    1. Peuvent communier les personnes qui remplissent les conditions requises par l’Église catholique. Ainsi, le Catéchisme de l’Église Catholique (n° 1355) cite les propos de saint Justin de Rome (2e siècle) : « Personne ne peut prendre part à l’Eucharistie s’il ne croit pas à la vérité de ce qu’on enseigne chez nous, s’il n’a pas reçu le bain pour la rémission des péchés et la nouvelle naissance (le baptême NDLR) et s’il ne vit selon les principes du Christ. »
    Il précise : « Celui qui veut recevoir le Christ dans la communion eucharistique doit se trouver en état de grâce. Si quelqu’un a conscience d’avoir péché mortellement, il ne doit pas accéder à l’Eucharistie sans avoir reçu préalablement l’absolution dans le sacrement de Pénitence. » (n° 1415).

    2. En France, depuis 1969, chacun a la possibilité de recevoir la communion dans les mains ou dans la bouche.
    « Lorsque les fidèles communient debout, il est recommandé qu’avant de recevoir le Sacrement, ils fassent le geste de respect qui lui est dû. » (Instruction Redemptionis Sacramentum n° 90).
    En tout état de cause, personne ne « prend » l’hostie : il convient que le geste choisi exprime l’accueil du Don de Dieu. (cf. Présentation Générale du Missel Romain n° 160).

    Saint Cyrille de Jérusalem (3e siècle) préconisait : « Reçois le Corps du Christ, disant : “Amen !“. Avec soin alors, sanctifie tes yeux par ce saint Corps. (…) Si l’on t’avait donné des paillettes d’or, ne les retiendrais-tu pas avec le plus grand soin ? » De son côté saint Augustin (4e siècle) dit : « Tu entends “Le Corps du Christ“, et tu réponds “Amen !“. Sois membre du Corps du Christ, afin que ton “Amen !“ soit vrai. »

    3. Il est clair que personne, sous aucun prétexte, n’emporte une parcelle d’hostie consacrée. « Il faut veiller attentivement à ce que l’hostie soit consommée aussitôt par le communiant devant le ministre, pour que personne ne s’éloigne avec les espèces eucharistiques dans la main. » (RS n° 92).

    4. Le missel indique que pendant le temps de la communion tous demeurent debout, à moins, évidemment, que l’état de santé ne l’empêche (n° 43). « Après la communion, le silence permet la louange et la prière intérieure (PGMR n° 45).

    5. Lorsque l’on juge utile que des enfants qui n’ont pas encore fait leur première communion s’avancent dans la procession, c’est seulement au prêtre qu’il convient de les bénir. Chaque parent a la faculté de bénir ses enfants, il n’est pas utile de les faire bénir pendant la messe par un autre laïc.

    6. En dehors de la messe, un culte doit être rendu au Saint Sacrement : cela va de la pratique de l’adoration eucharistique à la génuflexion devant le tabernacle.



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Marylie

    Féminin Messages : 796
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Marylie le Jeu 18 Aoû - 10:20

    Et quand on applaudit pour l'anniversaire de quelqu'un? Cela me choque et me blesse. On dirait que beaucoup n'ont pas conscience de la présence de Jésus..... Seigneur prends piti


    _________________
    Sursum corda
    avatar
    Emmanuel
    Administrateur

    Masculin Messages : 1068
    Date d'inscription : 16/01/2016

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Emmanuel le Jeu 18 Aoû - 18:45

    Oui, plutôt que de protéger l'esprit de recueillement qui doit toujours être présent dans une église, beaucoup cherchent à transformer celles-ci en banales salles communautaires.
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Jeu 18 Aoû - 19:00


    Soulignons quelques dispositions pour communier dignement...


    1) L'état de grâce: personne n'est obligé de communier à toutes les Messes mais pour communier, recevoir Jésus dans son coeur, il faut être en état de grâce, c'est-à-dire avoir la Vie de Dieu dans son âme - la Vie Divine - être en amitié avec Dieu. (Donc, ne pas avoir de péché mortel sur la conscience.) Ceci est la première condition. Cela ne veut pas dire que si, par malheur, l'âme commet un péché mortel, elle ne peut plus aller communier pour le reste de sa vie, mais non! Si l'âme commet  une telle faute : elle demande tout-de-suite pardon à Dieu dans son coeur ; elle va, le plus tôt possible, rencontrer un Prêtre pour faire une bonne confession et en accomplissant sa pénitence. Le Sacrement de la Pénitence et de la Réconciliation permet à l'âme de retrouver l'amitié avec le Bon Dieu et elle peut, à nouveau, profiter de tous les effets merveilleux de la Communion.

    Pourquoi faut-il être vivant spirituellement? Dans l'ordre de la nature humaine, on ne donne pas de nourriture à un mort... Ainsi en est-il de l'âme qui se nourrit spirituellement par l'Eucharistie. Il faut avoir la robe de noces dont parle l'Évangile : être revêtu de la robe nuptiale. «L'état de Grâce» est comme la robe de noces qui distingue les amis de Dieu. Celui qui reçoit la sainte Communion sans être en état de Grâce reçoit Jésus, mais ne reçoit pas ses Grâces, bien au contraire : il fait un sacrilège ; il profane le Corps de Jésus ; Saint Paul nous encourage à l'examen de conscience avant la communion car nous devrons répondre d'un grave manque de respect envers Jésus présent tout entier, dans l'Eucharistie. Avant de communier, il faut donc voir si l'on vit en amitié avec Dieu. (C.E.C.#1385-1457)

    2) L'intention droite. Les Israélites, dans le désert, n'avaient pas tous une intention droite en cueillant la manne: il y en a qui voulaient en prendre trop, ou dans des temps défendus. Ceux-là avaient  de mauvaises intentions.

