Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    quelques considérations sur la prière et la manière de la pratiquer

    Partagez
    avatar
    Betty
    Administratrice

    Féminin Messages : 1403
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Age : 45
    Localisation : nord , france
    Idéal : la voie d'enfance spirituelle de St thérèse

    quelques considérations sur la prière et la manière de la pratiquer

    Message par Betty le Dim 17 Juil - 0:06

    voici quelques considérations intéressante sur la manière de prier et et les difficultés qu'on peut rencontrer dans la prière ce texte est extraits des œuvres de Marie Lastate(1822-1847)  qui est une religieuse et une mystique française.



     TROISIÈME PARTIE

    LES ŒUVRES

    DE MARIE LATASTE



    (1822-1847)







    CHAPITRE V

    LA RELIGION CHRÉTIENNE

     

    Jésus a parlé de la religion en général, puis il a montré comment la religion catholique,

    religion universelle, était sa religion à Lui,Fils de Dieu fait homme pour le salut des

     hommes. En effet, seul Lui, Jésus, pouvait offrir au Père le parfait sacrifice rédempteur

     qui redonnerait la vie aux hommes séparés de Dieu, par le péché originel. Le péché originel

     étant surtout un péché d'orgueil,

     Jésus s'est attardé sur la plus grande des vertus: l'humilité. Désireux de parfaire la 

    formation chrétienne et théologique de Marie Lataste, donc de nous par voie de conséquence, Jésus va, très longuement,

     parler de la vie chrétienne, de ses épreuves,de ses exigences et de ses vertus





    1.LA PRIÈRE

     




    1-1-La vie de prière
     1-1-1-Qu'est-ce que la prière et pourquoi faut-il prier?
    (Livre 6, chapitre 1)
    Jésus nous fait comprendre la nécessité de prier Dieu. En effet, Dieu est un être infiniment
     saint, infiniment juste, infiniment bon,infiniment parfait. L'homme, au contraire,
     est un être créé, infiniment petit, qui ne peut rien par lui-même. De plus, de par la faute
     originelle, il est  naturellement enclin au péché, et a besoin, à chaque instant, d'un secours
     d’en haut, même pour conserver sa vie.
     Il y a donc une distance infinie entre la bonté de Dieu et les besoins de la créature.
     Cependant, Jésus-Christ, en s’incarnant, a uni la divinité à l’humanité; dans ces conditions,
     l'homme se trouve dans les rapports les plus intimes avec Dieu. Cette intimité doit s'initier
     et se perpétuer par la prière.
    Jésus explique: "Prier, c'est reconnaître sa misère et la puissance de Dieu, c'est 
    reconnaître son néant et l’Être souverain de Dieu; prier, c'est témoigner qu'on se
     défie de soi et qu'on a pleine confiance en Dieu; prier, c'est renoncer à soi pour
     s’attacher à Dieu... c'est faire
    acte de foi, d’espérance et d’amour; prier, c'est demander... c'est puiser à l’éternelle
     source des biens qui ne passent point, parce que celui qui prie est sûr d’être exaucé;
     prier, c'est devenir fort dans la faiblesse, courageux dans les dangers, triomphateur 
    dans les combats.
    " (Livre 6, chapitre



              1-1-2-Quand faut-il prier? (Livre 6, chapitre 2)
    Notre nature pauvre, portée constamment au mal, a besoin d'être aidée. Il faut donc prier
    tous les jours, à chaque instant du jour, et faire de tous ses actes une prière continuelle 
    et une élévation de son âme à Dieu, parce qu’à chaque instant du jour nous conservons 
    notre titre de créature et notre faiblesse.



    Prier, c'est demander à Dieu tout ce qui nous manque, avec le cœur plus qu’avec la langue,
     car les désirs intimes du cœur arrivent plus facilement aux oreilles de Dieu que les paroles
     de la langue. Le cœur ne se fatigue jamais de désirer. Et tant que nous vivrons, nous 
    désirerons Dieu et ce qui est à Dieu. Notre vie ne devrait être qu'une constante vie 
    de prière, une prière que Dieu écouterait favorablement.
    Jésus insiste: "Pour prier, il n'est pas nécessaire de prononcer toujours des paroles...
     Ma fille, vous pouvez prier partout, en tout lieu, 
    en tout temps, en toute circonstance, car votre cœur peut toujours désirer Dieu et 
    l’accomplissement de sa volonté. Votre cœur peut toujours désirer vivre dans l’amitié 
    de Dieu et dans sa grâce; votre cœur peut toujours désirer éviter le mal, fuir le péché,
     résister aux tentations du démon, du monde et de la chair... Or, désirer ces choses du
     fond du cœur... c'est constamment demander à Dieu qu'il les accomplisse en vous,
     et quels que soient le temps et le lieu où vous vous trouvez... Faites-le, ma fille, et vous 
    prierez d'une manière bien agréable à Dieu.




