Forum catholique l'Imitation de Jésus-Christ

Bienvenue sur le Forum catholique
l'Imitation de Jésus-Christ!

Ce forum est un lieu d'échanges dédié à l'approfondissement de la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ.

On peut y partager des témoignages personnels, proposer des méditations, se questionner sur la Bible et les différents enseignements de l'Église catholique, demander et apporter de l'aide dans le cheminement de l'âme vers Dieu, etc.

Forum d'échanges visant à approfondir la foi catholique, afin de toujours mieux connaître, aimer et servir Jésus-Christ


    Gilles Kègle : Un serviteur de Dieu, au service des malades et des pauvres

    Partagez
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3554
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Gilles Kègle : Un serviteur de Dieu, au service des malades et des pauvres

    Message par Gilles le Mer 1 Juin - 18:23



    Travail communautaire: Gilles Kègle


    L’ange des faubourgs

    «La rue est mon église, l’amour ma religion», confie Gilles Kègle


    «En bicyclette, l’hiver, à –20°, vous allez avoir de la misère à me suivre!» Quand la maison de production québécoise Christal Films a offert de réaliser un documentaire sur son œuvre, Gilles Kègle a d’abord hésité. Puis accepté. En 2006, il remplira sa mission sous l’œil d’une caméra. Mais les cinéastes ont intérêt à pédaler ferme…


    Chaque jour, de 7 heures à 22 heures, l’infirmier des mal-aimés file d’un chevet à l’autre au guidon de sa bécane. Le 28 mai prochain, il fêtera le 20e anniversaire de son travail de rue à Québec. Vingt ans à soulager la misère des vieux, des malades et des démunis. Un million de visites à domicile. Pas un seul jour de congé. Lorsque le premier ministre Jean Charest lui a proposé d’aller aux obsèques du pape Jean-Paul II, à Rome, il a refusé: il ne pouvait se résoudre à laisser ses patients. «Chaque matin, j’ai rendez-vous avec l’amour», a-t-il expliqué. On ne fait pas attendre l’amour.


    Et dire que la «mère Teresa de Québec» a longtemps soigné dans l’ombre. Décoré de l’Ordre du Canada et de l’Ordre de la Pléiade, ce «géant» de 1,55 m, aux yeux de charbon brûlant, est devenu la coqueluche des médias. «Il a donné un visage à la bonté et redonné à beaucoup le goût du bénévolat», note Le Soleil, qui participe chaque année à sa collecte de fonds.

    Aujourd’hui, le fondateur des Missionnaires de la paix dirige environ 70 volontaires qui soignent 2400 bénéficiaires. Des élèves lui préparent des sandwichs, des entreprises lui offrent de l’argent. Son organisme a même essaimé à Montréal, en 2002.
    Fondée en 1998 dans une ancienne piquerie de Saint-Roch, quartier pauvre de Québec, la Maison Gilles-Kègle est une gare de la tendresse. Des itinérants viennent y boire un café, des marginaux s’y font soigner. Un jour, une toxicomane enceinte est arrivée, affolée: elle venait de s’injecter de la drogue et craignait soudain pour son bébé. Une fillette de 11 ans, violée par son beau-père, est déjà venue y chercher asile.



    Ce matin d’octobre, le missionnaire en jeans et en baskets remonte d’un pas vif une ruelle décrépite de la basse-ville. «Il faut que je trouve un autre logement à André, s’inquiète-t-il. Le sien est une passoire, il va geler cet hiver.» Dans ce logis exigu, livré aux courants d’air, il trouve son patient en tee-shirt. Le quinquagénaire grimace de douleur. Cancer.
    «Ton bras gauche a enflé. Ça te fait mal? demande l’infirmier en lui remettant des comprimés de morphine.
    — Un peu, avoue l’homme.
    — Les pilules vont te soulager. As-tu de quoi souper?
    — Du steak!» lance André avec un regain d’énergie.
    Une bénévole a promis de venir cuisiner pour lui, pendant qu’un autre cherchera un appartement décent.



    Deux blocs plus loin, Gilles cogne chez Gaston. Qui l’accueille avec joie dans son studio surchauffé. Gaston est cardiaque; mais, surtout, il souffre d’ennui. Comble de malheur, son téléviseur vient de rendre l’âme. «Je t’ai trouvé une nouvelle télé. Je vais te l’apporter ce soir», promet l’infirmier. Le visage fripé s’éclaire comme un phare.