    Après la multiplication des pains, il y avaient des Juifs qui recherchaient Jésus, non parce qu'ils voulaient nourrir leur âme de la Parole de Dieu, mais parce qu'ils voulaient bien manger. Leur intention n'était pas droite. Jésus leur a dit: «Vous ne me cherchez pas parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés.» (Jean 6,26)

    Si l'on communie par routine, pour faire comme les autres, pour plaire à ses parents ou à certains amis, ou pour montrer ses vêtements, tout cela ne démontre pas une intention droite.

    Une intention droite : c'est celle qui va droit au but voulu par Jésus. Par exemple : communier pour devenir meilleur ; pour obtenir des Grâces ou des «Biens spirituels» tels : la Sainteté ; l'Amour de Dieu afin de mieux correspondre à Sa Sainte Volonté ; la Lumière pour avoir la claire vision de ce que l'on doit faire ; l'Humilité, la Pureté, l'Obéissance, etc...

    3) Observer le jeûne eucharistique: s'abstenir de nourriture solide, une heure avant la Communion.

    L'attitude corporelle (gestes, et vêtements) traduira le respect, la solennité, la joie de ce moment où le Christ devient notre hôte. (C.E.C.#1387)

    De même que, lorsque nous allons à une fontaine, nous emportons d'autant plus d'eau que le contenant que nous avons pris est plus grand, ainsi, nous retirons de la Communion d'autant plus de Grâces que les dispositions que nous apportons sont  plus parfaites. Pour ce motif, il est très utile et il convient d'avoir une âme et un coeur purs.

    On peut se demander parfois s'il est bon de recevoir souvent la Sainte Communion ?


    Oui, il est bon, et parfois nécessaire, de recevoir souvent la Sainte Communion qui augmente en nous la Grâce et nous fortifie contre le Mal. Le désir de l'Église est que nous recevions la Sainte Communion tous les jours. La Sainte Communion n'est pas la récompense de la Sainteté, mais le meilleur moyen d'y arriver, puisqu'elle est le vrai remède à nos passions et la source des Grâces. La Communion fréquente et quotidienne, c'est le «régime normal» de tout Baptisé en état de Grâce.

    Jésus a dit : «Mon Corps est vraiment une nourriture», or une nourriture doit être prise assez souvent et régulièrement, sans cela nous mourrons. Tel est le désir de Notre-Seigneur dont les «délices sont d'habiter avec les enfants des hommes» et qui a voulu être dans l'Eucharistie, «notre Pain de chaque jour»; et c'est aussi le désir de l'Église qui souhaite, qu'à «chaque Messe», les fidèles ne se contentent pas de communier spirituellement, mais reçoivent encore réellement le Sacrement Eucharistique (Concile de Trente).

    Les seules conditions à remplir pour répondre aux désirs de la sainte Église de communier tous les jours, sont d'être en état de grâce, d'observer le jeûne prescrit et de s'approcher de la sainte Table avec droiture et piété. Cette droiture et cette piété consistent à communier, non par routine, par vanité, ou pour des motifs humains, mais pour répondre au désir de Dieu, pour s'unir plus étroitement à Lui par la charité, pour résister à nos faiblesses et à nos défauts par ce Divin remède de la fréquente communion.

    Tous les Chrétiens sont donc invités à communier tous les jours, même les enfants dès qu'ils ont le discernement suffisant, qu'ils sont instruits des principaux Mystères de notre sainte Religion, qu'ils savent distinguer par là, le Pain Eucharistique du pain ordinaire. La Sainte Église désire voir se presser à la Table Sainte : les pauvres et les riches, les professionnels et les étudiants, les Parents et leurs enfants, les grands-Parents et les célibataires, les Religieux, les chercheurs de Vérité, bref, tous les membres du Corps Mystique du Christ!

    En Résumé...


    Comme nous sommes chanceux! Le Baptême nous a faits «Enfants de Dieu» et, par l'Eucharistie, nous pouvons communier à la «Table de Dieu», à la «Table Sainte» où Jésus se donne en nourriture. Nous avons la joie de faire UN avec Jésus, de recevoir ses Grâces, et surtout, nous avons la Promesse du Ciel !

    Nous ne devons pas, cependant, oublier que Jésus est Dieu: voilà pourquoi, nous avons le soin de nous présenter à Lui. Jésus n'a qu'un seul désir : c'est celui de voir ses enfants Le recevoir le plus souvent possible. Il sait que la Sainte Communion est un excellent moyen qui aide à aimer et à servir Dieu, notre Père du Ciel.

    Comment aussi, ne pas ressentir le besoin renouvelé de demeurer longuement devant Jésus, présent dans l'Eucharistie et le Saint-Sacrement? Ici, nous pouvons parler de «l'art de la prière», et cela s'apprend, et s'exprime, en conversation spirituelle avec Jésus ; en adoration silencieuse ; en attitude d'amour. Le Saint-Père disait à ce propos : «Bien des fois, chers Frères et Sœurs, j'ai fait cette expérience et j'en ai reçu force, consolation et soutien!»