    Cependant, ajouta Jésus, il est bon de choisir dans la journée quelques instants où vous
     vous recueilliez avec plus d’attention, pour vous placer en la présence de Dieu, lui 
    exposer vos besoins et vos nécessités, et lui adresser une voix plus suppliante. Alors vous 
    vous retirez un peu à l’écart, vous vous placez pour ainsi dire seule à seule avec Dieu, vous
     acceptez l’audience particulière et privée qu'il vous donne, et vous lui parlez avec la 
    confiance et l’amour d’un enfant; vous lui ouvrez votre cœur, et Dieu vous reçoit, vous
     écoute et vous bénit.
    C'est à l'heure du danger, dans les tentations, dans les circonstances pénibles ou difficiles...
     que vous devez invoquer Dieu et lui dire:
     'Mon Dieu, je m’abandonne à vous!... Mon Dieu, ne me laissez pas succomber à la tentation!
     Mon Dieu, délivrez-moi de tout mal! Mon Dieu, que votre volonté soit faite et non la
     mienne!'"  (Livre 6, chapitre 2)




              1-1-3-Comment faut-il prier? (Livre 6, chapitre 3) 
    L'homme n'est que faiblesse et néant, et il se trouve en face de Dieu, en qui résident l'être et la force. Comme des mendiants nous devons demander une part de ses biens.
     Jésus conseille à Marie Lataste de prier avec foi, humilité et confiance. Il dit: 



    "Vous devez prier avec foi, c’est-à-dire croire que vous parlez à Dieu, qui... peut et veut 
    vous accorder tout ce qui vous est nécessaire.



     Vous devez prier avec humilité,car Dieu est infiniment grand, infiniment bon, infiniment 
    saint et parfait...  et vous... vous n'êtes que misère, faiblesse, néant... Dieu vous a
     tirée du néant, créée, rachetée, comblée de grâces. Vous, ma fille, vous l’avez offensé,
     vous avez péché contre lui... et n’avez retiré que peu de profit de toutes les grâces dont
     il vous a comblée. Dieu mérite l’adoration...
     l'amour, la reconnaissance... Et vous, ma fille, que méritez-vous?... Humiliez-vous
     profondément devant Dieu et pensez que vous ne méritez que les châtiments de sa 
    colère. Présentez-vous devant lui... sans autre pensée que celle de Dieu... dépouillée
     de tout... n’aimant que Dieu ou pour Dieu... ne voulant que ce que Dieu veut, comme
     il le veut et parce qu'il le veut.




    Priez avec confiance... non à cause de vos mérites ou de la ferveur de votre prière, mais
     à cause de mes mérites et de la miséricorde de Dieu... 
    Jetez votre prière dans le sein de la divine miséricorde... les unissant à mes prières sur la 
    terre... et le Père les recevra en vue de mes mérites et à cause de sa miséricorde."
     (Livre 6, chapitre 3)






         


    Dernière édition par Betty le Dim 17 Juil - 1:01, édité 2 fois


    _________________

    avatar
    Betty
    Administratrice

    Féminin Messages : 1403
    Date d'inscription : 20/01/2016
    Age : 45
    Localisation : nord , france
    Idéal : la voie d'enfance spirituelle de St thérèse

    Re: quelques considérations sur la prière et la manière de la pratiquer

    Message par Betty le Dim 17 Juil - 0:41

    1-1-4-Quelques exemples de prière   (Livre 6, chapitre 4)

    Marie Lataste se trouve parfois, lorsqu'elle prie, dans un état qui l'étonne et qu'elle est incapable de définir.
     Elle écrit:
     "Je goûte la présence de Dieu d’une manière sensible; mon âme en est doucement accablée. Quelquefois je
     reste devant Dieu sans sentiments aucuns, et n’ayant que la force de fixer sur lui mes regards; d’autres fois enfin,
    mon cœur est tout brûlant d’amour, mais je ne puis exprimer à Dieu cet amour que par des soupirs ou les élans
     secrets et intimes de mon âme; ma bouche est sans parole et ma langue sans voix."


    Marie s'afflige et Jésus vient la rassurer: "Ma fille, il y a une sorte de prière qui m’est très agréable: 
    c'est celle d’une âme qui se tient devant Dieu... sans autre volonté que la volonté de Dieu, qui...
      s’abandonne totalement à ses soins paternels, ayant néanmoins les yeux toujours attachés à lui 
    pour recevoir ses ordres et les exécuter au premier signe de sa volonté... Ah! ce silence est plus 
    éloquent que la plus éloquente des voix. Celui qui fait ainsi dit tout à Dieu sans lui rien dire, et, sans
    lui rien demander, il lui demande tout..."