    Qui croirait que ce papi pétillant revient d’entre les morts? «Il y a quelques années, raconte Gilles Kègle, un commis de dépanneur m’a téléphoné pour me dire qu’un client qui lui achetait chaque matin son journal n’avait pas reparu depuis un mois. Il me l’a décrit, et j’ai aussitôt pensé à Gaston. Je me suis précipité chez lui.» Il a trouvé un squelette vivant, agonisant sur un matelas au ras du sol. Seul au monde, Gaston avait cessé de s’alimenter. Depuis, il a réappris à manger, à parler, à rire...
    Redonner le goût de la vie, c’est la spécialité de Gilles Kègle. Son petit miracle quotidien. Ces miséreux dont tout le monde détourne les yeux, il leur rend visite en ami. Il prend leur tension, écoute leurs chagrins, remplit le frigo, les déclarations d’impôts, promène le chien. Aucun geste n’est trop humble s’il soulage la souffrance. L’ex-membre de la Congrégation des pères du Très-Saint-Sacrement tend même l’oreille à ses bénévoles. «Ils sont souvent désarmés par la détresse dont ils sont témoins. Ils ont besoin d’en parler.»



    La Maison Gilles-Kègle est tapissée de photos de célébrités amies. Parmi elles figure l’écrivain John Ralston Saul. C’est lui, le mari de l’ex-gouverneure générale Adrienne Clarkson, qui a convaincu le missionnaire de faire publier sa biographie. Gilles Kègle, l’infirmier de la rue a été un succès de librairie en 2005. Le héros y confie son enfance malheureuse, sa soif d’amour, ses épisodes d’alcoolisme et de dépression, le viol qu’il a subi adolescent. Cette transparence heurte sa famille, mais émeut la chanteuse Diane Dufresne qui, en préface, le baptise joliment «l’ange qui a cru perdre ses ailes».
    En 1986, Gilles Kègle tente de se jeter du haut d’une falaise, mais plutôt que de mettre fin à sa vie, décide finalement de la consacrer aux autres.



    «Ç’a été ma façon de me suicider», lance-t-il.
    Aujourd’hui, il reçoit 2000 lettres par an – appels au secours ou témoignages d’admiration – et s’efforce de répondre à toutes! Comme il tente de satisfaire les reporters, qui le réclament sans cesse. Ce matin, TVA veut son avis sur le cas d’un Montréalais trouvé dans un logement grouillant de coquerelles. «Je n’ai pas le temps», soupire-t-il en pensant à la vingtaine de patients qui l’attendent.



    Sa nouvelle célébrité n’est pas synonyme de luxe. Avec 1000$ par mois (c’est le salaire qu’il touche de sa fondation), le porte-parole des laissés-pour-compte vit, selon les statistiques officielles, très en deçà du seuil de la pauvreté. Il partage son appartement, au deuxième étage de la Maison Gilles-Kègle, avec son ami Jean Abran, un artiste peintre… et une dizaine d’animaux recueillis. Dans sa chambre, un matou jaune ronronne, perché sur la cage des colombes. Il veille sur les biens du maître: un vieux matelas, quelques vêtements usés dans une penderie sans porte, une commode bourrée de coupures de presse.


    Sa richesse, c’est sa faculté de rêver. «Un autre de mes vœux a été exaucé!» L’automne dernier, il a reçu une minifourgonnette. Offert par la Caisse populaire de Québec, ce véhicule lui permettra d’organiser de courtes excursions pour les démunis. «Certains ne sont pas sortis depuis des années. On va enfin pouvoir leur offrir un peu de bon temps.»
    Il rêve aussi d’un centre d’accueil pour personnes âgées démunies offrant la même qualité de soins que les résidences à 4000$ par mois. Aujourd’hui, il doit se résigner à envoyer les gens très malades dans des centres de soins longue durée. Il aimerait les garder près de lui. Ou même habiter avec eux, quand lui-même sera devenu trop frêle pour leur rendre visite.



    Ses protégés, il les suit par-delà le trépas. Récemment, il a convaincu l’entreprise funéraire Lépine Cloutier de lui céder un coin de cimetière pour enterrer les morts que personne ne réclame. «Auparavant, je devais les abandonner à la fosse commune. Ça me brisait le cœur», dit-il. Désormais, ses amis décédés auront leur nom sur une plaque de cuivre au cimetière.
    Parfois, il réussit même à convoquer leur famille pour un ultime rendez-vous. Avant de mourir, en septembre, Claude lui avait chuchoté le prénom de ses 12 frères et sœurs. Gilles Kègle a cherché leurs noms dans le bottin et a fini par tomber sur une belle-sœur. Vingt ans après avoir perdu toute trace de leur frère, ces gens ont au moins pu lui dire adieu.
    «C’est pour cela que je photographie mes patients», ajoute-t-il. Il y a sept ans, une photo publiée dans les pages nécrologiques a permis à un itinérant, un schizophrène qui avait quitté sa Gaspésie natale il y a 25 ans, d’être identifié par ses proches. «Aux funérailles, toute la famille pleurait.»