    Parmi toutes les dévotions, l'adoration de Jésus dans le Saint-Sacrement est la première après les Sacrements, la plus chère à Dieu et la plus utile pour nous. L'Eucharistie est un trésor inestimable : la célébrer, mais aussi rester en adoration devant elle en dehors de la Messe, permet de puiser à la source même de la Grâce.

    En contemplant le Visage de Jésus, dans le culte Eucharistique, les fruits de la Communion au Corps et au Sang du Christ se prolongent et se multiplient dans notre vie.
     

    Capsules de gentillesse : l'Action de grâce


    Si nous devons nous préparer à bien communier par des actes intérieurs d'humilité, de contrition, de charité, d'amour et de désir, il faut, après avoir reçu Jésus dans notre coeur, faire notre «action de Grâce», c'est-à-dire Le remercier ; L'adorer ; Lui demander les Grâces dont nous avons besoin.

    Voici, en quelques mots très simples, une petite formule pour tenir notre esprit attentif à Dieu qui est présent en nous. Ces actes d'adoration, de remerciement, de demande, d'offrande ainsi que la résolution sont contenus dans un seul mot mnémotechnique* (du mot mnémonique, qui est un art d'aider, de cultiver la mémoire). C'est donc un mot latin, facile à retenir : «ARDOR» qui veut dire ardeur, ferveur, amour ; n'est-ce pas que cela exprime bien ce qu'est l'Action de grâce ?...

    1) Adoration 2) Remerciement 3) Demande 4) Offrande 5) Résolution.

    Que ferons-nous maintenant pour répondre au désir de Jésus qui veut venir en nous par son Eucharistie? Invitons Marie à notre Messe, demandons-lui de bien nous préparer à notre communion et prions- la de nous aider à faire notre «Action de Grâce». Notre Messe sera bien différente.

    Source : Chapitre 2: l'Eucharistie édifie l'Église


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Sam 20 Aoû - 15:34



    « Certains de mes enfants ne croient plus à l’Eucharistie. Vous trahissez mon Fils dans votre cœur et c’est à cause de cela que vous aurez à souffrir.

    Certains de mes prêtres trahissent mon Fils Jésus-Christ. Ils sont devenus ses bourreaux et beaucoup de brebis s’égarent car ils ne sont plus là pour elles, comme de bons bergers.

    L’apostasie grandit dans l’Église car plusieurs de mes enfants renient leur foi.

    Les temps sont difficiles, car le mensonge vous envahit. Ceux qui ne croient plus en l’Eucharistie cherchent à attirer mes enfants dans leurs mensonges. Soyez très vigilants. Les ténèbres ont envahi les lieux saints et le cœur de certains de mes prêtres.

    Mon Fils vient agir avec puissance pour affronter les ténèbres. Il ne peut plus supporter de voir Ses enfants se perdre. C’est pour vous guider dans la lumière de l’Esprit-Saint qu’Il vous envoie Ses prophètes et Ses signes. Cessez de les persécuter.

    Revenez vers mon Fils bien-aimé, unissez-vous à Sa miséricorde, à Son amour. »

    Message de la Vierge Marie reçu par Micheline Boisvert 
    Tome 2, avril 2000 en la semaine sainte, pages 102 et 103



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Sam 20 Aoû - 19:19



    Lorsque le célébrant allait donner la bénédiction, la Sainte Vierge dit: "Fais attention ! Écoute bien ! … Vous faites n'importe quel signe plutôt que le Signe de la Croix. Souvenez-vous que cette bénédiction pourrait être la dernière que vous receviez des mains d'un prêtre. Vous ne savez pas si vous aurez encore l'opportunité de recevoir une bénédiction d'un autre prêtre. Ces mains consacrées vous donnent une bénédiction au Nom de la Saint Trinité. Ainsi, faites le Signe de croix avec respect, comme s'il allait être le dernier que vous alliez faire pour le reste de votre vie."

    Combien nous perdons, en ne comprenant pas et en ne participant pas chaque jour, à la Sainte Messe ! Pourquoi ne pas faire l'effort de commencer notre journée une demi-heure plus tôt et courir à la Sainte Messe et recevoir toutes les bénédictions que le Seigneur veut verser sur nous ?

    Je suis consciente qu'à cause de leurs obligations, ce n'est pas tout le monde qui peut aller à la Messe tous les jours, mais au moins deux ou trois fois par semaine. Tant de personnes manquent la Messe le dimanche pour les moindres excuses: ils ont un enfant, ou deux ou dix et alors ils ne peuvent assister à la Messe. Comment les personnes s'organisent-elles quand elles ont d'autres engagements importants: Ils amènent tous leurs enfants ou ils y vont chacun leur tour et le mari va à une heure et son épouse à une autre. Ainsi accomplissent-ils leur devoir envers Dieu.

    Nous avons du temps pour étudier, pour travailler, pour recevoir, pour se reposer mais NOUS N'AVONS PAS DE TEMPS AU MOINS LE DIMANCHE, POUR ALLER À LA SAINTE MESSE.


    Suite de l'article en entier : La Sainte Messe - Vers Demain
    Catalina
    Missionnaire laïque du Cœur eucharistique de Jésus




    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Maranatha

    Féminin Messages : 86
    Date d'inscription : 16/05/2016
    Localisation : Diocèse de Tulle

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Maranatha le Mar 23 Aoû - 11:26

    Cette année aux JMJ de Cracovie, un prêtre français enseignait aux jeunes qu'il ne croyait pas à la présence réelle de Jésus dans l'ostie, il disait que c'était symbolique... ce genre d'enseignement affaibli la foi des jeunes. Surtout pour aller assister un rituel uniquement "symbolique".
    Ce sont certains jeunes qui au contraire tentaient de lui faire entendre le contraire. C'est le monde à l'envers.