    D'où les conseil: "Quand vous prierez, si vous goûtez la présence de Dieu et ne pouvez parler sans perdre cette
     présence, laissez toute prière vocale... De même, si vous êtes privée de la présence sensible de Dieu, ne la 
    recherchez pas avec trop d’empressement; sachez faire le sacrifice du plaisir que vous éprouveriez, et attendez 
    avec soumission et humilité que Dieu vous accorde cette faveur s'il le juge convenable.

    La prière vocale, ma fille, et les actes de piété sont pour exciter en soi des sentiments affectueux envers Dieu... 
    Si la prière vous donne des distractions ou si les distractions surviennent dans vos prières, détournez-les 
    avec calme et remettez-vous doucement en la présence de Dieu sans aucune inquiétude. Priez souvent, priez 
    sans cesse... restez en ma présence avec des sentiments pieux et une intention pure et droite. Ne pouvez-vous 
    pas faire cela au milieu de vos travaux et de vos occupations? Eh bien! Vous me serez agréable par votre travail 
    qui est l’accomplissement de ma volonté, et par ces sentiments de votre cœur." (Livre 6, chapitre 4)

              1-1-5-Importance de la prière  (Livre 6, chapitre 4)

    Par la prière, Dieu nous livre la clef de ses trésors. Quand les hommes se plaignent de leur misère ou de leur faiblesse,
     c'est qu'ils ne prient pas. Qu’ils prient, et ils seront exaucés. Cependant Dieu n’exauce pas toujours, car il veut souvent
     éprouver la patience et la persévérance des hommes. Ils doivent alors persévérer dans la prière, en attendant le
    moment du Seigneur... Jésus insiste auprès de Marie Lataste:"Que le retard de la grâce que vous sollicitez ne vous
    décourage pas; priez encore, priez jusqu’à ce que vous soyez exaucée, et vous le serez certainement, parce que Dieu
     exauce toute bonne prière. N’attribuez jamais à Dieu le refus de ce que vous demandez, mais à votre prière mal 
    faite ou au peu d’utilité que vous retireriez si Dieu vous exauçait; et dans ce cas, si vous avez bien prié, il vous
    accordera une grâce autre, mais plus avantageuse pour vous que celle que vous sollicitez." (Livre 6, chapitre 4)

    1-2- Les difficultés rencontrées dans la prière

              1-2-1-Comment prier dans la sécheresse? (Livre 2, chapitre 25)

    Certaines personnes s’ennuient quand elles doivent prier; elles ne savent comment entretenir conversation avec le
     Seigneur; leur cœur est plein d’aridité et de sécheresse... Que doivent-elles faire alors? C'est Jésus qui nous enseigne:
     "Que ces âmes se tiennent silencieuses en ma présence en adoration, qu'elles s’humilient et me demandent grâce
     et pardon de leurs iniquités, en disant seulement: 'Seigneur Jésus, pardonnez-moi!' ou bien  'Seigneur Jésus,
    ayez pitié de moi! Seigneur Jésus, venez à mon aide.' Ce ne sont pas les longues prières qui me sont agréables; 
    je préfère bien un cœur humilié et contrit aux prières les plus longues et les mieux faites.

    Quand vous vous trouverez dans cet état d’aridité et de sécheresse, adorez-moi en pensant à ma grandeur divine...
     Excitez-vous au regret de vos fautes... Pensez que je suis votre père et que vous êtes mon enfant, votre cœur
     trouvera une parole d’affection pour moi. Sachez que vous êtes bien pauvre et... vous saurez ce que vous devez 
    me demander. Vous voudrez sans doute retrouver la santé; ce désir vous inspirera la manière dont vous 
    devez vous adresser à moi... Il faut se faire violence, s’exciter un peu, arrêter sa pensée sur une chose pieuse..."

    Alors Marie Lataste demanda: "Seigneur, parlez à votre servante, vous avez les paroles de la vie éternelle;
     parlez Sauveur Jésus, et enseignez-moi de quelle manière je dois vous écouter." (Livre 2, chapitre 25)

              1-2-2-Comment écouter la parole de Dieu?  (Livre 2, chapitre 26)

    Jésus répondit à la demande de Marie Lataste: "Vous voulez que je vous apprenne de quelle manière vous devez
     écouter ma parole... Heureuse serez-vous à jamais, ma fille, si vous écoutez ma parole! Si vous l'écoutez 
    comme vous le devez faire, cette audition bien réglée vous portera à accomplir ce que je vous dirai et vous 
    inspirerai... Voici donc les dispositions avec lesquelles vous devez écouter ma parole: pureté du cœur ou
     désir d’acquérir cette pureté; soumission et obéissance à correspondre à la grâce de ma parole; fidélité à 
    conformer votre conduite à ce qu'elle vous prescrira..."