    Dans cette humanité écorchée, Gilles Kègle a trouvé sa propre famille. Celle-ci grandit, constate-t-il non sans inquiétude. «Dans 10 ans, quand les baby-boomers atteindront le grand âge, j’aurai 50 pour 100 de plus de patients à aider. Et le système de santé ne dispensera pas plus de soins. Il me faudra d’autres bénévoles. Je me fie à la Providence…»
    Heureusement, sa foi ne faillit jamais. «La rue est mon église, l’amour ma religion», conclut-il. Et de retourner vers ses patients au pas de course. C’est sa façon de prier pour le salut du monde.


    Pour en savoir plus sur la Fondation Gilles Kègle




    Autre vidéo :  http://www.tagtele.com/videos/voir/45499


         Gloire à toi Seigneu


    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Gilles
    Responsable information catholique

    Masculin Messages : 3554
    Date d'inscription : 22/01/2016
    Age : 62
    Localisation : Ville de Québec - P.Q. Canada
    Idéal : Mourir en étât de grâce !

    Re: Gilles Kègle : Un serviteur de Dieu, au service des malades et des pauvres

    Message par Gilles le Ven 14 Oct - 16:56


    C'est après sa rencontre avec mère Teresa que Gilles Kègle a su qu'il allait dédier sa vie à aider les gens dans le besoin.

    Soins de santé à domicile,Gilles Kègle poursuit sa mission

    Depuis plus de 35 ans, dans la Ville de Québec et sa périphérie immédiate, la Fondation Gilles Kègle fournit des services de soin de première nécessité à des personnes seules souffrant de diverses conditions tant physiques que mentales.

    Selon les données du site Internet de la Fondation Gilles Kègle, l’organisme à but non lucratif aide plus de 1 500 personnes situées dans la Ville de Québec et ses pourtours, « dont 1 300 sont des personnes âgées à risques élevés de mortalité, car elles sont malades ». La Fondation effectue plus de 800 visites à domicile par semaine.

    En écoutant et en sécurisant, les bénévoles de la Fondation tentent de rendre leur autonomie et leur indépendance à de nombreux bénéficiaires, des marginalisés car ils sont délaissés. Soutenir ces gens est la mission que se donne la Fondation Gilles Kègle.




    Sans les interventions régulières des bénévoles de la Fondation Gilles Kègle, la qualité de vie de ces personnes délaissées serait grandement diminuée, voire en péril dans certains cas. Monsieur Kègle peut visiter une même personne plusieurs fois par jour. Il lui apportera le soutien moral et l’aide dont elle a besoin.

    Mais, la Fondation Gilles Kègle, c’est bien plus qu’un simple service de visites à domicile. Toute personne dont la situation nécessite une aide immédiate trouvera porte ouverte à la Fondation, que ce soit de l’aide alimentaire ou certains soins médicaux.




    Son équipe et lui sont souvent confrontés à une clientèle vivant de grands moments de détresse. Monsieur Kègle, maintenant âgé de 74 ans, cite aussi le cas d’une personne atteinte d’un lourd handicap physique. Celle-ci se voyait dans l’obligation de dormir sur le plancher de sa résidence en raison de sa précarité financière. La Fondation Gilles Kègle a rapidement remédié à la situation en lui fournissant un lit.

    C’est en partie dans la foi et dans son incommensurable générosité que Gilles Kègle puise l’énergie afin de poursuivre son œuvre de charité. Souvent, monsieur Kègle dit se recueillir dans la petite chapelle aménagée au sous-sol de la Fondation. Dans ce lieu de spiritualité, l’homme vient aussi chercher l’inspiration afin d’écrire les souvenirs de ses trente années de service.

    Un besoin essentiel

    La Fondation Gilles Kègle répond à des besoins que l’État québécois, par l’entremise des CLSC, ne parvient pas à combler totalement, notamment en ce qui concerne les visites à domicile, est-il mentionné sur le site Internet de la Fondation.

    La Fondation Gilles Kègle répond à des besoins que l’État québécois, par l’entremise des CLSC, ne parvient pas à combler totalement, notamment en ce qui concerne les visites à domicile, est-il mentionné sur le site Internet de la Fondation.

    Dans la Ville de Québec, d’autres organismes d’entraide sociale offrent maintenant ce genre de service, dont le PECH. En effet, parmi ses nombreux services, le PECH offre un service de visite à domicile similaire à celui de la Fondation Gilles Kègle.


    Média-école des étudiants en journalisme



    _________________
    "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles." (Apocalypse 21:4-5)
    avatar
    Marylie

    Féminin Messages : 730
    Date d'inscription : 04/02/2016

    Re: Gilles Kègle : Un serviteur de Dieu, au service des malades et des pauvres

    Message par Marylie le Ven 14 Oct - 22:52

    Un grand Monsieur! cheers Approuve


    _________________
    Sursum corda

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 14:54