    Qu'en est-il quand un prêtre célèbre la messe en ne croyant pas en la présence réelle ?
    Est ce que c'est toujours "valide" ? Je veux dire si il prononce les mots en se disant c'est philosophique et non réellement le Christ...
    avatar
    Marylie

    Féminin Messages : 796
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Marylie le Mar 23 Aoû - 13:55

    C'est valide . Seul un prêtre peut offrir le sacrifice :même Marie, tous les anges, personne d'autre ne peut.
    Mais c'est triste pour ce prêtre qui est comme les pharisiens qui à l'époque ne croyaient pas que Jésus était Fils de Dieu .
    De nos jours, même chose avec la sainte Hostie:" ce n'est pas le Corps du Christ."(cf. Alan Ames) Seigneur prends piti


    _________________
    Sursum corda
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Mar 23 Aoû - 16:10



    Il faut réapprendre à nous agenouiller !

    Se mettre à genoux pendant la messe est-elle une pratique désuète ? Sans suspens, nous vous répondons « non » ! Nous voyons bien que nous vivons dans une société qui à bien des égards a perdu toute révérence pour les choses saintes et sacrées. Ce manque de révérence et de respect semble s’illustrer par la difficulté à se mettre à genoux devant Dieu ce qui peut, entre autres, refléter un manque d’humilité.  Laissons tout d’abord Joseph Ratzinger nous en parler :
    « Il se peut bien que l’agenouillement soit étranger à la culture moderne – pour la bonne raison que cette culture s’est éloignée de la foi. Elle ne connaît plus Celui devant lequel l’agenouillement est le seul geste nécessaire. La foi apprend aussi à nous agenouiller. C’est pourquoi une liturgie qui ne connaîtrait plus l’agenouillement serait intrinsèquement malade. Il faut réapprendre à nous agenouiller, réintroduire l’agenouillement partout où il a disparu, afin que, par notre prière, nous restions en communion avec les apôtres et les martyrs, en communion avec le cosmos tout entier, en union avec Jésus-Christ. »
    (Cardinal Joseph Ratzinger (Benoît XVI), extraits de L’Esprit de la liturgie, Ad Solem, 2001.)
    Etre à genoux exprime l’adoration et la vénération de notre Seigneur , c’est un signe d’humilité et de vulnérabilité. Seuls les humbles et les plus vulnérables devant Dieu peuvent recevoir sa grâce et de la miséricorde. L’agenouillement est un moyen d’exprimer cette vérité .
    Un signe convaincant que la catéchèse eucharistique est efficace chez les fidèles est certainement la croissance, en eux, du sens du mystère de Dieu présent parmi nous. (…) Je pense, d’une manière générale, à l’importance des gestes et des postures, comme le fait de s’agenouiller pendant les moments centraux de la prière eucharistique.
    (Benoît XVI, Exhortation Apostolique Post-Synodale Sacramentum Caritatis (65), 22 février 2007)

    Au cours de la Sainte Messe, en forme ordinaire, trois moments sont propices pour adopter l’attitude du pécheur face à la Sainteté de Dieu, l’attitude d’adoration de l’agenouillement :

    • Au début de la messe lorsque nous demandons pardon (Kyrie), en signe d’humilité 

    • Lors de la consécration pour manifester que c’est le Christ qui vient dans l’hostie, en signe d’adoration.

    • Lors de la communion en signe de respect et de dignité face au corps du Christ que nous recevons.


    Et @silvedepik nous a fait justement remarquer que la forme extraordinaire nous offre deux occasions supplémentaires de fléchir le genoux devant le Christ :

    • prière au bas de l’autel (avant le Gloria)

    • et durant le Domine non sum dignus , ce qui est également très beau lors de la forme ordinaire.


    Nous pouvons ainsi mettre en application la phrase de Saint Paul :
    « afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux et sur la terre et sous la terre  » (Philippiens 2:10).
    Comme saint Paul , mettons nous à genoux pendant la messe et humblement l’adorons humblement notre Seigneur, Jésus Christ.

    Source :



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Ven 26 Aoû - 16:21

    EUCHARISTIE, FORCE DES VIVANTS




    Citations reprises dans le livre : Mon plus beau cadeau : l’Eucharistie Messages de Jésus transmis à sa messagère FILLE du SOLEIL


    « ...Si vous connaissiez l’importance de la Sainte Messe, vous y participeriez un peu plus souvent et vous auriez un peu plus de respect pour les ministres de mon Fils à qui ce grandiose pouvoir a été donné lors du Sacrement de l’Ordre…
     
    Leurs mains sont purifiées dans ma Lumière avant même que la transsubstantiation se produise.
    Croyez que mon Fils est réellement présent en la Sainte Hostie, vous ne comprendrez ce miracle qu’au Ciel… »


     
     
    « ...Je désire l’unité de tous les chrétiens du monde célébrant les fêtes religieuses à la même date, se nourrissant du Pain de Vie descendu du Ciel, autour de la même Table, dans un même esprit… »
     
     
    « ... Je suis Eucharistie, Tête de mon Église. Sans mon Eucharistie, Pain de Vie éternelle, les membres se détachent du Centre Vital nécessaire à leur âme…
     