              1-2-3-La pureté du cœur

    "Aucun homme n'est parfait sur la terre; mais il y a un certain degré de perfection auquel l'homme doit aspirer... ce degré, c'est la pureté du cœur ou l’absence de tout péché mortel. Celui qui veut entendre ma parole, doit avoir cette pureté de cœur ou le désir
     d’acquérir et d’augmenter cette pureté. Plus on est pur et plus ma parole est abondante... Plus on a le désir 
    d’entendre ma parole afin de devenir parfait, plus uni à Dieu, plus je la fais entendre..." (Livre 2, chapitre 26)

              1-2-4-L'obéissance à la parole de Dieu

    Ordinairement la grâce de l’obéissance à la parole de Dieu est précédée par une autre grâce qui dispose et prépare le 
    cœur, lequel est libre de la recevoir ou de la rejeter. Jésus enseigne: "Quelquefois cette grâce prévenante est
    tellement absolue, qu'on ne peut la repousser; mais elle est rare. Et pourtant on peut se priver de la grâce de ma
    parole par une fausse humilité, en disant: 'Je ne mérite pas que le Seigneur me parle.'... Il est vrai, nul ne mérite
     que je lui parle... mais on doit savoir aussi que je ne regarde point les mérites personnels, mais uniquement ma
     miséricorde et ma bonté toute paternelle. On doit donc se soumettre et ne point refuser sous aucun prétexte 
    ma parole, quand il me plait de la faire entendre... Je suis comme l’époux des cantiques qui vient frapper tout 
    doucement à la porte de son épouse. Si l’âme qui écoute ma parole est comme l’épouse elle se lèvera et viendra 
    m’ouvrir... Ma voix sera un commandement pour elle...

    Il faut enfin conformer sa conduite aux prescriptions de ma parole... Je ne m’offense pas si dès le commencement 
    on résiste à ma parole par crainte d’être trompé, car agir ainsi, c'est agir avec prudence. Mais résister encore 
    quand on est raisonnablement assuré que c'est bien ma parole qu’on entend, c'est me déplaire et m’offenser. 
    Entendre ma parole et ne point y conformer sa conduite, c'est pécher contre moi... Augmentez donc de plus en 
    plus la pureté de votre cœur, recevez avec soumission ma parole, correspondez à cette grâce, conformez-vous
    à ce qu'elle vous prescrira... "  (Livre 2, chapitre 26)

    1-3-La prière à la Vierge Marie  (Livre 6, chapitre 5)

    Le Sauveur Jésus parla aussi d'une autre prière, et pendant qu'il parlait, Marie Lataste rapporte qu'il se fit comme
     une clarté brillante autour de ses paroles. Jésus parlait de la prière à Marie. Il dit, entre autres: "Les honneurs 
    que l'on rend et les prières qu'on adresse aux statues et aux images saintes de Marie se rapportent directement
     à elle, comme les injures des méchants et des impies ne s’adressent point à ses images et à ses statues, mais à Marie
    elle-même."

              1-3-1- Jésus parle de Marie

    Tout d'abord, un petit retour à la réalité: "Marie est grande, puissante, compatissante; mais la bonté, la 
    puissance et la grandeur de Dieu sont bien supérieures, car elles sont infinies comme Dieu, tandis que Marie 
    n'est que la créature de Dieu. Aussi l'honneur qu'on rend à Marie doit-il se rapporter à Dieu. Cependant il faut
     l’honorer et l’aimer, parce que Dieu le veut. Marie est le chef-d’œuvre des mains du Créateur. Il en a fait la
    plus belle, la plus sainte, la plus parfaite de toutes les créatures. Il l’a aimée, honorée, élevée en dignité, plus
     qu’aucune autre créature sur la terre et dans le ciel. Aussi devez-vous honorer Marie, l’aimer et la louer, en
     rendant grâce à Dieu de tout ce qu'il a fait pour elle."

              1-3-2-Il faut honorer Marie

    Jésus fait un vrai cours de théologie mariale. Il enseigne: "Marie doit être l’objet de vos hommages; elle est aussi
     celle à qui vous devez recourir dans les tentations, les besoins de votre âme, vos malheurs et vos peines,
     et elle vous accordera secours, grâces et consolations." Mais attention! Jésus met Marie Lataste en garde: "Je vous
     dis cela non pas pour vous faire supposer que Marie est plus puissante que Dieu, mais pour vous apprendre que
    Dieu ne veut rien accorder que par Marie. C'est là tout le plan et toute l’économie de la Providence sur les hommes."

    Puis Jésus se situe: "Je suis entre Dieu et les hommes. Nul ne peut rien obtenir de mon Père, s’il ne l’obtient par moi.
     Or, j'ai placé ma Mère entre les hommes et moi, et je n’accorde rien aux hommes que par ma Mère... Que le 
    pécheur s’adresse à Marie, qu'il obtienne sa protection, et il sera pardonné. Celui... qui a l’amitié de ma Mère 
    possède aussi mon amitié. Demandez à Marie toutes les grâces qui vous sont nécessaires, elle vous les obtiendra;
    reconnaissant votre indignité, adressez-vous à Marie, et Marie priera pour vous. Toutes les grâces que Dieu 
    distribue sont en moi comme dans un immense réservoir. Je les fais couler dans Marie comme dans un
     réservoir nouveau, et c'est là qu'il faut venir les puiser.

    On demande une grâce, mon Père consent, je l’accorde et Marie la donne. Si vous voulez toujours être reçu par moi,
     priez Marie de vous présenter, ou bien présentez-vous vous-même au nom de Marie, en me demandant de vous 
    recevoir non pas pour vos mérites, mais en considération de Marie. Quand vous ne pourrez pas venir à moi, allez 
    à Marie, priez-la d’intercéder pour vous... Aller à Marie dans les tentations... c'est être assuré de la victoire. Être 
    sous la protection de Marie, c'est avoir son salut en sûreté." (Livre 6, chapitre 5)

    1-4-Pour qui doit-on prier?  (Livre 6, chapitre 6)

    Le Sauveur Jésus poursuit ses enseignements sur la prière en indiquant pour qui  nous devons prier. "Ma fille, dit-il,
    en premier lieu, vous devez prier pour vous... pour obtenir des grâces, et ces grâces, vous devez les 
    demander à Dieu pour vous avant de les demander pour autrui. Car vous devez vivre avec Dieu, pour Dieu et en 
    Dieu, avant de demander cette vie pour les autres. Vous devez vous sauver avant de sauver autrui. Ensuite, vous
    devez prier pour vos parents, pour vos amis et bienfaiteurs; vous devez prier pour les prêtres et pour la sainte 
    Église... pour que les pécheurs changent de vie, pour que les hérétiques renoncent à leurs fausses doctrines
     et marchent dans la vérité qui est une et indivisible; vous devez prier pour les missionnaires qui vont
     au loin... annoncer la bonne nouvelle de mon incarnation, de ma vie et de ma mort.

    Priez pour les pauvres pécheurs, ma fille; mais priez d’abord pour vous-même, en vous reconnaissant pécheresse,
     et répétez souvent: 'Convertissez-nous à vous, Seigneur, brisez nos cœurs. Ô... faites sortir de nos cœurs des
     soupirs et des larmes de sincère pénitence. Quelque éloigné de sa conversion que vous paraisse un pécheur, 
    ne laissez pas pour cela de prier pour lui: espérez toujours que Dieu vous exaucera, car rien ne lui est impossible... Priez toujours et priez avec confiance. Dieu peut-être lui réserve des grâces spéciales et particulières pour sa conversion... Priez, sans perdre confiance, 
    vos prières du moins seront méritoires pour vous. Ne vous contentez pas de prier; tâchez encore, par votre 
    douceur, votre gaieté, votre bonté, de faire comprendre aux pécheurs que la piété est aimable; soyez prévenante 
    et affable pour eux, pour leur témoigner que ceux qui font le bien ne les méprisent pas et ne refusent point de leur
     parler...

    Vous devez prier pour les justes, afin qu'ils persévèrent dans la justice; vous devez prier pour les pécheurs, afin qu'ils
     se convertissent. Dieu aime les prières qui lui sont dictées par ce sentiment de charité pour le prochain. 
    Ordinairement... on prie avec plus de ferveur pour autrui que pour soi. Cette prière est dictée par la charité...
     et cette charité est pleine de dévouement. Quand on prie ainsi, on est tout occupé de ce qu'on demande, on a un
     ferme désir de l’obtenir; on le demande avec foi et persévérance.
     Oui, ma fille... priez beaucoup pour autrui.