    En vérité, je vous le dis, tous les chrétiens en règle des diverses confessions doivent se nourrir régulièrement, fréquemment et obligatoirement de mon Corps, mon Sang, mon Âme et ma Divinité, afin de réparer mon Corps mutilé qui deviendra, grâce à ce véritable sacrement d’Amour vivant, régénérant, une Église unie, sainte, saine et harmonieuse, pour la plus grande gloire de la Trinité Sainte et la leur… »
     
     
    « ...Génération à l’inclination perverse, la manne que je vous offre descend directement du Ciel. Ce que je vous donne ne ressemble en rien à ce que vos pères ont mangé… Cette nourriture apaise les affamés, abreuve les assoiffés, elle attire à Elle, les âmes prédestinées…
     

    Israël ! Rejetteras-tu Celui





    qui s’offre à toi pour te sauver?… »





     
     
    « …J’appelle mon peuple à venir à moi dans l’Eucharistie... Mes prêtres! Réalisez-vous la grandeur de votre mission? Sans vous, je ne pourrais m’unir à mes enfants… Sans vous, les péchés de mon peuple ne pourraient être absous et lavés…
    Mes prêtres, sans vous mes petits ne pourraient recevoir mes sacrements d’Amour. Je les ai institués pour vous, pour eux…Votre mission est capitale… »
     
     
    Réalisez-vous mes serviteurs à quel point j’ai besoin de vous… »Implorez mon Pardon pour vos fautes, confessez-vous, allez de l’avant et ne vous découragez jamais… »
     
     
     
    « … Attirez mes âmes à mon Eucharistie... Donnez-moi à elles dans le plus grand des respects… »
     
    « ... Honorez ma Présence réelle, ne faites plus de ce Sacrement un sacrilège… Je Suis… » « .. l’Eucharistie est le moyen le plus rapide de venir à moi… »
     
    « …En l’Eucharistie, vous possédez mon Fils, vous possédez l’Autorité Suprême. Nul au Ciel n’a été aussi près de mon Fils que vous, lorsque vous le recevez en vous-mêmes.
     
     
    Parents, placez l’Eucharistie au centre de votre vie familiale, n’enlevez pas à vos enfants ce qu’il y a de plus précieux pour leur âme… »
     
    « Tu as le Ciel devant toi, tout le Ciel est contenu dans ce petit morceau de Pain… Laisse ton regard posé sur Moi, ma beauté te séduit… »
     
    « … Qui se nourrit de mon Corps et de mon Sang, se nourrit de la plénitude de l’Être Suprême et devient reflet de moi-même.
     

    La beauté d’une telle âme ravit les anges du Ciel qui s’émerveillent de la Toute Puissance du Très-Haut et de son Amour pour les âmes… »
     
    « ...Quiconque éloigne mes petits de la Sainte Eucharistie, de ma Sainte Mère et du Saint Père ne fait pas ma Volonté mais celle de mon adversaire… »
     
     
    « … Il y a de belles âmes en tout lieu, cependant en mon Eucharistie, je veux les élever à ma plus grande gloire. Votre tâche est de la faire aimer au monde entier… »
     
    « …L’âme qui me reçoit en elle irradie mon Amour et ma Lumière, l’assemblée devient Lumière; Les âmes qui communient spirituellement sont immergées elles aussi dans cet ineffable bain d’Amour, toutes deviennent Un avec Moi, c’est la communion des Saints… »
     
     
    « …Mon Eucharistie est Magnificience Suprême, Grâce des grâces, Don des dons du Ciel. Qui renouvelle en lui ce précieux Trésor ne peut périr parce que je lui laisse à chaque fois, la marque de l’Éternité Bienheureuse… »
     
     
    « …Mangez-Moi! Buvez-moi! Je suis votre Elixir de Vie, votre Force perpétuelle… Profitez de ces grâces que le Père vous accorde, elles sont votre auréole de Sainteté… » « … Faites connaître mon Eucharistie, faites connaître mon Eucharistie au monde entier…
     
     

    Je suis EUCHARISTIE,





    Victoire sur le monde.





     
     
    « ...Je veux être placé sur tous les Autels du monde…Souvent…Souvent…Je veux vous offrir mon Amour, ma Tendresse en tout lieu, en tout temps, ne me laissez pas enfermé dans le Tabernacle…Venez à moi… Venez à Moi…je désire remplir vos petits coeurs assoiffés, de Bonheur… de Joie… de Paix..
     
     
    « … Je me délecte en ces âmes amoureuses de l’Amour... Je suis à elles… elles sont à Moi en ce cours moment

    d’adoration… En l’Eucharistie, miennes elles sont et le resteront..
     