    Priez pour tous les chrétiens... priez pour ceux qui ont le plus de responsabilité; priez pour les vivants,
     mais surtout... priez pour les défunts qui n'ont point encore pleinement satisfait à la justice de mon Père... 
    Vous pouvez abréger le temps de leurs peines en priant pour eux... Priez pour ces pauvres âmes,[1]
     priez surtout pour celles qui sont le plus oubliées, le plus abandonnées au milieu de leurs affreux tourments."
    (Livre 6, chapitre 6)

    1-5-Dissertation sur les différentes sortes de prière (Livre 6, chapitre Cool  

    Jésus insiste fortement: "Rien ne manque à celui qui prie comme je vous ai enseigné à prier; la prière... 
    obtient tout de Dieu; et tous peuvent prier.  La prière convient à tous les états, à toutes les conditions, à 
    toutes les personnes; s'il y a tant de malheureux, c'est que le nombre de ceux qui prient est très restreint..."
     Jésus cite alors de nombreux cas où l'on doit prier, et Il poursuit: "Rien de plus utile à l'homme qu'une prière
    bien faite; rien de plus puissant sur Dieu. Tout le monde prie, et si peu pourtant sont exaucés. Cela n'est pourtant
     indispensable. Demandez à Dieu, ma fille, le don d’oraison... avec celui-là, vous aurez tous les autres. Sans la
    prière, on ne peut rien; avec la prière, on peut tout. Priez donc, ma fille, priez souvent, priez toujours." 
    (Livre 6, chapitre Cool  

    Jésus peut maintenant s'attarder sur les diverses sortes de prière.

              1-5-1-La prière mentale (Livre 6, chapitre 9)

    Le Sauveur Jésus dit à Marie Lataste qu'il y avait deux sortes de prières, la prière vocale et la prière mentale,
     mais que cette dernière, vraie prière du cœur, était la meilleure. Cependant la prière vocale et la prière mentale,
     sont un entretien avec Dieu, une élévation de l'âme vers lui. Donc, toute bonne pensée, comme tout bon désir,
    est une prière.

    Jésus parle de la prière mentale qui est une élévation de notre esprit et de notre cœur à Dieu pour lui rendre 
    hommages, lui montrer nos besoins et implorer ses grâces. Jésus parle: "Dans cette prière, il y a quatre choses:
    la considération, la réflexion, la demande et les sentiments affectueux. La considération produit la réflexion[2];
    la réflexion, la demande; et la demande, les sentiments affectueux...

    Dans la prière mentale on considère Dieu et ses attributs, on se considère soi-même aussi avec ses inclinations
    mauvaises... Cette considération fait naître dans l’esprit la réflexion: puisque Dieu est si puissant et que je suis
    si faible... je vais recourir à lui. Alors, on s’adresse à Dieu, on lui expose son état, ses besoins; on s’attache à lui, 
    on lui offre tout ce que l’on est, le peu que l’on a; on lui présente son cœur avec tout l’amour qu'il renferme, et
     on s’abandonne à sa providence.

              1-5-2-La prière continuelle

    La prière est plus ou moins parfaite, selon que les sentiments de l'âme sont aussi plus ou moins parfaits,
     les affections plus ou moins pures... Une des principales dispositions à la prière, c'est le détachement de 
    toutes choses et de soi-même, et l'affection pour Dieu. Une des principales dispositions pour la prière
     continuelle, c'est l’entretien de ces bons sentiments et de ces saintes affections par lesquels on entre 
    aisément en colloque avec Dieu. À mesure que l'âme se détache des choses de la terre et d’elle-même,
     le Saint-Esprit l’éclaire de sa lumière et lui fait connaître Dieu et ses perfections; et plus l'âme apprend
     à connaître Dieu, plus aussi elle s’attache à lui, car connaître Dieu, c'est l’aimer."

              1-5-3-Jouir de Dieu

    Jésus aborde aussi un problème très important: peut-on jouir de Dieu? Il explique: "Le cœur de l'homme
     n'est pas fait pour lui seul; il faut qu'il s’attache à ce qui peut le contenter, et rien ne le satisfera jamais,
     si ce n'est Dieu. C'est dans cette jouissance sensible de Dieu que les saints ont goûté tant de 
    douceurs et de consolations. Il ne faut pourtant pas se représenter Dieu sous une forme quelconque.
     Dieu n'a pas de forme, parce qu'il est esprit. Il faut considérer en Dieu une immensité sans bornes,
     un tout qui ne peut être compris et qui renferme infiniment toutes les perfections. Dieu est partout;
     il n'est pas plus au ciel que sur la terre; la terre le possède aussi bien que le ciel; seulement, on ne le 
    voit pas sur la terre. Ce n'est que dans le ciel qu'il se manifeste dans toute sa gloire.