    .
    « … Ma Sainte Messe célébrée, écoutée avec humilité et amour, est une grâce extraordinaire qui est appréciée du Ciel… En vérité, je vous le dis…je suis le Pain Vivant…en Moi, par Moi et avec Moi, tout s’accomplit… Qui boit mon Sang et mange ma Chair à la vie éternelle et Je le ressusciterai au dernier jour…
     
    Ces paroles que j’ai prononcées il y a deux mille ans sont toujours d’actualité...Le coeur de l’homme change, mes Paroles demeurent aujourd’hui plus que jamais… »
     
     
    « … Ce divin sacrement a toujours produit des merveilles depuis son institution et continuera à produire des miracles dans les temps futurs… »
     
     
    « …Je suis l’Entier qui s’offre au monde. Je me donne pleinement pour que vous me receviez pleinement…
     
    En me recevant en vous, vous recevez le Sacré, le Fils de Dieu mort et ressuscité. Mon Église doit s’unir à travers le véritable culte Eucharistique… »
     
    « … Je descends de mon trône pour vous faire entendre ma Vérité, Vérité qui me vient de mon Père… Priez en tout temps, en tout lieu.
    Ne laissez pas votre âme s’asphyxier sous le poids de vos péchés, profitez au maximum de mes sacrements, jaillis de la Croix pour vous sauver…


    Si vous saviez ce qu’il se passe dans l’invisible au cours de la célébration de la sainte Messe, vous en pleureriez de joie et camperiez devant mes églises pour ne pas perdre une seule miette de ces divines et majestueuses célébrations de l’Eucharistie où Je suis réellement vivant et présent, sur tous les autels du monde qui m’accueillent.
     
    Par ce sublime sacrement de l’Eucharistie, Je fais d’autres Moi… Tout se passe au niveau de votre âme…Mes anges vous envient un si grand bonheur…
    Il y a de nombreuses demeures dans la maison de mon Père, les plus belles sont réservées aux amoureux de l’Eucharistie. Mes enfants, Je désire votre bonheur à tous.
     
    Par mon Eucharistie, vous recevez ce qu’il y a de meilleur : l’Amour dans toute sa Puissance… Mon Église vit par mon Eucharistie, le plus beau cadeau que mon Père vous ait donné…
     

    Faites connaître mon Eucharistie au monde entier… Vous êtes mes amis si vous faites ce que Je vous commande…

     
    Je suis Eucharistie, pain de vie éternelle,
    porte de l’éternité bienheureuse…
    Mes enfants…Je vous attends dans mon Sacré Cœur ! »
     



    Fille du Soleil






    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Marylie

    Féminin Messages : 796
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Marylie le Ven 26 Aoû - 22:41

    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Sam 27 Aoû - 16:53



    Je suis vraiment présent dans l’Eucharistie et quand vous recevez l’hostie, vous me recevez tel que je vis maintenant au ciel

    Voici le point le plus important de ce que nous avons à dire : c'est bien un tel grand-prêtre que nous avons, lui qui s'est assis dans les cieux à la droite du trône de Dieu, la puissance suprême. Il exerce ses fonctions dans le sanctuaire, c'est-à-dire dans la tente véritable dressée par le Seigneur et non par un homme.

    Tout grand-prêtre est établi pour offrir des dons et des sacrifices; il faut donc que le nôtre ait aussi quelque chose à offrir. S'il était sur la terre, il ne serait pas même prêtre, puisqu'il y en a déjà qui offrent les dons conformément à la loi juive. La fonction exercée par ces prêtres n'est qu'une copie, qu'une ombre des réalités célestes. Cela correspond à ce qui s'est passé pour Moïse : au moment où il allait construire la tente sacrée, Dieu lui a fait cette recommandation : « Tu veilleras à ce que ton travail soit conforme au modèle que je t'ai montré sur la montagne. » Mais maintenant, Jésus a été chargé d'un service bien supérieur, car il est l'intermédiaire d'une alliance bien meilleure, fondée sur de meilleures promesses (Lettre aux Hébreux 8.1-6).

    Vous trouverez ci-dessous le message que Notre-Seigneur Jésus-Christ a donné à Joseph Melvin. Le Bien-Aimé lui a dit ceci :

    « Je te bénis Joseph Melvin, mon frère, toi qui partages mon sacerdoce. Je vous bénis également, vous tous mes frères et mes sœurs qui m’acceptez comme votre grand-prêtre. Mon sacerdoce est céleste puisque je siège maintenant à la droite du trône du Père. Je suis votre grand-prêtre à jamais et tous ceux qui sont ordonnés participent à mon sacerdoce, qui durera éternellement.


    « Je tiens à souligner qu’il est nécessaire à mon Église d’avoir des prêtres qui agissent en mon nom. Ils font ce que je leur ai dit de faire. Le rôle le plus important des prêtres est d’offrir le Saint Sacrifice de la Messe, en faisant ce que j’ai fait lors du dernier repas. J’ai pris du pain et du vin et, en prononçant les paroles de la consécration, j’ai changé le pain et le vin en mon Corps et en mon Sang. Puis j’ai donné la Sainte Eucharistie à mes apôtres, et tous l’ont partagée, sauf Judas. C’est le plus grand cadeau que je pouvais vous faire : la Sainte Eucharistie, qui est mon Corps et mon Sang mêmes.

    Je suis vraiment présent dans l’Eucharistie et quand vous recevez l’hostie, vous me recevez tel que je vis maintenant au ciel. Je vous appelle tous, vous qui croyez en moi, à me recevoir dans l’Eucharistie aussi souvent que vous le pouvez. Cependant, venez communier le cœur propre. Je vous aime tous et je veux habiter dans votre cœur. »


    Enseignement de Jésus au Père Melvin Doucette -  (Canada) - Mardi 23 novembre 2010



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Mar 13 Sep - 18:57



    Communier avec respect

    Au cours de son pèlerinage à Lourdes, en septembre 2008, le pape Benoît XVI déclara au moment de l’adoration eucharistique : « Chaque fois que nous mangeons le Corps du Christ, chaque fois que nous Le contemplons, nous L’annonçons jusqu’à ce qu’il vienne. C’est pourquoi nous le recevons avec un infini respect. »

    Dans cette perspective, je rappelle ici quelques attitudes fondamentales déjà connues et que nous avons à cœur de respecter dans la communion ecclésiale :

    1. Peuvent communier les personnes qui remplissent les conditions requises par l’Église catholique. En ce sens, le Catéchisme de l’Église Catholique (1992) cite saint Justin de Rome (2e siècle) : « Personne ne peut prendre part à l’Eucharistie s’il ne croit pas à la vérité de ce qu’on enseigne chez nous, s’il n’a pas reçu le bain pour la rémission des péchés (le baptême NDLR) et s’il ne vit pas selon les principes du Christ. » (CEC n° 1355).