    C'est vers ce lieu de la manifestation de sa gloire que Dieu veut qu'on fasse monter les prières, parce que
     c'est le lieu que les âmes doivent habiter un jour. Plus l'âme se dégage d’elle-même et de la terre, plus 
    elle s’avance dans la contemplation. Quelquefois, en ces moments, elle se sent reposer et s’endormir 
    complètement en Dieu: c'est là l’extase. D’autres fois, l'âme, par l’ardeur de ses sentiments et la vivacité 
    de ses affections, est toute transportée en Dieu et se croit unie à lui: c'est ce qu'on appelle ravissement. 
    L’extase ou le ravissement ne sont pas nécessaires pour que la prière soit parfaite. Ce sont des
     récompenses que Dieu donne à qui il lui plaît, mais qui n’augmentent pas le mérite de la prière."
     (Livre 6, chapitre 9)

              1-5-4-La contemplation.  Quelques mises en garde

    Maintenant Jésus met en garde sa confidente, Marie Lataste: "On ne peut parvenir à la contemplation de Dieu 
    qu’après beaucoup de peines et de combats et par une faveur toute spéciale. On ne peut s'y maintenir 
    que par une grande humilité et une vigilance continuelle... Lorsque Dieu se laisse trouver, il faut goûter sa
    présence comme une faveur signalée.

    Mais la voie de la contemplation est une voie dangereuse. L'âme dans cette voie est comme un aveugle: 
    malheur à lui s'il marche tout seul... L'âme ne doit marcher en cette voie qu’autant que l’esprit de Dieu vient 
    la guider et l'éclairer. Quand la lumière paraît, il faut l’accepter avec reconnaissance, marcher à sa clarté; 
    quand elle ne paraît plus, il faut s'arrêter, parce que cette voie est bordée de grands précipices... L'âme doit
    donc rester là avec humilité et attendre le retour de Dieu...

    Il n'est pas nécessaire pour être sauvé d'être entré dans la voie de la contemplation, Dieu n'y fait marcher 
    que par privilège les âmes qu'il a choisies lui-même par un effet de sa bonté." (Livre 6, chapitre 9)

              1-5-5-Les consolations  (Livre 7, chapitre 13)    

    L'homme, sur la terre, est tantôt dans la joie et tantôt dans la peine; car rien n’est stable sur la terre. La joie qui 
    est dans l'homme disparaît soudain pour faire place à la peine; cette peine remplace la joie qui est dans le cœur de
    l'homme, jusqu'à ce que la consolation vienne enlever peu à peu la peine elle-même, et redonner la joie à celui 
    qui l’avait perdue. Face à cette situation que l'homme ne maîtrise pas, Jésus, aborda le thème des consolations
    et dit à Marie Lataste: "Il y a plusieurs sortes de consolations: les consolations divines et les consolations humaines.

    Les consolations humaines sont celles qui viennent des hommes ou sont puisées parmi eux ou dans la nature
     humaine. Elles peuvent être bonnes; elles peuvent être mauvaises aussi, parce qu’en l'homme il y a le bien et le mal. 
    On ne peut recevoir les consolations des hommes, quand ces consolations viennent d’un principe qui est mauvais.
    Au contraire, on peut les recevoir quand elles partent d’un principe qui est bon. Mais pour bonnes que soient les
    consolations des hommes, on peut toujours les repousser pour ne vouloir uniquement que les consolations de Dieu.

    Les consolations divines sont celles qui viennent de Dieu, qui sont données par lui ou puisées en lui. Les consolations
     divines sont toujours bonnes, parce que Dieu est le bien, et que tout ce qui vient de lui est bien. Il y eut des
    saints qui ont refusé constamment toute consolation humaine; qui n’ont voulu avoir d’autre consolation, d’autre
    appui, d’autre soutien que Dieu. Il faut pour cela être parvenu à un haut degré de sainteté, être dans la plus grande
     familiarité avec Dieu. Alors on ne pense qu’à Dieu, on ne veut que Dieu, tout le reste semble fade et insipide.
    Dieu seul est quelque chose pour ces âmes, Dieu seul est tout pour elles. Ma fille, ne désirez pas les consolations 
    des hommes, mais si elles se présentent, acceptez-les et renvoyez-les à Dieu."  (Livre 7, chapitre 13)

              1-5-6-La prière vocale (Livre 6, chapitre 10)

    Jésus parle maintenant de la prière vocale, qui est l'expression des sentiments du cœur et de ses demandes à Dieu 
    par la parole. Il dit: "La prière vocale est plus usitée que la prière mentale... Dieu exige ce tribut d’adoration et 
    de louange dans la langue des hommes... Mais il doit être présenté avec foi, espérance, charité, humilité, 
    persévérance. Pour qu'elle soit parfaite, la prière vocale doit être précédée du détachement de soi-même et de
     toute affection, de toute attache à la terre... qui l’empêcherait de s’élever vers Dieu... Sa parole... monte vers 
    Dieu et pénètre jusqu'à son cœur. Quelquefois l'âme est tellement absorbée en Dieu, qu'elle fait moins attention 
    aux paroles prononcées qu’à Celui à qui elles sont adressées. La prière n’en est que plus parfaite...  et Dieu qui 
    connaît tout ce qui est nécessaire à cette âme, l’entend et l'exauce avec bonté.