    Plus loin, on lit : « Celui qui doit recevoir le Christ dans la communion eucharistique doit se trouver en état de grâce. Si quelqu’un a conscience d’avoir péché mortellement, il ne doit pas accéder à l’Eucharistie sans avoir reçu préalablement l’absolution dans le sacrement de pénitence. » (CEC n° 1415).
    2. En France, depuis 1969, à la demande de nos Évêques, Rome a permis de recevoir la communion soit dans les mains, soit dans la bouche.


    La Présentation Générale du Missel Romain (2008) stipule : « Lorsque les fidèles communient debout, il est recommandé qu’avant de recevoir le Sacrement, ils fassent le geste de respect qui lui est dû. » (n° 160). Par exemple, on peut choisir de s’incliner.


    En tout état de cause, nul ne doit « prendre » l’hostie : nous la recevons. Notre geste doit le manifester clairement.


    Cyrille de Jérusalem (3e siècle) préconisait : « Reçois le corps du Christ, disant “Amen !”. Avec soin alors, sanctifie tes yeux par ce saint Corps. (…) Si l’on t’avait donné des paillettes d’or, ne les retiendrais-tu pas avec le plus grand soin ? »
    De son côté, Augustin d’Hippone (4e siècle) ajoutait : « Tu entends “Le Corps du Christ” et tu réponds “Amen !” Sois membre du Corps du Christ, afin que ton “Amen !” soit vrai. »

    3. Il doit être clair que personne, sous aucun prétexte, n’emporte une parcelle d’hostie consacrée. L’instruction romaine Redemptionis Sacramentum (2004) est nette : « Il faut veiller attentivement à ce que l’hostie soit consommée aussitôt par le communiant devant le ministre, pour que personne ne s’éloigne avec les espèces consacrées dans la main. » (n° 92).

    4. Le missel indique que, durant le temps de la communion, tous demeurent debout, à moins, évidemment, que l’état de santé ou la fatigue ne l’empêche (PGMR n° 43).
    De même, après la communion, lorsque l’on retourne à sa place, il est demandé d’observer le silence qui favorise la louange et le prière intérieure (PGMR n° 45).

    5. Lorsqu’on juge utile que les enfants qui n’ont pas encore fait leur Première communion s’avancent dans la procession, c’est seulement au prêtre qu’il convient de donner la bénédiction. Puisqu’il est tout à fait recommandable que les parents bénissent, par ailleurs, leurs enfants (Livre des bénédictions, 1988, n° 174), il n’est pas utile de les faire bénir au cours de la messe par un autre laïc.

    6. En dehors de la messe, un culte doit être rendu au Saint Sacrement qui est conservé dans le tabernacle de l’église. Cela va de la pratique de l’adoration eucharistique jusqu’à la génuflexion que nous faisons devant ce tabernacle en entrant dans l’église ou en passant devant lui.

    Puissent ces indications nous faire entrer corporellement et spirituellement dans une participation plus pleine, active et consciente au mystère de l’Eucharistie.
    Monseigneur Yvon Aybram Vicaire épiscopal, Curé 



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Dim 7 Mai - 17:56



    La présence du Christ dans l’Eucharistie est-elle réelle ?

    Oui, la présence du Christ dans l’Eucharistie est bien réelle : c’est par amour qu’il a inventé de se donner en dépassant les lois de la physique, par la transsubstantiation. Notre foi grandit dans la lutte qu’il peut y avoir entre ce que l’on perçoit sensiblement et ce que l’on croit spirituellement.

    • 1. 
      Le Christ a dit à ses apôtres « Faites ceci en mémoire de moi ». Il nous a donné pour tout le temps de l’Église le moyen de rester en contact avec son sacrifice. Le soir du Jeudi-Saint, il anticipait l’acte qu’il allait poser le lendemain en versant jusqu’à la dernière goutte de son sang sur la Croix, en toute liberté il s’offrait au Père pour nous. L’Eucharistie nous donne à chaque messe le moyen de rejoindre ce don extraordinaire, nous le revivons auprès de lui.
      En savoir +
    • 2. 
      Ce corps est réellement donné pour nous, ce sang est réellement versé pour nous, pour notre salut, bien sûr, et pour que nous le recevions en nourriture. Et, en attendant, le corps et le sang de Jésus, son vrai corps et son vrai sang, sont là devant nous, puisqu’il nous l’a dit. Il est là, totalement présent avec son corps, son âme et sa divinité.
      En savoir +
    • 3. 
      Cette présence défie nos sens, qui ne voient jamais que du pain et du vin inchangés, elle défie les lois de la physique, mais, pourtant, Il est là, totalement donné. Seuls les enfants et les saints ont accès à ce mystère de foi que gardent précieusement toutes les Églises apostoliques depuis 2.000 ans.
      En savoir +
    • 4. 
      S’il a voulu que cette présence dure plus d’un instant et que l’on puisse ensuite la garder après la communion, c’est pour que nous puissions rassasier nos yeux et notre cœur de sa douce présence, que nous puissions savoir quel est celui auquel nous communions.
      En savoir +
    • 5. 
      La communion est ce moment très fort où nous ne formons plus qu’un avec lui, aucune image ne peut rendre cette unité. Jésus parle de nourriture, mais ce n’est pas nous qui l‘assimilons, c’est lui qui nous assimile. En considération de la grandeur de ce mystère, n’entrons pas dans de petites polémiques inutiles sur la manière de communier. Tout ce que l’Église permet est légitime, on peut avoir ses préférences, mais ce serait un comble que le sacrement de l’unité soit facteur de division.