    La prière vocale est aussi puissante que la prière mentale... La prière vocale est le délassement de la prière
     mentale... Quand vous userez de la prière vocale, ma fille, faites moins attention aux paroles que vous 
    emploierez qu’à Celui à qui vous les adresserez... ne pensez qu'à une chose: savoir que vous vous adressez à Dieu." 
    (Livre 6, chapitre 10)

              1-5-7-Les faveurs extraordinaires. Quelle conduite tenir?  (Livre 8, chapitre 5)

    Marie Lataste était inquiète. Son directeur ne la croyait plus, pensant qu'elle  était victime de quelque illusion. 
    Jésus revient sur ce sujet délicat et sur la conduite à tenir lorsque Dieu accorde des faveurs extraordinaires: 
    révélations, visions, extases, etc. Il dit: "Ma fille, une personne qui éprouve de ces sortes d’attraits... 
    doit-elle s’y abandonner et les suivre? Mais qu’arrive-t-il à cette pauvre âme si c'est le démon qui se change
    en ange de lumière pour la séduire?...

    – La première chose à faire, c'est de déclarer à son directeur tout ce que l’on éprouve et tout ce qui se passe dans
    l’âme; puis il faut suivre en tout le conseil de son directeur.

    – Le directeur, s’il est sage, s’il est prudent, s’il est instruit, examinera tout ce que cette âme lui aura rapporté;
    il verra si ces choses sont conformes à l’esprit de piété et à celui de l’Église... Il examinera les dispositions de la
     personne qu'il dirige, et s'il juge que ce qui se passe en elle la porte à la vanité et à l’indépendance ou opère en
     elle quelque résultat fâcheux, il l’engagera à résister à ces attraits et à les repousser.

    – S’il voit, au contraire, que tout ce qu'elle dit est conforme à l'esprit de piété et de l’Église, et qu’au lieu de perdre
    sa piété, cette personne devient de plus en plus pieuse, simple, humble, soumise et fidèle à remplir ses devoirs,
    il l’engagera à se soumettre humblement à la volonté de Dieu et à s’abandonner à lui comme un enfant aux bras
    de sa mère."

    Dès lors, que doit faire la personne? Comment doit-elle agir? Jésus enseigne longuement:

    "Au moment où elle sent son âme attirée vers un état autre que son état habituel ou normal, elle doit commencer
     par se dépouiller complètement de sa volonté, pour embrasser entièrement celle de son directeur, et puis 
    conjurer Dieu de ne point permettre qu'elle soit trompée. Elle doit reconnaître enfin qu'elle n'est digne d’aucune
     de ces faveurs signalées et prier le Seigneur de lui faire miséricorde.

    Si cette âme agit ainsi, il est certain, ma fille, que Dieu ne permettra pas qu'elle soit victime d’aucune illusion,
     parce qu'elle a mis en lui toute sa confiance... Cette personne pourra non seulement s’abandonner aux ravissements
     qu'elle éprouvera, mais encore écouter et retenir les enseignements qui lui seront donnés, pourvu que ces 
    enseignements soient conformes en tout aux enseignements de la sainte Église de Dieu. Comme elle ne
     peut pas en juger par elle-même, elle doit communiquer à son directeur tout ce qui lui a été dit, comme cela lui a 
    été dit, autant qu'elle pourra se le rappeler. Son directeur jugera ces enseignements avec prudence, discrétion, et
    consultera même, s'il le faut, des hommes, ministres de Dieu comme lui, mais plus instruits que lui. Après cela le 
    directeur se prononcera.

    Si la personne qu'il dirige reçoit ses décisions avec humilité et soumission, ce sera une preuve que l’esprit de Dieu
     est avec cette personne. Si, au contraire, elle les reçoit avec peine, si elle brise le joug de la dépendance pour
     suivre sa volonté, ce sera un signe non équivoque que l’esprit de Dieu n'est pas en elle."(Livre 8, chapitre 5)



    [1] Voir annexe 1  Marie Lataste raconte la délivrance d'une âme du Purgatoire grâce à ses prières. (Livre 6, chapitre 7)
    [2] Ce que l'on appelle souvent la Méditation



    _________________


      La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 18:22