      En savoir +


    Père Nicolas Buttet



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

    Invité
    Invité

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Invité le Lun 8 Mai - 13:10

    Faites attention, il y a une "mode" en ce moment chez bons nombres de prêtres dans les homélies c'est : le doute

    comme quoi c'est "normal" de douter, que c'est bon pour sa Foi etc,


    NON, le Christ le dit clairement à Thomas "ne soit pas incrédule, mais sois croyant" !

    il nous faut une Foi Forte et Ferme et non de la soupe de Satan dans "il est bon de douter"
    avatar
    Françoise

    Féminin Messages : 508
    Date d'inscription : 17/02/2017
    Age : 46
    Localisation : Bourgogne

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Françoise le Lun 8 Mai - 21:05

    Hier quand je suis allée à la messe avec ma fille Marie,l'église était pleine de monde,nous nous sommes trouvée deux places vers le quatrième banc ,il n'y avait pas de place devant.Durant toute la messe la plupart des gens présent ce jour(ils ne sont jamais venus avant,je ne les est jamais vu à une messe)discutaient,se retournaient,se moquaient quand le prêtres énonçait les intentions de prières,ne s'inclinaient pas et j'en passe!!!...Je ne suis pas du genre à regarder ce que font les gens durant la messe mais ils étaient tellement irrespectueux qu'on ne pouvait que les regarder sidérer,j'ai été tellement triste pour cet irrespect envers Notre Seigneur que j'était à deux doigt pleurer!!Vers la fin de la messe le prêtre a accueilli deux familles pour des baptêmes,le prêtre était en train de nous les présenter,la plupart des gens se sont levés et sortaient de l'église,le prêtre leurs a dis que la messe n'était pas finie et qu'il n'avait pas fais la bénédiction,mais ses gens n'en n'avaient que faire et continuaient de partir en se moquant de ce que le prêtre disait,ma fille me regardait sidérée,choquée comme moi...nous nous sommes retrouvée ma fille et moi planté au milieu des bancs désertés,il ne restait que les fidèles personnes âgées assises devant et ce pauvre prêtre qui regardait ce spectacle tellement navré et sidéré!!! Seigneur prends piti

    Invité
    Invité

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Invité le Lun 8 Mai - 21:22

    Oh comme c'est très triste Françoise, je vous invite à montrer beaucoup d'amour à votre prêtre, à lui faire part de votre indignation concernant l'irrespect dont font part ces gens, qui partent avant la fin de la Messe etc... car votre prêtre doit en être affecté, il a d'autant plus besoin de votre soutient, enfin c'est mon avis,

    Je ne comprendrai jamais les gens qui viennent pour se moquer à la Messe? si ça ne leur convient pas, pourquoi viennent ils alors? ça reste un mystère

    En union de prières
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3985
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Le manque de foi dans la Présence réelle : Cela attriste le Seigneur !

    Message par Gilles le Ven 21 Juil - 0:44


    Miracle de la Sainte Hostie, Jésus saigne pour nous dire »Mes enfants, je suis vraiment présent
    dans ce morceau de pain et je me donne à vous par amour »


    LA TRÈS SAINTE EUCHARISTIE♥Le Saint Sacrifice de la Messe † Du Site HOZANA

    Les personnes qui viennent à la Messe parlent et rient ; elles croient qu’elles n’ont rien vu d’extraordinaire. Elles ne se sont doutées de rien parce qu’elles n’ont pas pris la peine de voir.
    On dirait qu’elles viennent d’assister à quelque chose de simple et de naturel, et cette chose, si elle ne s’était produite qu’une fois, suffirait à ravir en extase un monde passionné.

    Elles reviennent du Golgotha…



    Et elles parlent de la température.



    Si on leur disait que Jean et Marie descendirent du Calvaire en parlant de choses frivoles, elles diraient que c’est impossible. Cependant elles-mêmes n’agissent pas autrement. On dirait que ce que les yeux ne voient point n’a pas d’importance ; en réalité il n’y a que cela qui est et il n’y a que cela qui existe.

    Elles ont été 25 minutes dans une église sans comprendre ce qui se passait. Elles entendent la Messe tranquillement, sans larmes, sans commotion intérieure. Si elles pouvaient s’étonner, elles seraient sauvées, mais elles font de leur religion une de leurs habitudes, c’est-à-dire quelque chose de vil et de naturel.

    C’est l’habitude qui damne le monde
    (…….)
    (Julien Green)


    Lire la suite ICI

    Seigneur prends piti    Eucharistie


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)

      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 9:15